Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 00:32

Un estiu catastrofic !

 

Al moment qu’escrivi aquelas linhas, te fa un calimàs que lo sol endrech ont òm se tròba un pauc al fresc es o lo cuol dins l’aiga o dins un ostal amb las fenèstras e las pòrtas barradas dempuèi lo matin per laissar pas dintrar la calor !

Nos l’avián anonciat los « bisons futés » de la meteorologia exagonala en disent que los vacancièrs èran gents astrucs de poder profitar d’un temps aital !

Semblan pas aver comprés que, se un pauc de solelh es un causa bona, tròp nos pòt menar a la catastròfa. Al moment del resclafament climatic, seriá benlèu bon d’abituar pas lo monde a se regaudir tròp sovent de la manca de pluèja… La pluèja, de segur, pòt èsser embestianta mas es çò que nos permet de viure… enfin, vòli dire l’aiga ; e que lo sègle XXI risca de veire la guèrra se far per la possibilitat d’aver de l’aiga…

L’estiu a son cortègi de catastròfas, se sap, quitament se los jornalistas an per consigna d’insistir pas tròp per gastar pas los comgèts dels « juillettistes » o dels « aoûtiens ». Lo senator Charasse es un catastròfa a el tot sol (i ajustarai Melenchon) ! al mens dins lo domeni de las lengas regionalas. Plan conselhat pels que considèran que i a pas Una lenga d’òc mas un infinitat (parla de gascon, bearnés, auvernhàs, lemosin,, niçard…) demanda al primièr ministre de suprimir los privilègis exorbitants a l’occitan, creacion intellectuala que degun i se reconeis dins el ! De mai, suggerís que los occitanistas an de reirepensadas politicas… Enfin, n’aplèla a « l’Histoire » en disent « que tres lengas praticadas en França sus las uèit parladas pels crosats puèi dins l’Òrdre de Malta, son lo francés, l’auvernhat e lo provençal e que i a pas d’occitan dins la lista ». La secretària perpetuala de l’Académie française i aviá pas pensat e, pr’aquò, n’an d’istorians a l’Académie !

Amusent pr’aquò de constatar qu’ignòra que lo catalan, lo breton, lo còrs e lo basc son pas parlats pertot del meteis biais mas fòrman una lenga pr’aquò !

Trist de veire que los « anti-occitanistas », que luchan contra una egemonia pretenduda de l’occitan (sic), aiman melhor veire morir una lenga en la folclolarizant en desenats de « lengas » per que morisca encara mai viste. Mercés als Blanchet, Lafitte e qualques autres… que defendon lor tèsis en francés totjorn !

Charasse e Melenchon, vaquí los pilars màgers de la Republica una e indivisibla que seguisson lo programa mes en musica per l’abat Grégoire. Òm pòt èsser senator, republican e bèstia coma un panièr – encar que lo mot « bèstia » siá pas apropriat se ne cresi G. Brassens o Y. Audouard !

 

Cronica occitana del Petit Bleu
pareguda lo 17d'agost de 2009

Partager cet article

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article

commentaires

Gascou 26/08/2009 11:54

Vous êtes donc partisans de la dégénerescence du gascon et de l'acceptation de l'affreuse langue parlée par les néo-locuteurs malhabiles. Une seule raison à cela : le mauvais oc parlé de nos jours favorise l'intercompréhension dialectale. Et donc le projet occitan. Prosodie francisée, francismes de vocabulaire, phonétisme abâtardi : oui l'occitan existe aujourd'hui et c'est le patois de faible qualité des derniers locuteurs naturels et des néo-locuteurs. Une langue qui ne sait même plus placer l'accent tonique ...

Andriu de Gavaudan 26/08/2009 18:08


Voltaire (credi qu'es eth!) que disèva : " Ne soi pas d'acòrd damb las vòstes ideas mès que'm baterèi tà que las poscatz exprimir".
Quand vedi la qualitat deu francés escriut e parlat de l'òra d'ara, que'm disi que la vergonha deuré tocar los que parlan francés… e totun ne'n son pas! Los qui promòven, estúdian o parlan
l'occitan, quin que sia lo parlar, ne deven pas aver vergonha sonque se ne hèn pas nat esfòrç ta'u melhorar…
A cadun lo son prètzhèit… Amen!


Gascou 25/08/2009 16:22

J'écris en français par réalisme : c'est ma langue maternelle, celle dans laquelle j'ai accès à un plus large public. Je ne vois plus l'intérêt d'exprimer la même chose dans un gascon calqué sur mon français : le gascon ne doit plus servir qu'aux sentiments d'un monde qui s'effondre. Le gascon est la langue des autochtones qui s'évanouissent, dans la substitution démographique imposée par la France : il est en droit d'obtenir une mort digne, loin des stéréotypes sur le patois. Quand mes cousins, authentiques gasconophones, me demandaient si je parlais "patois", je peux assurer que cela n'a jamais été avec la honte dans le regard. Leur "patois", ils l'aimaient. Seuls les occitanistes ont pu être assez bêtes pour snober les locuteurs naturels en n'identifiant pas le petit patriotisme local vivace sur lequel ils auraient pu s'appuyer. C'est que les occitanistes étaient sociologiquement des proto-bobos : intellectuels, petits fonctionnaires, cadres dans les multinationales en gestation. L'occitanisme a donc failli à sa tâche historique pour de multiples raisons, en partie idéologiques (comme je l'indiquais, exaltation de l'universalisme et de la différence et donc faire le jeu de l'identité française construite sur ces valeurs) et scientifiques (il n'y a pas de langue occitane, il existe au minimum un grand clivage ethno-culturel entre les pays sous influence du Massif Central et les pays méridionaux). Et pour la Gascogne, l'occitanisme a été un boulet qui a brisé la dynamique vasconne des années 30, celle de la délicieuse Hossegor, celle du Musée d'Aquitaine de Bordeaux. La Gascogne d'Arnaudin, la Gascogne de Mauriac, la Gascogne de Jammes. Loin des oripeaux méridionaux et des puérilités cathares. La Gascogne de Saint-Sébastien, la Gascogne des Ducs, la Gascogne du peuple gascon, de son accent particulier, de sa race pour employer une terminologie désuète, car au fond c'est de cela dont il s'agit. Parce que l'occitanisme a donc échoué, nous n'avons pas d'autre issue que d'accepter notre identité française. Au fond, c'est la réalisation de l'Occitanie, car tout ce que partagent Gascons, Limousins, Provençaux, ... leur vient essentiellement des liens qu'ils entretiennent dans le cadre français depuis le XVIIIème siècle (sans parler de la francisation dialectale qui a entraîne la compréhension mutuelle : qui sait encore e que sont les sonorités d'un authentique langage limousin ? Qui parle encore correctement gascon en chuintant les s, roulant à la folie les r, soufflant les h comme un hoquet ?). L'Occitanie est un concept français, celui du Nord et du Sud, qui successivement a coupé la Gascogne d'abord de la Catalogne du fait de la maladresse des Provençaux au début du siècle dernier, puis de l'Aragon enfin des Basques, dont nous sommes issus. Le peuple gascon, identifié depuis les premiers textes grecs sous le nom d'Aquitains, l'une des parties de la Romanie occidentale les plus originales, le pont entre les Gaules et l'Ibérie, se voit réduite à n'être plus que la marge occidentale d'un projet un peu puéril et tartarin.L'Occitanie a tué la Gascogne. Pire, il a tué mon Béarn, cette contrée qui fut autrefois la plus chauvine, la plus fière, la plus soucieuse de ses particularismes. Mon Béarn est devenu le champ d'expérimentation d'un occitanisme apatride, accompagnant définitivement la francisation de ce pays. L'IBG, avec tous ses défauts et sa mauvaise foi si béarnaise (un pays de maquignons), perpétue maladroitement le patriotisme béarnais, un patriotisme que ne peuvent encaisser les bonnes âmes occitanes, éprises d'humanisme et autre mièvreries, enfermées dans un monde de cocus magnifiques. Je suis désormais persuadé d'une seule chose, véritable leitmotiv de toute ma pensée : dans l'impossibilité de sauver la langue gasconne et de ressusciter son peuple, désormais en minorité chez lui (qui a dénoncé la colonisation française ? Personne ! Et pour cause ; nombre d'occitanistes n'ont aucune attache généalogique avec leur Occitanie), il faut au moins que nous nous débarrassions de la bêtise occitaniste.Un ancien occitaniste. 

Andriu de Gavaudan 25/08/2009 23:36



Ne cau pas doblidar qu'ua lenga càmbia e que lo francés ne's pronóncia pas com autes còps… perqué l'occitan gascon, lemosin, etc. ne deuré pas cambiar ?
Mès… a cadun los sos hantaumas !


Gascou 24/08/2009 23:30

Je pense que les locuteurs naturels ont été balayés par le vent de l'Histoire : ils n'ont pas vraiment été les acteurs de ce qui s'est tramé. Dans un contexte aussi défavorable, la moindre erreur stratégique se paie cher et en ceci l'occitanisme est coupable, dans son incapacité à identifier les véritables raisons des substitutions linguistiques, à savoir l'intégration économique à la France. Quant aux Basques, ils ne tiennent que sur le caractère ethnique lié à leur identité (et là où j'en veux aux occitanistes, c'est que ce caractère était également propre à l'identité gasconne : le peuple gascon est dans l'Histoire de France parmi les mieux identifiés). En tout cas je suis persuadé d'une chose : la langue n'est pas source de fierté en elle-même, c'est la fierté de qui l'on est qui induit la volonté de maîtriser une langue à laquelle l'on va conférer des attributs "patriotiques". Ainsi sauver le gascon devait passer à mon avis avant tout par une politique de communication autour de la Gascogne, de son peuple, de son Histoire, de sa culture. Car en l'absence d'une bourgeoisie économique gasconophone, parler gascon ne pouvait plus se justifier que dans l'irrationalité économique qu'induit le patriotisme. Quitte à paraître pour ce que paraissent les Basques à savoir des gens refermés et communautaristes. Or le mouvement occitan s'est construit sur des valeurs opposées, très françaises : universalisme de la langue, libéralisme économique et sociétal (mobilité, modernisation économique jusque dans l'affiliation à Elf ou la fonction publique, ...). Je crois vraiment qu'au vu de la réalité ethno-culturelle gasconne, il est dommage que tant de Gascons aient perdu leur temps dans l'occitanisme. Si l'on fait un retour dans les années 50, on se rend compte que la Gascogne dispose d'écrivains de grande qualité (Camelat, Manciet, ...), du corpus folklorique et culturel le plus élaboré (Palay, ...), des meilleurs dialectologues (Ravier, Allières, Bec, ...). La Gascogne est encore un pays rural, le petit patriotisme y est très vigoureux, la langue est parlée communément, Bordeaux est encore le port gascon de Mauriac, Toulouse ce gros bourg garonnais. La conjonction de cette élite et d'un peuple encore vivace à l'échelle de la France aurait dû aboutir à un mouvement patriotique local un peu organisé, qui aurait en tout cas marqué dans les esprits la spécificité gasconne. Les Trente Glorieuses ont emporté tout cela et c'est là que nous payons l'engagement félibréen puis occitaniste de ceux qui ont failli à leur mission historique. Quand je relis les lettres d'un Camelat, qui parle de tourner le dos aux Provençaux pour mieux embrasser nos racines ibériques (via une alliance avec les Catalans), je suis en colère contre la bigoterie et le manque de courage qu'il y a eu à ne pas rompre avec les élans de jeunesse mistraliens.

Andriu de Gavaudan 25/08/2009 00:50


Ne serveish a arren d'arregretar çò qui s'auré poscut hèser… E mei n'estosse pas lo cas dens la boca deus locutors naturaus, lo mot "patois" que desqualifica, au mens dens l'exagòn, tot idiòme.
La sola faiçon de tornar la dignitat a la lenga d'òc (se n'aimats pas lo mot "occitan") qu'èra de li balhar un vestit (la soa ortografia englobanta qui pren en compte las especificitats deus
diferents parlars màgers occitans) e de promòver "l'unitat dens la diversitat". Que cadun tòrne shiular com sap e la fin qu'es assegurada! Ne vòli pas díser que la renavida petita de l'ora d'ara
permterà de sauvar la lenga mès, au mens, un sarròt de monde qu'assajan. D'autes qu'aiman mei poder díser que son los darrèrs "locutors naturaus" e que l'engèni de la lenga morirà damb eths…
Generaument, los mei acarnassits (en Provença o en Gasconha per exemple) qu'ac hèn en francés [ne parli pas per vos que ne coneishi pas]. Cercatz çò qui ne va pas!


Gascou 20/08/2009 03:44

Atau qu'ei : l'occitanisme que falhí e qu'entrainà dab eth los praubes nacionalismes autentics e populars gascons e provençaus qui aurén podut escríver quauques linhas hens lo libe de l'Istòria de la França contemporanèa se n'avosse pas mestrejat la vision universalista e literària deus Occitans, sharres seguidors deu Michelet e deu combat romantic enter lo Sud e lo Nòrd. Nada vision economica, nada vision etno-culturau, sonqu'arsecs miserabilistas. Qu'atz desmasclat lo pòble gascon en pairà'u deu son quite nom, en denegar la soa originalitat etnica e culturau bimillenària. L'occitanisme qu'estó lo hossèr de las bonas amnas gasconas, presoèras deu "prèst-a-pensar" occitan qui'ns desconnectè deus nostes hrairs bascos vaduts bons sauvatges deu tèrçmonde hens los vòstes esperits exaltats. Que deu víver tot nacionalista gascon en l'idea de destrusir l'occitanisme abans qui entrem dignament hens la nosta navèra familha francesa, netejada deus miasmas planhius deus Occitans.

Andriu de Gavaudan 20/08/2009 09:50


Ne comprengui pas brica çò qui es escrivut. Que vedi totun que seguissetz la grafia (ar)recomendada per l'I.E.O.
Ne cau pas denegar las errors d'una epòca mès n'es pas ua rason tà tornar har enqüèra mei conerias… Ne credi pas sonque a l'unitat dens la panoccitanitat mès benlèu que m'engani.
Que poirí tornar prénguer arguments dens l'estille : "aquò qu'es ved que n'an pas conegut la guèrra!" (jo tanpauc) mès ne miaré pas enlòc.


Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca