Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 17:19

Antony Tozy (1852-1911) – que coneishetz – qu'escrivèva en francés tanben ; que ns'a deishat dens lo libe Déns las sègos, publicat en 1900 de tèxtes francés : Chansons et monologues.

 

 

 


L’AUTRUCHE


        Un vitrier gascon, d’une humeur vagabonde,
        Voulut faire le tour du monde ;
        Et sac au dos une règle à la main
    4    Bien équipé pour ce voyage,
        Un beau matin il quitta son village
        Pour s’en aller gagner son pain.
        A force de marcher, on fait bien du chemin.
    8    Aussi, après avoir couru maintes campagnes,
        Passé des plaines et des montagnes,
        Franchi des fleuves et des mers,
        Il arriva dans un désert
    12    Avec son mastic et son verre.
        Là, vaincu de fatigue, à l’ombre d’un palmier,
        On vit le jeune vitrier
        Poser son baluchon en poussant un soupir,
    16    S’affaisser et puis s’endormir.
        Une autruche affamée, (l’autruche a un bon flair),
        Attirée par l’odeur du verre
        Accourut au galop du bout de l’horizon,
    20    Et devant cette proie facile
        Au milieu d’un pays stérile,
        Faillit tomber en pâmoison.
        « Je vais faire, dit-elle, un repas des plus chic,
    24    Que vois-je, oh ciel ! du verre et du mastic,
        Un couteau, un marteau d’acier
        Et quelques tampons de papier,
        Ce sont bien là des mets d’autruche.
    28    Or, tant que ce pekin pionce comme une bûche
        Profitons de notre appétit
        Pour en tirer un bon parti. »
        La voilà donc fouillant dans la valise,
    32    Et boulottant la marchandise.
        Tout y passa, et la coquine
        Le ventre plein se léchait les babines
        Lorsqu’elle aperçut à ses pieds
    36    Un petit torchon de papier.
        « Tiens, dit-elle, c’est un journal,
        Ça ne peut pas me faire du mal. »
        Et aussitôt gloutonnement,
    40    Faut-il le dire,
        Elle avala ce document,
        Sans même le lire.
        Hélas ! ce fut son châtiment,
    44    Car, ce journal était un journal politique.
        On y parlait des élections,
        Sa prose en était cholérique.
        Elle n’en fit pas la digestion,
    48    Elle en eut d’abord la colique
        Puis le ventre en révolution
        Et… creva dans des convulsions.
            Et le vitrier ?
        Le vitrier n’était pas en baudruche,
    52    Car profitant de l’occasion,
        A son réveil il boulotta l’autruche,
        Puis s’en revint dans sa maison.
                    Moralité
        Ceci prouve qu’on ne doit pas
    56    Manger de la prose après les repas.
        Et que l’on doit surtout dans le désert,
        S’estimer très heureux de boulotter du verre.



Partager cet article

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article

commentaires

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca