Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 15:31

Que i avèva longtemps que n'avèvi pas  balhat un tèxte de Antony Tozy 1852-1911). Literatura

Qu'a escriut pèças en francés tanben, pareishudas dens Dens las sègas devath Chansons et monologues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOCTURNE


        Sous un parapluie de taff’tas,
        Elle allait marchant à grands pas,
        Quand, tout à coup, sur l’ cours Romas
    4    J’aperçus sa sombre silhouette,
        E moi qui flânais par hasard,
        Devant l’étalage d’un bazar,
        Je la suivis comm’ un jobard
    8        Rue d’ Lafayette.


        Le jupon noir bien retroussé,
        Elle avançait d’un pas pressé,
        Et, à sa démarch’ cadencée,
    12    Moi, je m’disais : « Sur ma parole
        Cette femme doit avoir du sang,
        C’est un sujet appétissant,
        Faut trouver un aboutissant,
    16    Sans le secours du protocole. »


        Mais j’avais beau faire du ch’min
        Elle marchait tant, sous son pépin,
        Que, sacré mille nom d’un mâtin,
    20    Je ne pouvais voir sa frimousse.
        Et, dans l’espoir de l’embaucher,
        J’avais beau tousser et cracher
        Ell’ ripatait sans trébucher
    24    Comm’ si j’y avais fichu la frousse.


        Comm’ des oiseaux à la volée,
        Nos deux carcasses emballées
        Suivir’nt le long des Grand’s allées
    28    Course fantastique et bizarre !
        Et j’allais murmurant tout bas :
        « Tu l’attap’ras, l’attrap’ras pas,
        Tu l’attrap’ras ou tu crèv’ras,
    32    Faut qu’ tu l’attrap’s avant la gare. »


        Sur ses talons, moitié perclus,
        J’enfilai la longue avenue,
        Mais elle était si bien fendue
    36    Qu’elle conserva son avance.
        Et quand nous entrâm’s dans la cour
        Sous la pluie qui tombait toujours,
        Je voyais son gracieux contour
    40    Toujours à la même distance.


        Et je m’ disais : « Mon vieux colon !
        Il faut qu’elle en ait du poumon,
        Cette femme-là, c’est donc le démon,
    44    Pour déambuler de la sorte. »
        Et, sous l’averse et dans la boue,
        Haletant, poussif, moitié fou,
        Je la suivais comme un toutou
    48    Attiré par une odeur forte.


        La gare était là heureus’ment,
        Nous arrivons presque en mêm’ temps.
        Elle entre, sans perdre un moment
    52    Sur ses pas je me précipite.
        « Enfin, me dis-je, c’est pas trop tôt
        La v’là qui retir’ son manteau,
        Tu vas donc lui voir le museau
    56    A cett’ beauté cosmopolite.


        Je la vois s’avancer d’un guichet,
        J’ m’approche alors pour voir ses traits.
        Malédiction ! J’ vois son portrait,
    60    Et j’ frémis encor quand j’y pense.
        Ah ! plaignez-moi, mes chers amis,
        Car, dans la crotte et sous la pluie,
        La femme que j’avais suivie,
    64    C’était le curé de Durance.

 

(en italic, las carrièras de Nerac mençonadas.)

 

 

L'eperavatz aquera ?

Partager cet article

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article

commentaires

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca