Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 16:54
Un òme de principis ?

Es ara vengut una sansonha ; Nòstre president, òme de la rompedura (!) es tanben un òme qu’a de principis, brave monde ! Fa totjorn tot çò que ditz o qu’a dich levat quand càmbia d’idèa…
Amb lo complèxe qu’an, a còps, los òmes de petita talha, Nicolas Ièr mòstra una vitalitat qu’es pas de creire. Vòl totjorn èsser al forn e al molin ; los autres son pas que d’incapables ! Seriá estat un bon subjècte per papà Freud e lo psicanalista que l’auriá en analisi seriá pas prèste d’acabar lo trabalh.
Pensàvem que son maridatge amb Carlita, lo tresen dejà, l’auriá apasimat e que l’energia que desplega en public seriá emplegada d’un biais melhor dins l’intimitat del cople. Mas es pas lo cas e, cada jorn, l’òme dels « cinc o sièis cervèls plan organizats », convida micros e camèras per far assaber al monde de França e del defòra tot çò que son cervèl a pogut somiar.
Pr’aquò, la rompedura sembla d’aver trobat sos limits quand tòca als principis de realitat o mai exactament als principis de la realpolitik. L’exemple mai recent es sa preséncia o non-preséncia a l’inauguracion dels Jòcs olimpics que se van tenir a Beijing lo mes que ven. Totes, avèm seguit las trebolacions de la flama olimpica en Gran Bretanha e en çò nòstre en causa de la politica chinesa a Tibet ; e, totes, avèm notat a l’epòca lo silenci embarrassat del logatari de l’Elisèu quand las associacions dels dreches de l’Òme demandavan lo boicòt de China e aplaudissián a la demarcha del conse de París que faguèt del dalai-lama un ciutadan d’onor de la vila.
La setmana passada, al rescontre del G7 – (+1) –
Nicolas Ièr anoncièt que seriá present per l’inauguracion dels Jòcs de Beijing, çò qu’estonèt pas degun levat qualques pegòts qu’avián gardat encara qualques illusions sus son coratge politic quand s’agís de politica internacionala. Sa « demission » fàcia a Beijing empachèt pas lo govèrn d'aqueste país de perseguir son cantatge en fasent saber que volián pas que lo president francés rescontrèsse lo Dalai-Lama… Nòstre coratjós president diguèt qu’èra pas a China a portar un  jutjament sus las relacions de França amb qui que siá… Còp de menton !
Avèm totas las rasons de pensar que la « morala » de
Nicolas Ièr plegarà un còp de mai…

Cronica occitana
Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne
dimenge lo 13 de julhet de 2008
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 23:28
Asili politic !

Lo 2 de julhet, la navèra que hasó lo torn deu monde : après guaireben sèt annadas de captivitat dens la sèuva amazoniana, Ingrid Betancourt que venguèva d’estar desliurada dab quatòrze autes ostages de las Farc. Los programas qu’estón interromputs tà que las gents poscossen seguir aqueste eveniment en dirècte, eveniment qui consacrava la victòria de la politica de fermetat deu president colombian Uribe cap a las Farc sus la de conciliacion e de discussions preconaizada per França. Qui pòt díser, subertot a nòste, que n’estó pas esmavut en véder Ingrid Betancourt – vestida de militar – e los sons companhs de captivitat ? B’èram urós d’aquera eishida favorabla a maugrat que las Farc deténian enqüèra un sarròt de presonèrs – d’aubuns desempuish un detzenat d’annadas – qui viven dens condicions dificilas. Qu’es çò qu’expliquè Ingrid Betancourt au cors de la conferéncia premsa qui tengó tanlèu arribada a la basa militara a Bogotà. Los comentators francés qu’èran tots impressionats per la soa energia mès soi estat escandalizat que d’aubuns pr’aquò la trobèssen un pauc « illuminada » pr’amor de las soas referéncias a Dieu e a la Verge. Tà qué l’i har repròchi d’ua fe que l’a permetut de subervíver ? L’actitud deu nòste president, per un còp, qu’es estada digna e n’a pas hèit deu « sarkozy » ! Ua question totun que demòra pausada. Nicolas Ièr qu’a dit mantuns còps que França acceptaré los « repentits » de las Farc suu son territòri a la condicion qu’abandonèssen tota luta armada e tota politica. Ne digó pas de non quand lo president Uribe li tornè demandar. Mitterrand qu’avèva hèit la medisha promessa a membres de las brigate rosse italianas e lo govèrn de dreta reneguè la soa paraula ! L’asili politic que seré a geometria variabla
?

Editoriau de La Setmana n°671
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 09:00
Suzanne Citron qu'es ua istoriana de las seriosas qui pensa, dab rason, que la « França etèrna » n'es pas autant etèrna qu'aquò. Sa reaccion (corrièr deus legidors) a la publicacion dab Le Monde – qui se vòu un jornau de referéncia ! – d'ua istòria (sic) mei que tradicionau qu'es interessanta.

L'histoire de France « en plus du “Monde” » ?


Deux pleines pages du Monde, du 7 juin m'invitent à « redécouvrir 2000 ans d'histoire de France ». Sur la frise qui récapitule les grandes dates (…), j'aperçois tous les personnages qui, avant 1939, jalonnaient effectivement le parcours du Petit Lavisse de ma très lointaine enfance.
En cet an de grâce 2008, l'histoire que me propose mon quotidien préféré est strictement conforme au manuel phare de la IIIe République. Je « redécouvre » en effet les repères inchangés d'une histoire scolaire vieille de plus de cent ans, et dont les objectifs proclamés étaient d'unifier et d'assimiler les petits Français de métropole, des îles et de l'empire (colonial), quelles que soient leur origine et la couleur de leur peau. Je retrouve dans cette frise cette vision unique et linéraire du passé (…).
Baptême de Clovis, Charles Martel, Bouvines, Du Guesclin, Marignan, Austerlitz ne surprennent en rien  l'ancienne élève de l'école républicaine des années 1930.
En revanche, dite de la sorte, cette « histoire » a de quoi choquer la fidèle lectrice du Monde qui, depuis des décennies, a suivi, à travers son quotidien préféré, événements et commémorations. N'a-t-on pas commémoré, en 1971, le centenaire de la Commune, en 1985 le tricentenaire de la révocation de l'édit de Nantes, débattu en 1996 autour de l'exploitation du baptême de Clovis (…).
Pas de Vichy dans les dates repères proposées sur la frise cadeau. Point de guerre d'Algérie, ni de colonisation, ni de décolonisation. Pas le moindrre signe d'existence des Antilles. Pas de présence juive dans l'hsitoire, sauf mention du « J'accuse…! » de Zola ? J'avoue donc être choquée per cette caution du Monde à l'égard d'une histoire qui ignore la totalité des débats des chercheurs de ces dernières années et nie de fait les passés multiples d'un très grand nombre de Françaises et de Français d'aujourd'hui.

Suzanne Citron, historienne Paris
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 23:16
Guilaume de Salluste, senhor deu Bartàs, que vadó a Monthòrt, au ras d'Auch, en 1544, e moriscó en 1590, a París, d'après d'aubuns, a Condòm, d'après autes.
Qu'es un poèta francés subertot.
  
Aqueste tèxte de Du Bartàs (1544-1590) qu'es plan conegut… De l'autor de La Sepmaine ou la création du monde (1578-1584), ne coneishem pas sonque aquera pèça trilingüa e un sonnet, los dus en occitan de Gasconha ! Que vs'ac balhi dens la grafia classica dab la revirada deu latin e tanben deu gascon qui, a còps, pòt semblar un pauc esquerrièr.


LAS TRES NIMFAS
    
Poème dressé par G. de Saluste, Seigneur du Bartas, pour l'accueil de la Reine de Navarre, faisant son entrée à Nérac : auqel trois nymphes débatent qui aura l'honeur de saluer Sa majesté (1578).

La nymphe latine
  
Qua Pater aequoreas Tiberis festinat in undas
Orbis me peperit dominatrix Roma subacti :
Nimpha latina vocor, quae te, Regina, saluto :
Salve, o magna soror, conjux et filia regis !

  

La Nymphe latine
Là où mon père Tibre se hâte vers les eaux de la mer,
Rome qui régit l’univers subjugué m’a donné naissance.
Je me nomme nymphe latine, ô Reine, moi qui viens te saluer.
Salut, ô grande Sœur, épouse et fille de Roi !

  
La Française
  
Ô nymphe, oses-tu bien accueillir, peu courtoise,
L’honneur du lys royal d’une estrangere voix ?
Chère sœur, qui peut mieux qu’une nymphe françoise
Saluer et la perle et la fleur des François ?


La Gasconne
  
Cara’t, nimfa vesia, e tu nimfa romana,
N’anes deus tons grans mots ma Princessa eishantar,
Non i a tan gran lairon qu’aqueth que l’aunor pana :
Dessús l’autrui joquèr, lo poth non deu cantar.
 

 La Nymphe gasconne
Taisez-vous, nymphe voisine, et toi, nymphe romaine,
n’allez pas avec de grands mots étourdir ma princesse.
Il n’est pire voleur que celui qui vole l’honneur :
sur le perchoir d’autrui le coq ne doit pas chanter.

   
La Latine
  
Nimpha puellari vultu facieque tenella
Incedo visenda : tamen praecedo tot annis
Tot saeclis alia, docta stipata caterva :
Mecum artes habeo, leges atque optima quaeque.
  

  La Nymphe latine
Je parais une nymphe aux traits enfantins, au tendre visage,
et cependant, je précède les autres de tant d’années,
de tant de siècles ; au milieu d’un docte cortège,
les arts, les lois et les perfections m’accompagnent. 


La Française
  
Avant le nom latin et que les Romulides
Eussent le champ d’Évandre en pointes aiguisé,
Le parler docte-saint des Bardes et des Druides
En Grece, en Italie, en Memphe estoit prisé.


La Gasconne
  
S’en mans mos hilhs avèn lo temps passat tenguda
La pluma com lo hèr jo poirí rampelar,
Mès entr’eths, dinquio ací Pallàs s’es vista muda
Car eths an mes amat plan hèr que plan parlar.
   

La Nymphe gasconne
Si mes enfants, dans le passé, avaient tenu
la plume comme le fer, je pourrais avoir encore plus de prétentions ;
mais parmi eux, jusqu’ici, Pallas s’est trouvée nue
car ils ont mieux aimé bien faire que bien parler.


La Latine
  
Barbara Nimpha mihi et, cujus sit gallia mater,
Barbara Nimpha mihi est, cujus sit barbarus ipse
Vasco pater ; supero voces modulamine utramque,
Moribus ingenuis linguaque excello diserta.

 

La Nymphe latine
Barbare est pour moi la nymphe dont la mère est gauloise,
barbare aussi celle dont le père est gascon ;
je les surpasse l’une et l’autre par l’harmonie de ma voix,
la noblesse de mes mœurs et la richesse de ma langue.


La Française
  
En faconde, en richesse, en douceur je te passe :
Si Tulle revivoit ilparleroit françois.
En Patare Apollon, les muses sur Parnasse
Ont oublié pour moi le latin et gregeois.


La Gasconne
  
Tota vòsta beutat n’es ara que pintura,
Que manhas, qu’afiquets, que retortilhs, que fard,
E ma beutat n’a punt auta mair que Natura,
La nautra tostemps es mes bèra que l’art.
  

  La Nymphe gasconne
Toute votre beauté n’est rien que peinture,
grands airs, colifichets, parures et fard
et ma beauté n’a d’autre mère que Nature.
La Nature toujours est plus belle que l’art.


La Latine
  
Sunt cedenda ergo Reginae, o celtica Nimpha,
Jura salutaniae, quae nos retinere nequimus,
Vasconicis Nimphis ; pugnax gens illa, tenaxque
Propositi nimium, nec nos certare paratae.

   

   La Nymphe latine
Il faut céder, nymphe celtique,
le droit de saluer la Reines puisque nous ne pouvons le conserver,
à la nymphe gasconne : cette race est combative et opiniâtre
dans ses desseins et nous ne sommes pas équipés pour la lutte.


La Gasconne

Leishem estar la fòrça ! On mes òm s’arrasoa
Mes òm hè que jo èi dret de parlar davant vos,
Jo soi nimfa gascoa, era es ara gascoa,
Son marit es gascon e sos subjects gascons.

Baïsa, enfla ton cors, comença’t hèr mes grana
Que lo Rin, que lo Pò, que l’Ebre, que la Tana ;
Gloriosa, hè bronir ton gai per tot lo Món.
Baïsa, enfla ton cors : comença’t hèr mes grana
Puish que jamès lo Rin, lo Pò, l’Ebre, la Tana
Non vin sur lor gravèr tau beutat que lo Ton.

Creish, o petit Nerac, Nerac creish tas barralhas,
Lèva tas tors au cèu, cinta de tas murralhas
Tot çò que de plus bèth cintèc jamès lo Món !
Cara halha deu jorn, vè t’escóner, de gràcia,
Hug lèu, hug, vè muishar sus l’aute món ta fàcia,
Aciu raja un lugran plus lusent que lo Ton ;

Ò mèrle, ò rossinhòl, ò melhenga, ò lunèisha !
Corèrs deu bèth casau que la Baïsa engrèisha,
Saludatz d’un doç cant la plus bèra deu Món !
Ò parc, carga de fruts tos arbes plus sauvatges !
Per arcolhir la Dauna, acapta tos ramatges !
Parc, non se vic jamès tant d’aunor que lo Ton.

Tu sias la benvenguda, Estela que govèrnas
Nòste Macau batut d’auratge e de subèrnas
E d’un espiar cortés desencrumas lo Mon,
Esperit angelic, la bèra de las bèras,
Mon còth de cent ivèrns e de cent primavèras,
Non posca estar pelat d’aute jun que deu Ton.

Güè coma ta cunhada, aunor clar de nòste atge,
A ta venguda a hèit plus bèth son bèth visatge,
E’u sembla en t’aquistar conquistar tot lo Món.
Güè com aquesta cort en aise tota nada,
Güè coma tot çaguens arritz a ton entrada,
Coma lo pòble son gai marida damb lo ton.

Sustot güè ton marit, de qui l’ubèrta fàcia,
La doçor, lo gran còr, la memòria, la gràcia
A cent còps meritat la coroa deu Món ;
Güè, güè coma de gai lo còr li pataqueja,
Güè com, per sadorar son amorosa enveja,
Eth a tostemps hicat son uelh dessús lo Ton.

Dia sia ton guarda-còs : Diu de son dit escriva
En papèr de ton còr sa lei qui, tostemps viva,
Posca hèr tas vertuts lusir per tot lo Món.
Lo hlagèth deu gran Diu de ta tèsta s’absente,
Salha au cap de nau mes un gojon de ton vente,
Qui semble au pair deu còr, de la cara sia Ton.

Diu tenga ton marit abricat de sas alas !
Diu non bata jamès ton marit a de malas,
Diu haça ton marit lo mes gran rei deu Món !
E puish que vòste patz es la patz de la França,
Diu venga longtemps en parelh assistança,
Cent ans sias tu d’Enric, cent ans Enric sia Ton.

  La Nymphe gasconne
Laissons la force là : car plus on se raisonne, /
Plus on voit que j’ai droit de parler devant vous : /
Je suis nymphe gasconne et voici qu’Elle l’est, /
Son mari est gascon, gascons sont ses sujets.


Baïse, enfle ton cours et commence à grandir /
Plus que l’Èbre, le Pô, le Rhin ou bien la Tane, /
Glorieuse fais retentit ta joie au monde. /
Baïse, enfle ton cours et commence à grandir, /
Puisque jamais le Rhin, le Pô, l’Èbre ou la Tane /
N’ont vu sur leur gravier tant de beau que le tien.


Grandis, petit Nérac, élargis tes barrières, /
Lève tes tours aux ciel, entoure de tes murs /
Tout ce que de plus beau ceignit jamais le monde. /
Aube claire du jour, va te cacher, de grâce, /
Fuis vite et va montrer ta face à l’autre monde : /
Un astre luit ici, plus brillant que le tien.


Ô merle, ô rossignol, ô mésange, ô linotte, /
Chantres du beau jardin que nourrit la Baïse, /
Saluez d’un doux chant la plus belle du monde. /
Ô parc, charge de fruits tes arbres les lus rudes ; /
Pour accueillir ta Dame, incline tes rameaux : /
Parc, on ne vit jamais honneur comme le tien.


Sois donc la bienvenue, étoile qui gouvernes /
Notre Macau , battu d’orage et de tempête /
Et d’un regard courtois rassérène lez monde. /
Toi, l’angélique esprit, la belle entre les belles, /
Que ma nuque, de cent hivers, de cent printemps, /
Ne puisse être marquée d’autre joug que le tien.

 
Vois, vois ! ta belle-sœur, honneur de notre temps /
À ta venue a fait plus beau son beau visage : /
Il lui semble, en t’ayant, qu’elle a conquis le monde. /
Vois comme cette cour nage toute en la joie, /
Vois comme tout ici sourit à ton entrée, /
Comme le peuple unit son bonheur et le tien.


Surtout vois ton mari, de qui le franc visage, /
La douceur, le grand cœur, la mémoire et la grâce /
Ont cent fois mérité la couronne du monde. /
Vois, vois comment sa joie lui fait battre le cœur, /
Vois comment, pour calmer son amoureuse envie, /
Il tient toujours fixé son regard sur le tien;


Dieu soit ton garde-corps et de son doigt écrive /
Au papier de ton cœur sa loi qui, toujours vive, /
Puise faire briller tes vertus par le monde. /
Que le fléau de Dieu de ta tête s’écarte ! /
Que sorte après neuf mois un enfant de ton ventre ! /
Dont le cœur soit du père et le visage tien !


Dieu garde ton mari à l’abri de ses ailes /
Et ne frappe jamais ton mari durement ! /
 Dieu rende ton mari le plus grand roi du monde, /
Et puisque votre paix est la paix de la France, /
Dieu vous tienne longtemps en paisible assistance : /
Sois à Henri cent ans, cent ans Henri soit tien !



Que trobaratz aqueth tèxte dens lo libe de Pierre Bec, Le siècle d'or de la poésie gasconne (1550-1650), Société d'édition Les Belles Lettres, Paris, 1997.

Que vs'agrada , Ne'n soi plan content !

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 22:57
Television bananièra…
 
Mai bon qu’un director comercial de supermercat, al mens dins lo domeni de las anóncias, Nicolas Ièr es pertot, al forn e al molin… E la premsa, dins son ensems, dintra dins son jòc e ne rend compte sens, lo mai sovent, prene sas distàncias ; los Franceses semblan pas aver ges de reaccions, preocupats que son, per una granda majoritat, per las dificultats de la vida vidanta. Nicolas Ièr, encara mai que los autres òmes politics, a l’amnesia selectiva : atal per la television publica. Qualques ans a, s’indignava, fàcia a la camèras, de la designacion dels responsables audiovisuals pel CSA (Conselh superior de l’audiovisual) de l’epòca pr’amor sos membres èran nomenats pel poder e, en consequéncia, podián pas far una television independenta. Georges Pompidou disiá que la television èra la « votz de França » ; vengut president, Nicolas Ièr vòl una television publica que siá la votz de son mèstre e pren las mesuras apropriadas. Jol pretèxte de promòure una television publica de qualitat que siá pas somesa a la tirania de l’audiéncia pr’amor de la publicitat, anoncièt sa supression en demandant un rapòrt sus la question e, la setmana passada, faguèt una conferéncia premsa per dire sa vision d’aquela granda television de l’avenidor. E ajustèt que d’ara enlà, coma anava viure pas que d’argent public, seriá lo govèrn – actionari màger – que nomenariá los responsables. Coma es un òme que dispausa de cinc o sièis cervèls plan organizats – dixit sa Carlita – diguèt tanben qu’aviá son idèa sus los programas que los Franceses volián agachar. La television privada, ela, viu pas que de la publicitat e interessa pas degun, de segur ! Perqué se privariá ? I a pas degun per li far rampèu e los cortesans son pas jamai estas autan nombroses…
  
Editorial de La Setmana, n°670

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 11:56
No pasarán !
 
Quand l’« identitat nacionau » es en jòc, a la pasionaria (!) de la lenga francesa, Hélène C. d’E., lo fotre que la preng ! Que hasó votar ua declaracion per l’Académie française (12/06) qui demanda la supression dens la Constitution deu tèxte votat per los deputats sus « las lengas regionaus [qui] apartenguen au son patrimòni ». La rason ? « Las consequéncias [d’aqueth tèxte] que pòrtan un còp a l’identitat nacionau ». Los senators qu’an plan recebut lo messatge e, dab coratge, ua majoritat – 216 per e 103 contra –, conscienta que la « Republique indivisible » riscava de tombar dens las trapèlas de l’enemic deu deguens e deu « partit etnicista » (!), que s’enaurè tà díser : « No pasarán ! ». Los arguments deus intervenguents qu’estón a la pagèra deu dangèr. Charasse (PS, Puèi-Doma) qu’ironizè en estimar que cadrè tanben inscríver au patrimòni l’olada auvernhata ; Mélenchon (PS, Essonne) que sortiscó lo son arrrepic : « Qu’existeish un partit etnicista qui vòu […] constrénher França a ratificar la Carta de las lengas regionaus ». Tà Renan (PCF, Nòrd), « la promocion de las lengas regionaus [ne devèva pas] miar a l’embarrament » e Gouteyron (UMP, Lèira nauta) que sostengó que lo tèxte deus deputats que volèva díser que « d’aubuns e vòlen miar França on ne vòu pas anar ». Aqueras intervencions ne son pas sonque un florilègi de las asoadas qui’s podón enténer. Dens lo nòste parçan occitan, ne son pas tots prèstes a acceptar aquera diversitat. A còps – que son sovent senator-conse o quaucom mei –, qu’acceptan de méter la bandièra occitana sus l’Ostau de Communa o deu Conselh generau tà « neutralizar » ua oposicion eventuau o se ganhar quauques votz de mei. Se vòlen har carrièra, que saben qu’« il n’est bon bec que de Paris » !

Editoriau de La Setmana, n°669
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 19:30
 La reaccion de l'Académie française a pas tardat ; caliá pas esperar quicòm mai de la part d'una institucion que sos membres son dubèrts a la diversitat al defòra del « Reialme de França »…
Podètz totjorn escriure per balhar vòstre vejaire mas vons respondràn pas…
Podètz escriure a la premsa exagonala s'avètz de gaubi mas m'estonariá que respondèsson.
Podèm èsser segurs que la reaccion de l'Académie serà relaiada ; ai qualque dobte sus una eventuala publicacion de las reaccions favorabla a las lengas istoricas de França…

(Cette déclaration a été votée à l'unanimité par les membres de l'Académie française dans sa séance du 12 juin 2008). [ unanimitat dels membres presents aparentament !]

Depuis plus de cinq siècles, la langue française a forgé la France. Par un juste retour, notre Constitution a, dans son article 2, reconnu cette évidence : « La langue de la République est le français ».

Or, le 22 mai dernier, les députés ont voté un texte dont les conséquences portent atteinte à l’identité nationale. Ils ont souhaité que soit ajoutée dans la Constitution, à l’article 1er, dont la première phrase commence par les mots : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale », une phrase terminale : « Les langues régionales appartiennent à son patrimoine ».

Les langues régionales appartiennent à notre patrimoine culturel et social. Qui en doute ? Elles expriment des réalités et des sensibilités qui participent à la richesse de notre Nation. Mais pourquoi cette apparition soudaine dans la Constitution ?

Le droit ne décrit pas, il engage. Surtout lorsqu’il s’agit du droit des droits, la Constitution.

Au surplus, il nous paraît que placer les langues régionales de France avant la langue de la République est un défi à la simple logique, un déni de la République, une confusion du principe constitutif de la Nation et de l’objet d'une politique.

Les conséquences du texte voté par l'Assemblée sont graves. Elles mettent en cause, notamment, l’accès égal de tous à l'Administration et à la Justice. L'Académie française, qui a reçu le mandat de veiller à la langue française dans son usage et son rayonnement, en appelle à la Représentation nationale. Elle demande le retrait de ce texte dont les excellentes intentions peuvent et doivent s'exprimer ailleurs, mais qui n'a pas sa place dans la Constitution.

http://www.academie-francaise.fr/actualites/index.html

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Curiosa
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 19:14
« En  Boèma, los contes son vertadièrs. »

Après aver publicat dos romans Solelhada e Lo Riu d’Adriana (Solelhada II), Jaume Landièr nos balha Als baugs, un libre de racontes cortets escriches entre 1980 e 2006… Aviái aimat aqueles libres encara que, de mon punt de vista, son dins la « dralha » de Dins de patetas rojas (I.E.O.-A Tots, 1975)… de la Marie Rouanet abans que decidiguèsse qu’auriá mai de reconeissença, escriguèsse sos sovenirs d’enfància dins la lenga de Molière…
J. Landièr demòra malurosament dins aquela dralha ; sovenirs, sovenirs centrats sus sos racontes ; pr’aquò se legisson plan mas, un còp la lectura acabada, ne sortís pas grand causa… Cada raconte es bastit mai o mens del meteis biais amb una conclusion en contrapunch del recit. Dins « L’aigat », per exemple, comença aital : Lo riu aviá fach l’aissable. Vengut confle […] aviá escampat de tot pertot… E vaquí nòstre autor a ensajar de recuperar un pauc tot pel campèstre per lo portar a la dechetariá mas en fasent la tria selectiva en bon ciutadan coma es. A la tota fin, li demòra pas qu’a prendre « lo sac de plastic plen dins los joncs » mas, e es la conclusion, « dedins, i aviá tres catons » ! La casuda de l'istòria es gaireben aital dins totes los racontes ; lo procediment es interessant mas un pauc repetitiu… Fin finala, los tres racontes que m’agradan mai son « Lo sarralhièr » e Boèma I, « lo mèstre relotgièr », e Boèma II, « lo chivalièr Dalibòr », que servisson d’introduccion e de conclusion al libre.
P.S. Jaume Landièr auriá pr’aquò degut tornar legir o far legir son tèxte per corregir las decas d’ortografia e verificar la pontuacion qui, coma o ai dejà dich, permeton una lectura mai agradiva.
  
Landièr (Jaume), Als baugs, IEO-« A tots », 2008, 102 p., n° 183.
Landièr (Jaume), Solelhada, IEO-« A tots », 1992, 128 p., n° 183.
Landièr (Jaume), Lo Riu d’Adriana, IEO-« A tots », 2001, 112 p., n° 146.

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Libes
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 11:51
Níl… No… Non !

Los Irlandeses venon de dire Níl al tractat de Lisbona e vos sètz dejà renduts compte del rambalh dins los autres païses de l’Union europèa. Quand los sondatges faguèron aparèisser la possibilitat d’una responsa negativa, Nicolas Ièr e mantuns elèits franceses – sens parlar dels autres païses – faguèron assaber que seriá una catastròfa granda e que los dètz e uèit païses que l’avián dejà ratificat comprendrián pas. Apondèron tanben – còp de pè de l’ase – qu’un país qu’aviá recebut autant d’ajudas europèas desmpuèi 1973, votèsse Níl, se comportariá coma un paucval, etc. Nicolas Ièr diguèt – o faguèt dire – que, de tota faiçon, Irlanda, fòrta de sos quatre milions d’estatjants sonque, èra pas de comptar e fariá pas cabussar çò qu’El aviá tornat metre sus pè après lo refús de França e d’Olanda, consultadas tanben per referendum. Aquel refús permetèt als Britanics de pausar pas la meteissa question qu’auriá mes lo Tony Blair dins l’embarràs. Gordon Brown, qu’es dins una marrida passa, ne poiriá profitar per daissar córrer un còp de mai. De tot biais, los Britanics an totjorn volgut çò qu’existís a l’ora d’ara : una zòna de libre escambi pel comèrci sonque. Democracia jove, la Republica d’Irlanda crei encara a las vertuts de la participacion dirècta del pòble ; sos òmes politics son un pauc ninòis ! Dins nòstra democracia plan establida, la votz del pòble es presa en compte quand va dins lo sens dels governants si que non son los elegits – responsables (?) – que decidisson quitament se lo president renega la paraula de l’Estat. Sufís pas d’agotar la nau quand pren l’aiga ; cau que l’estat majòr aja la fisança de l’equipatge – los Europèus que sèm – e li explica la manòbra… Contunhèssem aital, la risca seriá de conéisser lo sòrt del Titanic…


Editorial de La Setmana, n°668

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 22:44
Quand se parlèt a l'Assemblée nationale de las lengas « regionalas  », la ministra de la Cultura, Na Albanel, foguèt pas capabla de citar corrèctament lo rapòrt Cerquiglini que mençona 75 lengas parladas en França.
M'estimi melhor de parlar de las lengas istoricas de França mas, dins aquel cas, naturalament, compti pas las lengas de l'Empèri francés (!) ni las lengas de l'immigracion…

Los que vòlon o legir tot pòdn anar veire sus la tela : 
link
Donc, segond lo rapòrt Cerquiglini, i a setanta cinc lengas parladas sul territòri de la republica :
 
França metropolitana
 
    (Lengas istoricas de França que son territorializadas)
  
- dialecte allemand d'Alsace et de Moselle
- basque
- breton
- catalan
- corse
- flamand occidental
- francoprovençal
- occitan (gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin, alpin-dauphinois)
- langues d'oïl : franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais,                    
                         bourguignon-morvandiau, lorrain. 

    (Lengas non-territorializadas)
  
- berbère                     Dans ses diverses variétés parlées en France.
- arabe dialectal          Dans ses diverses variétés parlées en France.
- yiddish
- romani chib              Langue des tsiganes, représentée en France par les dialectes sinti, vlax et calò.
- armé́nien occidental
 
Departements d'Oltra Mar
 
- cré́oles à base lexicale française :
            martiniquais, guadeloupé́en, guyanais, ré́unionnais.
- créoles bushinenge (à̀ base lexicale anglo-portugaise) de Guyane :
            saramaca, aluku, njuka, paramaca.
   
    Ces trois derniers créoles peuvent être considérés comme constituant une seule et même langue ; il n’existe cependant pas de terme générique pour désigner l’ensemble. On voit qu'il conviendrait d'encourager et de développer la recherche linguistique sur les langues de la France.
  
- langues amé́rindiennes de Guyane :
            galibi (ou kalina), wayana, palikur, arawak proprement dit (ou lokono), wayampi, émerillon.
- hmong.
 
Territoris d'Oltra Mar
 
Nouvelle Calédonie
 
- 28 langues kanak :
 
Grande Terre : 
            nyelâyu, kumak, caac, yuaga, jawe, nemi, fwâi, pije, pwaamei, pwapwâ,
dialectes de la région de Voh-Koné, cèmuhî, paicî, ajië, arhâ, arhö, ôrôwe, neku, sîchë, tîrî, xârâcùù, xâgùrè, drubéa, numèè.
 
Îles Loyauté :
            nengone, drehu, iaai, fagauvea.
  
Les langues paicî, ajië, drehu et nengone ont été introduites dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figurent comme options au baccalauréat.
 
 
Territòris franceses de Polinesia :

- tahitien
- marquisien
- langue des Tuamotu
- langue mangarévienne
- langue de Ruturu         (Îles Australes)
- langue de Ra'ivavae    (Îles Australes)
- langue de Rapa           (Îles Australes)
- walissien
- futunien
         
Le tahitien a été introduit dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figure comme option au baccalauréat.

Mayotte :

- shimaoré
- shibushi

Ara que lo president Chirac a sa fondacion, mancarà de trabalh estant que vòl contunhar (sic) son combat per las lengas e las culturas en dangièr…
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca