Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 00:28

Espòrt e nacionalisme…

Que cau reconéisher que lo nòste president poiré estar mei sostengut !

Espiatz un pauc los atlètas aus Jòcs olimpics de Sòchi ; quin que sia lo país, qu’an totjorn un sarròt de fans entà cridar, aplaudir, manifestar lo lor gaug e lo lor estrambòrd. França qu’a un atots suplementari : los sons jornalistas especializats !

Que’m soi totjorn demandat perque los esportius èran recompensats quand ganhavan medalhas e perque los jornalistas n’avèvan pas arren. Un comportament atau de la part de las autoritats competentas deu nòste país o de las federacions esportivas concernidas qu’es ua manca de saber-víver manifèsta de la lor part. Los lors comentaris dens las diferentas espròvas que son un modèl en se.

Que sabem tots que cada atlèta es potenciaument un medalhat mès, sens lo sosten deus nòstes jornalistas, ne s’i escaderén pas jamei. Quan son suu podium, França qu’es a l’aunor de segur e que s’enten sus las ondas « França » que s’escana de jòia ! Quan n’i son pas, ne i a pas nat problèma, lo jornalista de nòste qu’a las excusas en boca totas trobadas : la fauta de l’arbitre, lo parcialitat deus jutges o lo vent que bohava tròp hòrt en contra. Non, los comentators francés ne son pas solets a’s complàser dens aqueth nacionalisme estret e pegòt, deu men punt de vista, mès totun que s’ameritan la medalha d’aur…

Que m’es estat reprochat sovent de n’èstar pas un patriòta com ne sostenguèvi pas las esportius exagonaus. Argument especiós ! Qu’aimi l’espòrt en general e que’m regaudeishi de véder los imatges beròis deus atlètas en accion mès que me’n chauti que lo prumèr e sia de nòste o pas…

Lo nòste president, matrassat dens los sondatges, que deuré demandar lo transfèrt deus jornalistas esportius a las rubricas « economia » e « politica » !

Editoriau de La Setmana, n°957

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 15:56

Escambiar los presidents ?

Vòli pas dire mas i a quicòm que va pas amb la faiçon d’elegir los caps d’Estat … en França al mens !

Prenèm nòstre president François. Cada jorn, es ara vengut la mòda, los sondatges comandats per un o per l’autre demòstran que la popularitat del president es pas jamai estada autan bassa.

E, per far bona mesura, lo primièr ministre e totes los membres del govèrn – levat los passa-muralhas – fan partida del questionari. Aital, los sondats balhan lor punt de vista sus tal o tal.

Coma soi pas jamai estat sondat ni per telefòn ni per carrièra, vos dirai pas qualas son las questions ni se vos demandan de respondre per òc o per non o se vos laissan desvolopar vòstra pensada.

Personalament, me sembla – e ne soi segur ! – que poiriái dire de òc o de non pel president e pel primièr ministre e tanben per quatre o cinc ministres d’aqueste govèrn mas que seriái fòrt embarrassat per totes los autres que ne coneissi quitament pas la cocura.

Se En Valls se passeja per carrièras, quitament sens sos garda-espaldas, li serà pas aisit de passar incognito. Sas admiratrices o sos criticaires auràn lèu fach de lo reconèisser : demandas d’autografas e envejas d’escopits se farián rampèl !

Na Taubira corririá de riscas identicas mas per d’autres motius ; e sa color de pèl ajudariá pas se trapèsse demest los manifestants del « maridatges per totes » !

Per nòstre president, es quicòm de diferent. Son visatge, leugièrament rojàs, atira la simpatia naturalament. La faiçon qu’a de jamai èsser peta-sec e de fugir los afrontaments li permet a priori de passar entre las gotetas d’un delavaci ! Mas sufís pas per èsser popular.

Totas las decisions que pren son contestadas e pels electors, e pels sindicats, e per un fum d’autres grops. Los quites deputats de sa majoritat repotegan.

Cal que nòstre president ane en defòra del país, visitar Barack – en dificultat dins son país –, per trapar de mond que li fagan qualques sorrires e mimicas de benvenguda. E François es pas una excepcion. Se prenèm totes los que son estats al poder abans el, es tot parièr : Sarközy l’American, Chirac la man al cuol de las vacas, Mitterrand, alias tonton e mai tard Dieu. Totes an degut anar a l’estrangièr cercar un pauc de solaç !

Una idèa de seguir benlèu : escambiar los presidents – coma al fotbòl los jogaires – o, pels electors, elegir los presidents dels autres païses !

Cronica occitana

Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne

dimenge, lo 16 de febrièr de 2014

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 00:12

Los pesolhs revenguts…

Se ditz de temps en quora, al canton – quand n’i a un – o al cafè, que França a la Drecha mai bèstia del mond ! E n’i a totjorn un autre per apondre que l’Esquèrra li fa rampèl sens cap de dobte. Aquò dich, en ma « qualitat » d’observator, ai pas cap de solucion per remediar a aqueste gra zèro de la vida politica, promogut – vesi pas d’autre mot ! – per totes los tenors que quitan pas de dire que fan la setmana de trenta-cinc oras dins la jornada mas que tròban lo temps d’aver un avís sus tot, e de o far saber, en se fasent invitar pels mèdia audiovisuals, mai portaires que la premsa escricha. Diluns foguèt lo J. F. Coppé que venguèt far la promocion involontària d’un libre – Tous à poil, publicat en 2011 – en afortissent qu’èra recomandat pels drollets dins las escòlas e qu’aquò èra un escandal dins la mesura qu’aqueste libre mostrava pas que còrses desnudats d’òmes e de femnas, de drollets e de drolletas… Naturalament, çò qu’afortís aqueste mossur es faus mas li cal ben « putanejar » – excusatz ! – per ensajar de recuperar los electors partits veire se l’èrba « blava marina » tastava melhor. Per malastre, es pas lo sol a proferir d’asenadas que las gents son pregats de creire. La tela favoriza la desinformacion autant mai que las reaccions de las autoritats competentas son sovent trastejantas. Sèm tombats dins l’èra del quart d’ora de celebritat per cadun. E totes o vòlon ! Los mèdia, que lor ròtle es normalament d’informar, son coratjoses sens èsser temeraris e la brèva ten lòc de testimòni dins la premsa escricha e lo presentator tele, gloriós coma un pesolh revengut, anóncia que ven de « far lo torn de la question » en… doas minutas. E quid dels arguments a propaus d’una ratificacion eventuala de la carta per las lengas regionalas… ?


Editorial de La Setmana, n°956

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 12:30

La deontologia dels pantoflaires…

Vòli pas dire mas França es vertadièrament un país d’excepcion ! Enfin seriá melhor de dire qu’es un país d’excepcions !

Sabèm ja totes qu’es lo país de l’excepcion culturala e qu’es pas per res que nòstres aujòls de longtemps a se son batuts a Alèsia, e benlèu abans se, en bons Franceses, engolissèm la legenda d’una França qu’existís de tota eternitat !

Francament, son pas los Anglosaxons ni los Estatsunidencs que nos pòdon far rampèl… França, venguda sul tard la « filha ainada de la Glèisa » catolica, es estada totjorn una excepcion, e dins totes los domenis. Anetz pas creire las missantas lengas que vos dison lo contrari. França e sas excepcions son un axiòma ! « Punt, barra », coma dison los adèptes de la nòvlenga del sègle xxi.

Una de las excepcions mai corregudas e tròp sovent negligidas per los qu’estúdian nòstra societat exagonala es lo pantoflatge, considerat coma una de las arts màgers de nòstra Republica reservada de segur als ciutadans que se l’ameritan : l’elèit republican !

La Republica presa l’egalitat dels ciutadans mai que tot, mas considèra qu’es de son dever de descobrir los elèits que seràn aptes, un còp lors estudis acabats, a la servir pel ben de totes. Aital los politecnicians, los enarcas e autres normalians qu’an passat los obstacles divèrses son assegurats de se trobar pas al caumatge. Devon sonque trabalhar dètz ans per l’Estat avant de poder anr « pantoflar ».

Un engatjament a trabalhar per l’Estat pendent un periòde determinat pòt semblar normal quand aquel estat, sovent asirat, vos paga los estudis.

Mas un fum d’aqueles « profitaires » aiman melhor jogar los chucasang sens onorar lor engatjament e se n’anar lèu lèu dins lo privat ont los salaris an pas cap de comuna mesura amb los del public.

Demest los que trabalhan un pauc per la foncion publica, n’i a fòrça que venon expèrts en iò-iò, es a dire que fan un va-e-vèni entre public e privat ; se servisson de lor quasernet d’adreças per se far pagar mai dins lo privat e expausan lo sacrifici financièr que devon far quand tornan dins lo public. Es çò que s’apèla : jogar ganhant-ganhant a cada còp !

Nosautres, seriam condamnats a las galèras per plan mens qu’aquò mas, per totes aqueles que son l’elèit, es sovent pas qu’un rapèl a la deontologia !

Se la Republica es en dangièr, es benlèu pas en causa dels caumaires o dels que manifestan per carrièras…

Cronica occitana

Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne

dimenge, lo 9 de febrièr de 2014

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 10:36

Un rambalh beròi…

Qu’ac disèva ja Henri Rochefort en 1868 : « França qu’a trenta sheis milions de subjèctes sens comptar los subjèctes de desplaser. » Lo temps qu’a passat e lo maucontentèr que demora ! La mia generacion qu’avèva haut o baish los « eveniments » de 1968 ende estimar los cambiaments de la nòsta societat. Las generacions navèras qu’auràn la « crisi » de 2008 en memòria quitament se los cambiaments e son d’ua natura diferenta. La crisi ! Los que bailejan lo país, a maugrat de l’alternança politica, n’an pas modificat lo lor discors d’un quite iòta. Qu’un primièr ministre gause declarar que França èra un país en falhita e que los Francés e devèvan consentir a trabalhar mei sens nada aumentacion de salari e l’oposicion de l’epòca qu’aperava guaireben a la susmauta. Qu’un govèrn e volha legiferir dens lo domeni societau e que son centenats de milèrs a protestar per carrèras, a demandar l’abandon de las mesuras concernidas e la demision deu govèrn e a acusar, per la votz d’uns deputats en sesilha, lo president de la Republica d’estar illegitim. La des·hidança cap aus òmes politics n’es pas quaucomet de navèth e que’s seré podut pensar qu’aquestes – los « en carga dels afars » com los que i vòlen tornar – adoptarén un comportament mei confòrme aus desirs deus ciutadans. Que non pas ! Lo triscamalha deus membres deu govèrn que hè « plaser » a véder damb ministres hantaumas o muts – o los dus a l’encòp – e autes qui an un avís sus tot : interior, justícia, coesion sociau, etc. L’oposicion que’u hè rampèu damb arguments o remarcas d’ua mediocritat sens nom. E ne parlarèi pas deus qui ne saben pas sonque lairar o canhiular e pensan que serén capables d’ac resòlver tot damb la lor bagueta magica ! E nse har cabussar tots, que i pensan…

Editoriau de La setmana, n°955

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 16:02

Una gara del « chic » parisenc…

Vòli pas dire mas direm pas jamai pro tot çò que devèm a París, la gran vila, la capitala d’un país que se crei encara una poténcia mondiala, etc. (sic)

En cas que d’aubuns m’ajan pres al primièr gra, ajusti de tira qu’aqueste primièr paragraf es una galejada !

E rai se n’i a que fan lo morre per çò que creson encara los discorses servits per nòstres politicians d’esquèrra coma de drecha sus aquel sicut.

Mas l’afar qu’interessa los Ageneses e las gents d’Òut e Garona en general es, de segur, la gara d’Agen-même que ven d’èsser restaurada — « reabilitada » coma se ditz ara en francés ! » — per permetre, d’après çò qu’ai legit, de far la naveta fins a la gara per la LGV a venir que serà en defòra d’Agen.

Personalament, se vesi qualque interès a modernizar la gara e a permetre a totes de se i desplaçar sens problèma — çò qu’es pas estat fach, çaquelà ! — vesi pas cap d’interès a ne far una mena de gara futurista se deu servir pas que per anar a la gara LGV a qualques quilomètres d'Agen-même.

La vòlon, nòstres elegits, aquela gara ; Rousset, lo reiòt d’Aquitània, Dionís, lo comte d’Agen e totes los marqueses, drecha e esquèrra confondudas, qu’an lors abituds a París e que fan d’anar-tornar e que se vòlon trobar mai pròches del poder central, estant qu’un grand país se coneis a son administracion tentaculara qu’arrègla totes los detalhs de nòstra vida, a nosautres simples ciutadans.

S’agís pas de saber s’es de moneda degalhada o pas. Que non pas ! Una ligason rapida amb la capitala del reialme es una necessitat. Lo progrès se discutís pas e nòstres elegits sabon plan melhor que nosautres qual es nòstre interès, es evident !

E, cerièra sul pastís, coma dison en francés, la gara restaurada aurà tornar son bufet « del charme d’autres còps, dins un decòr de braçariá parisenca amb de mòbles contemporanèus ».

La classa ! La classa, vos disi… una gara restaurada e modèrna ara, amb lo chic parisenc en prima. Urosament que pensan a nosautres, nòstres elegits si que non auriam pas jamai pogut profitat del chic parisenc dins nòstre campestre.

Donc, eles van a París per profiechar del chic parisenc e nosautres, l’avèm aicí sus plaça.

Perque anarián a París s’an ja lo chic parisenc sus plaça ? Ai degut mancar quicòm…

Cronica occitana

Le Petit Bleu de Lot et Garonne

Dimenge, lo 2 de fevrièr de 2014

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:29

De sangsugas pels milions…

La paur de la pagina blanca, per çò que concernís aquelas regas, l’ai pas gaire. Sabi que serai salvat per l’actualitat que, gaireben tot còp, passa çò qu’auriái pogut imaginar. Donc quand me meti devant l’ordenador, ensagi de far la tria demest los eveniments per ne causir un que poiriá interessar lo legeire e que seriá pas a la Una de la màger part dels autres mèdia. Escomesa impossibla per çò que soi pas mai aluserpit que los autres ! Vos auriái donc parlat del carri de l’Estat qu’avança « contra vents e subèrnas » o de la tendéncia dels òmes politics a la procrastinacion – mot impossible de prononciar ! – quitament se son pas los sols quand, en me passejant sus la tela, legiguèri que lo « gigant de Califòrnia [aviá] vendut mens de telefonets intelligents que [çò qu’aviá] previst ». Solide, los darrièrs tres meses, aviá fach tretze miliards de profièches mas aquestes èran pas mai gròsses que los de 2012. En mai d’aquò, pareisseriá que « sas perspectivas pel primièr trimèstre de 2014 serián en deçai de las previsions ». Los que legisson lo « Wall Street » dins lo tèxte auràn lèu fach de comprene perque los accionaris e los investisseires subretot, tiran lo morre. Tanlèu los resultats coneguts, l’accion del gigant cabussèt de 8 %. Coma una « catastròfa » ven pas jamai soleta, lo big boss daissa esperar pas qu’una chifra d’afars de 44 milions de dòlars mentre qu’èran previstes 46 per aqueste trimèstre. En mai d’aquò, fa quatre annadas que la « Poma » a pas sortit res qu’existissiá pas ja avant. Malgrat mai de tres dòlars de dividend per accion, los qu’an metut de moneda dins l’afar vòlon un retorn sus investiment encara mai grand. Qué far per ajudar aquel paure monde ? Crompar un seisen ordenador, un tresen telefonet o una quatrena lausa ?

Editorial de La Setmana, n°954

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 16:21

Quauques ans, dens un estagi de professors d'istòria e geografia, un collèga qui ne suportava pas de ns'enténer parlar occitan [qu'èra en Lemosin], que'm digó : « l'occitan existosse, que seré de notorietat publica. E que auré ua gramatica, un diccionari, etc. » E lo diallòg que continuè :

“ E coneishes lo quichuà ?

— Òc, es parlat en Las Americas.

— E coneishes gramaticas d'aquesta lenga ?

— Non pas !

— Totun entà tu, lo quechuà qu'existeish.

— De segur.

— Mès ne coneishes pas arren de l'occitan ; donc aquesta lenga n'existeish pas.

— Qu'ac mesclas tot ! ”

Sens comentari…

Que soscrivi volontièr a la demanda de la Josiana Ubaud de har circular la soa letra dubèrta aus responsables de navèth musèu de Marselha qui ne coneish pas ni l'occitan (o provençau o lenga d'òc o lemosin…) ni la civilizacion d'en çò nòte.

Qu'am avut,un còp èra, la “ França de Dunkerque à Tamanrasset ” e que sabem que França, dens los limits actuaus, e existeish de tota eternitat. Totun…

Josiane UBAUD - jb.ubaud@wanadoo.fr Le Crès, le 19 Janvier 2014

5 Impasse du Romarin 34920 LE CRÈS

Lexicographe et Ethnobotaniste

en domaine occitan Lettre ouverte au MUCEM

(dialectes provençal et languedocien)

à l’attention des conservateurs

Mesdames, Messieurs,

Marseillaise résidant en Languedoc, mais ayant toujours mon cabanon sur la Côte Bleue, je suis donc avec régularité les expositions marseillaises depuis toujours. L’ouverture du MUCEM, dont le titre « Musée des Civilisations d’Europe et de Méditerranée », et particulièrement sa « Galerie de la Méditerranée », ne pouvait donc que m’attirer a priori. Enfin un musée contemporain qui parlerait de ma/notre civilisation méditerranéenne/occitane occupant une bonne part de l’arc méditerranéen nord et héritière directe des Grecs et des Latins. D’autant plus sûrement attirée que la profession de foi du Mucem exprime la volonté « d’appréhender les traits de personnalité singuliers des cultures nées sur le pourtour méditerranéen », laissant augurer une approche scientifique de cette diversité, « tantôt archéologique, tantôt ethnologique, tantôt artistique » (sic). On ne comprend qu’a posteriori le soin pris de dire à l’avance « sans jamais prétendre à l’exhaustivité », parade très commode pour s’éviter les critiques, au regard des « absences » plus que criantes qui sautent aux yeux des malheureux « indigènes » qui n’y ont quasiment pas droit de cité.

J’ai donc visité la fameuse galerie permanente… et en suis ressortie consternée. Car le parti pris évident d’évincer toute trace de la culture occitane, toute trace même de Marseille à Marseille (!), est la donnée constante qui ressort de cette visite. Ainsi les outils et objets en provenance des pays « d’ailleurs » ont droit en toute légitimité à l’étiquetage scientifique « langue d’origine/traduction française ». Mais pas les rares objets provençaux tous dénommés seulement en français et qui plus est…avec des noms jamais employés localement en français ! En tant qu’ethnobotaniste de terrain, je suis bien placée pour savoir qu’AUCUN paysan n’emploie le mot de « houe », même en français. Il dit exclusivement en francitan « aissade, sape, arpe, magau, bigos, etc », en fonction de la forme, du nombre de dents (tous noms issus de l’occitan arpa/arpo, aissada/eissado, sapa/sapo, magau, bigòs) ou directement en occitan lorsque j’enquête dans cette langue. Or ce sont ces noms-là qui auraient dû figurer scientifiquement en premier, mais pour le Mucem, « c’est tout de la houe ». Pour un godet de « noria » provençale, aucun paysan ne dit « noria » mais pousaraque/pouseraque (de l’occitan posa-raca/pouso-raco, qui puise et qui recrache). Pareillement pour les cloches exposées, qualifiées platoniquement et indûment de « cloches et sonnailles ». Vous n’avez visiblement jamais rencontré un berger de votre vie. Vous sauriez que CHAQUE « cloche » a un nom spécifique, en fonction de sa forme, de sa grosseur, et de qui la porte. Seules leurs traductions françaises peuvent s’appeler génériquement « cloches et sonnailles », mais certes pas l’objet d’origine. Nous n’avons droit qu’à une « gargoulette » en conformité avec le nom réel de l’objet exposé. Le Mucem pratique donc le respect des langues catalane, italienne, arabe, … mais le mépris absolu de la langue d’oc. Faut-il vous rappeler/apprendre que la langue d’oc (ou occitan) est étudiée dans les universités du monde entier ? Côté évocation du dieu Taureau, à nouveau oubli/censure du dieu Mithra associé à la Camargue, qui n’a pas droit de cité avec ses élevages de taureaux pourtant ô combien emblématiques, ne serait-ce que par une phrase. Non, pour le Mucem, le taureau est ailleurs, mais pas ici. Cette démarche est-elle bien ethno-scientifique pour qui prétend « appréhender les traits de personnalité singuliers des cultures nées sur le pourtour méditerranéen » ? Et je ne parle même pas de la superficialité des textes (il ne suffit pas de se réclamer de Braudel ou de Camus pour en être à la hauteur) et de l’indigence des « oeuvres d’art »…

Passée cette première partie, en fonction de votre « tantôt…, tantôt …», j’ai pensé que je trouverai ma/notre culture occitane dans les autres salles… Pas davantage. Or faut-il vous rappeler qu’en terre française, les héritiers premiers des cultures phares grecques et latines, ce sont les Occitans (comptoirs grecs et latins, puis occupation romaine, donc histoire, langue, droit écrit, forum, démocratie, commerce, amphores, olivier, vigne, etc), non les Francs ? À la citoyenneté donc, au moins une petite allusion aux républiques de Marseille, Arles, Avignon ? Que nenni, pas évoquées. Aux portraits de Marianne, dire que la première fut occitane et l’ajouter aux portraits ? Toujours non. Aux religions, leurs dégats collatéraux avec le massacre des Vaudois, des Cathares, des Protestants, alors ? Ah ! non, toujours pas « ce trait de personnalité » de notre histoire tragique qui a marqué les hommes au fer rouge. Car les massacres engendrés par les monothéismes sont soigneusement contournés, pudiquement/pieusement tûs et pourtant « Dieu sait » s’ils ont marqués/marquent encore l’histoire de la Méditerranée. Je passe sur le cube vide censé représenter les athées/agnostiques, qui apprécieront comme il se doit la supposée viduité/transparence de leurs pensées. Alors, forcément me suis-je dit, ce sera dans la dernière salle, avec les voyages et le commerce ? Avec Marseille grand port depuis les Grecs, Marseille première ville à avoir été déterminée en latitude par Pythéas, célébrissime Marseillais s’il en est, Marseille porte de départ pour l’Orient et port d’entrée de tant d’épices, tissus, céramiques, Marseille et la Provence célèbres pour ses astronomes, Marseille renommée pour ses cartes et ses instruments de mesure indispensables aux voyages, les astronomes Provençaux Nicolas de Peiresc et Gassendi échangeant avec les savants de toute l’Europe : ici, inévitablement, j’aurais/nous aurions droit à quelques miettes pour faire oublier les vides précédents. Eh ! bien non, même Marseille est ABSENTE, totalement ABSENTE, et chez elle de surcroît. L’excuse toute prête de « la non-exhaustivité » fait bien piètre figure face à ce… révisionisme généralisé, j’ose le mot. Et elle n’abuse que ceux qui veulent bien être abusés (désolée, je n’en fais pas partie, ainsi que de nombreux autres citoyens, pas moins ouverts au monde pour autant).

Marseille et la culture occitane méditerranéenne plus généralement « de Narbonne à Nice » n’ont donc point de place en tant que « traits de personnalité singuliers », quel que soit le côté envisagé « tantôt archéologique, tantôt ethnologique, tantôt religieux, tantôt scientifique, tantôt linguistique, tantôt politique ». Pour les concepteurs de l’exposition, l’épaisseur, la densité, le poids humain, historique, culturel, scientifique, n’existent qu’ailleurs, mais pas ici où tout n’est que vide et transparence (comme le cube pour les athées). Les terres occitanes fussent-elles hors la France qu’ils eussent daigné en parler peut-être, tant l’exotisme lointain a, seul, un attrait ? La présence occitane y est réduite à la portion plus que congrue (quatre « houes », quatre « cloches », un godet de « noria » et encore mal étiquetées) qui confine à l’indigence. Mais ils prétendent sûrement avoir fait « une présentation scientifique ». Pour ma part, en tant qu’actrice de cette culture, en tant qu’ethnobotaniste enquêtant sur le terrain depuis plus de 30 ans, en tant que lexicographe attachée aux faits de langue (quelles qu’elles soient) et à leur restitution objective et rigoureuse (et non d’un côté « les vraies langues » prédéfinies à l’avance par la doxa et qui ont droit au respect et les « sous-langues/patois » sans aucun intérêt de l’autre), je la trouve méprisante pour Marseille, la Provence et les terres d’oc en général. Car terriblement faussée, mensongère, pratiquant ouvertement le rejet, donc totalement anti-scientifique. Ses concepteurs nous imposent une vision franco-française d’une culture technocratiquement formatée à Paris (voire glacée en ce qui concerne les objets populaires) qui passe sans état d’âme de l’histoire officielle française … aux langues et cultures d’ailleurs sur le pourtour méditerranéen (« regardez comme nous sommes ouverts » ), en sautant allègrement par dessus les terres occitanes qui n’existent pas à leurs yeux (constatons combien « vous êtes fermés à double tour à la rive nord française de la Méditerranée»). En contradiction absolue avec le titre même du Mucem et encore plus avec sa profession de foi pétrie de discours de façade, dont l’analyse lexicométrique montre l’absence totale des mots « Languedoc, Provence, Marseille » (un seul adjectif « marseillais » associé au dessinateur Dominique Papety mais concernant des dessins de villes étrangères). Or la lexicométrie est toujours très parlante car elle trahit l’idéologie… On y trouve ainsi Gênes, Amalfi, Jérusalem, Athènes, Venise, Valencia, et quasiment tous les pays ou régions du pourtour méditerranéen (et même Allemagne)… mais pas Marseille, Provence ! Pour un musée français installé en terres occitanes, à Marseille, cherchez l’erreur et l’imposture. Ces toponymes et leurs cultures afférentes vous font-ils honte au point de les éradiquer ainsi ?

J’ajoute que cette vision politiquement très orientée, niant les richesses sur place (qui font pourtant aussi la richesse du patrimoine français et pas seulement local, les mettre aussi en valeur semblerait la moindre des choses), incapable de faire des traits d’union/comparaison féconds entre l’ici et l’ailleurs, en diachronie comme en synchronie, en choisissant de ne privilégier/valoriser que l’ailleurs, complète hélas la programmation de « Marseille capitale de la culture 2013» où toute trace de culture occitane a été éradiquée dans les projets acceptés, ou peu s’en manque. Mais nous avons bénéficié de sublimes plasticailles colorées (élevées au rang d’œuvres d’art) émaillant les trottoirs de Marseille (du même type que celles qui décorent les magasins et bars branchés), de copies de Dali, d’un texte lissé diffusé au Fort Saint-Jean où l’on raconte l’histoire française de Marseille avec un bel accent d’aéroport, et en guise de couleur locale « poudre aux yeux », de pauvres brebis lâchées sur la Corniche (on va voir l’amontagnage là où il passe naturellement, culturellement, on ne le déplace pas sur un lieu où il n’a jamais passé !). Cela fait vraiment sens… Tandis que le buste de l’écrivain marseillais Victor Gelu (pourtant pas bien encombrant) a été éradiqué du plan de rénovation du Vieux Port. Bref, tout cela en dit fort long sur le formatage des esprits, comme s’il y avait le même chef d’orchestre régentant tous ces projets, au Mucem et à la ville (et à tous les autres échelons institutionnels hélas…), imposant sa vision si « vertueusement ouverte sur l’ailleurs » mais si « insolemment fermée à l’ici », tant s’affiche partout la volonté délibérée de nier notre culture et notre langue en domaine public. De nombreux Marseillais et Provençaux, et plus généralement Occitans venus exprès visiter le Mucem parfois de loin, ont été choqués par cette censure/mépris de « leurs traits de personnalité », ainsi jetés à leur figure et dans leurs propres terres de surcroît. Claude Hagège parle à ce sujet « d’élites vassalisées ». Si ce n’est pas un comportement colonialiste en terres d’oc, cela lui ressemble fort…

J’en suis personnellement bien plus que choquée. Nous faudra-t-il aller dans un musée catalan ou italien ou libanais consacrée à la Méditerranée, pour voir enfin « appréhender dignement/scientifiquement/linguistiquement les traits de personnalité singuliers » de notre culture et voir évoquer Marseille et la Provence et le Languedoc autrement que par quatre « houes » (comme ailleurs par une jupe folklorique ou la nième publication d’un « sociolinguiste » sur « Le parler imagé de Marseille ») ? Comment peut-on prétendre faire une muséographie scientifique, donc respectueuse des civilisations, alors que c’est le parti pris idéologique qui préside ici de façon criante ? Soit par censure délibérée, soit par absence de curiosité élémentaire, ce qui est tout aussi grave. Je sais/nous savons déjà à l’avance la réponse à ces critiques car nous y sommes habitués : « non, vraiment, il n’y a aucune volonté de censure, aucun mépris ; objectivement, ici, il n’y a rien « d’universel » qui soit digne d’être évoqué au Mucem eu égard aux choses/histoire/pensées si géniales de l’ailleurs, à part quatre « houes » et trois « cloches » pour faire plaisir à votre « localisme », mais dont on se moque éperdument de savoir leurs vrais noms dans votre « patois ». Et Marseille n’a toujours été qu’un petit port de pêche dans l’histoire de la Méditerranée, tellement petit qu’une seule sardine l’a bouché, c’est bien connu, ce qui explique son absence dans la galerie permanente, en toute objectivité scientifique, vraiment ».

Même si je me doute que mon avis vous importe fort peu, en tant que citoyenne occitano-française finançant le Mucem par ses impôts, en tant qu’ethnobotaniste et lexicographe respectueuse des cultures, des langues et des hommes, je tenais à vous exprimer ma colère face à cette vision des faits méditerranéens selon votre prisme déformant, qui n’a même pas la décence - à défaut de la conviction - de valoriser un tant soit peu la ville et la région d’accueil du musée.

Recebètz mei salutacions amaras (c’est du « patois »).

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 15:55

França, en son reialme…

Vòli pas dire mas, per ne far coma ne fan los mèdia, cal creire que França es pas encara una democracia mas si ben un reialme !

M’expliqui. Al temps del rei Loís XIV, los cortesans èran admeses cada jorn a verificar de visu – coma se ditz en latin ! – que Sa Majestat aviá un bon transit instestinal. Podián aital far saber urbi et orbi que lo rei anava plan e que i aviá pas cap de pensament a se far pel país. Tot se podiá resumir en una frasa : lo rei va plan, lo país va plan !

Nòstra Republica auriá un foncionament identic ? Non, vertat es que los mèdia s’ocupan pas encara del transit intestinal de nòstre president. Encara que !

Fa un brave quinzenat de jorns que parlan pas que d’el, de sa possibla futura èx-companha – the future ex-first lady ? – e de son novèl amor presumit sens doblidar un escóter en passa de venir autan celèbre coma lo caval blanc de nòstre Enric !

E de dire que, de tota faiçon, la « primièra dama » aviá una existéncia oficiala en los Estats Units mas, en cò nòstre, existissiá pas.

E de se demandar en meteis temps çò qu’anava advenir d’ela ! Comprene lo qui pòt !

Çaquelà, totes los mèdia, serioses o de « gandòla » quitan pas d’esbossar scenari divèrses e variats.

Nòstre president daissa son « second amor per la vida » pel tresen a mens qu’aqueste espaurugada per tot aquel descadenament mediatic decidisca de copar l’òli amb son amorós.

La « primièra dama » enten pas se daissar escampar coma un « kleenex » e, mai que tot, vòl servar son amorós. Las bonas armas rapèlan que divorcièt de son òme per se metre amb nòstre president que l’èra pas encara.

L’èx-« primièra dama » qu’es estada dins los secrets mai o mens d’Estat decidís de far de chantatge e nòstre president daissa tombar son novèl amor per empachar lo segond amor de metre l’Estat en perilh !

Vesètz que son pas ni los scenari que mancan ni l’imaginacion dels jornalistas… Coma disiá l’autre : « Aquò’s bon per las vendas ! »

Los afars intèrnes – eleccions minicipalas, europèas, caumatge, falhidas d’usinas, los sens-papièrs, los sens-abric, etc. – e internacionals son venguts pas que parpèlas d’agaça e lo quite plan de comunicacion del Catalan vergonhós, responsable dels afars intèrnes marcha pas mai !

Tot va plan dins lo reialme de França !


Cronica occitana

Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne

Dimenge, lo 25 de genièr de 2014

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 14:53

Caritat plan ordenada…

A çò que pareish, França n’es pas jamei estada autan fracturada com ara. E la darrèra enquèsta Ipsos entà France Inter e Le Monde que hè aparéisher lo nòste país dens ua posicion marrida e los nòstes eleits, legiscossen quaucom mei que lo lor compte en banca – qu’ac sabi, n’es pas vertat ! – que poirén trobar la solucion deus lors problèmas en s’inspirar de la sortida de Brecht e « dissòlver lo pòble » entà ne’n trapar un aute qui corresponda mei a las lors espèras. De segur, dens aqueth sondatge, que i a matèria a pensament ! En prumèr que i a las constatacions que cadun de noauts e pòt sentir, com las dificultats per mantuas categorias sociaus d’assegurar la vita vitanta, las talhas de tota mena e totjorn mei importantas que nse tomban dessús o la paperalha que l’ordenador auré devut suprimir… sens parlar d’aqueste milahuelhas administratiu e decisionari qui hè l’admiracion de tots los observators de la nòsta societat exagonau. Plan mei grèu, que i a la des·hidança deus ciutadans cap a… guaireben tot : las institucions, la classa politica, los mèdia, etc. qui a, que’m sembla, coma consequéncia lo replec suu lor environament immediat que sia la familha, los amics, lo vilatge, etc. Que m’es arribat, mei d’un còp, d’ac díser mès aquí qu’es o-fi-ciau e que pòrta lo sagèth d’organes prestigiós : los Francés que tròban, per far cort e au sens larg, los eleits corromputs ! Que tròban que son mei preocupats entau lor salut, terrèstre !, que entau salut deus lors compatriotas qui, çaquelà, e’us an elegits o reconeishuts, a un moment donat, com capables de gavidar lo país. Los ases – excusatz : los eleits – que van bramar e criticar la manca de seriós de l’enquèsta en tot deplorar la manca de reconeishença deu pòble. Que se tornen méter en question ? N’i pensatz pas !

Editoriau de La Setmana, n°953

Repost 0
Andriu de Gavaudan
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca