Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 14:56

Maurici Romieu, ajudat d'Andrieu Bianchi e de Loís Gaubèrt, es per publicar un Diccionari d'expressions e de locucions occitanas. Ne i a gaireben sièis mila… una part pichona de nòstre patrimòni lingüistic…

Aquí es lo resultat d'una enquèsta menada fa d'annadas en Roergue per Maurici Romieu [en francés : Maurice ROMIEU] e los autors que son estats ensenhaires pensan que cal a nòstra lenga d'apleches pedagogics per permetre a totes los que vòlon far viure la lenga de se'n servir.

Coma tota lenga, l'occitan s'apren e s'apregondís per l'estudi e de lecturas, divèrsas e nombrosas, entre autras causas ;

Tròp sovent, los que fargan d'apleches pedagogics, quitament se son serioses, se contentan d'emplegar lo francés coma metalenga. Los autors d'aquel diccionari an decidit de se servir de la lenga per la far servir…

Vos vau balhar de temps en temps una o doas expressions per vos'n faire venir l'aiga a la boca

 

 

 

 

Quand compren pas quicòm, un Chinés ditz :

« Jiǎnzhí jiù shì tiānshū ! »

[Es un edicte imperial de segur !]

Dins una situacion parièra, disèm :  

« Es de chinés per ieu ! »

Qual a pas jamai pensat aquò quand ausissiá o legissiá d’unas expressions o locucions que ne coneissiá pas lo sens ?

Aqueste diccionari, que presenta apr’aquí sièis mila expressions e locucions, vos ajudarà de segur a dintrar dins aquela part un pauc secreta de la lenga.

 

 

A [a] n. f.

Primièra letra e primièra vocala de l’alfabet occitan.

[En occitan, los noms de las letras son femenins mas, dins la lenga parlada, son generalament masculins jos l’influéncia del francés.]

◊ Saupre pas ni a ni b « saupre pas legir ; èsser illetrat ».

Es pas anat gaire a l’escòla, qu’èra malautís quand èra pichon ; ça que la, los parents avián besonh d’el per gardar lo bestial. E ara, lo paure, sap pas ni a ni b.

dicc. tdf • A : saupre ni a ni b.

dof • A : sap pas ni a ni b.

lex. La forma saupre es una varianta de saber.

gram. Aquesta locucion s’emplega per una persona.

sem. Lo que coneis pas las doas primièras letras de l’alfabet coneis pas tanpauc las autras e donc sap pas legir. L’analfabetisme parcial o complet existissiá encara a la debuta del sègle xxen. Per alargament de sens, la locucion se pòt aplicar a qualqu’un qu’a pas de cultura generala.

………

………

 

AIGA n. f.

Element liquid incolòr, inodòr e sens gost ; liquid de secrecion del còrs (plors, saliva, susor, urina).

………

 

◊ Far venir l’aiga a la boca « donar enveja de manjar ».

Per passar a taula, caliá traversar la cosina : èra plena de l’odor de la carn que rostissiá sus l’aste ; aquò vos fasiá venir l’aiga a la boca.

Un jorn, lo curat èra invitat a cò d’un païsan de la parròquia. Sus la taula qualques plecs de salcissa que pas que de los veire vos fasián venir l’aiga a la boca.

G. Boulouis, A travèrs causses e raspas.

gram. Aquesta locucion s’emplega per una realitat concreta : quicòm que se manja o que se beu o quicòm qu’es en relacion amb la cosina. Es sovent acompanhada d’un pronom personal complement de la segonda persona, singular o plural.

sem. Per analogia de natura – la saliva es un liquid sens color, sens odor e sens sabor –, l’aiga designa la secrecion liquida de las glandas salivàrias. La locucion remanda a una realitat coneguda : la vista o l’odor de la mangilha fa salivar.

………

 

 

De seguir… benlèu

 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 20:22

… Generosa e justa !

Ne l’an pas jamei mençonat dens las reviradas ende ne har pas gelós mès la darrèra causa que hasó lo Bon Diu, avant de se pausar lo setau jorn, qu’estó de crear França. D’aquí lo magistèri morau exercit per França e los sons presidents dens lo domeni de la justícia tà ne pas parlar sonque d’aquò. Chirac que reconegó los crimis del regime de Vichy ; Mitterrand qu’aboliscó la pena de mòrt e Giscard que balhè las soas letras de noblessa a l’acordeon… En seguir lo lor exemple, Nicolas Sarközy que ven d’anonciar que, d’ara en là – e en seguida d’un arrèst deu Conselh d’Estat –, los ancians combatents de las ex-colonias que serviscón devath lo drapèu tricolòr e tocarén la medisha pension militara – pension « cristallizada » desempuish 1958 – que la deus soldats de nacionalitat francesa – revalorizada, era. Decision istorica entà un moment istoric ! Las ex-colonias que ne son a hestejar lo cinquantenari de la lor independéncia e – mèrca de generositat – lo nòste president qu’avèva invitat la lor armada a har lo passacarrèra suus Champs Élysées au parat de la Hèsta  nacionau. De segur, ne son pas sonque un trentenat de milèrs enqüèra vius e las meishantas lengas que disen qu’auré calut esperar  quauques annadas de mei ! Lo nòste president, un parangon de justícia, ne podèva pas mei acceptar aquera situacion inica e que l’a hèit assaber. E que ne i a qui vòlen que los  arreratges de cinquanta ans sian pagats tanben ! N’an pas nada reconeishença tau nòste país qui hè triomfar pertot : libertat, egalitat, fraternitat e… justícia. Ne seré pas susprenent que hasosse aplicar ara la 55au proposicion – « cristallizada » – deu candidat Mitterrand relativa a la « reparacion istorica » devuda a las lengas istoricas de França. Paciéncia !

Editoriau de La Setmana, n°775


Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 01:19

Simplament per vos dire d'anr sul siti Mescladís e còps de gula


http://taban.canalblog.com/archives/2010/07/14/18580866.html


aital poiretz legir e l'article escrich per el en responsa a l'Onfray que, adara qu'es conegut, deu aver un avís sus tot e, naturalament, la premsa "seriosa" esita pas a li dubrir sa colomnas.

Del moment que tusta sus las lengas istoricas de França… ò, excusatz ! las "lengas regionalas"

I a de monde que son aluserpits !

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 00:42

Je me permets de faire circuler une réaction de M. Sauzet à propos de ce que l'on peut bien appeler les « cris d'Onfraie » ou « l'écrit d'Onfray » (cf.Totjorn bon de saber…)


 

 

Est-ce la chaleur de l'été ou la stimulation de vacances corses, Michel Onfray se lance dans une diatribe contre la diversité linguistique en général et les langues de France en particulier ? On comprend bien sûr que Michel Onfray continue de régler ses comptes avec Dieu, qu'il n'a de cesse de vouloir persuader d'être fort mauvais en plus de ne pas exister. Babel est cette fois la matière du grief. Pour le coup M.O. maintient de cet épisode biblique la lecture traditionnelle qui voit dans le brouillage, dans la multiplicité des langues et de là dans la confusion qui en résulte une malédiction divine. Nul ne peut nier que la multiplicité des langues soit dans le texte de la Genèse l'effet de l'action divine ni qu'il en résulte un moment de confusion fatal à l'entreprise de construction de la tour. Mais dans ce même texte il apparaît bien (en particulier à un œil averti par la lecture de René Girard), que la transgression, l'acte d'hubris, est bien celui des constructeurs unilingues qui se lancent dans un projet démesuré, encouragés par leur nombre et leur homogénéité interchangeable. Babel est unilingue et les hommes aux multiples langues en quittent bien vite le chantier inabouti. Après l'intervention divine, la diversité linguistique fait renoncer les hommes à une folle conquête verticale mais se traduit par leur dissémination organisée à la surface de la terre. La diversité linguistique, comme toute différenciation, est source de civilisation et rend possible un ordre paisible. Evidemment c'est un ordre doublement relatif. D'une part il n'assure pas la paix totale et les groupes diversifiés linguistiquement peuvent s'affronter, mais ne le font jamais si bien que si quelque groupe plus gros entreprend de renouveler à son profit l'uniformité et l'ambition babélienne. D'autre part la diversité, l'assignement à la différence est un pis aller pour éviter le conflit mimétique dont la tour de Babel est le symbole évident (compétition généralisée autour du projet global devenir « l'égal de Dieu »).
Le dépassement de la diversité postbabelienne, ce n'est pas le retour à l'unité adamique, mais la Pentecôte : la diversité maintenue, mais devenue mutuellement intelligible et traductible. Le message évangélique (bien compris) permet en effet de renoncer à l'assignement à la différence comme seul remède à la violence. La réciprocité, l'identification au prochain est possible dans la charité, alors qu'elle conduit à la crise et à l'éclatement de la société si elle se développe dans la compétition et le conflit. L'émulation puis le «  brouillage » babélique sont la métaphore de ce processus autodestructeur.
S'il erre sur Babel, M.O. a raison de souligner un inconvénient du règne de l'anglais. Même si cet anglais était plus shakespearien qu'il n'est aéroportuaire, l'usage d'une langue unique incite à confondre général et universel, et par là à renforcer le risque aussi de confondre la langue avec la pensée. Certes on pense avec le langage mais on pense aussi sans cesse contre lui. Contre les erreurs figées qu'il contient (« le soleil se lève »), contre la réification récurrente qu'induit la nomination. La diversité des langues et la pratique de cette diversité est le meilleur moyen de ne pas prendre une langue générale, généralisée, avec une langue universelle (qui dirait d'emblée la pensée et la pensée vraie). C'est vrai de l'anglais aujourd'hui, du chinois demain ou localement (au Tibet ou au Xing Qiang), du français quand l'Académie de Berlin interrogeait le monde savant sur les raisons de son universalité. C'est vrai aussi de l'esperanto. Si la régularité de cette langue artificielle peut en faire un outil utile, il ne la fait pas échapper au particularisme. Sa structure et son lexique pour l'essentiel correspondent à une moyenne de langues (indo)européennes.
Il est sûr qu'une langue mondiale unique faciliterait la communication, mais
elle réduirait singulièrement la masse et l'intérêt de ce qu'il y aurait à communiquer. La force culturelle de l'Europe ne tient-elle pas à ce que comme le dit Umberto Eco, « sa langue [.] est la traduction » ? En plus d'être des systèmes d'expression et de communication, les langues prolongent les sédimentations textuelles de leurs littératures et de leurs cultures. Heureusement, il ne manque pas de talents et de voix pour qu'une production culturelle continuée en français prolonge dans un langage vivant Rabelais, Racine ou Claude Simon. Il est bon, n'en déplaise à M.O., que certains aient à cour de prolonger vivante dans une langue de chaque jour à la fois la culture populaire et les siècles de production littéraire occitane (j'aurais pu dire catalane ou bretonne, mais je parle de ce que je pratique). On lit différemment Guilhem IX, Godolin, Mistral, Joan Bodon ou Max Roqueta quand on les lit dans sa langue et quand au contraire on les déchiffre comme une écriture morte. Par ailleurs (bonne nouvelle pour M.O.) les langues s'apprennent. L'occitan comme les autres langues, régionales ou pas. Où M.O. a-t-il vu que ceux qui défendent, promeuvent, pratiquent ces langues voudraient les réserver aux indigènes ? Qu'il vienne dans un cours d'occitan, associatif, scolaire ou universitaire. Il pourra parler alors de ce qu'il en est réellement de l'ouverture ou de la fermeture culturelle que représente la pratique d'une langue dite « régionale », ce qu'il en est réellement de la gestion de la variation dialectale qui n'a rien d'insurmontable pourvu qu'on veuille bien ouvrir les oreilles. Bienvenue chez les ptérodactyles.
 
Patrick Sauzet
Université Toulouse 2 - Le Mirail
Département Lettres modernes et occitan

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 17:31

Farsejada grotèsca o escandal ?

Amb aquel calimàs, òm aimairiá parlar mai lèu del plaser del farniente en cò sieu o a la plaja en escotant lo bronzinament de las cigalas. Mas podèm pas escapar a çò qu’aviá començat coma un fulheton – bon o marrit segon çò que l’òm ne pensa – e qu’es vengut ara un afar d’Estat : l’afar Bettencourt. Totes los ingredients i son per nos jogar una recuècha d’un Dallas a la francesa : femna vièlha e riquissima amb un amic car – li auriá balhat mai d’un miliard d’euros fins ara – mas artista de son mestièr, un gestionari de fortuna qu’a la bona fortuna de trobar una bona patrona ; d’envolòpas de bilhetas que serián estadas recebudas per de politicians coneguts en cèrca d’ajuda per melhor se consacrar a França, sens doblidar los traïdors – ancians emplegats rancuroses e venjatius, de segur. Començat, qualque temps a, amb l’eiretièra qu’anèt en justícia per protegir son ben a venir, descontenta de veire que sa maire « escampava » de moneda un pauc pertot, lo rambalh conflèt e se descadenèt quand de conversacions privadas enregistradas foguèron publicadas dins los mèdia amb la mencion de Woerth – en carga del dorsièr sus las pensions –, Sarkozy et autres…

La discussion sus las pensions e l’aumentacion del caumatge venon pas que questions subaltèrnas. La catastròfa ecologica dins lo Gòlf de Mexic es mai que mai l’afar dels Estatsunidencs. I a pas que l’afar Woerth-Bettencourt digne d’interès ! Totes los noms d’aucèls son de sortida dins lo camp majoritari e es pas segur que los gafets de maselièr basten per penjar totes los copables. Nòstre president tant aimat s’invitava sul fenestron aqueste diluns per blaimar la faiàon de far de l’oposicion e los mèdia, de segur. E d’aquela passa, França fa rire Euròpa e… lo planeta !

 

Editorial de La Setmana, n°774

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 17:08


 

Ieu, aimi pas lo MIchel Onfray mas admeti que d'unes lo lausenjan, perque pas ? Cal de tot per far un mond. Personalament aimi pas son agressivitat e son mesprètz pels que son pas de son avís ; reconeissi çaquelà lo trabalh que complís a son Universitat populara de Caen…

Lo problèma es qu'amb sa notorietat pensa qu'es capable de parlar de tot, de o conéisser tot.

 

Es un bon pòrtaparaula de l'Acadèmia francesa mas doblida una causòta dins son rasonnament : lo francés ES una lenga regionala…

 

 

 

Article paregut dins Le Monde de dimenge 11 de julhet de 2010

 

 

Michel Onfray

 

Au commencement était Babel, chacun connaît l'histoire : les hommes parlent une seule et même langue, dite "adamique", celle du premier d'entre eux. Puis ils se proposent de construire une immense tour destinée à pénétrer les cieux. Pareille architecture suppose que les hommes habitant le même élément que Dieu en deviendraient de facto les égaux. Cette volonté prométhéenne agit comme une autre formule du péché originel car, goûter du fruit de l'arbre de la connaissance, c'est savoir tout sur chaque chose, autrement dit, une fois encore, égaler Dieu. Il y eut une sanction pour le geste d'Eve, personne n'a oublié... De même pour celui des constructeurs de Babel : la confusion des langues. Dieu qui est amour, rappelons-le pour qui aurait la fâcheuse tendance à l'oublier, descend sur Terre pour constater de visu l'arrogance de ces hommes. "Il dit : "Voilà qu'à eux tous ils sont un seul peuple et ont un seul langage ; s'ils ont fait cela pour leur début, rien désormais pour eux ne sera irréalisable de tout ce qu'ils décideront de faire. Allons ! Descendons et là, brouillons leur langage, de sorte qu'ils n'entendent plus le langage les uns des autres." Et Yahvé les dispersa, de là, à la surface de toute la Terre, et ils cessèrent de bâtir la ville" (Gen. 11, 6-7) - où comment semer la discorde...

Dès lors, il y eut des langues, certes, mais surtout l'incompréhension parmi les hommes. De sorte que la multiplicité des idiomes constitue moins une richesse qu'une pauvreté ontologique et politique. On se mit alors à parler local, ce que d'aucuns célèbrent aujourd'hui comme le fin du fin. Je songe aux "nationalistes", plus justement nommés "indépendantistes régionaux", qui font de la langue un instrument identitaire, un outil de fermeture sur soi, une machine de guerre anti-universelle, autrement dit un dispositif tribal.

Précisons que le politiquement correct passe souvent sous silence cette information qu'il n'existe pas une langue corse, une langue bretonne, mais des dialectes corses ou bretons, chacun correspondant à une étroite zone géographique déterminée par le pas d'un homme avant l'invention du moteur. Le mythe d'une langue corse ou d'un unique parler breton singe paradoxalement le jacobinisme honni, car lesdites langues régionales sont compartimentées en groupe de dialectes - j'eus des amis corses qui, le vin aidant, oubliaient un instant leur religion et leur catéchisme nationaliste pour avouer qu'un berger du cap corse ne parlait pas la même langue que son compagnon du cap Pertusato ! Babel, Babel...

La langue régionale exclut l'étranger, qui est pourtant sa parentèle républicaine. Elle fonctionne en cheval de Troie de la xénophobie, autrement dit, puisqu'il faut préciser les choses, de la haine de l'étranger, de celui qui n'est pas "né natif" comme on dit. Or, comme une espèce animale, une langue obéit à des besoins relatifs à une configuration temporelle et géographique ; quand ces besoins disparaissent, la langue meurt. Vouloir faire vivre une langue morte sans le biotope linguistique qui la justifie est une entreprise thanatophilique. Son équivalent en zoologie consisterait à vouloir réintroduire le dinosaure dans le quartier de la Défense et le ptérodactyle à Saint-Germain-des-Prés...

A l'autre bout de la langue de fermeture, locale, étroite, xénophobe, il existe une langue d'ouverture, globale, vaste, cosmopolite, universelle : l'espéranto. Elle est la création de Ludwik Zamenhof, un juif de Bialystok, une ville alors située en Russie (en Pologne aujourd'hui). Dans cette cité où la communauté juive côtoyait celle des Polonais, des Allemands et des Biélorusses, les occasions de ne pas se comprendre étaient nombreuses. En ces temps, déjà, Dieu pouvait jouir de son forfait. Fin 1870-début 1880, l'espéranto se propose donc le retour au Babel d'avant la colère divine.

A l'heure où le mythe d'une langue adamique semble prendre la forme d'un anglais d'aéroport parlé par des millions d'individus, on comprend que la langue de Shakespeare mutilée, amputée, défigurée, massacrée, dévitalisée, puisse triompher de la sorte puisqu'on lui demande d'être la langue du commerce à tous les sens du terme. Vérité de La Palice, elle est langue dominante parce que langue de la civilisation dominante. Parler l'anglais, même mal, c'est parler la langue de l'Empire. Le biotope de l'anglais a pour nom le dollar.

Mais cette langue agit aussi comme un régionalisme planétaire : elle est également fermeture et convention pour un même monde étroit, celui des affaires, du business, des flux marchands d'hommes, de choses et de biens. Voilà pour quelle raison l'espéranto est une utopie concrète à égalité avec le projet de paix perpétuelle de l'abbé de Saint-Pierre, autant d'idées de la raison dont le biotope n'est pas "l'avoir" mais "l'être" - plus particulièrement "l'être ensemble" sans perspective d'échanges autres que de biens immatériels.

L'espéranto propose d'habiter une langue universelle, cosmopolite, globale qui se construit sur l'ouverture, l'accueil, l'élargissement ; elle veut la fin de la malédiction de la confusion des langues et l'avènement d'un idiome susceptible de combler le fossé de l'incompréhension entre les peuples ; elle propose une géographie conceptuelle concrète comme antithèse à la religion du territoire ; elle parie sur l'être comme généalogie de son ontologie et non sur l'avoir ; elle est le voeu d'une nouvelle Grèce de Périclès pour l'humanité entière - car était grec quiconque parlait grec : on habitait la langue plus qu'un territoire - ; elle est la volonté prométhéenne athée non pas d'égaler les dieux, mais de faire sans eux, de quoi prouver que les hommes font l'histoire - et non l'inverse.

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 00:21

« Liliane, hè las valisas ! »

« Liliane, hè las valisas ; tornam a París. » Aquera frasa – venguda culta –, qu’estó un Georges Marchais, en vacanças en Corsega, a la prononciar dens l’estiu de 1977 en seguida a ua presa de posicion de François Mitterrand que hasè un entalh au « programa comun ».

Que semblaré que l’òra estosse arribada per quauques uns de har las valisas tanben e de deishar, per un temps, los aurs deus palais de la Republica. Lo nòste president, vengut un legidor apassionat, qu’a hèit la soa la frasa de Corneille dens Cinna : « que soi mèste de jo com de l’univèrs », e qu’aima de har créder que preng las soas decisions hòra de la pression deus mèdia. Aqueste còp totun, ne sembla pas estar lo cas. Devant la montada deus perilhs, e dens un esforç tà desvirar l’atencion deus mèdia deu ministre E. Woerth, qu’a decidit d’aplicar, per un còp, los sos principis sus l’aunestetat e la probitat deus servidors de l’Estat. N’es pas segur qu’aquò baste tà apatzar ua oposicion qui tròba, dens aquera nhica-nhaca, ua excellenta oportunitat tà maumiar la discussion sus las pensions. E ne son pas las denegacions mei o mens mauadretas qui facilitaràn las causas.

De segur, la hemna mei rica de França qui n’a pas sonque lo prenom en comun damb la molhèr de G. Marchais, que seré demorada dens ua anonimitat relativa sens lo clam portat per la soa hilha contra lo son amic fotograf. Cada jorn, qu’aprenem que los que gavidan la soa fortuna – sembla que Na Woerth ne hasèva partida – l’avèvan plan conselhada dinc adara tà amagar la soa moneda dens paradís fiscaus o autes. Normaument, la prauba hemna que deuré aver quauques problèmas damb lo fisc per declaracions inecactas, etc. e se poiré qu’estosse temptada de har lar valisas com un jogaire de tennis ordinari…

 

Editoriau de La Setmana, n°773

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 11:36

  La França africa !

Foguèt un temps que la França mestissa èra simbolizada per son equipa de fotbòl ; e los superlatius mancavan pas dins los mèdia per vantar aquela excepcion exagonala que veniá de butar lo país sus l’empont  d’una renomenada plan meritada.

Mas la ròda vira e lo Waterloo que ven de viure en Africa del Sud, degun o sembla pas voler assumir. Vertat es que, desempuèi l’an pèbre, se sap que França es estat un exemple per totas las tèrras conegudas o pas e, en consequéncia, a totjorn agut qualques dificultats amb las malparadas. Deuriá pas pausar cap de problèmas pr’aquò per çò qu’es un país d’excepcion(s) !

L’excepcion mai coneguda es culturala quitament se o pòdon comprene son que los que sabon reconéisser la qualitat excepcionala de l’ofèrta que França fa amb sa lenga e sa cultura millenàrias. Ne coneissètz de païses mai generoses ?

Avèm una excepcion sociala tanben amb un sistèma de mutualizacion per los suènhs e de capitalizacion per las pensions, amb de servicis publics, etc. mas es per s’acabar per çò que los que nos govèrnan nos vòlon responsabilizar e nos permetre d’investir dins d’asseguranças o de servicis privats per dire de promòure la creissença. Que ne sián felicitats !

Enfin avèm una excepcion politica amb d’elegits, especialistas, per la màger part, de l’acumulacion dels mandats e de las indemnitats, e que la lei comuna pel vulgum pecus concernís pas. N’an besonh per servir lo país en tota independéncia e n’aver pas a demissionar en causa d’un escandal o d’una mescla dels genres. Dins nòstra democracia plan establida, lor onestetat e lor paraula bastan per desconflar las cabalas malonèstas e populistas de tota mena.

Rason de mai per daissar pas de « tiranòts prene los Franceses en ostatges » sus la ràdio publica !

Editorial de La Setmana, n°772
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 14:49

Escarnis e dentèlas vielhas

Pròva de la vitalitat de la nòsta democracia, cada jorn que nse pòrta un escandal navèth. La decision de Na Boutin d’abandonar, devath la pression mediatica, l’indemnitat confortabla, que’u èra estada autrejada per ua mission de complasença, qu’a forçat los autres sexagenaris deu govèrn a har suspéner lo pagament de la lor pension de parlamentari. Mès un malastre ne’s passeja pas jamei solet ! Rama Yadé, qui critica l’albergament somptuós deus fotbolaires en Africa del Sud, que hè ua reservacion tad era e los sons conselhèrs dens una ostalaria encara mei luxuosa. Alain Joyandet, secretari d’Estat quinquagenari – jà celèbre tau son viatge en avion privat a mei de cent mila euros – que prepara la soa retirada en se servir d’un permés de bastir vielh de trenta sheis ans tà transformar un cabanon provençau en castèth. Christian Blanc – que deu sostenguer l’economia de Cuba – qu’a hèit crompar suus dinèrs publics tau son consum personau per 12000 euros de cigarros en 10 mes. E, last but not least, Éric Woerth e la soa molhèr ne serén pas completament desconeishuts de Na Bettancourt, ua hemna qui n’es pas precisament dens la necèra e qui auré bens e moneda a l’acès deus fisc exagonau. De segur, tot aquò qu’es legau si que non tots los deputats e senators de l’Esquèrra qu’aurén demandat la lor demission ! Dens aquera passa marrida, lo nòste president tant aimat qu’es sostengut objectivament per los fotbolaires en Africa del Sud. Los mèdia ne parlan pas sonque deu fracàs deus Bleus au Mondiau e de l’incoeréncia del management. Lo coach Domenech qu’es com l’ase de la fabla e tots que’u cridan dessús. La devisa navèra que rejonh la de la dreta liberada : « Moneda entà jo, los autes que me’n foti ! » Ailàs, que son los autes que son vergonhós !

 

Editoriau de La Setmana, n°771

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 10:57

Hromatge e dessèrt ?

Sonsaina : « Lo servici de la republica que demanda coratge, abnegacion, destacament e esperit de sacrifici. Que i cau ajustar l'amor de la patria, de la nacion, dels Francés e, mei que tot, l'enveja de « servir ». Que nse disen tanben los Òmes politics que « víver en ua democracia qu’a un prètz e que conveng de pagar los sons servidors corrèctament si que non trobaràn pas mei degun tà’s consacrar a França ! » Mès tot que’s pèrd e, subertot, lo respècte e l’admiracion deguts a totas las qualitats extraordinàrias deus nòstes servidors-sauvadors de la Republica. Na C. Boutin – l’arbo qu’escon la seuva – que veng de ne’n har l’experiéncia en seguida d’un article del Canard enchaîné qui mençonava que tocava 17500 euros en acomolar mission (9500), pension de deputada (6000) e indemnitat de conselhèra generau (2000). Lo rambalh mediatic que la forcè – e lo govèrn dab era – a har arrèrpè quan avèva dit prumèr que tot èra « legau ». Que’u hascó en dirècte suu fenestron e qu’ajustè que la soa decision e haré jurisprudéncia dens la mesura que fòrça elegits (ministres, deputats, senators, elegits regionaus…) e’s trobavan dens la medisha situacion.  En parlar d’ua sinecura autrejada après lo son depart deu govèrn, L. Ferry qu’avèva gausat un « Ne credetz pas totun qu’aquestes 4000 euros au mes me bastan tà víver ». Maugrat la volontat afichada – e tardiva ! – de M. Aubry de suprimir tota acumulacion, mei d’un elegit d’esquèrra que refusan de l’abandonar au nom de la democracia qui se deu d’estar pròcha deu… pòble !

Sonsaina dusau : « Los Òmes de valor ne serviràn pas mei l’Estat e que partiràn dens lo privat. » Mei d’un qu’ac hèn dejà après aver constituit un quasernet d’adreças ; ne cambirà pas gran causa ! Que voletz ? Qu’aiman los dessèrts.

Editoriau de La Setmana, n° 770
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca