Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 10:20

Charlie Hebdo autan coma le Canard enchainé que son setmanèrs respectables.

Totun, ne son pas coneishuts tà la lor sensibilitat regionalista…

Que legeishi Le Canard enchainé desempuish mai de cinquanta ans pr'amor que'm conveng en generau e que denóncia causòtas qu'un aute medium ne denóncia pas.

Dens la numèro d'aquesta setmana (14 décembre 2011), que i a un article titolat

« Grimberger met le français en bière ».


Aqueth article denóncia l'actitud d'una comuna bèlga de Brabant, au ras de Brussèlas, que 20 deu cent deus poblants e son francofòns. La municipalitat que ven  de demandar aus sos administrats de denonciar los que parlen francés.

L'argument de la consola  qu'es que : « Lorsque beaucoup de citoyens issus d'autres cultures ne s'expriment pas dans la langue de la région, cela risque de mettre en péril le tissu social de la commune. » E de balhar com exemple lo cas d'ua mair qu'es anada lo jorn d'avant, dens ua escòla, « tà demandar ua plaça tà lo [nòste] dròlle » ; tot en francés.

La consola, Dna Marleen Mertens, n'es pas  ua extremista deu Vlaams Belang mès qu'aparten au partit deu president deu Conselh europèu, Herman Van Rompuy. E, en conclusion deu son aperet a la delacion, que ditz : « Il est bien entendu que tout habitant est totalement libre d'utiliser la langue de son choix dans la sphère privée. »

 

La conclusion deu Canard enchainé qu'es : « Alors, parler français ? Derrière sa porte close, c'est oui. Mais, dans la rue flamande c'est nee. »

 

 

Ende jo, que i a duas causas de notar :  

La situacion hèita a la lenga francesa qu'es insuportabla e lo Canard qu'a rason d'ac denonciar. La libertat d'emplec de la soa lenga a l'ostau qu'es un argument que los Francés monolingües emplegan cap a nosauts

La conclusion deu Canard qu'es de meditar tanben…

 

 

 

Los Occitanistas que pòden escríver au Canard tà denonciar la situacion hèita a l'occitan !

 

 

 

Ai enviat un corrièl al Canard per li far remarcar aquò :

 

redaction@lecanardenchaine.fr

 



Je suis entièrement d'accord avec votre dénonciation de l'attitude de la mairesse flamande et je suis aussi d'accord avec la conclusion que vous apportez.
MAIS… puis-je vous rappeler que les locuteurs des langues historiques de France – alsacien, breton, basque, catalan, corse, flamand,  franco-provençal et OCCITAN [auvergnat, limousin, vivaro-alpin, languedocien, provençal, gascon] (aire linguistique : 32 départements du Sud de la France), que je m'honore de parler, d'écrire et d'avoir enseigné – ces locuteurs, dis-je, entendent exactement les mêmes arguments de la part des francophones hexagonaux divers et variés et monolingues pour beaucoup.
Ces gens-là (cf. Jacques Brel !) dénient toute existence a nos langues historiques (dites aussi « régionales ») au nom de l'intangibilité de la nation, etc.
Pour m'en tenir à la langue occitane (appelée aussi « langue d'oc » mais auparavant « limousin » ou « provençal »), ce serait, je n'en doute pas, vous faire injure que de vous rappeler qu'elle est au moins aussi ancienne que la langue française (d'oïl) et que la lyrique des troubadours a constitué la première littérature européenne dès l'an 1100.
Aujourd'hui, la langue est certes bien mal en point et les « gens de Paris » (pouvoir gauche  et droite réunis, Académie française, etc.) voudraient bien qu'elle mourût ; elle n'en a pas moins encore une littérature qui ne fait point honte à la littérature française par sa qualité sinon par sa quantité (nous avons aussi des "horreurs" bien entendu).
Je suis de tout cœur avec vous dans la défense de la langue française mais je souhaiterais aussi vous voir défendre les autres langues et cultures de France et non les traiter par dessus la jambe.
Si la défense de la langue et de la culture françaises doit passer par l'écrasement et l'anéantissement des langues et cultures historiques de France, alors, il ne faut pas s'étonner de voir que certains (surtout les Anglo-Saxons mais dans ce cas, les Flamands) veuillent lui tailler des croupières…
Je reste à votre disposition

Salutations distinguées et canardesques

 

 

Responsa recebuda deu jornalista del Canard enchainé, Sorj Chalandon :

 

Merci pour votre message,
 
Pendant 32 ans passées à Libération, je n'ai cessé de dénoncer la main-mise du français sur les langues régionales ou les langues nationales sans Etat. Et cessé non plus de parler de Diwan, des Ikastola et des combats (corse notamment) pour la dignité de la langue.
 
Sauf qu'en l'état, cette mairesse flamande s'en prend au français. Et un journaliste sait qu'on ne peut pas mettre quinze idées dans un seul papier - c'est ce qu'on appelle l'angler. Imaginez mon article avec une incise disant: elle a bien raison de s'en prendre au français étant donné que l'Etat français lui même s'en prend à l'Occitan...
 
Oups! Tout brouillé et la balle au centre...
 
Désormais au "Canard", ma vigilance pour les langues "minoritaires" est intacte, et s'exerce librement.
 
J'espère que vous pourrez le constater lorsque l'actualité nous y contraindra...
 
Kenavo ar vechal, comme on dit dans le Finistère.
 
Et à mercredi.
Sorj Chalandon

 

Responsa que li ai facha :

 

Car sénher,

Mercé plan per vòstra responsa
Èra pas criticar per criticar… soi tanben jornalista en lenga occitana e sabi que òm pòt pas tot mesclar (mélanger)
Soi content de legir que, al Canard tanben (aussi), ne i a que son conscients del problèma.

Coralament / Amicalement

Partager cet article

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Curiosa
commenter cet article

commentaires

Joan.Peiroton 15/12/2011 17:48


N'ac prengas pas mau, Andriu. N'èra pas dirigit contra tu ni contra lo lengadocian ni contra la Setmana. Çò qui voi sonque díser: que compreni que los Flamencs  poscan préner mesuras entà
sauvaguardar la lor lenga. Segur que la proibicion de parlar francés au client qu'ei liberticida, totun que compreni la motivacion. N'ei probable pas lo bon metòde, totun. Enfin, n'èi pas lo
remedi. E notaràs que soi abonat a la Setmana, jo. E que contunharé d'ac èster.

Joan Peiroton 15/12/2011 12:14


Remarca, agossen podut har los gascons com los flamencs de Grimbergen, la Setmana que seré probablament redigida sancerament en gascon dab un lectorat plan mei important que non pas lo d'uei lo
dia.

Andriu de Gavaudan 15/12/2011 16:33



Remarca, ne pensi pas que degun empache / arrés empachen los gaso-gascons de participar a La Setmana en enviar articles o de perpausar los lors servicis… La mea modèsta contribucion desempuish
1996 qu'es benevòla e qu'ac èi hèit e qu'ac hèi unicament ende ajudar La Setmana. De segur, la mea vision n'es pas gasco-gascona mès panoccitana e que ne i a que m'ac repròchan, enqüèra mei com
ne soi pas vadut gascon e pr'amor que considèran que la men parçan n'es pas sonque gascon per la geografia ; per simplicar, que'm repròchan de n'estar vadut Bearnés, condicion sine qua non tà
poder preténder a gausar parlar e escríver gascon… Ne i aurà tostemps tà se trobar excusas ; los Occitans, que sian gascons, lengadocians, lemosins, etc… que seblan d'aimar tot çò qu'es mortifèr
!



Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca