Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 19:09

Marcel Durey (1854-1936) qu'estó un deus creators de l'Escolo gascouno de Marguerito en 1901 en tornar de la Santo Estelo de Pau. Que i avèva ja ua activitat importanta a Nerac (Òut e Garona) e los « intellectuaus » qu'èran nombrós autan en lenga occitana de Gasconha coma en lenga francesa.

 

Aquí la seguida de Marieta (3)
 


 

Marieto. — Sifèt, sifèt, papay, mè la bito a cambiat. Lou tens d’aoutes cops n’es pas lou d’anèy, mè per un jour lou èn rebioue. 

Matias. — Es beroy, labets ? 

Marieto. — Beroy ? Segu qu’es beroy ! Qu’etz y cadra bèngue. Aco bous tirera las ideos tristos.

Matias. — He ! He ! Disi pa nou.

Marieto. — Ataou me èts plaze ! Ebe ? papay, boulèts esta bien aymable ?

Matias. — O, mio, que bos ?

Marieto. — Boy que m’prèstets lou fichut de mamè.

Matias. — (sursautant) Lou fichut de séda ?

Marieto. — Oui, oui, e lou mouchouèr de catn taben.

Matias. — (même jeu)Lou mouchouèr de cat à carrèous blancs ?

Marieto. — Oui, oui, e lou deouantaou, taben.

Matias. — (même jeu) Lou deouantaou ?

 

 

 

 

 

Mariette. — Mais si, mais si, papa, mais la vie a changé. Le temps d’autrefois n’est pas celui d’aujourd’hui mais, pour un jour, on le fait revivre. // Matias. — C’est joli, alors ? // Mariette. — Joli ? Pour sûr que c’est  joli ! Il vous faudra venir. Cela vous enlèvera les idées tristes. // Matias. — Hé ! Hé ! Je ne dis pas non. // Mariette. — Vous me faites plaisir ainsi. Eh bien, papa, vous voulez être aimable ? // Matias. — Oui, ma petite, que veux-tu ? // Mariette. — Je veux que vous me prêtiez le fichu de mémé. // Matias. — (sursautant) Le fichu de soie ? // Mariette. — Oui, oui, et le châle également. // Matias. — La châle à carreaux blancs ? // Mariette. — Oui, oui, et le tablier aussi. // Matias. — Le tablier ?


 

 

 

 

Marieta

Si fèt, si fèt, papair, mès la vita a cambiat. Lo temps d’autes còps n’es pas lo d’anuèi mès, per un jorn, lo hèn revíver.

 

Matiàs

Es beròy, lavetz ?

Marieta

Beròi ? Segur qu’es beròi ! Que vs’i cadrà vènguer. Aquò vos tirerà las ideas tristas.

Matiàs

E ! E ! Disi pas non.

Marieta

Atau, me hètz plaser ! E ben, papair, volètz estar bien aimable ?

Matiàs

Òc, mia, que vòs ?

Marieta

Vòi que’m prestetz lo fichú de mamè.

Matiàs

(estreitejant)

Lo fichú de seda ?

Marieta

Oui, oui ! e lo mochoèr de cap, tanben.

Matiàs

(parièr)

Lo mochoèr de cap a carrèus blancs ?

Marieta

Oui, oui ! e lo devantau tanben.

Matiàs

(parièr)

Lo devantau ?

 

*******************


 

Marieto. — Oui, oui.

Matias. — Es pa pego ? E qu’en bos a ?

Marieto. — Las amigos s’abillon ataou ; jou boy a de mèmo.

Matias. — Lou fichut de sèda ! Lou mouchouèr de cat ! Lou deouantaou ! (Il s’assied, pensif.)

Marieto. —  (se faisant douce et caline) Anen, papay, podots pa me refusa aco.

Matias. — E que dire l’aoujolo se tournaouo !

Marieto. — Sere countento de s’retrouba ataou.

Matias. — Sabos ço que m’demandos aqui ? Aco soun lous afas espousaous de la praoubo mamè. Daton de louy. Lous ey ouardats coumo uo relico dens lou bieil gabinet, damb’lou cuhaou que pourtaouo lou praoube papè. Lou capèt es bengut arrous, mè lous afas de la mamè soun asta lis que lou jour oun la praoubo henno espousèt. E qu’es aco que m’demandos ? Es pa pego ?

Marieto. —  (suppliante) Anen, papay…

Matias. — Nou, nou, nou.

Marieto. —  (même jeu)Papay !

Matias. — Se mamè et bezèouo ?

 

 

 

 

 

 

Mariette. — Oui, oui. // Matias. — Ça va pas ? Et que veux-tu en faire ? // Mariette. — Les amies s’habillent ainsi ; je veux faire comme elles. // Matias. — Le fichu de soie ! Le châle ! Le tablier ! (Il s’assied, pensif.) // Mariette. — (Se faisant douce et caline) Allez, papa, vous ne pouvez pas me refuser cela. // Matias. — Et que dirait l’aïeule si elle revenait ? // Mariette. — Elle serait contente de se retrouver ainsi. // Matias. — Tu sais ce que tu me demandes, là ? Ce sont les habits de mariage de la pauvre mémé. Ça remonte à longtemps. Je les ai gardés comme une relique dans la vieille armoire, avec le huit-reflets que portait le pauvre pépé. Le chapeau est devenu tout rouge, mais les affaires de mémé son aussi neuves que le jour où la pauvre femme s’est mariée. Et c’est ça que tu me demandes ? Tu es folle ? // Mariette. — (Suppliante) Allez, papa… // Matias. — Non, non, non. // Mariette. —(Même jeu) Papa ! // Matias. — Si mémé te voyait !

 

 

 

 

Marieta

Oui, oui !

Matiàs

Ès pas pèga ? E que’n vòs har ?

Marieta

Las amigas s’abilhan atau ; jo vòi de mèma.

Matiàs

Lo fichú de seda ! Lo mochoèr de cap ! Lo devantau ! (que s’asseta, pensatiu.)

Marieta

(venguent doça e carinhosa)

Anem, papair, pòdatz pas me refusar aquò.

Matiàs

E que diré l’aujòla se tornava ?

Marieta

Seré contenta de’s retrobar atau.

Matiàs

Sabas çò que’m demandas aquí ? Aquò, son los afar esposaus de la prauba mamè. Datan de lonh. Los èi guardats coma ua relica dens lo vielh gabinet, damb lo cuu haut que portava lo praube papè. Lo capèth es vengut arrós, mès los afars de la mamè son astant lis que lo jorn on la prauba hemna esposèt. E qu’es aquò que’m demandas ? Ès pas pèga ?

Marieta

Anem, papair…

Matiàs

Non, non, non.

Marieta

Papair !

Matiàs

Se mamè e’t vesèva !

 

**********************

Partager cet article

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article

commentaires

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca