Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 23:16
Guilaume de Salluste, senhor deu Bartàs, que vadó a Monthòrt, au ras d'Auch, en 1544, e moriscó en 1590, a París, d'après d'aubuns, a Condòm, d'après autes.
Qu'es un poèta francés subertot.
  
Aqueste tèxte de Du Bartàs (1544-1590) qu'es plan conegut… De l'autor de La Sepmaine ou la création du monde (1578-1584), ne coneishem pas sonque aquera pèça trilingüa e un sonnet, los dus en occitan de Gasconha ! Que vs'ac balhi dens la grafia classica dab la revirada deu latin e tanben deu gascon qui, a còps, pòt semblar un pauc esquerrièr.


LAS TRES NIMFAS
    
Poème dressé par G. de Saluste, Seigneur du Bartas, pour l'accueil de la Reine de Navarre, faisant son entrée à Nérac : auqel trois nymphes débatent qui aura l'honeur de saluer Sa majesté (1578).

La nymphe latine
  
Qua Pater aequoreas Tiberis festinat in undas
Orbis me peperit dominatrix Roma subacti :
Nimpha latina vocor, quae te, Regina, saluto :
Salve, o magna soror, conjux et filia regis !

  

La Nymphe latine
Là où mon père Tibre se hâte vers les eaux de la mer,
Rome qui régit l’univers subjugué m’a donné naissance.
Je me nomme nymphe latine, ô Reine, moi qui viens te saluer.
Salut, ô grande Sœur, épouse et fille de Roi !

  
La Française
  
Ô nymphe, oses-tu bien accueillir, peu courtoise,
L’honneur du lys royal d’une estrangere voix ?
Chère sœur, qui peut mieux qu’une nymphe françoise
Saluer et la perle et la fleur des François ?


La Gasconne
  
Cara’t, nimfa vesia, e tu nimfa romana,
N’anes deus tons grans mots ma Princessa eishantar,
Non i a tan gran lairon qu’aqueth que l’aunor pana :
Dessús l’autrui joquèr, lo poth non deu cantar.
 

 La Nymphe gasconne
Taisez-vous, nymphe voisine, et toi, nymphe romaine,
n’allez pas avec de grands mots étourdir ma princesse.
Il n’est pire voleur que celui qui vole l’honneur :
sur le perchoir d’autrui le coq ne doit pas chanter.

   
La Latine
  
Nimpha puellari vultu facieque tenella
Incedo visenda : tamen praecedo tot annis
Tot saeclis alia, docta stipata caterva :
Mecum artes habeo, leges atque optima quaeque.
  

  La Nymphe latine
Je parais une nymphe aux traits enfantins, au tendre visage,
et cependant, je précède les autres de tant d’années,
de tant de siècles ; au milieu d’un docte cortège,
les arts, les lois et les perfections m’accompagnent. 


La Française
  
Avant le nom latin et que les Romulides
Eussent le champ d’Évandre en pointes aiguisé,
Le parler docte-saint des Bardes et des Druides
En Grece, en Italie, en Memphe estoit prisé.


La Gasconne
  
S’en mans mos hilhs avèn lo temps passat tenguda
La pluma com lo hèr jo poirí rampelar,
Mès entr’eths, dinquio ací Pallàs s’es vista muda
Car eths an mes amat plan hèr que plan parlar.
   

La Nymphe gasconne
Si mes enfants, dans le passé, avaient tenu
la plume comme le fer, je pourrais avoir encore plus de prétentions ;
mais parmi eux, jusqu’ici, Pallas s’est trouvée nue
car ils ont mieux aimé bien faire que bien parler.


La Latine
  
Barbara Nimpha mihi et, cujus sit gallia mater,
Barbara Nimpha mihi est, cujus sit barbarus ipse
Vasco pater ; supero voces modulamine utramque,
Moribus ingenuis linguaque excello diserta.

 

La Nymphe latine
Barbare est pour moi la nymphe dont la mère est gauloise,
barbare aussi celle dont le père est gascon ;
je les surpasse l’une et l’autre par l’harmonie de ma voix,
la noblesse de mes mœurs et la richesse de ma langue.


La Française
  
En faconde, en richesse, en douceur je te passe :
Si Tulle revivoit ilparleroit françois.
En Patare Apollon, les muses sur Parnasse
Ont oublié pour moi le latin et gregeois.


La Gasconne
  
Tota vòsta beutat n’es ara que pintura,
Que manhas, qu’afiquets, que retortilhs, que fard,
E ma beutat n’a punt auta mair que Natura,
La nautra tostemps es mes bèra que l’art.
  

  La Nymphe gasconne
Toute votre beauté n’est rien que peinture,
grands airs, colifichets, parures et fard
et ma beauté n’a d’autre mère que Nature.
La Nature toujours est plus belle que l’art.


La Latine
  
Sunt cedenda ergo Reginae, o celtica Nimpha,
Jura salutaniae, quae nos retinere nequimus,
Vasconicis Nimphis ; pugnax gens illa, tenaxque
Propositi nimium, nec nos certare paratae.

   

   La Nymphe latine
Il faut céder, nymphe celtique,
le droit de saluer la Reines puisque nous ne pouvons le conserver,
à la nymphe gasconne : cette race est combative et opiniâtre
dans ses desseins et nous ne sommes pas équipés pour la lutte.


La Gasconne

Leishem estar la fòrça ! On mes òm s’arrasoa
Mes òm hè que jo èi dret de parlar davant vos,
Jo soi nimfa gascoa, era es ara gascoa,
Son marit es gascon e sos subjects gascons.

Baïsa, enfla ton cors, comença’t hèr mes grana
Que lo Rin, que lo Pò, que l’Ebre, que la Tana ;
Gloriosa, hè bronir ton gai per tot lo Món.
Baïsa, enfla ton cors : comença’t hèr mes grana
Puish que jamès lo Rin, lo Pò, l’Ebre, la Tana
Non vin sur lor gravèr tau beutat que lo Ton.

Creish, o petit Nerac, Nerac creish tas barralhas,
Lèva tas tors au cèu, cinta de tas murralhas
Tot çò que de plus bèth cintèc jamès lo Món !
Cara halha deu jorn, vè t’escóner, de gràcia,
Hug lèu, hug, vè muishar sus l’aute món ta fàcia,
Aciu raja un lugran plus lusent que lo Ton ;

Ò mèrle, ò rossinhòl, ò melhenga, ò lunèisha !
Corèrs deu bèth casau que la Baïsa engrèisha,
Saludatz d’un doç cant la plus bèra deu Món !
Ò parc, carga de fruts tos arbes plus sauvatges !
Per arcolhir la Dauna, acapta tos ramatges !
Parc, non se vic jamès tant d’aunor que lo Ton.

Tu sias la benvenguda, Estela que govèrnas
Nòste Macau batut d’auratge e de subèrnas
E d’un espiar cortés desencrumas lo Mon,
Esperit angelic, la bèra de las bèras,
Mon còth de cent ivèrns e de cent primavèras,
Non posca estar pelat d’aute jun que deu Ton.

Güè coma ta cunhada, aunor clar de nòste atge,
A ta venguda a hèit plus bèth son bèth visatge,
E’u sembla en t’aquistar conquistar tot lo Món.
Güè com aquesta cort en aise tota nada,
Güè coma tot çaguens arritz a ton entrada,
Coma lo pòble son gai marida damb lo ton.

Sustot güè ton marit, de qui l’ubèrta fàcia,
La doçor, lo gran còr, la memòria, la gràcia
A cent còps meritat la coroa deu Món ;
Güè, güè coma de gai lo còr li pataqueja,
Güè com, per sadorar son amorosa enveja,
Eth a tostemps hicat son uelh dessús lo Ton.

Dia sia ton guarda-còs : Diu de son dit escriva
En papèr de ton còr sa lei qui, tostemps viva,
Posca hèr tas vertuts lusir per tot lo Món.
Lo hlagèth deu gran Diu de ta tèsta s’absente,
Salha au cap de nau mes un gojon de ton vente,
Qui semble au pair deu còr, de la cara sia Ton.

Diu tenga ton marit abricat de sas alas !
Diu non bata jamès ton marit a de malas,
Diu haça ton marit lo mes gran rei deu Món !
E puish que vòste patz es la patz de la França,
Diu venga longtemps en parelh assistança,
Cent ans sias tu d’Enric, cent ans Enric sia Ton.

  La Nymphe gasconne
Laissons la force là : car plus on se raisonne, /
Plus on voit que j’ai droit de parler devant vous : /
Je suis nymphe gasconne et voici qu’Elle l’est, /
Son mari est gascon, gascons sont ses sujets.


Baïse, enfle ton cours et commence à grandir /
Plus que l’Èbre, le Pô, le Rhin ou bien la Tane, /
Glorieuse fais retentit ta joie au monde. /
Baïse, enfle ton cours et commence à grandir, /
Puisque jamais le Rhin, le Pô, l’Èbre ou la Tane /
N’ont vu sur leur gravier tant de beau que le tien.


Grandis, petit Nérac, élargis tes barrières, /
Lève tes tours aux ciel, entoure de tes murs /
Tout ce que de plus beau ceignit jamais le monde. /
Aube claire du jour, va te cacher, de grâce, /
Fuis vite et va montrer ta face à l’autre monde : /
Un astre luit ici, plus brillant que le tien.


Ô merle, ô rossignol, ô mésange, ô linotte, /
Chantres du beau jardin que nourrit la Baïse, /
Saluez d’un doux chant la plus belle du monde. /
Ô parc, charge de fruits tes arbres les lus rudes ; /
Pour accueillir ta Dame, incline tes rameaux : /
Parc, on ne vit jamais honneur comme le tien.


Sois donc la bienvenue, étoile qui gouvernes /
Notre Macau , battu d’orage et de tempête /
Et d’un regard courtois rassérène lez monde. /
Toi, l’angélique esprit, la belle entre les belles, /
Que ma nuque, de cent hivers, de cent printemps, /
Ne puisse être marquée d’autre joug que le tien.

 
Vois, vois ! ta belle-sœur, honneur de notre temps /
À ta venue a fait plus beau son beau visage : /
Il lui semble, en t’ayant, qu’elle a conquis le monde. /
Vois comme cette cour nage toute en la joie, /
Vois comme tout ici sourit à ton entrée, /
Comme le peuple unit son bonheur et le tien.


Surtout vois ton mari, de qui le franc visage, /
La douceur, le grand cœur, la mémoire et la grâce /
Ont cent fois mérité la couronne du monde. /
Vois, vois comment sa joie lui fait battre le cœur, /
Vois comment, pour calmer son amoureuse envie, /
Il tient toujours fixé son regard sur le tien;


Dieu soit ton garde-corps et de son doigt écrive /
Au papier de ton cœur sa loi qui, toujours vive, /
Puise faire briller tes vertus par le monde. /
Que le fléau de Dieu de ta tête s’écarte ! /
Que sorte après neuf mois un enfant de ton ventre ! /
Dont le cœur soit du père et le visage tien !


Dieu garde ton mari à l’abri de ses ailes /
Et ne frappe jamais ton mari durement ! /
 Dieu rende ton mari le plus grand roi du monde, /
Et puisque votre paix est la paix de la France, /
Dieu vous tienne longtemps en paisible assistance : /
Sois à Henri cent ans, cent ans Henri soit tien !



Que trobaratz aqueth tèxte dens lo libe de Pierre Bec, Le siècle d'or de la poésie gasconne (1550-1650), Société d'édition Les Belles Lettres, Paris, 1997.

Que vs'agrada , Ne'n soi plan content !

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 22:57
Television bananièra…
 
Mai bon qu’un director comercial de supermercat, al mens dins lo domeni de las anóncias, Nicolas Ièr es pertot, al forn e al molin… E la premsa, dins son ensems, dintra dins son jòc e ne rend compte sens, lo mai sovent, prene sas distàncias ; los Franceses semblan pas aver ges de reaccions, preocupats que son, per una granda majoritat, per las dificultats de la vida vidanta. Nicolas Ièr, encara mai que los autres òmes politics, a l’amnesia selectiva : atal per la television publica. Qualques ans a, s’indignava, fàcia a la camèras, de la designacion dels responsables audiovisuals pel CSA (Conselh superior de l’audiovisual) de l’epòca pr’amor sos membres èran nomenats pel poder e, en consequéncia, podián pas far una television independenta. Georges Pompidou disiá que la television èra la « votz de França » ; vengut president, Nicolas Ièr vòl una television publica que siá la votz de son mèstre e pren las mesuras apropriadas. Jol pretèxte de promòure una television publica de qualitat que siá pas somesa a la tirania de l’audiéncia pr’amor de la publicitat, anoncièt sa supression en demandant un rapòrt sus la question e, la setmana passada, faguèt una conferéncia premsa per dire sa vision d’aquela granda television de l’avenidor. E ajustèt que d’ara enlà, coma anava viure pas que d’argent public, seriá lo govèrn – actionari màger – que nomenariá los responsables. Coma es un òme que dispausa de cinc o sièis cervèls plan organizats – dixit sa Carlita – diguèt tanben qu’aviá son idèa sus los programas que los Franceses volián agachar. La television privada, ela, viu pas que de la publicitat e interessa pas degun, de segur ! Perqué se privariá ? I a pas degun per li far rampèu e los cortesans son pas jamai estas autan nombroses…
  
Editorial de La Setmana, n°670

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 11:56
No pasarán !
 
Quand l’« identitat nacionau » es en jòc, a la pasionaria (!) de la lenga francesa, Hélène C. d’E., lo fotre que la preng ! Que hasó votar ua declaracion per l’Académie française (12/06) qui demanda la supression dens la Constitution deu tèxte votat per los deputats sus « las lengas regionaus [qui] apartenguen au son patrimòni ». La rason ? « Las consequéncias [d’aqueth tèxte] que pòrtan un còp a l’identitat nacionau ». Los senators qu’an plan recebut lo messatge e, dab coratge, ua majoritat – 216 per e 103 contra –, conscienta que la « Republique indivisible » riscava de tombar dens las trapèlas de l’enemic deu deguens e deu « partit etnicista » (!), que s’enaurè tà díser : « No pasarán ! ». Los arguments deus intervenguents qu’estón a la pagèra deu dangèr. Charasse (PS, Puèi-Doma) qu’ironizè en estimar que cadrè tanben inscríver au patrimòni l’olada auvernhata ; Mélenchon (PS, Essonne) que sortiscó lo son arrrepic : « Qu’existeish un partit etnicista qui vòu […] constrénher França a ratificar la Carta de las lengas regionaus ». Tà Renan (PCF, Nòrd), « la promocion de las lengas regionaus [ne devèva pas] miar a l’embarrament » e Gouteyron (UMP, Lèira nauta) que sostengó que lo tèxte deus deputats que volèva díser que « d’aubuns e vòlen miar França on ne vòu pas anar ». Aqueras intervencions ne son pas sonque un florilègi de las asoadas qui’s podón enténer. Dens lo nòste parçan occitan, ne son pas tots prèstes a acceptar aquera diversitat. A còps – que son sovent senator-conse o quaucom mei –, qu’acceptan de méter la bandièra occitana sus l’Ostau de Communa o deu Conselh generau tà « neutralizar » ua oposicion eventuau o se ganhar quauques votz de mei. Se vòlen har carrièra, que saben qu’« il n’est bon bec que de Paris » !

Editoriau de La Setmana, n°669
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 19:30
 La reaccion de l'Académie française a pas tardat ; caliá pas esperar quicòm mai de la part d'una institucion que sos membres son dubèrts a la diversitat al defòra del « Reialme de França »…
Podètz totjorn escriure per balhar vòstre vejaire mas vons respondràn pas…
Podètz escriure a la premsa exagonala s'avètz de gaubi mas m'estonariá que respondèsson.
Podèm èsser segurs que la reaccion de l'Académie serà relaiada ; ai qualque dobte sus una eventuala publicacion de las reaccions favorabla a las lengas istoricas de França…

(Cette déclaration a été votée à l'unanimité par les membres de l'Académie française dans sa séance du 12 juin 2008). [ unanimitat dels membres presents aparentament !]

Depuis plus de cinq siècles, la langue française a forgé la France. Par un juste retour, notre Constitution a, dans son article 2, reconnu cette évidence : « La langue de la République est le français ».

Or, le 22 mai dernier, les députés ont voté un texte dont les conséquences portent atteinte à l’identité nationale. Ils ont souhaité que soit ajoutée dans la Constitution, à l’article 1er, dont la première phrase commence par les mots : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale », une phrase terminale : « Les langues régionales appartiennent à son patrimoine ».

Les langues régionales appartiennent à notre patrimoine culturel et social. Qui en doute ? Elles expriment des réalités et des sensibilités qui participent à la richesse de notre Nation. Mais pourquoi cette apparition soudaine dans la Constitution ?

Le droit ne décrit pas, il engage. Surtout lorsqu’il s’agit du droit des droits, la Constitution.

Au surplus, il nous paraît que placer les langues régionales de France avant la langue de la République est un défi à la simple logique, un déni de la République, une confusion du principe constitutif de la Nation et de l’objet d'une politique.

Les conséquences du texte voté par l'Assemblée sont graves. Elles mettent en cause, notamment, l’accès égal de tous à l'Administration et à la Justice. L'Académie française, qui a reçu le mandat de veiller à la langue française dans son usage et son rayonnement, en appelle à la Représentation nationale. Elle demande le retrait de ce texte dont les excellentes intentions peuvent et doivent s'exprimer ailleurs, mais qui n'a pas sa place dans la Constitution.

http://www.academie-francaise.fr/actualites/index.html

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Curiosa
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 19:14
« En  Boèma, los contes son vertadièrs. »

Après aver publicat dos romans Solelhada e Lo Riu d’Adriana (Solelhada II), Jaume Landièr nos balha Als baugs, un libre de racontes cortets escriches entre 1980 e 2006… Aviái aimat aqueles libres encara que, de mon punt de vista, son dins la « dralha » de Dins de patetas rojas (I.E.O.-A Tots, 1975)… de la Marie Rouanet abans que decidiguèsse qu’auriá mai de reconeissença, escriguèsse sos sovenirs d’enfància dins la lenga de Molière…
J. Landièr demòra malurosament dins aquela dralha ; sovenirs, sovenirs centrats sus sos racontes ; pr’aquò se legisson plan mas, un còp la lectura acabada, ne sortís pas grand causa… Cada raconte es bastit mai o mens del meteis biais amb una conclusion en contrapunch del recit. Dins « L’aigat », per exemple, comença aital : Lo riu aviá fach l’aissable. Vengut confle […] aviá escampat de tot pertot… E vaquí nòstre autor a ensajar de recuperar un pauc tot pel campèstre per lo portar a la dechetariá mas en fasent la tria selectiva en bon ciutadan coma es. A la tota fin, li demòra pas qu’a prendre « lo sac de plastic plen dins los joncs » mas, e es la conclusion, « dedins, i aviá tres catons » ! La casuda de l'istòria es gaireben aital dins totes los racontes ; lo procediment es interessant mas un pauc repetitiu… Fin finala, los tres racontes que m’agradan mai son « Lo sarralhièr » e Boèma I, « lo mèstre relotgièr », e Boèma II, « lo chivalièr Dalibòr », que servisson d’introduccion e de conclusion al libre.
P.S. Jaume Landièr auriá pr’aquò degut tornar legir o far legir son tèxte per corregir las decas d’ortografia e verificar la pontuacion qui, coma o ai dejà dich, permeton una lectura mai agradiva.
  
Landièr (Jaume), Als baugs, IEO-« A tots », 2008, 102 p., n° 183.
Landièr (Jaume), Solelhada, IEO-« A tots », 1992, 128 p., n° 183.
Landièr (Jaume), Lo Riu d’Adriana, IEO-« A tots », 2001, 112 p., n° 146.

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Libes
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 11:51
Níl… No… Non !

Los Irlandeses venon de dire Níl al tractat de Lisbona e vos sètz dejà renduts compte del rambalh dins los autres païses de l’Union europèa. Quand los sondatges faguèron aparèisser la possibilitat d’una responsa negativa, Nicolas Ièr e mantuns elèits franceses – sens parlar dels autres païses – faguèron assaber que seriá una catastròfa granda e que los dètz e uèit païses que l’avián dejà ratificat comprendrián pas. Apondèron tanben – còp de pè de l’ase – qu’un país qu’aviá recebut autant d’ajudas europèas desmpuèi 1973, votèsse Níl, se comportariá coma un paucval, etc. Nicolas Ièr diguèt – o faguèt dire – que, de tota faiçon, Irlanda, fòrta de sos quatre milions d’estatjants sonque, èra pas de comptar e fariá pas cabussar çò qu’El aviá tornat metre sus pè après lo refús de França e d’Olanda, consultadas tanben per referendum. Aquel refús permetèt als Britanics de pausar pas la meteissa question qu’auriá mes lo Tony Blair dins l’embarràs. Gordon Brown, qu’es dins una marrida passa, ne poiriá profitar per daissar córrer un còp de mai. De tot biais, los Britanics an totjorn volgut çò qu’existís a l’ora d’ara : una zòna de libre escambi pel comèrci sonque. Democracia jove, la Republica d’Irlanda crei encara a las vertuts de la participacion dirècta del pòble ; sos òmes politics son un pauc ninòis ! Dins nòstra democracia plan establida, la votz del pòble es presa en compte quand va dins lo sens dels governants si que non son los elegits – responsables (?) – que decidisson quitament se lo president renega la paraula de l’Estat. Sufís pas d’agotar la nau quand pren l’aiga ; cau que l’estat majòr aja la fisança de l’equipatge – los Europèus que sèm – e li explica la manòbra… Contunhèssem aital, la risca seriá de conéisser lo sòrt del Titanic…


Editorial de La Setmana, n°668

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 22:44
Quand se parlèt a l'Assemblée nationale de las lengas « regionalas  », la ministra de la Cultura, Na Albanel, foguèt pas capabla de citar corrèctament lo rapòrt Cerquiglini que mençona 75 lengas parladas en França.
M'estimi melhor de parlar de las lengas istoricas de França mas, dins aquel cas, naturalament, compti pas las lengas de l'Empèri francés (!) ni las lengas de l'immigracion…

Los que vòlon o legir tot pòdn anar veire sus la tela : 
link
Donc, segond lo rapòrt Cerquiglini, i a setanta cinc lengas parladas sul territòri de la republica :
 
França metropolitana
 
    (Lengas istoricas de França que son territorializadas)
  
- dialecte allemand d'Alsace et de Moselle
- basque
- breton
- catalan
- corse
- flamand occidental
- francoprovençal
- occitan (gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin, alpin-dauphinois)
- langues d'oïl : franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais,                    
                         bourguignon-morvandiau, lorrain. 

    (Lengas non-territorializadas)
  
- berbère                     Dans ses diverses variétés parlées en France.
- arabe dialectal          Dans ses diverses variétés parlées en France.
- yiddish
- romani chib              Langue des tsiganes, représentée en France par les dialectes sinti, vlax et calò.
- armé́nien occidental
 
Departements d'Oltra Mar
 
- cré́oles à base lexicale française :
            martiniquais, guadeloupé́en, guyanais, ré́unionnais.
- créoles bushinenge (à̀ base lexicale anglo-portugaise) de Guyane :
            saramaca, aluku, njuka, paramaca.
   
    Ces trois derniers créoles peuvent être considérés comme constituant une seule et même langue ; il n’existe cependant pas de terme générique pour désigner l’ensemble. On voit qu'il conviendrait d'encourager et de développer la recherche linguistique sur les langues de la France.
  
- langues amé́rindiennes de Guyane :
            galibi (ou kalina), wayana, palikur, arawak proprement dit (ou lokono), wayampi, émerillon.
- hmong.
 
Territoris d'Oltra Mar
 
Nouvelle Calédonie
 
- 28 langues kanak :
 
Grande Terre : 
            nyelâyu, kumak, caac, yuaga, jawe, nemi, fwâi, pije, pwaamei, pwapwâ,
dialectes de la région de Voh-Koné, cèmuhî, paicî, ajië, arhâ, arhö, ôrôwe, neku, sîchë, tîrî, xârâcùù, xâgùrè, drubéa, numèè.
 
Îles Loyauté :
            nengone, drehu, iaai, fagauvea.
  
Les langues paicî, ajië, drehu et nengone ont été introduites dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figurent comme options au baccalauréat.
 
 
Territòris franceses de Polinesia :

- tahitien
- marquisien
- langue des Tuamotu
- langue mangarévienne
- langue de Ruturu         (Îles Australes)
- langue de Ra'ivavae    (Îles Australes)
- langue de Rapa           (Îles Australes)
- walissien
- futunien
         
Le tahitien a été introduit dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figure comme option au baccalauréat.

Mayotte :

- shimaoré
- shibushi

Ara que lo president Chirac a sa fondacion, mancarà de trabalh estant que vòl contunhar (sic) son combat per las lengas e las culturas en dangièr…
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 15:54
Libes e… economia

Qu’ac torni díser un còp de mei… En causa de l’activisme de Nicolas Ièr, tots los elegits – deputats e senators – que’s planhen d’estar subercargats de trabalh e de ne pósquer pas estudiar los tèxtes sosmés au vòte per lo governament… Tots ? Non pas cèrtas! Que n’i a que son au horn e au molin e que, tà’s har conéisher, despausan esmendaments de tota mena en esperar trobar un reclam dens lo microcòsme politic e benlèu enlòc mei. En Jean Dionis du Séjour – deputat d’Òut e Garona, prumèr magistrat d’Agen, president de la Comunautat d’aglomeracion… – qu’aparten a la categoria deus workaholics en politica. Que sostengó F. Bayrou avant de s’anar, un còp elegit deputat, ganhar la civada dins lo Nouveau Centre dab los autres sostens fidèus (!) deu Bearnés qui refusè de passar devath las horcas caudinas de Nicolas Ièr. Que’s hasó conéisher subertot a prepaus de la LEN (lei sus l’economia numerica) que n’èra lo raportaire. E recentament, dens lo quadre de la lei sus la modernizacion de l’economia, que ven de partir en guèrra contra la « loi Lang » (10 d’aost de 1981) suu prètz de venta deus libes qui ne permet pas deus véner a bon compte avant duas annadas. Lo son objectiu, ça ditz, qu’es de lutar contra lo « gaspi » que representaré la mesa au pilon de milions de libes invenuts qui demòran sus las estatgèras deus libraris. Que demanda la possibilitat de véner los libes a un prètz hèra baish sheis mes après la lor parucion ; atau que seré l’escadença de trobar legidors navèths e de sauvar las sèuvas çò qui haré plaser aus ecologistas ; e que serà de segur – com lo hèit d’aver un supermercat dens cada vilatge – lo consomator que ne serà lo beneficiari ! E deman, lo nòste deputat que prenerà la defensa deu comèrci de proximitat…

Editoriau de La Setmana, n°667

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 11:33
Conviccions mas pas tròp !
 
I a un brave briu que nòstres deputats avián pas trabalhat autant… Nicolas Ièr qu’aviá, pendent sa campanha electorala, fach de la « rompedura » l’alfa e l’omega de sa politica a venir, a tengut paraula.
Dempuèi son eleccion, a fach pròva d’un activisme vertadièr dins fòrça domenis sens tenir compte lo mai sovent de sa majoritat qu’es pregada de dire amen e de seguir ! Lo chantièr gròs pr’aquò es la reforma de la Constitution que, s’es adoptada, veirà modificat lo tèrç dels articles d’aquesta. La majoritat vòl – oficialament – que las modificacions prepausadas sián adoptadas mentre que l’oposicion enten, çò ditz, profitar de l’oportunitat per far passar qualques unas de sas idèas sus la question. Alavetz, emendament après emendament, l’afar progressa dapasset ! Mai d’un, dins la majoritat, son pas estrambordats e o fan saber d’un biais o d’un autre ; los emuls (!) de Douste-Blazy an totjorn una bona excusa per èsser absents al moment d’un vòte. Los elegits d’Esquèrra an dich e tornat dire que lucharián bèc e onglas per far prevaler lors demandas mas los emendaments que prepausan son gaireben totes refusats e los que son acceptats pòrtan pas que sus de detalhs… quitament lo sus las lengas istoricas de França que ditz que « fan partida del patrimòni » (a l’article I) ; Chirac o disiá dejà quand èra primièr ministre ! Enfin, los socialistas qu’an proclamat fòrt e mòrt que ne caliá acabar amb l’acumulacion dels mandats an pas fach del refús de la Drecha e de son patron, J.-F. Copé, un casus belli, al nom del realisme politic, de segur ; a saber qu’un mandat local èra necessari per se copar pas de las realitats quand òm decidís de l’avenir de França ! Ara qu’acceptan l’« economia de mercat » an pas mai vergonha d’aver mai d’un mandat per servir melhor (!) e… ganhar mai !

Editorial de La Setmana, n°666
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 00:40
Ací lo trabalh de Cerquilini :


Bernard Cerquiglini
Directeur de l'Institut national de la langue française (C.N.R.S.)

LES LANGUES DE LA FRANCE


Rapport au Ministre de l'Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie,
et
à la Ministre de la Culture et de la Communication.
Avril 1999
 
•    Une prudence affichée dans les principes
•    Une souplesse proposée dans la mise en oeuvre
•    Des contraintes dans la définition des langues régionales ou minoritaires
•    Le patrimoine linguistique de la France
La mission confiée au rapporteur, telle qu'il l'a comprise, concerne les savants, et non les militants. Elle revient à confronter ce que la linguistique sait des langues effectivement parlées sur le territoire de la République avec les principes, notions et critères énoncés par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Commençons par cette dernière afin d'éclairer le choix des langues à retenir.
Une prudence affichée dans les principes.
La Charte, ainsi que le Rapport explicatif (1), semblent procéder avec prudence. Rappelant à plusieurs reprises la légitimité, la nécessité et les vertus des langues officielles, ces textes se donnent un objectif d'ordre culturel, voire écologique : "protéger et promouvoir les langues régionales ou minoritaires en tant qu'aspect menacé du patrimoine culturel européen" (Rapport explicatif, p.5). Demandant aux locuteurs de "placer à l'arrière-plan les ressentiments du passé" (ibid., p.6), se refusant à "remettre en cause un ordre politique ou institutionnel" (ibid., p.10) les auteurs de ces textes attendent des États une action positive en faveur de langues victimes hier de l'histoire, aujourd'hui de la communication de masse, et marquées par un degré plus ou moins grand de précarité.
Ce désir de protéger les langues historiques de l'Europe, dont certaines "risquent, au fil du temps, de disparaître" (Préambule de la Charte, alinéa 3) a deux conséquences. D'une part, une telle politique donne des droits aux langues, et pas à leurs locuteurs : "la Charte ne crée pas de droits individuels ou collectifs pour les locuteurs de langues régionales ou minoritaires" (Rapport explicatif, p. 5) ; d'autre part, il s'agit de conforter un patrimoine, national et européen, dans sa diversité et sa richesse. Ce qui invite la République française à reconnaître les langues de la France, comme éléments du patrimoine culturel national. Insistant sur ce double aspect le professeur Carcassonne a estimé que la signature de la Charte n'était pas contraire à la Constitution, "étant entendu d'une part, que l'objet de la Charte est de protéger des langues et non, nécessairement, de conférer des droits imprescriptibles à leurs locuteurs, et d'autre part, que ces langues appartiennent au patrimoine culturel indivis de la France" (2).
Espérant obtenir une action au moins minimale d'un ensemble de pays dont les situations linguistique et juridique sont fort différentes, les auteurs de la Charte ont multiplié les expressions du type "dans la mesure du possible", "de manière souple", "faciliter" abondent. A cela s'ajoute une relative latitude pour la mise en oeuvre.
Une souplesse proposée dans la mise en oeuvre.
La signature est distincte de la ratification. Celle-là s'associe de la reconnaissance de neuf "objectifs et principes" généraux, et valables pour "l'ensemble des langues régionales ou minoritaires pratiquées sur le territoire" (Charte, article 2, alinéa 1) ; ces principes d'intention forment la partie II ; aucun d'entre eux, pour le professeur Carcassonne, "ne paraît heurter ceux de la Constitution" (ibid., p.54). Celle-ci, qui est distincte et qui peut être postérieure (3), concerne directement la liste des langues régionales ou minoritaires retenue :
Chaque État contractant doit spécifier dans son instrument de ratification, d'acceptation ou d'approbation chaque langue régionale ou minoritaire ... (Charte, article 3, alinéa 1).
Cette ratification est elle-même l'objet d'un "élément de souplesse supplémentaire" (Rapport explicatif, p.15), par le choix d'un jeu d'option.
La ratification concerne en effet la partie III, qui énumère des mesures en faveur de l'emploi des langues, sous forme d'une petite centaine de paragraphes et d'alinéas :
En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification, de l'acceptation ou de l'approbation, (...), chaque Partie s'engage à appliquer un minimum de trente-cinq paragraphes ou alinéas choisis parmi les dispositions de la partie III de la présente Charte, dont au moins trois choisis dans chacun des articles 8 (= Enseignement) et 12 (= Activités et équipements culturels) et un dans chacun des articles 9 (= Justice), 10 (= Autorités administratives et services publics), 11 (= Médias) et 13 (= Vie économique et sociale). (Charte, article 2, alinéa 2).
Cette partie III est à l'évidence plus contraignante ; notons cependant que les "trente-cinq mesures" sont déclarées langue par langue. L'article 3 de la Charte ("En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification...") est ainsi commenté dans le Rapport explicatif (p. 14) :
Les États peuvent indiquer librement les langues auxquelles ils consentent que la partie III de la Charte soit appliquée et, d'autre part, pour chacune des langues pour lesquelles ils reconnaîtront l'application de la Charte, ils peuvent définir quelles sont les dispositions de la partie III auxquelles ils souscrivent.
Chaque langue fait donc l'objet d'un ensemble de dispositions que l'on retient ; cet ensemble devrait être cohérent, doit correspondre aux particularités de la langue et aux intentions de l'État à son égard, et peut être spécifique. En d'autres termes, rien n'interdit un large choix "à la carte" : c'est ainsi qu'a procédé l'Allemagne, qui a opéré langue par langue, puis Land par Land (4).
Une autre latitude est perceptible, en légère contradiction avec le texte de la Charte. Celle-ci dispose en effet que (nous soulignons) :
En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification, de l'acceptation ou de l'approbation (...) chaque Partie s'engage à appliquer un minimum de trente-cinq paragraphes ou alinéas... (article 2, alinéa 2).
Or le Rapport explicatif apporte le commentaire suivant, qu'il importe de citer intégralement :
Un État contractant peut sans méconnaître la lettre de la Charte, reconnaître qu'il existe sur son territoire une langue régionale ou minoritaire déterminée mais estimer préférable, pour des raisons qui relèvent de son appréciation, de ne pas faire bénéficier cette langue des dispositions de la partie III de la Charte. Il est clair toutefois que les motifs qui peuvent conduire un État à exclure entièrement une langue, reconnue comme langue régionale ou minoritaire, du bénéfice de la partie III doivent être des motifs compatibles avec l'esprit, les objectifs et les principes de la Charte. (Rapport explicatif, p. 14, § 41).
De fait, deux pays ont signé puis ratifié la Charte en utilisant cette possibilité de réserve (5) . S'il s'avère que le procédé est recevable, la République française pourrait trouver là une autre latitude, bienvenue sans doute étant donné les impressionnantes richesse et diversité de son patrimoine linguistique. Rappelons en effet qu'il s'agit de dispositions générales, que :
chaque Partie s'engage à appliquer (...) à l'ensemble des langues régionales ou minoritaires pratiquées sur son territoire, qui répondent aux définitions de l'article 1er. (Charte, article 2, alinéa 1).
Le rapporteur suggère donc d'appliquer les "objectifs et principes" généraux de la partie II aux langues qui constituent le patrimoine de la France, prises dans leur ensemble, et de faire relever de la partie III une partie seulement de ces langues.
Des contraintes dans la définition des langues régionales ou minoritaires.
Si la Charte se donne une mission essentiellement culturelle et s'accompagne de précautions, le concept de langue qu'elle utilise est en revanche assez contraignant, et procède par exclusion :

Article 1 - Définitions
Au sens de la présente Charte :
a) par l'expression "langues régionales ou minoritaires", on entend les langues :
i. pratiquées traditionnellement sur un territoire d'un État par les ressortissants de cet État qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de la population de l'État ; et
ii. différentes de la (les) langue(s) officielle(s) de cet État ;
elles n'incluent ni les dialectes de la (les) langue(s) officielle(s) de l'État ni les langues des migrants.
Plusieurs termes sont à commenter, que nous avons placés en italiques.
1. Ressortissants vs migrants
"La Charte ne traite pas la situation des nouvelles langues, souvent non européennes, qui ont pu apparaître dans les États signataires par suite des récents flux migratoires à motivation souvent économique" (Rapport explicatif, p. 6). Il s'agit donc de reconnaître les seules langues parlées par les ressortissants du pays, distinguées des idiomes de l'immigration. Cette distinction est toutefois délicate pour une République qui reconnaît, légitimement, le droit du sol : dès la seconde génération, les enfants nés de l'immigration sont citoyens français ; beaucoup conservent, à côté du français de l'intégration civique, la pratique linguistique de leur famille. On peut cependant suivre l'esprit de restriction de la Charte, en insistant sur le deuxième point :
2. Traditionnellement
Le texte concerne les langue régionales ou minoritaires pratiqués "traditionnellement" ; on dit aussi "historiques" (Préambule, § 2). Si cette notion invite à ne pas retenir les langues de l'immigration récente, elle incite au rebours à considérer, du point de vue linguistique, l'histoire de notre pays.
De nombreux citoyens des départements français d'Afrique du Nord parlaient l'arabe ou le berbère. Certains, pour des raisons sociales, économiques ou politiques (en particulier les harkis) se sont installés en France métropolitaine, sans cesser d'être des ressortissants français ; ils vivent encore, et parlent leurs langues, ou bien leurs descendants ont conservé une pratique bilingue. Cette situation semble correspondre exactement à celle des langues régionales ou minoritaires visées par la Charte. On rappellera que le berbère n'est protégé par aucun pays (il est même menacé) ; on notera que l'arabe parlé en France n'est pas l'arabe classique, langue officielle de plusieurs pays, mais un arabe dialectal, dont certains linguistes pensent qu'il est en passe de devenir une variété particulière, mixte des différents arabes dialectaux maghrébins.
Cette "tradition" peut être récente, sans pour autant renvoyer à une situation de migrance. C'est le cas des Hmong, originaires du Laos, installés en Guyane, à la suite d'un geste humanitaire de la France, en 1977 ; ils constituent une population d'environ 2000 personnes, implantés dans deux villages monoethniques ; ils sont citoyens français et, pour les plus jeunes, bilingues français-hmong. Tout conduit à retenir ce dernier parmi les langues régionales ou minoritaires de la France. Un argument du même ordre peut être développé en faveur des populations arméniennes installées dans notre pays après les massacres d'avril 1915 : l'arménien occidental est à ranger parmi les langues de la France (6) .
En revanche, des ressortissants français issus, parfois lointainement, de l'immigration parlent encore l'italien, le portugais, le polonais, le chinois, etc. par transmission familiale. Ces langues ne sont pas à retenir ici. Outre que rien ne les menace, elles sont enseignées, comme langues vivantes étrangères, dans le secondaire et le supérieur.
3. Territoire
"Les langues visées par la Charte sont essentiellement des langues territoriales" (Rapport explicatif, p. 11) :
b) par "territoire dans lequel une langue régionale ou minoritaire est pratiquée" on entend l'aire géographique dans laquelle cette langue est le mode d'expression d'un nombre de personnes ... (Charte, article 1, alinéa b)
Cette insistance sur la localisation géographique est fort explicite ; elle va de pair avec l'idée d'enracinement historique ; elle explique la difficulté avec laquelle la Charte manie la notion de "langue sans territoire" :
c) par "langues dépourvues de territoire", on entend les langues pratiquées par des ressortissants de l'État qui sont différentes de la
(les) langue(s) pratiquée(s) par le reste de la population de l'État, mais qui, bien que traditionnellement pratiquées sur le territoire de l'État, ne peuvent pas être rattachées à une aire géographique particulière de celui-ci. (Charte, article 1, alinéa c)
C'est, semble-t-il, à ces langues que s'applique en priorité l'adjectif "minoritaires", et qu'est principalement réservée la possibilité de s'en tenir à la partie II de la Charte.
Ce désir d'une assise géographique des langues régionales n'est pas sans contradiction avec l'intention culturelle que la Charte affiche. On peut faire valoir que la territorialisation systématique, issue du romantisme allemand qui inspira la linguistique du XIXe siècle, s'oppose en outre :
- aux principes républicains français, qui tiennent que la langue, élément culturel, appartient au patrimoine national ; le corse n'est pas propriété de la région de Corse, mais de la Nation.
- à la science, qui comprend mal l'expression "territoire d'une langue". Ceci ne peut désigner la zone dont la langue est issue : en remontant le cours de l'histoire, on constate que toutes les langues parlées en France ont une origine "étrangère", - y compris le français, qui fut d'abord un créole de latin parlé importé en Gaule. La seule justification scientifique est d'ordre statistique, et de peu d'intérêt : elle revient à distinguer la zone qui, à l'heure actuelle, connaît le plus de locuteurs d'un parler donné. En d'autres termes, le vrai territoire d'une langue est le cerveau de ceux qui la parlent.
- à la réalité sociolinguistique, qui rappelle que la mobilité sociale contemporaine est telle que l'on parle les différentes langues "régionales" un peu partout. Le créole est une réalité linguistique bien vivante de la région parisienne.
Signant puis ratifiant la Charte, la République française aurait donc intérêt, dans sa déclaration, à insister sur la vocation culturelle de la Charte, en minorant la tendance à la territorialisation. Elle pourrait également faire valoir qu'elle reconnaît cinq langues "dépourvues de territoire", effectivement parlées par ses ressortissants, et qui enrichissent son patrimoine : outre le berbère et l'arabe dialectal, le yiddish, le romani chib et l'arménien occidental (7). Elle pourrait rappeler enfin que seul le français, langue de la République, est la langue de tous et que toute autre langue parlée par un ressortissant français est, de fait, minoritaire.
4. Les dialectes de la langue officielle
Par définition, les variétés de la langue officielle ne sont pas du ressort d'un texte qui entend protéger les langues minoritaires, rendues précaires par l'extension, le rayonnement et l'officialisation de cette langue. Il convient donc de préciser la situation dialectale du français "national et standard".
Que l'on adopte, pour expliquer sa genèse, la thèse traditionnelle et contestable d'un dialecte d'oïl (le supposé francien) "qui aurait réussi" aux dépens des autres, ou que l'on y voie la constitution très ancienne d'une langue commune d'oïl transdialectale, d'abord écrite, puis diffusée (8), le français "national et standard" d'aujourd'hui possède une individualité forte, qu'a renforcée l'action des écrivains, de l'État, de l'école, des médias. Il en résulte que l'on tiendra pour seuls "dialectes" au sens de la Charte, et donc exclus, les "français régionaux", c'est-à-dire l'infini variété des façons de parler cette langue (prononciation, vocabulaire, etc.) en chaque point du territoire. Il en découle également que l'écart n'a cessé de se creuser entre le français et les variétés de la langue d'oïl, que l'on ne saurait considérer aujourd'hui comme des "dialectes du français" ; franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais, bourguignon-morvandiau, lorrain doivent être retenus parmi les langues régionales de la France ; on les qualifiera dès lors de "langues d'oïl", en les rangeant dans la liste.
Cette disjonction entre le français "langue nationale standard" et les franc-comtois, wallon, picard, etc. tenus à bon droit comme langues régionales, est à opposer à la situation que montre l'occitan. Celle-ci pourrait être qualifiée de conjonction, l'occitan étant la somme de ses variétés. L'unité linguistique est en effet fort nette, même si une diversité interne est perceptible. Cinq grands ensembles au moins sont repérables : gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin et alpin-dauphinois. Des subdivisions plus fines sont possibles (vivaro-alpin ? nissard ?) ; elles relèvent toutefois moins de la linguistique que de la géographie, voire de la politique
Le patrimoine linguistique de la France.
Cet examen des principes, notions et critères de sélection de la Charte nous permet maintenant de dresser la liste des langues pratiquées sur le territoire national, et distinctes de la langue officielle.
La consultation de spécialistes, doublée d'un balayage systématique du territoire de la République (métropole, départements et territoires d'outre mer) aboutit à la liste que l'on trouvera en annexe.
Cette liste est longue : 75 langues (9). Elle regroupe il est vrai des idiomes de statut sociolinguistique très divers. Entre les créoles, langues régionales sans doute les plus vivantes, essentiellement parlées, pratiquées maternellement par plus d'un million de locuteurs, et le bourguignon-morvandiau, langue essentiellement écrite et que n'utilisent plus que quelques personnes, sans transmission maternelle au nourrisson, les divers cas de figure prennent place. C'est sur une telle typologie que doivent se fonder, semble-t-il, les choix de l'État, en vue de la signature puis de la ratification : liste des langues qu'il entend inscrire dans son patrimoine, mesures retenues pour chacune des langues que concerne la partie III. On insistera sur la présence ou l'absence d'une forme écrite (norme linguistique, orthographe, littérature, etc.) pour chaque idiome considéré. L'enseignement scolaire, en effet, requiert d'une part l'existence d'une version écrite de la langue. Celle-ci doit être établie ; l'exemple du créole est éclairant : la description scientifique, certes bien avancée, précède néanmoins, sans doute de beaucoup, l'établissement d'une norme écrite commune. L'enseignement d'autre part est parfois conduit à opérer des disjonctions. Ainsi, de même que l'alsacien a pour forme écrite (et scolaire) l'allemand standard, on peut être amené à penser que l'arabe dialectal parlé en France a pour correspondant écrit l'arabe commun (celui de la presse, des radio et télévision), qui n'est la langue maternelle de personne.
Le rapporteur considère que ce vaste ensemble de langues, qui enrichit le patrimoine culturel la France et celui de l'Europe, constitue le domaine où s'applique naturellement la partie II de la Charte.
En ce qui concerne la partie III, il est clair qu'il appartient au gouvernement d'examiner, cas par cas, les alinéas et paragraphes qu'il retient, et d'établir la liste des langues qu'il souhaite en faire bénéficier.
En tant qu'ancien directeur de l'enseignement primaire, le rapporteur se permet de penser que, pour ce qui est de l'Education nationale, la loi Deixonne, et les possibilités offertes depuis (10), constituent un excellent cadre de travail. Il conviendrait sans doute de réactualiser le dispositif, dès lors que certaines langues (le berbère et l'arabe dialectal, notamment) posent des questions nouvelles à l'intégration, dont l'enjeu reste fondamental. Quant aux langues des Territoires d'Outre Mer, il est évident qu'elles doivent être examinées en liaison avec les Assemblées territoriales.
En tant que linguiste, le rapporteur ne peut s'empêcher de noter combien faible est notre connaissance de nombreuses langues que parlent des citoyens français. Il se permet de suggérer que la France se donne l'intention et les moyens d'une description scientifique de ses langues, aboutissant à une publication de synthèse. La dernière grande enquête sur le patrimoine linguistique de la République, menée il est vrai dans un esprit assez différent, est celle de l'abbé Grégoire (1790-1792).
Langues parlées par des ressortissants français sur le territoire de la République.
France métropolitaine
[01] - dialecte allemand d'Alsace et de Moselle
[02] - basque
|03] - breton
[04] - catalan
[05] - corse
[06] - flamand occidental
[07] - francoprovençal
[08] - occitan (gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin, alpin-dauphinois)
[09-16] - langues d'oïl : franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevinsaintongeais, bourguignon-morvandiau, lorrain.
[17] - berbère (11)
[18] - arabe dialectal (12)
[19] - yiddish
[20- romani chib (13)
[21] - arménien occidental
Départements d'Outre Mer
[22-35] - créoles à base lexicale française : martiniquais, guadeloupéen, guyanais, réunionnais.
[26-29] - créoles bushinenge (à base lexicale anglo-portugaise) de Guyane : saramaca, aluku, njuka, paramaca (14).
[30-35] - langues amérindiennes de Guyane : galibi (ou kalina), wayana, palikur, arawak proprement dit (ou lokono), wayampi, émerillon.
[36] - hmong
Territoires d'Outre Mer
Nouvelle Calédonie
[37-64] - 28 langues kanak (15):
Grande Terre : nyelâyu, kumak, caac, yuaga, jawe, nemi, fwâi, pije, pwaamei, pwapwâ, dialectes de la région de Voh-Koné, cèmuhî, paicî, ajië, arhâ, arhö, ôrôwe, neku, sîchë, tîrî, xârâcùù, xârâgùrè, drubéa, numèè.
Iles Loyauté : nengone, drehu, iaai, fagauvea.
Territoires français de Polynésie :
[65] - tahitien (16)
[66] - marquisien
[67] - langue des Tuamotu
[68] - langue mangarévienne
[69] - langue de Ruturu (Iles Australes)
[70] - langue de Ra'ivavae (Iles Australes)
[71] - langue de Rapa (Iles Australes)
[72] - walissien
[73] - futunien
Mayotte :
[74] - shimaoré
[75] - shibushi
N.B. A notre connaissance, il n'existe pas de langue spécifique à la Collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Spécialistes consultés.
M. Claude ALLIBERT, professeur à l'INALCO (langues de Mayotte).
M. Georges CALVET, maître de conférences à l'INALCO (tsigane).
M. Robert CHAUDENSON, professeur à l'Université d'Aix-Marseille (créoles).
M. Jean-Philippe DALBERA, directeur de recherche au C.N.R.S. (occitan).
M. Pierre ENCREVÉ, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en siences sociales (sociolinguistique).
M. Michel LAUNEY, professeur à l'Université Paris 7 (langues de Guyane).
M. Jean-Baptiste MARTIN, professeur à l'Université de Lyon 2 (franco-provençal).
Mme Claire MOYSE-FAURIE, chargée de recherche au C.N.R.S.-Lacito (langues polynésiennes).
M. Isidoro NIBORSKI, maître de conférences à l'INALCO (yiddish)
M. Jean-Claude RIVIERE, directeur de recherche au C.N.R.S.-Lacito (langues kanak)
M. Jean SALLE-LOUSTAU, inspecteur général de l'éducation nationale, chargé des langues régionales.
Mme Marie-Rose SIMONI, directrice de recherche au C.N.R.S.-Inalf, langues d'oïl.


Note:
1.Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Rapport explicatif. Les éditions du Conseil de l'Europe, 1992.
2.Guy Carcassonne, Rapport au Premier Ministre, p. 128.
3.A l'heure actuelle, l'Autriche, Chypre, le Danemark, le Luxembourg, Malte, le Roumanie, la Slovénie, l'Espagne, la Macédoine, l'Ukraine ont seulement signé. La Croatie, la Finlande, l'Allemagne, la Hongrie, le Liechtenstein, les Pays-Bas, la Norvège, la Suisse ont également ratifié, avec un délai allant de la simultanéité à six ans.
4.Ainsi, le danois, langue minoritaire, est reconnu dans le Schleswig-Holstein (37 paragraphes ou alinéas) ; le bas allemand, langue régionale, est retenu dans le Melkenburg-Poméranie occidentale (35 paragraphes ou alinéas), en Basse-Saxe (38), etc.
5.Allemagne : "langue rom des Sintis et des Rom sur tout le territoire de la République fédérale et le bas allemand dans trois Lands autres que ceux dans lesquels cette langue est retenue au titre de la partie III"
Pays-Bas : "langues retenues uniquement au titre de la partie II : langues basses-saxonnes, yiddish, romani".
6.Une communauté tamoule, sur laquelle le rapporteur manque malheureusement d'informations, est également implantée depuis longtemps dans l'île de la Réunion.
7.On peut rappeler à ce propos que les "signeurs" constituent une communauté linguistique traditionnelle (XVIIIe siècle), forte aujourd'hui de près de cent mille pratiquants. La langue des signes française (LSF) pourrait donc être rangée parmi les langues minoritaires sans territoire.
8.C'est la position du rapporteur. Cf. Bernard Cerquiglini, La naissance du français. Paris : Presses Universitaires de France, 1991.
9.Les pays européens qui ont retenu le plus grand nombre de langues régionales ou minoritaires sont l'Allemagne (sept : danois, haut sorabe, bas sorabe, frison septentrional, frison satera, bas allemand, rom) et la Croatie (sept : italien, serbe, hongrois, tchèque, slovaque, slovène, ukrainien).
10.L'Éducation nationale fournit la liste suivante des langues régionales actuellement enseignées dans le second degré : "basque, breton, catalan, corse, gallo, quatre langues mélanésiennes, langue mosellane, langue régionale d'Alsace, occitan, tahitien".
11.Dans ses diverses variétés parlées en France.
12.Dans ses diverses variétés parlées en France.
13.Langue des tsiganes, représentée en France par les dialectes sinti, vlax et calò.
14.Ces trois derniers créoles peuvent être considérés comme constituant une seule et même langue ; il n’existe cependant pas de terme générique pour désigner l’ensemble. On voit qu'il conviendrait d'encourager et de développer la recherche linguistique sur les langues de la France.
15. Les langues paicî, ajië, drehu et nengone ont été introduites dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figurent comme options au baccalauréat.
16.Le tahitien a été introduit dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figure comme option au baccalauréat.


Es totjorn util de ne saber per èsser mens piòt !

Los que vòlon contactar Sèrgi Granier o pòdon far a :
granier.sergi@tele2.fr


Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca