Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 19:10


Marcel Durey (1854-1936) qu'estó un deus creators de l'Escolo gascouno de Marguerito en 1901 en tornar de la Santo Estelo de Pau. Que i avèva ja ua activitat importanta a Nerac (Òut e Garona) e los « intellectuaus » qu'èran nombrós autan en lenga occitana de Gasconha coma en lenga francesa.

 

Aquí la seguida de Marieta (4)

 


 

Marieto. — Ebe ? 

Matias. — M’at reprochere. 

Marieto. — Me nani, papay ; es tout lou contrèro. 

Matias. — Tout lou countrèro. 

Marieto. — Mè oui ! Se mamè tournaouo, beyre que l’y ats ouardat lou soubeni. Sere countento de beze que lous afas qu’ero pourtaouo à la gleyso lou jour de sa noço soun pourtats anèy per la petito hillo dens ua  hèsto oun canton l’amou de la terro may. E la praoubo mamè en plourere de joyo. E la praoubo mamè bous benazire, papay. 

Matias. — (avec gravité)Marieto, ço que m’disos me remudo lou co. 

Marieto. — Disi la bertat, papay ; e se la mamè m’enten, pot dise qu’èy resoun. E se mamè me bey, creyra se beze ero, tournado joueno ; e bous, papay, creyrats la beze e l’aymerats coumo l’aymaouots maynatje. 

Matias. — (même jeu) Marieto, caro t’e, aco me biro, souy tout echabousit.

Marieto. — Ebe, papay, at boulets ? Sabi oun soun, lous afas ; soun aou houns dou gabinet. Y a mèmo ua medaillo que mamè pourtaouo aou cot quan èro touto maynado à la cugnèro.

Matias. — La medaillo ? La voudres pa, belèou ?

 

 

 

 

Mariette. — Eh bien. // Matias. — Elle me le reprocherait. // Mariette. — Mais non, papa ; c’est tout le contraire. // Matias. — Tout le contraire ? // Mariette. — Mais oui ! Si mémé revenait, elle verrait que vous vous souvenez encore d’elle. Elle serait contente de voir que les affaires qu’elle portait à l’église le jour de ses noces sont portées aujourd’hui par sa petite-fille dans une fête où on chante l’amour de la terre nourricière. Et la pauvre mémé en pleurerait de joie. Et la pauvre mémé vous bénirait, papa. // Matias. — (Avec sérieux) Ce que tu me dis là me fait tressaillir. // Mariette. — Je dis la vérité, papa ; et si mémé m’entend, elle peut dire que j’ai raison. Et si mémé me voit, elle croira se voir quand elle était jeune ; et vous, papa, vous croirez la voir et vous l’aimerez comme vous l’aimiez quand vous étiez petit. // Matias. — Mariette, tais-toi ; cela me trouble, je ne sais plus où j’en suis. // Mariette. — Eh bien, papa, vous voulez ? Je sais où sont les habits ; ils sont au fond de l’armoire. Il y a même une médaille que mémé portait au cou quand elle était toute enfant au berceau. / : Matias. — La médaille ! Tu ne la voudrais pas, par hasard ?


 

 

 

 

Marieta

E ben ?

Matiàs

M’ac reprocharé.

 

Marieta

Mès nani, papair ; es tot lo contrèra.

Matiàs

Tot lo contrèra ?

Marieta

Mès oui ! Se mamè tornava, veiré que l’i atz guardat lo sovenir. Seré contenta de véser que los afars que portava a la glèisa lo jorn de sa nòça son portats anuèi per la petita hilha dens ua hèsta on cantan l’amor de la tèrra mair. E la prauba mamè en ploreré de jòia. E la prauba mamè vos benasiré, papair.

Matiàs

(Damb seriós)

Çò que’m disas me remuda lo còr.

Marieta

Disi la vertat, papair ; e se la mamè m’enten, pòt díser qu’èi reson. e se mamè me vei, creirà se véser era, tornada joena ; e vos, papair, creiratz la véser e l’aimeratz coma l’aimàvatz mainatge.

Matiàs

Marieta, cara-te ; aquò me vira, soi tot eishabosit.

Marieta

E ben, papair, ac volètz ? Sabi on son  los afars ; son au hons deu gabinet. I a mèma ua medalha que mamè portava au còth quand èra tota mainada a la cunhèra.

Matiàs

La medalha ! La vodrés pas, benlèu ?

 

********************


 

Marieto. — Nani en cas de la perde. Me, lou fichut, lou mouchouèr de cat, lou deouantaou, prestam’ot. (Un temps.)

Matias . — (Secouant lentement la tête) Nou.

Marieto. — Oh ! E perqué ?

Matias. — (Se levant)Aco soun relicos, é las relicos sé prouménon pa !

Marieto. — Oh ! Boulèts pa doun qu’angui à la hèsto ?

Matias. — Bèy’zy !

Marieto. — Boulèts pa que m’bouti coumo las aoutos drolos ?

Matias. — T’at defendi pa, mè ço de la mamè sourtis pa d’aci.

Marieto. — Oh ! n’èts pa aymable.

Matias. — Es encouèro lou Palot que t’a birat lou cat.

Marieto. — Nani.

Matias. — Ey dit  nou ! Aco sufis. (Il va vers la gauche.)

Marieto. — Papay !

Matias. — (Se retournant) Nou ! Nou !

(Il gagne la sortie.)

Marieto. — (Même jeu) Papay !

Matias. — (À la sortie) (Avec force) Nou ! Nou ! e nou !!!

(Il sort à gauche.)

 

 

 

Mariette. — Non, j’aurais trop peur de la perdre. Mais le fichu, le châle, le tablier, prêtez-les moi. (Un temps.) // Matias. — Secouant lentement la tête : Non. // Mariette. — Oh ! Et pourquoi ? // Matias. — (Se levant) Ce sont des reliques, et on ne va pas se promener avec des reliques. // Mariette. — Oh ! Vous ne voulez donc pas que j’aille à la fête ? // Matias. — Vas-y. // Mariette. — Vous ne voulez pas que je m’habille comme les autres filles ? // Matias. — Je ne te le défends pas, mais les habits de mémé ne sortent pas d’ici. // Mariette. — Oh ! Vous n’êtes pas aimable. // Matias. — C’est encore le Palot qui t’a tourné la tête. // Mariette. — Nani. // Matias. — J’ai dit non ! Ça suffit. (Il va vers la gauche.) // Mariette. — (Suppliante) Papa ! // Matias. —  (Se retournant) Non ! Non ! (Il gagne la sortie.) // Mariette. — (Même jeu) Papa ! // Matias. —  (À la sortie) Avec force : Non ! Non ! et non ! (Il sort à gauche.)


 

 

 

 

Marieta

Nani, en cas de la pèrder. Mès, lo fichú, lo mochoèr de cap, lo devantau, prestatz m’ac.

Matiàs

Non.

Marieta

Ò ! E perque ?

Matiàs

Aquò son relicas, e las relicas se promenan pas.

Marieta

Ò ! Volètz pas donc qu’angui a la hèsta ?

Matiàs

Vei-z-i !

Marieta

Volètz pas que’m boti coma las autas dròllas ?

Matiàs

T’ac defendi pas, mès çò de la mamè sortís pas d’ací.

Marieta

Ò ! N’ètz pas aimable !

Matiàs

Es enqüèra lo Palòt que t’ac virat lo cap.

Marieta

Nani.

Matiàs

Ei dit non ! Aquò sufís. (Que se’n va de cap a l’esquèrra.)

Marieta

(En suplicar)

Papair !

 

**********************


 

Matias. — (Se retournant) Nou ! Nou !

(Il gagne la sortie.)

Marieto. — (Même jeu) Papay !

Matias. — (À la sortie) (Avec force) Nou ! Nou ! e nou !!!

(Il sort à gauche.)

 

 

 

Matias. —  (Se retournant) Non ! Non ! (Il gagne la sortie.) // Mariette. — (Même jeu) Papa ! // Matias. —  (À la sortie) Avec force : Non ! Non ! et non ! (Il sort à gauche.)

 

 

 

Matiàs

(En se revirar)

Non ! Non ! (Que sortís.)

Marieta

(En suplicar)

Papair !

Matiàs

(A la sortida)

(Damb fòrça)Non ! Non ! E non !

 



Partager cet article

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article

commentaires

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca