Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 15:42
Coma sabi pas far de ligams, ai fach un copiat-pegat de l'article seguent.
I a de causas que pòdon interessar los que s'interessan a l'occitan.

Paregut dins Avui +, dijòus 25 de març de 2010
*******************

Entrevista: Albert Pla Nualart El lingüista defensa la revisió d'alguns punts de la normativa a 'Això del català'

« El català és més difícil del que caldria »
IGNASI ARAGAY
 

Albert Pla Nualart (Barcelona, 1959), cap d'edició de l'AVUI, publica Això del català (Columna), on aplega les exitoses terrassetes de la contraportada del diari. En una primera part, Pla defensa revisar els punts de la normativa que no han arrelat en l'ús, i són avui, segons ell, pur artifici que allunya de la normalitat. També es mostra crític amb l'IEC i el veu poc capaç de mantenir la norma al dia. Tot això deixant clar que, per ell, cap normalitat és possible en un bilingüisme que aboca a la lenta dissolució de la llengua. Al pròleg, Joan Solà anuncia que el llibre "provocarà polèmica".

Ara diran que defensa el català 'light'.

No em considero ni heavy ni light. La cosa és força més complexa i demana deixar de banda els apriorismes. No sóc light perquè veig crucial per al futur del català que mantingui la identitat respecte al castellà si no vol acabar com el gallec. Ara: defensar la identitat vol dir defensar el que som; no pas el que hauríem pogut ser, que és l'extrem en què cauen els heavy.

Un català més fàcil i alhora genuí? I com es fa això?

Si acceptem el que ens ve de l'evolució i rebutgem només la interferència, el català correcte ja s'assembla força més al que vostè i jo parlem de manera espontània. Si, a més, no basem la sintaxi en una barreja de dialectes sinó en un de sol, eliminem una altra part de l'actual artifici normatiu. Ni una cosa ni l'altra fan el català menys genuí.

Per què el parlant té la sensació que el català és massa difícil?

Perquè té tres fronts oberts. El de la anormalitat social: una llengua que no és necessària sempre és més difícil. El de la interferència, que afecta cada cop aspectes més estructurals i, per tant, difícils de corregir. I el d'una normativa que ja no partia del català real quan es va fer i arrossega, sobretot en sintaxi, un grau d'artifici que no ha arrelat en l'ús ni sembla que ho pugui fer.

Com ara l'article neutre lo.

I els pronoms febles i el canvi i caiguda de preposicions... Tot fa pensar que arribem al lo neutre per una evolució potser influïda -no pas interferida- pel castellà. Però la norma es va fixar en un clima cultural que recelava d'aquesta evolució, i ens va privar d'un lo sense el qual caminem coixos. I de tant que ens fa falta caiem en aberracions molt pitjors, com fer servir d'article allò o ho. Tants anys prohibint-lo fan que ara es percebi com un castellanisme més, però els nostres besavis, amb un català molt més genuí que el nostre, el deien amb tota la naturalitat. Amnistiar-lo no és fàcil, però no acceptant-lo també fem mal al català. Si la pressió del castellà no fos tan forta, potser l'hauríem d'acceptar.

Però la pressió del castellà, més que desaparèixer, s'intensifica.

Si no modifiquem el marc sociolingüístic, la millor normativa serà inútil. Si el català no té un territori on és llengua comuna i necessària, no hi ha res a fer.

Què opina del bilingüisme?

En aquest bilingüisme, en què tothom sap castellà i només uns quants català, la llengua s'anirà diluint. El català només tindrà futur si el castellà retrocedeix fins a tenir el pes que té l'anglès a Suècia o Holanda. No dic que l'hàgim de fer retrocedir. Potser el cost en termes de convivència és excessiu. El que dic és que aquesta és la condició per salvar el català. Crec que la societat ja és prou adulta per dir-li que això és així, i deixar-la decidir.

És molt crític amb l'IEC.

És molt difícil que l'IEC, tot sol i tal com està organitzat, faci una revisió de la normativa de l'abast que convindria. Fabra va trigar sis anys a fer el seu diccionari i l'IEC seixanta-tres, i encara el va acabar de pressa i malament. L'IEC aplega gent molt vàlida però és una estructura pesant i burocratitzada. A més, la por que no el reconeguin com a única autoritat a tot el domini lingüístic, que l'acusin de barcelonisme, l'obliga a optar per solucions d'estàndard composicional.

I quin problema té l'estàndard composicional?

Que és una llengua feta de retalls, artificial. El mou un ideal romàntic molt semblant a l'esperantista. Però el mateix model econòmic i social que fa de l'anglès la llengua mundial, també fa que els estàndards es basin en un dialecte i no en una barreja. No es pot fer anar la llengua per on no va la societat.

Els mitjans de comunicació han optat pel català central.

És normal. Mentre els filòlegs de l'IEC es barallen amb la història, els lingüistes dels mitjans es barallen amb la realitat: han de comunicar i han de sonar creïbles. L'estàndard és avui, més que mai, registres informals, col·loquialitat. La col·loquialitat, per ser creïble, necessita un referent real, i l'únic referent real que s'acaba percebent com a no dialectal és el dialecte amb més pes social, econòmic i demogràfic.

Notícia publicada al diari AVUI, pàgina 36. Dissabte, 20 de març del 2010
Paraules clau: Català, Iec, Llengua, Castellà, Albert, Normativa


Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 10:49

L’espèr tà qui ?


Desempuish lo temps qu’ac esperava, qu’es estat entenut. E pr’aquò tots que’u disèvan que n’ac poiré pas har, que las reformas ne’s hasèvan pas contra la volontat deus ciutadans. Los sons amics que muishavan un coratge mendre tà sosténguer ua reforma que los lors electors e consideravan com ua ingeréncia dens la lor vita privada. Los lobbies n’avèvan pas esparnhat ni lo lor temps ni la lor moneda e quand coneishen las còstas tà ua campanha electorau… Caparrut, qu’a tengut bon sus l’essenciau e resistit au descadenament de las passions, avitadas a contunhar per los sons adversaris qui s’èran a l’epòca trufat deu son eslogan de campanha : « Ensems, qu’ac podem har ! » Vertat es que la reforma a tot tà desplàser aus tenguents deu liberalisme descabestrat que considèra que l’Estat n’a pas a’s mesclar deus afars deu autes e a las societats d’asseguranças que ganhan la lor vita sus la santat o la mòrt deus autes. Vertat es tanben que mei d’un ne vesen pas perque e deurén « balhar moneda » a de vauchic o a de monde que ne son pas capables, segon eths, de gavidar los lors afars. Çaquelà, aquera reforma que va perméter a mei de trenta milions de personas d’aver ua cobèrta sociau e medicau e de’s poder har suenhar e tot aquò dens un deus país mei desvolopats deu planeta. E, per un còp, que’s pòt parlar de progrès en parlar de reforma. Mès l’eveniment deu moment n’es pas aqueth, de segur. L’Esquèrra navèra qu’es arribada dab la prima e, se ne’n credem los auguris, lo matin deu gran ser politic que seré pròche. Acabadas las pelejas e la dominacion d’un partit, acabadas las lutas deus egos, l’Esquèrra – solidària (dixit Martine) – qu’es en camin tà conquistar lo poder au nivèu exagonau. E degun tà parlar deu prètz deu peu de la bèstia ?


Editoriau de La Setmana, n°758
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 11:19

Salut o trapèla ?

E lo ganhaire del primièr torn es lo partit… dels abstencionistas que, amb 53 %, caracòla luènh devant los partits de governament. Empacha pas que gaireben totes son contents. L’UMP-NC se felicita de far rampèu al PS e denóncia los acòrds entre los movements de l’esquèrra multipla e los Verds qu’an pas res a veire un amb l’autre. Lo PS se felicita d’èsser reviscolat e denóncia la caporalizacion del camp d’en fàcia e los Verds vòlon ara jogar amb los « grands ». La drecha extrema verifica que, entre l’original e la còpia, los electors se viran cap a l’original. I a pas que los partits pichons o novèls que tiran lo morre ! Aquelas constatacions pr’aquò fan pas una analisi. N’es aital a cada còp e, a cada còp, ne i a maites que vòtan amb lors pès. J. Chirac diguèt a l’epòca que la politica èra un mestièr e Martine Aubry tornèt dire la meteissa causa avant lo primièr torn per denegar als Verds tota pretencion a voler dirigir una region. E se la caliá cercar aquí la rason de l’abstencion ? Una ponhada d’elegits menan lo país e considèran que lo clientelisme es la basi de la democracia e tròban normal de ne « far lor mestièr » per, qui sap, passar la retirada al Conselh constitucional o enlòc mai. L’acumulacion dels mandats es una règla e compti pas las divèrsas presidéncias de comissions, etc. Tot aquò unicament per l’amor de França e de la democracia. Los copables, sèm nosautres qu’acceptam qu’aquelas causas perduren en pensant benlèu a un eventual profièch personal ipotetic que ne poiriam tirar e a una concepcion desaviada de la Republica que nos pòt portar qualques privilègis gràcia a l’omnipreséncia de nòstres elegits. Nos calrà compréner un jorn que los acumulaires defendon sonque lor claus… Per ara nos cal anar votar.

Editorial de La Setmana, n°757
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 18:51

Qu’èran 4000 a Nerac (Òut e Garona) tà díser non a la LGV

DSC_0022.JPGQue se i son plan escaduts los organizators de la manifestacion anti-LGV e lo Charles D’Huyvetter que baileja l’associacion « Très grande vigilance en Albret » que pòt estar content deu resultat.

Qu’èran guaireben 4000, ça disón los responsables – 2100 segon la gendarmaria –, venguts a Nerac tà díser lo lor refús d’ua linha de grana velocitat (LGV) que sacrificarà milierats d’ectars de tèrras agricòlas e que harà ua traucada de las granas dens lo massís lanusquet. De memòria de Neraqués, que i avèva bèra pausa que Baïsa e lo son Pont Vièlh n’avèvan pas vist autan de monde !DSC_0039.JPG

Qu’èran venguts d’Òut e Garona e deus departaments vesins (Dordonha, Gèrs, Gironda, Lanas, Pireneus Atlantics, Tarn e Garona) mès deu País basco tanben e las bandaròlas qu’èran de sortida. Que se i podèva legir : « Non aux lignes TGV, oui aux lignes existantes », « Le bonheur est dans le pré avec la LGV ; le malheur est dans le prêt. Endettement : 45 ans », « Forêts massacrées, impôts multipliés » tà ne parlar pas sonque de quauques uas.

Lo cortègi, precedit per un detzenat de tractors, qu’empruntè, pendent duas oradas, las carrèras de la vila en passar suu Pont Nau e suu Pont Vièlh – lo qu’empruntava lo Reiòt (futur Enric IV) quand demorava a Nerac. Tà’s convéncer qu’èran autan nombrós, que s’assemblèn tornar suu herau a la fin de la manifestacion per las diferentas presas de paraula.

Los responsables de las associacions concernidas que tengón un discors identic : ua linha atau que ne servirà pas sonque a quauques uns puishque religarà unicament las metropòlis granas sens nat profit tau monde deus vilatges e maines. Las gents que son per ua modernizacion de las linhas existentas qui poirén perméter de córrer a l’entorn de 180 km/h a 210 km/h. Los elegits qui partejan aqueste combat – mei d’un qu’an « pres lo tren en marcha » totun – qu’anoncièn la creacion d’un collectiu d’elegits tà forçar lo govèrn e las autoritats regionaus o locaus concernidas a estudiar ua alternativa.

E tà manténer la convivéncia e restaurar un monde aganit, los organizators qu’avèvan previst entrepans gascons e vin de país qu’estón servits aus manifestants per ua armada de benevòles a la fin de la manifestacion.

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Vida vidanta
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 15:34
Ua amiga que'm hè passar aqueste tèxte de Djemila Benhabib legit davant los senators francés a París lo 13 de noveme de 2009.
De segur, qu'ac cau har conéisher que los mèdia e los elegits semblan d'aver decretat un chut-chut generau…
Que semblna díser : " Que podetz dromir, brave monde ; que velham sus vosautes!"

MISSION PARLEMENTAIRE SUR LE VOILE INTEGRAL
per Djemila Benhabib, autora d'un obratge critic

Mesdames les sénatrices,
Mesdames les présidentes,
Mesdames et messieurs les dignitaires,
Chers amis,

Merci mille fois de ce grand honneur que vous me faites, aujourd'hui, de me consacrer parmi les Femmes debout et de permettre à ma voix, celle d'une femme de culture musulmane féministe et laïque de résonner dans cette prestigieuse institution de la République. Merci à vous, mes amies de Femmes solidaires et de la Ligue du droit international des femmes pour votre travail acharné, permanent et indispensable que ce soit dans les quartiers, auprès des femmes victimes de violences et discriminations, des sans papiers ou encore au sein des politiques et des instances onusiennes. C'est dire que c'est ici, localement que prend racine le travail pour les droits des femmes pour se répercuter à l'échelle internationale. C'est dire aussi que la Marche des femmes pour la liberté et l'égalité est une et indivisible. Lorsqu'une femme souffre dans un quelconque endroit de la planète, c'est notre affaire à toutes et à tous. Merci de nous faire sentir de mille façons que nous sommes les maillons d'une même chaîne.
Voilà encore quelques années, je n'aurais jamais imaginé que ma vie de femme, que ma vie de militante serait si intimement liée au féminisme et à la laïcité.
Je vous surprendrai peut-être en vous avouant que je ne suis pas devenue féministe en tournant les pages du Deuxième Sexe, ni en me plongeant dans ce magnifique roman d'Aragon Les Cloches de Bâle, où il était question entre autres de Clara Zetkin et de Rosa Luxembourg, deux figures de proue du féminisme et de la paix dans le monde.
Je ne suis pas devenue laïque en m'abreuvant de Spinoza, de Ibn Al-Arabi, de Descartes, de Ibn Khaldoun, ou de Voltaire, mon maître. Absolument pas.
J'aurais pu tourner mon regard ailleurs pour me perdre dans cette enfance si heureuse que j'ai eue dans une famille généreuse, cultivée, ouverte sur le monde et sur les autres, profondément engagée pour la démocratie et la justice sociale. J'aurais pu m'égarer dans la beauté de cette ville qu'est Oran où il faisait si bon vivre au bord de la mer. Cette ville qui a propulsé la carrière littéraire d'Albert Camus, avec son célèbre roman, La peste, jusqu'au Nobel de littérature. J'aurais pu ne rien voir, ne rien entendre des brimades, du mépris, des humiliations et des violences qu'on déversait sur les femmes. J'ai choisi de voir et d'écouter d'abord avec mes yeux et mes oreilles d'enfant. Plus tard, j'ai choisi de dire les aspirations de toutes ces femmes qui ont marqué ma vie pour que plus jamais, plus aucune femme dans le monde, n'ait honte d'être femme.
Pour vous dire vrai, à l'enfance et surtout à l'adolescence, je n'ai jamais rêvé de mariage, de prince charmant, de robe longue, de grande maison, d'enfants et de famille. Les quelques mariages auxquels j'avais assisté, en Algérie, me faisaient sentir que la femme était un objet bien plus qu'un sujet. Inutile de vous préciser que ma perspective était ultraminoritaire, car les femmes sont formatées à devenir des épouses puis des mères dès l'enfance. Je devais avoir, quoi, cinq, six, peut-être sept ans tout au plus, lorsqu'on me somma de rejoindre ma grand-mère dans la cuisine, car ma place naturelle était à mi-distance entre les fourneaux et la buanderie, de façon à pouvoir faire éclater mes talents de cuisinière et de ménagère le moment venu.
En 1984, l 'Algérie adopte un code de la famille inspiré de la charia islamique. J'ai 12 ans à cette époque. Brièvement, ce code exige de l'épouse d'obéir à son mari et à ses beaux-parents, permet la répudiation, la polygamie, destitue la femme de son autorité parentale, permet à l'époux de corriger sa femme et en matière d'héritage comme de témoignage, l'inégalité est érigée en système puisque la voix de deux femmes équivaut à celle d'un homme tout comme les parts d'héritage.

Question : L'Algérie est-elle devenue musulmane en 1984 ?
Réponse : Je vous la donnerai pendant le débat tout à l'heure si vous le souhaitez.

Pour ce qui est de la laïcité, j'ai compris sa nécessité lorsque, au tout début des années 1990, le Front islamique du salut (FIS) a mis à genoux mon pays l'Algérie par le feu et par le sang en assassinant des milliers d'Algériens. Aujourd'hui, on est forcé de constater que les choses n'ont pas tellement changé.
Trop de femmes dans le monde se font encore humilier, battre, violenter, répudier, assassiner, brûler, fouetter et lapider. Au nom de quoi ? De la religion, de l'islam en l'occurrence et de son instrumentalisation. Pour refuser un mariage arrangé, le port du voile islamique ou encore pour avoir demandé le divorce, porté un pantalon, conduit une voiture et même avoir franchi le seuil de la porte sans la permission du mâle, des femmes, tant de femmes subissent la barbarie dans leur chair. Je pense en particulier à nos soeurs iraniennes qui ont défilé dans les rues de Téhéran pour faire trembler l'un des pires dictateurs au monde : Ahmadinejad. Je pense à *Neda*, cette jeune Iranienne assassinée à l'âge de 26 ans. Nous avons tous vu cette image de Neda gisant sur le sol, le sang dégoulinant de sa bouche. Je pense à *Nojoud Ali*, cette petite Yéménite de 10 ans, qui a été mariée de force à un homme qui a trois fois son âge et qui s'est battue pour obtenir le droit de divorcer. et qui l'a obtenu. Je pense à*Loubna Al-Hussein* qui a fait trembler le gouvernement de Khartoum l'été dernier à cause de sa tenue vestimentaire...
La pire condition féminine dans le globe, c'est celle que vivent les femmes dans les pays musulmans. C'est un fait et nous devons le reconnaître. C'est cela notre première solidarité à l'égard de toutes celles qui défient les pires régimes tyranniques au monde. Qui oserait dire le contraire ? Qui oserait prétendre l'inverse ? Les islamistes et leurs complices ? Certainement mais pas seulement.

* Il y a aussi ce courant de pensée relativiste qui prétend qu'au nom des cultures et des traditions nous devons accepter la régression, qui confine l'autre dans un statut de victime perpétuelle et nous culpabilise pour nos choix de société en nous traitant de racistes et d'islamophobes lorsque nous défendons l'égalité des sexes et la laïcité. C'est cette même gauche qui ouvre les bras à Tarik Ramadan pour se pavaner de ville en ville, de plateau de TV en plateau de TV et cracher sur les valeurs de la République.*

Sachez qu'il n'y a rien dans ma culture qui me prédestine à être éclipsée sous un linceul, emblème ostentatoire de différence. Rien qui me prédétermine à accepter le triomphe de l'idiot, du sot et du lâche, surtout si on érige le médiocre en juge. Rien qui prépare mon sexe à être charcuté sans que ma chair en suffoque. Rien qui me prédestine à apprivoiser le fouet ou l'aiguillon. Rien qui me voue à répudier la beauté et le plaisir. Rien qui me prédispose à recevoir la froideur de la lame rouillée sur ma gorge. Et si c'était le cas, je renierais sans remords ni regret le ventre de ma mère, la caresse de mon père et le soleil qui m'a vu grandir.
L'islamisme politique n'est pas l'expression d'une spécificité culturelle, comme on prétend ça et là. C'est une affaire politique, une menace collective qui s'attaque au fondement même de la démocratie en faisant la promotion d'une idéologie violente, sexiste, misogyne, raciste et homophobe..
Nous avons vu de quelle façon les mouvements islamistes, avec la complicité, la lâcheté et le soutien de certains courants de gauche cautionnent la régression profonde qui s'est installée au cour même de nos villes. Au Canada, nous avons tout de même failli avoir les tribunaux islamiques. En Grande-Bretagne c'est déjà la norme dans plusieurs communautés. D'un bout à l'autre de la planète, le port du voile islamique se répand et se banalise, il devient même une alternative acceptable aux yeux de certains car c'est tout de même mieux que la burqa!
Que dire de la démission des démocraties occidentales sur des enjeux primordiaux à la base du vivre-ensemble et de la citoyenneté tels que la défense de l'école publique, des services publics et de la neutralité de l'État ?
Que dire des reculs en matière d'accessibilité à l'avortement ici même en France ?
Tout ça pour dire qu'il est toujours possible de faire avancer les sociétés grâce à notre courage, notre détermination et à notre audace. Je ne vous dis pas que ce sont là des choix faciles. Loin de là. Les chemins de la liberté sont toujours des chemins escarpés. Ce sont les seuls chemins de l'émancipation humaine, je n'en connais pas d'autres.

Cette merveilleuse page d'histoire, de NOTRE histoire, nous enseigne que subir n'est pas se soumettre. Car par-delà les injustices et les humiliations, il y a aussi les résistances. Résister, c'est se donner le droit de choisir sa destinée. C'est cela pour moi le féminisme. Une destinée non pas individuelle, mais collective pour la dignité de TOUTES les femmes. C'est ainsi que j'ai donné un sens à ma vie en liant mon destin de femme à tous ceux qui rêvent d'égalité et de laïcité comme fondement même de la démocratie..
L'histoire regorge d'exemples de religions qui débordent de la sphère privée pour envahir la sphère publique et devenir la loi. Dans ce contexte, les femmes sont les premières perdantes. Pas seulement. La vie, dans ses multiples dimensions, devient soudainement sclérosée lorsque la loi de Dieu se mêle à la loi des hommes pour organiser les moindres faits et gestes de tous. Il n'y a plus de place pour les avancées scientifiques, la littérature, le théâtre, la musique, la danse, la peinture, le cinéma, bref la vie tout simplement. Seuls la régression et les interdits se multiplient. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai une aversion profonde à l'égard des intégrismes quels qu'ils soient, car je suis une amoureuse de la vie.
Rappelez-vous une chose : lorsque la religion régit la vie de la cité, nous ne sommes plus dans l'espace du possible, nous ne sommes plus dans le référentiel des doutes, nous ne sommes plus dans le repère de la Raison et de la rationalité si chères aux Lumières. Séparer l'espace public de l'espace privé en réaffirmant la neutralité de l'État me semble indispensable, car seule la laïcité permet de se doter d'un espace commun, appelons-le un référentiel citoyen, loin de toutes croyances et de toutes les incroyances, pour prendre en main la destinée de la cité. Avant de conclure, permettez-moi de partager avec vous une lettre destinée à l'un de vos élus.

J'ai longuement hésité avant de vous écrire. Peut-être, par peur d'être perçue comme celle venue d'ailleurs qui fait indélicatement irruption dans les « affaires françaises ». Au diable les convenances, je n'ai jamais été douée pour la bienséance surtout lorsqu'elle est au service des plus forts, des plus puissants et des plus arrogants. Puis, s'il avait fallu que je vive en fonction du regard des autres, je n'aurais rien fait de ma vie ou si peu. Lorsqu'il s'agit des droits des femmes, nulle convenance ne doit primer sur l'essentiel. L'essentiel étant : la liberté, l'égalité et l'émancipation des femmes. J'entends encore des copines françaises me dirent avec insistance : parle-lui, dis-lui, écris-lui. Étrangement, leurs propos me rappellent le titre de ce magnifique filmd'Almodovar Parle avec elle où dès les premiers instants, le rideau se lève furtivement, pendant quelques secondes, sur un spectacle de danse, mettant en scène le corps d'une femme, celui de Pina Bausch. Elle qui exprimait si bien dans ses chorégraphies crûment la violence exercée à l'encontre des femmes.

Monsieur Gérin, c'est à vous que je m'adresse, je voudrais vous parler, vous dire la peur que j'ai connue le 25 mars 1994 alors que j'habitais à Oran, en Algérie et que le Groupe islamique armé (GIA) avait ordonné aux femmes de mon pays le port du voile islamique. Ce jour-là, j'ai marché la tête nue ainsi que des millions d'autres Algériennes. Nous avons défié la mort. Nous avons joué à cache-cache avec les sanguinaires du GIA et le souvenir de Katia Bengana, une jeune lycéenne âgée de 17 ans assassinée le 28 février 1994 à la sortie de son lycée planait sur nos têtes nues. Il y a des événements fondateurs dans une vie et qui donnent une direction particulière au destin de tout un chacun. Celui-là, en est un pour moi. Depuis ce jour-là, j'ai une aversion profonde pour tout ce qui est hidjab, voile, burqa, niqab, tchador, jilbab, khimar et compagnie. Or, aujourd'hui, vous êtes à la tête d'une commission parlementaire chargée de se pencher sur le port du voile intégral en France.

En mars dernier, je publiais au Québec, un livre intitulé Ma vie à contre-Coran : une femme témoigne sur les islamistes. Dès les premières phrases, je donnais le ton de ce qu'est devenue ma vie en termes d'engagements politiques en écrivant ceci : « J'ai vécu les prémisses d'une dictature islamiste. C'était au début des années 1990. Je n'avais pas encore 18 ans. J'étais coupable d'être femme, féministe et laïque. » Je dois vous avouer que je ne suis pas féministe et laïque par vocation, je le suis par nécessité, par la force des choses, par ces souffrances qui imprègnent mon corps car je ne peux me résoudre à voir l'islamisme politique gagner du terrain ici même et partout dans le monde. Je suis devenue féministe et laïque à force de voir autour de moi des femmes souffrir en silence derrière des portes closes pour cacher leur sexe et leur douleur, pour étouffer leurs désirs et taire leurs rêves.
Il fut un temps où on s'interrogeait en France sur le port du voile islamique à l'école. Aujourd'hui, il est question de voile intégral. Au lieu d'élargir la portée de la loi de 2004 aux établissements universitaires, nous débattons sur la possibilité de laisser déambuler dans nos rues des cercueils. Est-ce normal ? Demain, peut-être c'est la polygamie qui sera à l'ordre du jour. Ne riez pas. Cela s'est produit au Canada et il a fallu que les cours (de justice) s'en mêlent. Car après tout la culture à bon dos lorsqu'il s'agit d'opprimer les femmes. Ironie du sort, j'ai constaté dans plusieurs quartiers que les jupes se rallongent et disparaissent peu à peu. La palette des couleurs se réduit. Il est devenu banal de camoufler son corps derrière un voile et porter une jupe, un acte de résistance. C'est tout de même une banlieue française qui est le théâtre du film La Journée de la jupe. Alors que dans les rues de Téhéran et de Khartoum, les femmes se découvrent de plus en plus, au péril de leur vie, dans les territoires perdus de la République française, le voile est devenu la norme.

Que se passe-t-il ?

La France est-elle devenue malade ? Le voile islamique est souvent présenté comme faisant partie de « l'identité collective musulmane ». Or, il n'en est rien. Il est l'emblème de l'intégrisme musulman partout dans le monde. S'il a une connotation particulière, elle est plutôt politique surtout avec l'avènement de la révolution islamique en Iran en 1979. Que l'on ne s'y trompe pas, le voile islamique cache la peur des femmes, de leur corps, de leur liberté et de leur sexualité.

Pire encore, la perversion est poussée à son paroxysme en voilant des enfants de moins de cinq ans. Il y a quelques temps, j'essayais de me rappeler à quel moment précisément, en Algérie, j'ai vu apparaître ce voile dans les salles de classe. Pendant mon enfance et jusqu'à mon entrée au lycée, c'est-à-dire en 1987, le port du voile islamique était marginal autour de moi. À l'école primaire, personne ne portait le hidjab, ni parmi les enseignants, ni surtout parmi les élèves.
Voilà 12 ans que j'habite au Québec dont la devise inscrite sur les plaques d'immatriculation des voitures est « Je me souviens ». A propos de mémoire, de quoi la France devrait-elle se souvenir ? Quelle est porteuse des Lumières. Que des millions de femmes se nourrissent des écrits de Simone de Beauvoir dont le nom est indissociable de celui de Djamila Boupacha. C'est peu dire. Il ne fait aucun doute pour moi que la France est un grand pays et ceci vous confère des responsabilités et des devoirs envers nous tous, les petits. C'est d'ailleurs pour cela qu'aujourd'hui, tous les regards sont tournés vers votre commission et que nous attendons de vous que vous fassiez preuve de courage et de responsabilité en interdisant le port de la burqa.
Pour notre part au Québec, on se souvient qu'en 1961, pour la première fois dans l'histoire, une femme, une avocate de surcroît, est élue à l'Assemblée législative lors d'une élection partielle. Son nom est Claire Kirkland et elle deviendra ministre. En invoquant un vieux règlement parlementaire qui exigeait des femmes le port du chapeau pour se présenter à l'Assemblée législative, on la force à se couvrir la tête pendant les sessions. Elle refuse. C'est le scandale.
Un journal titre : « Une femme nu-tête à l'Assemblée législative ! » Elle résiste et obtient gain de cause.
Il faut comprendre par là que nos droits sont des acquis fragiles à défendre avec acharnement et qu'ils sont le résultat de luttes collectives pour lesquelles se sont engagés des millions de femmes et d'hommes épris de liberté et de justice. J'ose espérer, monsieur Gérin, que la commission que vous présidez tiendra compte de tous ces sacrifices et de toutes ces aspirations citoyennes à travers le monde et les siècles.
A vous chers amis, s'il y a une chose, une seule, que je souhaiterais que vous reteniez de ces quelques mots, c'est la suivante. Entre une certaine gauche démissionnaire, le racisme de l'extrême droite et le laisser-faire et la complicité des gouvernements nous avons la possibilité de changer les choses, plus encore nous avons la responsabilité historique de faire avancer les droits des femmes. Nous sommes, en quelque sorte, responsables de notre avenir et de celui de nos enfants. Car il prendra la direction que nous lui donnerons. Nous, les citoyens. Nous, les peuples du monde.. Par nos gestes, par nos actions et par notre mobilisation. Toutes les énergies citoyennes sont nécessaires d'un pays à l'autre au-delà des frontières. L'avenir nous appartient. La femme est l'avenir de l'homme disait Aragon. S'agissant d'homme, je veux en saluer un présent aujourd'hui, c'est mon père à qui je dois tout.
Et je finirai par une citation de Simone de Beauvoir : « On a le droit de crier mais il faut que ce cri soit écouté, il faut que cela tienne debout, il faut que cela résonne chez les autres. »
J'ose espérer que mon cri aura un écho parmi vous.

*Djemila Benhabib*
Lettre lue au Palais du Luxembourg, le vendredi 13 novembre 2009, lors de la journée
« Femmes debout », organisée par Femmes Solidaires et la Ligue du Droit International des Femmes.




.
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Vida vidanta
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 15:27

Un tabó levat !

Los mèdia – mas tanben unes òmes politics o intellectuals – nos dison que cap al « globish » English, lo francés – e son universalitat – es en dangièr de mòrt. Nos anóncian tanben, amb de paraulas de circonstància, la mòrt del darrièr locutor d’una lenga luenhenca [la lenga Bo, Isclas Andaman, Índia]. Se lançan puèi dins de consideracions filosoficas sus las fragilitat de las lengas e de las culturas, e sus la necessitat de preservar e promòure aquela riquesa de l’umanitat. Generalament, acaban l’elògi funèbre en tornant prene la frasa atribuida a l’escrivan de Mali, Amadou Hampaté Ba : « Quand un vièlh morís, es una bibliotèca que brutla ». Regularament, los messatgièrs de la lenga francesa nos apèlan a la resisténcia cap a aqueste enemic vengut de las Americas d’una faiçon enganiva, a l’escasença de doas guèrras mondialas. Un article de R. Solé (Le Monde des livres, 26-02-2010) nos torna los propausses de Na Carrère d’Encausse, secretària perpetuala de l’Acadèmia : « … lo francés se pòt pas mai defendre solet. Son salut, aquò's lo mutilinguïsme ». De segur, pensa pas a las lengas istoricas de França quand ditz aquò. L’escrivan antilhés, Patrick Chamoiseau seguís una dralha identica : « Lo francés serà poderós e subrebèl pertot ont totas lengas seràn poderoses e subrebèlas ». Vesèm que los quites partisans acarnassits del francés – un francés de mens en mens universal – consubstencial a la Nacion començan de s’apercebre que lo malaür dels uns fa pas necessàriament lo bonaür dels autres. Finiràn benlèu per comprene – ne’n dobti ! – que lo desvolopament de nòstras lengas e culturas istoricas es pas un dangièr ; au sens contra ! Per accelerar aquela reconeissença a venir, avèm ara un aliat de pes (M. Charasse) al Conselh constitucional !

Editorial de La Setmana, n°755

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 00:26
Istòria de galinas

Coma qué, vau melhor èsser celèbre per tocar qualques dreches d'autor en publicant libres o recuèlhs de nhòrlas.

Entendut aqueste matin a la ràdio nacionala :
Un palestinian deu passar a mantuns pòstes de contraròtle israëlis per portar sa mèrça al mercat. Aqueste matin,
a qualques galinas dins sa veitura.
Lo soldat del primièr contraròtle li demanda çò que pòrta e lo Palestinian li respon que son galinas. Puèi  lo soldat li demanda :
« Las noirissètz amb qué ?
– Amb de gran.
– Aquò's pas de bon far de las noirir aital. Lor i devètz balhar de verdura sonque.
– O farai. »
Al segond pòste, mdeteis contraròtle e dialògue tot parièr :
« Las noirissètz amb qué ?
– Amb de verdura.
– Aquò's pas de bon far de las noirir aital. Lor i devètz balhar de gran sonque.
– O farai. »
Al tresen contraròtle, questions identicas :
« Las noirissètz amb qué ?
– Las noirssi pas mas lor i balha d'argent de pòcha.
– !!!
– Aital, se pòdon crompar çò que lo agradan. »

Padena, lo contaire de Puèch Laurenç, contava la meteissa causa fa d'annadas e benlèu o fa encara ! El contava l'istòria del païsan qu'èra emmerdat gaireben cada setmana per un inspector de las Talhas o de l'igièna publica, etc. a pprepaus de sos pòrcs  ; e acabava en disent que escriviá un chèc a sos pòrcs e aital se podián crompar çò que lor agradava.
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Vida vidanta
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 20:37
Suspresa…

« Un Auvernhat, va plan ; es quand son tròp nombroses que las emmèrdas començan ! »

Citacion liura del ministre Hortefeux (que parlava de Maugrebin d'Auvèrnhe)

Per una suspresa, es una suspresa !
Nòstre amic Charasse ven d'èsser nomenat al Conselh constitucional. Notatz qu'aquel brave òme aviá dich que demandava pas res mas que seriá urós de poder contunhar a servir la Republica. Nòstre brave president li aviá facha una promessa ; l'a tenguda ! e las lengas de sèrp dison que ten pas sas promessas…
Es totjorn presentat dins los mèdia coma socialista, a còps ex-socialista. L'amic de Tonton [ Mitterrand pels mai joves] foguèt un socialista de la mòda « rad-soc » e un representant – o es encara – d'aquela politica de clientelisme que Esquèrra e Drecha aiman tant ; clientelisme rendut possible gràcias a l'acumulacion de mandats … la man sus lo còr e las paraulas d'usatge dins la boca : « Se soi  deputat (senator, ministre, etc.) e conse (president de conselh general, de la comunitat de comunas, etc.) e se participi a mantuns autres oragamismes… es per melhor servir França e mos administrats. En mai d'aquò, d'aver una sol mandat m'empachariá de sentir la França pregonda… Rotlament de tambor…
Per nòstras lenga e cultura occitanas, es un aliat de pes. Vos sovenètz qu'a pas esitat a far la promocion de las lengas d'òc en anant encara mai luènh que çò que se fa d'abitud.
En seguint son rasonament, deu i aver autant de lengas coma de vilatges e vilatjòts…
Mai d'un Gascon o d'un Provençau (e d'autres) foguèron contents, eles que demandan l'autonomia pel parlar gascon (quin gascon ? Lo de la mar, lo de la montanha, lo de…), pel provençal (quin provençal ?… ) etc. sens saber – o voler saber – coma fonciona una lenga.
Tornarai pas aquí dessús que  n'ai mon confle…

Pausarián aquela question pel rus o pel chinés o quitament per l'anglés ?
O sabi que la lenga aparten « al pòble » e que la tenèm « del pòble ». Ne i a que se fan pas fauta de me o dire mas arriba un moment quand cal aver una vision lingüistica de las lengas, e mai aquela lenga foguèsse l'occitan.

Quand soi malaut, demandi conselh al mètge…
Quand la "letricitat" marcha pas fau venir l'especialista…

Alara ?

Cadun son mestièr e las vacas seràn melhor gardadas, se ditz en francés… Mas vertat es que l'occitan se pòt pas comparar al francés…
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 19:01

Un catolic pauc ortodòxe !

 

Un còp èra, los nòstes eleits qu’aimavan de celebrar lo « pòble mei intelligent, mei espirituau deu planeta » e que planhèvan los qui n’avèvan pas avut l’astre de vàder francés ! Qu’èra Francés lo qu’èra neishut suu territòri – metropolitan totun ! – de la Republica e qu’èra blanc de pèth, levat a la fin de l’estiu quan èra tot moret d’aver hèit deu bronza-cuu. Los Còrses e Antilhés qu’èran Còrses e Antilhés ; a còps, que n’èra tot parièr deus Bascos e deus Bretons… Los Occitans, eths, qu’èran tot contents, quan bretonejavan la lenga universau, de poder vénguer de « mossurs » ; las hemnas n’èran pas de comptar ! Ne’us empachava pas de servar quauques expressions deu lor lengatge hlorit e exotic (sic) que l’Acadèmia condamnava de segur. Que vengó l’invasion estatsunidenca damb las cigarretas « americanas », la pasta de mastegar, los westerns, etc. e, mei recentament, l’admiracion pèga de la lor faiçon de víver e lo politically correct. L’avugle que’s tranformè en « mauvedent » e lo shord en « mauentenent ». Mès ne bastava pas… Ara, n’es pas ortodòxe de díser de quauqu’un que n’a pas l’aire catolic. Acabat lo temps quan se podèva comandar a l’estanquet un « petit negre » (cafè) o un « gran blanc » (veire de lèit) sens estar acusat de racisme o d’omofobia ! E un Hilh de puta ! de segur qu’es ua insulta qui s’amerita las galèras sens parlar de Viet d’ase ! qui vse classa dens los asinofòbs o qui vse hè passar per un… gelós o un envejós. La nòsta societat ne supòrta pas mei los qui ne son pas rafinats e que podem har nòstas las paraulas de Beaumarchais qui escriu dens Le Mariage de Figaro (V, 3) que’s pòt parlar de tot a la condicion de non pas díser arren.

Serén donc los muts – e las mudas de segur – solets qu’aurén rason ?

 

Editoriau de La Setmana, n°754
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 12:10

Lo respècte de la lei !

Lo ministre de l’identitat nacionala, etc. vòl rendre l’entrada e lo sejorn dels estrangièrs encara mai dificil. Semblariá que se foguèsse trobat « d’aligats objectius » amb la comuna de Bagnolet (Seine-Saint-Denis). La setmana passada, sus òrdre del conse e del prefècte, la polícia faguèt evacuar un squat en execucion d’un jutjament de febrièr de 2009. Per levar l’enveja als ocupants de i tornar tanlèu la polícia enanada, las autoritats faguèron destrusir l’immòble amb un marran mecanic (bulldozer). Replegats dins un gimnasi, foguèron lèu lèu expulsats manu militari ; en serada, quilhèron unas tendas dins un square mas la polícia lor i daissèt pas lo temps de polsar e los getèron fòra de la placeta. Que lo termonètre marquèsse cinc gras jos zèro o que nevèsse pausèt pas cap de problèmas metafisics al prefècte que faguèt dire que « los ocupants vivián aquí sens dreches ni títol e que, en consequéncia, èran pas protegits per la lei qu’interdís las expulsions avant lo Ièr de mars ». Per far bona mesura, apondèt que tot s’èra fach « dins lo respècte de la lei ». Pel conse, « fasiá d’annadas qu’èra un endrech ont dròga, prostitucion e autres trafics se debanavan », Demest los ocupants, de segur, i aviá de « sens papièrs » mas tanben de monde amb totes sos papièrs qu’avián trobat pas qu’aquel endrech per se botar a l’acès malgrat qu’agèssen un trabalh normal. De segur, las autoritats agèssen esperat dos meses de mai, aquò auriá pas cambiat res al respècte de la lei. E quitament se los partits d’esquèrra s’indignan e denóncian aquela expulsion, pòdon pas denegar qu’es l’òbre d’una municipalitat « amiga ». Aquò balha d’arguments als que disián que « lo comunisme [es] coma la linha d’orizont ; mai òm se n’apròcha, mai luènh se tròba ! »

Editorial de La Setmana, n°753

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca