Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 11:54

Amnesia e politica

 

Per se’n téner pas qu’a pichons diccionaris de referéncia franceses, la democracia es una « doctrina politica d’après la quala la sobeiranetat deu apartenir a l’ensems dels ciutadans ». Ne i auriá tres formas : una dirècta, una representativa e una participativa. Quitament se, en 2007, la dòna del Peitau presicava per una democracia partipativa e se de mai en mai d’elegits se’n reclaman, sèm pel moment dins un sistèma representatiu. E aquestes – « los melhors segon los electors » – representan la Nacion e lo pòble. Normalament, seriá al govèrn, responsable davant lo Parlament, de determinar e de menar la politica de la Nacion [Constitucion francesa, art. 20]. Sabèm pr’aquò que, dins la Vna Republica, d’entrada, non solament la politica estrangièra – claus del president – mas tot lo poder a mudat a l’Elisèu per la gràcia – o en causa ? – del sufragi universal. Es per aquò que, a cada còp qu’un ministre es questionat sus tala o tala mesura a venir, aqueste respon que serà votada per çò que « lo president l’aviá promesa » quand èra candidat. Una faiçon comòde pel ministre de dire que sosten la mesura o qu’es pas d’acòrd mas que la deu sosténer per solidaritat, etc. Encara que se pòsca notar una cèrta cacofonia deguda benlèu al besonh de qualques uns d’« existir »  per preparar lor avenidor politic. Mai lo temps passa, mai qualques mesuras emblematicas son en grand dangièr de tombar dins la trapèla del quinquenat, victimas de « las » prioritats del govèrn degudas a « La crisi » ; aital n’es del vòte dels estrangièrs a las eleccions localas e subretot del vòte sul mandat electiu unic, victima de la luta acarnissada d’unes elegits de la majoritat que sabon que, en politica, la procrastinacion es tras qu’utila. Los avèm elegits, non ?

 

Editorial de La Setmana, n°907

 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 15:38

Lo caval es bona pasta ! 

Vòli pas dire mas las istòrias de caval semblan tornar de mòda !

Coneissètz totes l’istòria d’aquel caval, dotat de la paraula – coma lo gat dins Lo gat del rabbin o los animals de las fablas de J. de la Fontaine – que menava cada jorn son proprietari a la vila.

Quand esperava son mèstre, parquejat lo long del trepadaor amb la carreta, s’adreçava sens faiçons als passants per los dire qu’èra el qu’aviá ganhat lo prèmi de l’Arc de Triomfe o lo Derby d’Epsom qualques ans a, e patin e cofin.

Pensatz ben que lo monde èran estomagats e, quand lo païsan tornava, li fasián compliment per aver una bèstia que parlava encara melhor que lo caval de Lucky Luke [Tornatz legir vòstres classics !].

El, en tornant prene las guidas, se contentava de lor dire : « O jogariái pas, mas a degut vos dire qu’aviá ganhat lo prèmi de l’Arc de Triomfe, non ? Vos lo cal pas creire ; es pas qu’un messorguièr. A fach segond, sonque ! »

Malurosament, dins l’afar de l’escandal de la carn de caval, lo caval i es pas per res ! Çò que sabèm ara es que lo caval – al mens la carn ! – es un animal que viatja fòrça e que coneis Euròpa melhor que non pas nosautres, Europèus en poténcia.

Dins la cas present, en partent de Romania, s’es anat « passejar » dins dos o tres païses del nòrd de l’Euròpa per tornar a Castèl nau d’Ari abans de s’anar mesclar amb de pastas, per far de lasagne – e autras causas – dins l’Èst de l’exagòn… E ne devi doblidar !

Al començament, sola una marca semblava concernida e sos produches foguèron levats de las laissas dels supermercats. Mas, davant lo rambalh qu’aquò menava – premsa, govèrn – un fum d’autras entrepresas de l’industria agroalimentària an lèu lèu fach assaber qu’elas tanben se trobavan dins una situacion equivalenta. E totas de denonciar l’engana !

Autres còps, disián que per far un pastís d’alauseta, caliá metre un caval per una alauseta. Los industrials an adaptat la recèpta e considerat que la « conquista mai nòbla de l’Òme » èra plan mai bona per lors beneficis que non pas lo buòu…

 

 Cronica occitana

Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne

Dimenge, lo 17 de febrièr de 2013

 

 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 12:11

L’aulhèr que s’estanca…

 

Lo papa de Roma que renóncia au son magistèri. E los mèdia que dan l’abrandida a tots los especialistas, exegètas e enviats especiaus ende ns’assabentar, explicar, explicitar l’eveniment e las soas consequéncias…

La Glèisa catolica n’es pas abituada a las demissions ; los cardinaus que deven deishar la lor carga a ueitanta ans mès qu’èra entenut que lo papa e demorava en foncion dinc a la soa mòrt. Ua tau demission qu’es de segur saludada per tots, e peus mescredents tanben, com un acte coratjós e eminentament politic.

Se lo papa es elegit peus cardinaus amassats en conclave, que’s tròba, un còp en foncion, lo « representant de Dieu sus tèrra » e n’a pas nat compte a rénder a degun. Totun, qu’es lo líder de mei d’un miliard de catolics e que deu trabalhar non solament au raprochament enter las religions crestianas mas tanben a ua comprension mei bona damb totas las autas religions e especiaument, las religions deu Libe que son lo judaïsme e l’islam.

Qu’es vertat que, se lo papa es un òme de glèisa, es un òme politic tanben. Las soas presas de posicion, quinas que sian, autan com la politica de l’estat de Vatican que son analisadas suenhosament per las cancelerias. N’a pas sonque ua armada de guardas soïsses mès la soa diplomacia qu’es hèra activa.

En renonciar au son magistèri, Beneset XVI, aqueth papa conservador, qu’estona e que suspren subertot los cardinaus qui participan a l’eleccion deu papa e qui n’auràn pas tròp lo temps de har maniganças pr’amor que, se Dieu es dens totas las lors consciéncias, lo Diable que s’escon dens los detalhs de las tractacions – qui n’existeishen pas de segur !

Après la soa des·hèita, en 2002, Lionel que declarè : « J’abandonne la vie politique… » Mès Beneset XVI n’ensajarà pas de tornar, eth !

 

Editoriau de La Setmana, n°906

 

 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 19:20

Caliá ben que la glòria s'acabèsse en apoteòsi…

Alavetz, podètz veire l'emission del jornalet del 9 de febrièr en anar sus france3.tv. La filha, mas la Mela tanben, me mandèron lo ligam que, ieu, sabi pas coma far.

Se volètz profiechar de la vedeta – ieu de segur ! –, vos cal avançar a la minuta 3,42

Quant de temps es possible de m'admirar, vos o pòdi pas dire… alara…

link

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Curiosa
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 23:32

Avètz dich : viure ensems ? 

Vòli pas dire mas, malgrat l’importància del fenestron dins nòstra vida, la ràdio demòra un mejan d’informacion privilegiat, al mens dins la jornada, que siam a l’ostal o en veitura.

E, personalament, tròbi nòstra situacion d’ausidor inconfortabla mai d’un còp. Soventes còps, aimariam poder intervenir quand entenèm d’unes especialistas dire çò que nos sembla èsser de colhonadas. Non pas per çò que seriam mai intelligents o mai esberits mas, mantun còp, per çò que los dicorses de qualques uns semblan anar contra lo sens comun.

Mas la paraula es « confiscada » e autrejada per d’unes elèits (!) que siá dins lo domeni social, politic o autre…

Lo monde qu’an lo drech a la paraula sus las ondas deurián saber pr’aquò que i a pas unicament de gents que demòran dins la capitala o dins las vilassas. Quitament se, ara, es una realitat exagonala, poirián, me sembla, prene en compte las populacions que vivon dins lo campèstre tota l’annada.

Tot aquò per dire que los Franceses que sèm apartenon pas al meteis monde e que çò que pòt embestiar un vilard tòca pas un « plouc » de la campanha.

En aqueste periòde d’ivèrn, per exemple, avèm drech a la sansoina rituala sus la dificultat qu’an los automobilitas per se desplaçar – en vila, suls grands axes o suls itineraris que menan a las estacions d’esquís – en causa de la nèu o del glaç sus las rotas. E tot aquel monde repotègon en disent que los servicis en carga aurián degut intervenir mai de d’ora, etc. Ne i a quitament qu’acusan lo govèrn d’impericia. Fin finala, aimarián d’aver de nèu a bodre quand la vòlon mas de rotas secas e seguras en totas sasons.

De que n’avèm a far nosautres, « perduts » que sèm, dins nòstres vilatjòts e nòstras vilòtas ? Se i a de glaç o de nèu suls camins segondaris, nos cal petaçar per los desplaçaments o los remetre a un periòde mai favorable.

Nos sèm abituats a privilegiar nòstre interès sens far l’esfòrç de pensar que sèm pas solets. Nos sèm abituats a parlar de nòstres dreches en daissant de caire benlèu qualques… devers !

 

Cronica occitana

Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne

Dimenge, lo 10 de febrièr de 2013

 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 08:57

Le Petit Bleu, vendredi 8 février 2013

Agen. Notre Andriu superstar

Photo Morad Cherchari - Tous droits réservés. Copie interdite.
Photo Morad Cherchari ()

Photo Morad Cherchari  

 

Le sujet publié dans notre dernière édition du Petit Bleu Dimanche sur notre chroniqueur occitan Andriu de Gavaudan a donné quelques idées à nos confrères de « France 3 », qui sont venus le filmer mercredi après-midi dans nos locaux dans le cadre du « Jornalet occitan ».

Andriu, toujours aussi prolixe, s'exprime dans la langue de Jasmin et dans celle de Molière, sur l'amour de notre culture ancestrale et sur la nécessité de la rendre vivante à travers les colonnes d'un journal local.

L'un de nos journalistes explique combien cette rubrique occitane est un rendez-vous incontournable dans notre édition du dimanche, ce depuis... 1978. Le tournage s'est poursuivi hier, à Barbaste, chez Andriu.

L'émission sera diffusée sur « France 3 Sud », ce samedi 9 février à 19 h 15 (canaux France 3 Midi-Pyrénées et France 3 Languedoc-Roussillon, accessibles sur le câble). On pourra également voir cette émision sur internet : france3.fr

 

Après lo quart d'òra de glòria, las duas minutas de anrcissisme que calèva ende estar ua vedeta consacrada per l'eternitat … duas minutas o… mens !

Lo Benezet Ros, en carga de las emissions occitanas sus FR3 Tolosa, que'm telefonè diluns, en seguida de la parucion de l'article dens Le Petit Bleu dimenge passat ende'm díser que seré bon que… etc.

Com èra ende aqueste dishabte que signèm lo contracte per telefòn – que'm trufi, mès qu'ac avèvatz comprés, non ? – e l'equipa que desbarquè dimècres a l'ostau… Lo Denis Salles, jornalista a Bordèu, e los dus tecnicians (Que'm desencusen mès ne sabi pas los lors noms) que venguèvan de Tolosa.

Que'm hasón legir Le Petit Bleu e La Setmana pendent oradas per filmar imatges hòrts (!) dens la pèça grana, picar sus l'ordenador ende muishar qu'èra jo qui escrivèvi las cronicas occitanas dens Le Petit Bleu e los editoriaus dens La Setmana… L'artista au trabalh, qué…

Puish qu'anèm a Agen au Petit Bleu e aquí tornar… Arribar au jornau, dintrar au jornau, saludar los jornalistas, tocar de man, etc. Un tuamonde, qué !

 

N'es pas la celebritat, aquò ?

 

Com soi estat « professionau », que m'an promés de hèser ua auta emission, mei longa, dens vint ans…



 

 


 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Curiosa
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 11:51

Ajuda o substitucion ?

 

Nòstre president, se ne cresèm las gazetas, a pres son monde de cort en decidint de metre las fòrças armadas francesas en movement quand li aguèron dich que los « terroristas » aurián lèu fach d’arrivar a Bamako se los sordats malians se trobavan solets per los arrestar.

E son pas los qualques pissafregs de servici dins l’oposicion qu’an gastat aquel moment de fiertat dins lo microcòsme politic, sens parlar benlèu dels ciutadans orfanèls del « temps de las colonias ».

Lo monde èran contents, e suspreses a l’encòp, de veire que lo president s’èra mudat en « cap de guèrra », el que sos opausants avián ensajat de ridiculizar en proclamant naut e fòrt qu’un president « molasson » n’èra pas çò que caliá a un grand país coma França.

Lèu lèu pr’aquò, relaiats pels mèdia, grand provesidor d’exegètas de tota mena – e talament competents qu’es de se demandar perqué son pas ministres ! – an començat de parlar de trapèla e d’enfangament a l’afgana, de la manca de vision politica d’un president capable de « far la guèrra al terrorisme » mas qu’auriá pas cap d’idèa pel desengatjament de nòstres sordats.

I a plan longtemps que lo ridicul de las actituds e dels discorses a pas tuat degun e los batalejaires professionals o sabon que son capables de tot per existir publicament.

Pel moment, lo sol constat que podèm far es que, gràcia als sordats franceses, Mali ven d’escapar  a la manmesa d’un punhat de « Fòls d’Allah » sus tot un país, çò que seriá estat una Primièra.

Empacha pas que Mali es un estat mai o mens en deliquescéncia e que va caler temps per que torna trobar un foncionament democratic. E los liberators de uèi corron la risca d’èsser considerats deman coma d’ocupants colonialistas.

Calriá pas que França passèsse de Caribde en Scilla…

 

Andriu de Gavaudan

 

 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 15:55

Vaquí la reaccion d'un collèga, professor d'anglés el tanben, ara a la retirada, e un pauc mai vièlh que ieu que ven de mandar son comentari ; ai tirat evidentament çò qu'èra privat dins son corrièl.


 

Cher ami André,


C'est avec le plus grand plaisir que nous venons de lire dans le Petit Bleu Dimanche l'article te concernant et ton interview.
Cela m'a rappelé de vieux souvenirs,en particulier tout ce qui touche à la discrimination parisianiste à l'égard des accents provinciaux, véritable racisme linguistique.

Michel Serres que j'ai eu l'occasion de connnaître il y a bien longtemps rapportait qu'élève de Normale Sup, rue d'Ulm , il avait était déclassé de la 1ère à la deuxième place de l'agreg de Philo à cause de son accent.

J'ai connu un prof d'allemand de Palissy, brillant germaniste, qui échoua trois fois à l'oral de l'Agreg  qu'il n'obtint jamais et qui s'entendit  dire par le président du jury : « quand je vous entends parler, je crois entendre rouler les cailloux du gave ! ».

J'ai entendu un jour Derrida , le philosophe déclarer sur France-culture « qu'il avait de la difficulté à imaginer un professeur au collège de France parler avec un fort accent méridiona l!! »

Quant à moi, n'ayant obtenu l'Agreg. qu'à mon troisième passage à l'oral, je me suis entendu dire  par l'inspecteur général Evrard, Président du jury (qui avait fait ses études au lycée Palissy, sa mère étant alors directrice de l'ecole Normale d'Agen), « M. C…, vous avez un fort accent du terroir ! »

Voilà…

 

 

De segur, fòrça diràn que i a pas res de novèl jol solelh…  Aquí l'alh !

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Curiosa
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 11:25

O vos aviái dich qu'èra la glòria !

Sébastien Bouchereau qu'es l'adjonch del director de La Dépêche du Midi (agéncia Òut e Garona) – Le Petit Bleu d'Òut e Garona.

Quitament s'ai respondut a sas questions pels besonhs de la causa, ne soi pas responsable per res de sas interpretacions o de son expression…

Lo ligam vos deuriá far anar a l'article link

 


Podètz tanben anar a la Cronica occitana pareguda sus la medisha pagina deu jornau que publiquèri ja : Me vesiái ja…

 

Aital poiretz descobrir Le Petit Bleu que i se pòt anar unicmaent en passant per ladepeche.fr

E per los qu'aiman pas de furgar vaquí ça que la l'entrevista :

 

 

 

Agen. Notre auguste Bianchi...

portrait

Andriu et le mâitre Jasmin,notre grand poète agenais de l'Occitanie./ photo Jean-Michel Mazet - Tous droits réservés. Copie interdite.
Andriu et le mâitre Jasmin,notre grand poète agenais de l'Occitanie./ photo Jean-Michel Mazet ()

Andriu et le mâitre Jasmin,notre grand poète agenais de l'Occitanie./ photo Jean-Michel Mazet

 

 

Plein feu sur notre chroniqueur occitan Andriu de Gavaudan, un personnage attachant, viscéralement attaché à notre culture du Sud-Ouest. Rencontre.

Un chapeau vissé sur tête, des yeux malicieux, une barbe de contrebandier, une tchatche à n'en plus finir et surtout - surtout - un cœur gros comme ça dans lequel bat une croix occitane. Té, pardi, c'est notre Andriu de Gavaudan, le chevalier blanc du parler d'ici, sorte de Jasmin au petit pied vous proposant chaque dimanche sa Cronica occitana. Un monsieur : respect.

Derrière ce nom de plume, se cache André Bianchi, 70 ans aux prunes, un personnage attachant qui mérite d'être rencontré. Il écrit dans les colonnes du Petit Bleu depuis 1978, et totalise à ce jour environ 1 700 chroniques occitanes. Qui dit mieux ?

La langue (occitane) bien pendue

Originaire de la Lozère, Andriu a toujours baigné dans le patois campagnard, celui que l'on pratiquait entre voisins et sur les places de marchés. «On ne parlait pas occitan à la maison, mais j'ai été bercé par les sonorités de notre Sud-Ouest», explique-t-il. Aundriu fait des études et devient prof d'anglais. Il officie quinze ans au lycée de Nérac, et s'installe à Barbaste. Et, ô pied de nez à la mondialisation, il passera de la langue de Shakespeare à celle de Jasmin. «J'ai alors donné des cours d'occitan à Nérac, et puis ça s'est arrêté. Je suis alors allé l'enseigner à la fac de Bordeaux, pour ceux qui préparaient le Capes.»

Un prof atypique, qui s'est formé tout seul, en se documentant et en parlant avec ceux qui savent. Et côté parole, pas de soucis : Andriu a la langue occitane bien pendue…

Et les convictions solides. «L'occitan, c'est un cheval de bataille. L'enseigner, le parler, c'est comme un acte de résistance. Ma chronique du dimanche, c'est l'un des moyens pour assurer la vitalité de notre langue. Car l'Etat ne fait rien, à l'école cette langue bénéficie d'un demi strapontin…»

Ce combat, Andriu le mène tôt, avec d'autres dans le Lot-et-Garonne. Et parfois il se fâche… «Quand on est une minorité, on se plaint toujours d'être ignoré par la presse, non ?, sourit-il, fier de son effet. Durant l'été 1978, on a alors décidé d'aller rouspéter au Petit Bleu : quelle honte, il n'y a pas d'occitan dans votre canard ! C'est quoi cette affaire ? Je débarque à Agen, les locaux étaient alors rue Voltaire, et c'est le rédacteur en chef de l'époque qui me reçoit, moi le jeune militant occitaniste. Franchement, je m'attendais à me faire virer. Et là, le gars m'écoute puis me dit : «Vous voulez de l'occitan dans le Petit Bleu, eh bien… faites-le !» J'étais pris à mon propre jeu…»

André Bianchi ne se dégonfle pas, et accepte. Seulement, son nom ne fait pas trop couleur locale. Il faut faire plus typé : il prend alors le nom d'Andriu de Gavaudan.

Depuis, le pari est tenu chaque semaine, avec quelques interruptions et des chroniques écrites parfois à l'autre bout de la planète, au gré de ses voyages aux Etats-Unis ou en Australie,etc. Incroyable mais vrai.

Petit conseil : lire sa chronique à voix haute

Mais au fait, ô notre auguste André, pourquoi ne pas traduire en français cette chronique ? «Lire cette chronique, assène-t-il, répond d'un acte volontaire. S'il y a le français à côté, les lecteurs iront au plus facile, l'exercice perdra de sa pertinence. Mais franchement, sauf quelques mots, on comprend facilement. Faut pas être sorti de la cuisine à Jupiter, hein…» Petit conseil : la lire à voix haute.

Le chroniqueur s'empare de tous les sujets, locaux, nationaux et internationaux, donne piques et caresses, et cultive le devoir d'impertinence. Occitan, fier et libre.

«Alors que le pognon prime, à quoi ça sert l'occitan ?, interroge-t-il. Eh bé, on peut répondre que c'est comme l'art, ça sert à rien... Sauf que l'occitan c'est une gymnastique intellectuelle, excellent pour les jeunes. Si tu connais l'occitan, c'est plus facile d'apprendre l'italien ou l'espagnol. Et puis, grâce à l'occitan, connais-toi toi-même. Tu accèdes à ta culture, qui est déniée par la République.»

Oh, et puis ne lui parlez pas de Paris. «Tu montes là-haut, et si tu veux faire du théâtre on te dit «Non merci monsieur, pas avec cet accent !» Je me souviens qu'il y a vingt ans, passer l'agrégation de français avec notre accent c'était : «Mais enfin monsieur, vous n'y pensez pas... Est-ce qu'on se moque de l'accent de Paris, non ? Et bien qu'on nous laisse le nôtre, ce son, c'est aussi l'héritage de l'occitan.»

Promis, Andriu : gardarem nòstre accent ! Et ta chronique, on l'aime !

 

Tous les textes de notre chronique sur andriudegavaudan.over-blog.fr

Sébastien Bouchereau

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Curiosa
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 16:48

Me vesiái ja… 

Vòli pas dire mas m’aurà calgut de temps per trobar lo camin de la glòria ! Le Petit Bleu « fa » una pagina sus ieu, lo cronicaire de lenga occitana, ieu, Andriu de Gavaudan.

Se n’anava temps, trobatz pas ? Galègi de segur, que ai pas jamai fach aquela cronica per trobar una notorietat quala qué foguèsse.

O ai ja contat mas o vau tornar dire pels mai joves e los que poirián aver un començament d’Altzheimer : Escriguèri ma primièra cronica lo 30 d’agost de 1978 per passar pas per un piòt als uèlhs dels cap redactor del Petit Bleu de l’epòca al prèp del qual èri vengut repotegar – mandat per d’autres occitanistas mens piòts que ieu : s’èran pas prepausats per l’anar veire, lo cap redactor ! – per çò que i aviá pas ges d’occitan dins lo jornal.

Après m’aver escotat, me diguèt tot simplament : « Volètz que i aja una cronica occitana dins lo  jornal ; es pas complicat, la vos cal far ! » E ajustèt, en se risent, que mon nom [d’emigrat de primièra generacion, soi ieu que o disi] sonava pas tròp occitan pr’aquò ; venguèri donc l’Andrèu – e un pauc mai tard, l’Andriu – de Gavaudan (Losera), lo país on soi nascut e ont ai viscut abans d’ « emigrar » en Gasconha.

E es aital, brave monde, que me trobèri « cronicaire » setmanièr al Petit Bleu qu’aviá son sèti, a l’epòca,  a l’angle de la carrièra Voltaire (Agen) e de la carrièra Garonne. al ras del teatre.

E, desempuèi, soi estat present al rendètz-vos gaireben cada setmana, quitament quand me trobavi luènh de l’ostal, en los Estats Units, Australia o Novèla Zelanda. Titolavi generalament ma cronica : « Letra de… » en tota modestia !

Soi pas tròp al fial de la vida agenesa que vivi dins lo campèstre òut e garonés ; mas fins ara, ai pogut parlar de tot sens nada censura e far viure nòstra lenga d’òc per dire las causas de la vida vidanta e de sos problèmas. Nòstra lenga es enrasigada dins un temps immemorial e avèm los trobadors coma aujòls, eles que farguèron la primèra literatura europèa al sègles xii e xiii. Mas se deu enrasigar tanben dins lo present per preparar lo futur.

 

Cronica occitana

Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne

Dimenge, lo 3 de fevrièr de 2013

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Vida vidanta
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca