Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 23:16
Guilaume de Salluste, senhor deu Bartàs, que vadó a Monthòrt, au ras d'Auch, en 1544, e moriscó en 1590, a París, d'après d'aubuns, a Condòm, d'après autes.
Qu'es un poèta francés subertot.
  
Aqueste tèxte de Du Bartàs (1544-1590) qu'es plan conegut… De l'autor de La Sepmaine ou la création du monde (1578-1584), ne coneishem pas sonque aquera pèça trilingüa e un sonnet, los dus en occitan de Gasconha ! Que vs'ac balhi dens la grafia classica dab la revirada deu latin e tanben deu gascon qui, a còps, pòt semblar un pauc esquerrièr.


LAS TRES NIMFAS
    
Poème dressé par G. de Saluste, Seigneur du Bartas, pour l'accueil de la Reine de Navarre, faisant son entrée à Nérac : auqel trois nymphes débatent qui aura l'honeur de saluer Sa majesté (1578).

La nymphe latine
  
Qua Pater aequoreas Tiberis festinat in undas
Orbis me peperit dominatrix Roma subacti :
Nimpha latina vocor, quae te, Regina, saluto :
Salve, o magna soror, conjux et filia regis !

  

La Nymphe latine
Là où mon père Tibre se hâte vers les eaux de la mer,
Rome qui régit l’univers subjugué m’a donné naissance.
Je me nomme nymphe latine, ô Reine, moi qui viens te saluer.
Salut, ô grande Sœur, épouse et fille de Roi !

  
La Française
  
Ô nymphe, oses-tu bien accueillir, peu courtoise,
L’honneur du lys royal d’une estrangere voix ?
Chère sœur, qui peut mieux qu’une nymphe françoise
Saluer et la perle et la fleur des François ?


La Gasconne
  
Cara’t, nimfa vesia, e tu nimfa romana,
N’anes deus tons grans mots ma Princessa eishantar,
Non i a tan gran lairon qu’aqueth que l’aunor pana :
Dessús l’autrui joquèr, lo poth non deu cantar.
 

 La Nymphe gasconne
Taisez-vous, nymphe voisine, et toi, nymphe romaine,
n’allez pas avec de grands mots étourdir ma princesse.
Il n’est pire voleur que celui qui vole l’honneur :
sur le perchoir d’autrui le coq ne doit pas chanter.

   
La Latine
  
Nimpha puellari vultu facieque tenella
Incedo visenda : tamen praecedo tot annis
Tot saeclis alia, docta stipata caterva :
Mecum artes habeo, leges atque optima quaeque.
  

  La Nymphe latine
Je parais une nymphe aux traits enfantins, au tendre visage,
et cependant, je précède les autres de tant d’années,
de tant de siècles ; au milieu d’un docte cortège,
les arts, les lois et les perfections m’accompagnent. 


La Française
  
Avant le nom latin et que les Romulides
Eussent le champ d’Évandre en pointes aiguisé,
Le parler docte-saint des Bardes et des Druides
En Grece, en Italie, en Memphe estoit prisé.


La Gasconne
  
S’en mans mos hilhs avèn lo temps passat tenguda
La pluma com lo hèr jo poirí rampelar,
Mès entr’eths, dinquio ací Pallàs s’es vista muda
Car eths an mes amat plan hèr que plan parlar.
   

La Nymphe gasconne
Si mes enfants, dans le passé, avaient tenu
la plume comme le fer, je pourrais avoir encore plus de prétentions ;
mais parmi eux, jusqu’ici, Pallas s’est trouvée nue
car ils ont mieux aimé bien faire que bien parler.


La Latine
  
Barbara Nimpha mihi et, cujus sit gallia mater,
Barbara Nimpha mihi est, cujus sit barbarus ipse
Vasco pater ; supero voces modulamine utramque,
Moribus ingenuis linguaque excello diserta.

 

La Nymphe latine
Barbare est pour moi la nymphe dont la mère est gauloise,
barbare aussi celle dont le père est gascon ;
je les surpasse l’une et l’autre par l’harmonie de ma voix,
la noblesse de mes mœurs et la richesse de ma langue.


La Française
  
En faconde, en richesse, en douceur je te passe :
Si Tulle revivoit ilparleroit françois.
En Patare Apollon, les muses sur Parnasse
Ont oublié pour moi le latin et gregeois.


La Gasconne
  
Tota vòsta beutat n’es ara que pintura,
Que manhas, qu’afiquets, que retortilhs, que fard,
E ma beutat n’a punt auta mair que Natura,
La nautra tostemps es mes bèra que l’art.
  

  La Nymphe gasconne
Toute votre beauté n’est rien que peinture,
grands airs, colifichets, parures et fard
et ma beauté n’a d’autre mère que Nature.
La Nature toujours est plus belle que l’art.


La Latine
  
Sunt cedenda ergo Reginae, o celtica Nimpha,
Jura salutaniae, quae nos retinere nequimus,
Vasconicis Nimphis ; pugnax gens illa, tenaxque
Propositi nimium, nec nos certare paratae.

   

   La Nymphe latine
Il faut céder, nymphe celtique,
le droit de saluer la Reines puisque nous ne pouvons le conserver,
à la nymphe gasconne : cette race est combative et opiniâtre
dans ses desseins et nous ne sommes pas équipés pour la lutte.


La Gasconne

Leishem estar la fòrça ! On mes òm s’arrasoa
Mes òm hè que jo èi dret de parlar davant vos,
Jo soi nimfa gascoa, era es ara gascoa,
Son marit es gascon e sos subjects gascons.

Baïsa, enfla ton cors, comença’t hèr mes grana
Que lo Rin, que lo Pò, que l’Ebre, que la Tana ;
Gloriosa, hè bronir ton gai per tot lo Món.
Baïsa, enfla ton cors : comença’t hèr mes grana
Puish que jamès lo Rin, lo Pò, l’Ebre, la Tana
Non vin sur lor gravèr tau beutat que lo Ton.

Creish, o petit Nerac, Nerac creish tas barralhas,
Lèva tas tors au cèu, cinta de tas murralhas
Tot çò que de plus bèth cintèc jamès lo Món !
Cara halha deu jorn, vè t’escóner, de gràcia,
Hug lèu, hug, vè muishar sus l’aute món ta fàcia,
Aciu raja un lugran plus lusent que lo Ton ;

Ò mèrle, ò rossinhòl, ò melhenga, ò lunèisha !
Corèrs deu bèth casau que la Baïsa engrèisha,
Saludatz d’un doç cant la plus bèra deu Món !
Ò parc, carga de fruts tos arbes plus sauvatges !
Per arcolhir la Dauna, acapta tos ramatges !
Parc, non se vic jamès tant d’aunor que lo Ton.

Tu sias la benvenguda, Estela que govèrnas
Nòste Macau batut d’auratge e de subèrnas
E d’un espiar cortés desencrumas lo Mon,
Esperit angelic, la bèra de las bèras,
Mon còth de cent ivèrns e de cent primavèras,
Non posca estar pelat d’aute jun que deu Ton.

Güè coma ta cunhada, aunor clar de nòste atge,
A ta venguda a hèit plus bèth son bèth visatge,
E’u sembla en t’aquistar conquistar tot lo Món.
Güè com aquesta cort en aise tota nada,
Güè coma tot çaguens arritz a ton entrada,
Coma lo pòble son gai marida damb lo ton.

Sustot güè ton marit, de qui l’ubèrta fàcia,
La doçor, lo gran còr, la memòria, la gràcia
A cent còps meritat la coroa deu Món ;
Güè, güè coma de gai lo còr li pataqueja,
Güè com, per sadorar son amorosa enveja,
Eth a tostemps hicat son uelh dessús lo Ton.

Dia sia ton guarda-còs : Diu de son dit escriva
En papèr de ton còr sa lei qui, tostemps viva,
Posca hèr tas vertuts lusir per tot lo Món.
Lo hlagèth deu gran Diu de ta tèsta s’absente,
Salha au cap de nau mes un gojon de ton vente,
Qui semble au pair deu còr, de la cara sia Ton.

Diu tenga ton marit abricat de sas alas !
Diu non bata jamès ton marit a de malas,
Diu haça ton marit lo mes gran rei deu Món !
E puish que vòste patz es la patz de la França,
Diu venga longtemps en parelh assistança,
Cent ans sias tu d’Enric, cent ans Enric sia Ton.

  La Nymphe gasconne
Laissons la force là : car plus on se raisonne, /
Plus on voit que j’ai droit de parler devant vous : /
Je suis nymphe gasconne et voici qu’Elle l’est, /
Son mari est gascon, gascons sont ses sujets.


Baïse, enfle ton cours et commence à grandir /
Plus que l’Èbre, le Pô, le Rhin ou bien la Tane, /
Glorieuse fais retentit ta joie au monde. /
Baïse, enfle ton cours et commence à grandir, /
Puisque jamais le Rhin, le Pô, l’Èbre ou la Tane /
N’ont vu sur leur gravier tant de beau que le tien.


Grandis, petit Nérac, élargis tes barrières, /
Lève tes tours aux ciel, entoure de tes murs /
Tout ce que de plus beau ceignit jamais le monde. /
Aube claire du jour, va te cacher, de grâce, /
Fuis vite et va montrer ta face à l’autre monde : /
Un astre luit ici, plus brillant que le tien.


Ô merle, ô rossignol, ô mésange, ô linotte, /
Chantres du beau jardin que nourrit la Baïse, /
Saluez d’un doux chant la plus belle du monde. /
Ô parc, charge de fruits tes arbres les lus rudes ; /
Pour accueillir ta Dame, incline tes rameaux : /
Parc, on ne vit jamais honneur comme le tien.


Sois donc la bienvenue, étoile qui gouvernes /
Notre Macau , battu d’orage et de tempête /
Et d’un regard courtois rassérène lez monde. /
Toi, l’angélique esprit, la belle entre les belles, /
Que ma nuque, de cent hivers, de cent printemps, /
Ne puisse être marquée d’autre joug que le tien.

 
Vois, vois ! ta belle-sœur, honneur de notre temps /
À ta venue a fait plus beau son beau visage : /
Il lui semble, en t’ayant, qu’elle a conquis le monde. /
Vois comme cette cour nage toute en la joie, /
Vois comme tout ici sourit à ton entrée, /
Comme le peuple unit son bonheur et le tien.


Surtout vois ton mari, de qui le franc visage, /
La douceur, le grand cœur, la mémoire et la grâce /
Ont cent fois mérité la couronne du monde. /
Vois, vois comment sa joie lui fait battre le cœur, /
Vois comment, pour calmer son amoureuse envie, /
Il tient toujours fixé son regard sur le tien;


Dieu soit ton garde-corps et de son doigt écrive /
Au papier de ton cœur sa loi qui, toujours vive, /
Puise faire briller tes vertus par le monde. /
Que le fléau de Dieu de ta tête s’écarte ! /
Que sorte après neuf mois un enfant de ton ventre ! /
Dont le cœur soit du père et le visage tien !


Dieu garde ton mari à l’abri de ses ailes /
Et ne frappe jamais ton mari durement ! /
 Dieu rende ton mari le plus grand roi du monde, /
Et puisque votre paix est la paix de la France, /
Dieu vous tienne longtemps en paisible assistance : /
Sois à Henri cent ans, cent ans Henri soit tien !



Que trobaratz aqueth tèxte dens lo libe de Pierre Bec, Le siècle d'or de la poésie gasconne (1550-1650), Société d'édition Les Belles Lettres, Paris, 1997.

Que vs'agrada , Ne'n soi plan content !

Partager cet article

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article

commentaires

Joan.Peiroton 02/07/2008 20:42

Òc, qu'ei plan agradiu ! Que manca sonque la lectura en mp3, un pòc com ac hasó lo Jòrdi tà l'epistòla de Pèir de Garròs (véder: http://montcorbison.blogspot.com/2007/05/epistla-de-pir-darrs.html). Ua lectura tà acompanhar lo tèxte, que seré plan util tà hèr conéisher la lenga nòsta, ça'm par.E qui sap? Dilhèu aquerò b'ajudarà a incitar a parlar o apréner l'occitan!!! En tot cas, m'agrada aqueth "pòst". 

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca