Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 15:54
Libes e… economia

Qu’ac torni díser un còp de mei… En causa de l’activisme de Nicolas Ièr, tots los elegits – deputats e senators – que’s planhen d’estar subercargats de trabalh e de ne pósquer pas estudiar los tèxtes sosmés au vòte per lo governament… Tots ? Non pas cèrtas! Que n’i a que son au horn e au molin e que, tà’s har conéisher, despausan esmendaments de tota mena en esperar trobar un reclam dens lo microcòsme politic e benlèu enlòc mei. En Jean Dionis du Séjour – deputat d’Òut e Garona, prumèr magistrat d’Agen, president de la Comunautat d’aglomeracion… – qu’aparten a la categoria deus workaholics en politica. Que sostengó F. Bayrou avant de s’anar, un còp elegit deputat, ganhar la civada dins lo Nouveau Centre dab los autres sostens fidèus (!) deu Bearnés qui refusè de passar devath las horcas caudinas de Nicolas Ièr. Que’s hasó conéisher subertot a prepaus de la LEN (lei sus l’economia numerica) que n’èra lo raportaire. E recentament, dens lo quadre de la lei sus la modernizacion de l’economia, que ven de partir en guèrra contra la « loi Lang » (10 d’aost de 1981) suu prètz de venta deus libes qui ne permet pas deus véner a bon compte avant duas annadas. Lo son objectiu, ça ditz, qu’es de lutar contra lo « gaspi » que representaré la mesa au pilon de milions de libes invenuts qui demòran sus las estatgèras deus libraris. Que demanda la possibilitat de véner los libes a un prètz hèra baish sheis mes après la lor parucion ; atau que seré l’escadença de trobar legidors navèths e de sauvar las sèuvas çò qui haré plaser aus ecologistas ; e que serà de segur – com lo hèit d’aver un supermercat dens cada vilatge – lo consomator que ne serà lo beneficiari ! E deman, lo nòste deputat que prenerà la defensa deu comèrci de proximitat…

Editoriau de La Setmana, n°667

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 11:33
Conviccions mas pas tròp !
 
I a un brave briu que nòstres deputats avián pas trabalhat autant… Nicolas Ièr qu’aviá, pendent sa campanha electorala, fach de la « rompedura » l’alfa e l’omega de sa politica a venir, a tengut paraula.
Dempuèi son eleccion, a fach pròva d’un activisme vertadièr dins fòrça domenis sens tenir compte lo mai sovent de sa majoritat qu’es pregada de dire amen e de seguir ! Lo chantièr gròs pr’aquò es la reforma de la Constitution que, s’es adoptada, veirà modificat lo tèrç dels articles d’aquesta. La majoritat vòl – oficialament – que las modificacions prepausadas sián adoptadas mentre que l’oposicion enten, çò ditz, profitar de l’oportunitat per far passar qualques unas de sas idèas sus la question. Alavetz, emendament après emendament, l’afar progressa dapasset ! Mai d’un, dins la majoritat, son pas estrambordats e o fan saber d’un biais o d’un autre ; los emuls (!) de Douste-Blazy an totjorn una bona excusa per èsser absents al moment d’un vòte. Los elegits d’Esquèrra an dich e tornat dire que lucharián bèc e onglas per far prevaler lors demandas mas los emendaments que prepausan son gaireben totes refusats e los que son acceptats pòrtan pas que sus de detalhs… quitament lo sus las lengas istoricas de França que ditz que « fan partida del patrimòni » (a l’article I) ; Chirac o disiá dejà quand èra primièr ministre ! Enfin, los socialistas qu’an proclamat fòrt e mòrt que ne caliá acabar amb l’acumulacion dels mandats an pas fach del refús de la Drecha e de son patron, J.-F. Copé, un casus belli, al nom del realisme politic, de segur ; a saber qu’un mandat local èra necessari per se copar pas de las realitats quand òm decidís de l’avenir de França ! Ara qu’acceptan l’« economia de mercat » an pas mai vergonha d’aver mai d’un mandat per servir melhor (!) e… ganhar mai !

Editorial de La Setmana, n°666
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 00:40
Ací lo trabalh de Cerquilini :


Bernard Cerquiglini
Directeur de l'Institut national de la langue française (C.N.R.S.)

LES LANGUES DE LA FRANCE


Rapport au Ministre de l'Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie,
et
à la Ministre de la Culture et de la Communication.
Avril 1999
 
•    Une prudence affichée dans les principes
•    Une souplesse proposée dans la mise en oeuvre
•    Des contraintes dans la définition des langues régionales ou minoritaires
•    Le patrimoine linguistique de la France
La mission confiée au rapporteur, telle qu'il l'a comprise, concerne les savants, et non les militants. Elle revient à confronter ce que la linguistique sait des langues effectivement parlées sur le territoire de la République avec les principes, notions et critères énoncés par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Commençons par cette dernière afin d'éclairer le choix des langues à retenir.
Une prudence affichée dans les principes.
La Charte, ainsi que le Rapport explicatif (1), semblent procéder avec prudence. Rappelant à plusieurs reprises la légitimité, la nécessité et les vertus des langues officielles, ces textes se donnent un objectif d'ordre culturel, voire écologique : "protéger et promouvoir les langues régionales ou minoritaires en tant qu'aspect menacé du patrimoine culturel européen" (Rapport explicatif, p.5). Demandant aux locuteurs de "placer à l'arrière-plan les ressentiments du passé" (ibid., p.6), se refusant à "remettre en cause un ordre politique ou institutionnel" (ibid., p.10) les auteurs de ces textes attendent des États une action positive en faveur de langues victimes hier de l'histoire, aujourd'hui de la communication de masse, et marquées par un degré plus ou moins grand de précarité.
Ce désir de protéger les langues historiques de l'Europe, dont certaines "risquent, au fil du temps, de disparaître" (Préambule de la Charte, alinéa 3) a deux conséquences. D'une part, une telle politique donne des droits aux langues, et pas à leurs locuteurs : "la Charte ne crée pas de droits individuels ou collectifs pour les locuteurs de langues régionales ou minoritaires" (Rapport explicatif, p. 5) ; d'autre part, il s'agit de conforter un patrimoine, national et européen, dans sa diversité et sa richesse. Ce qui invite la République française à reconnaître les langues de la France, comme éléments du patrimoine culturel national. Insistant sur ce double aspect le professeur Carcassonne a estimé que la signature de la Charte n'était pas contraire à la Constitution, "étant entendu d'une part, que l'objet de la Charte est de protéger des langues et non, nécessairement, de conférer des droits imprescriptibles à leurs locuteurs, et d'autre part, que ces langues appartiennent au patrimoine culturel indivis de la France" (2).
Espérant obtenir une action au moins minimale d'un ensemble de pays dont les situations linguistique et juridique sont fort différentes, les auteurs de la Charte ont multiplié les expressions du type "dans la mesure du possible", "de manière souple", "faciliter" abondent. A cela s'ajoute une relative latitude pour la mise en oeuvre.
Une souplesse proposée dans la mise en oeuvre.
La signature est distincte de la ratification. Celle-là s'associe de la reconnaissance de neuf "objectifs et principes" généraux, et valables pour "l'ensemble des langues régionales ou minoritaires pratiquées sur le territoire" (Charte, article 2, alinéa 1) ; ces principes d'intention forment la partie II ; aucun d'entre eux, pour le professeur Carcassonne, "ne paraît heurter ceux de la Constitution" (ibid., p.54). Celle-ci, qui est distincte et qui peut être postérieure (3), concerne directement la liste des langues régionales ou minoritaires retenue :
Chaque État contractant doit spécifier dans son instrument de ratification, d'acceptation ou d'approbation chaque langue régionale ou minoritaire ... (Charte, article 3, alinéa 1).
Cette ratification est elle-même l'objet d'un "élément de souplesse supplémentaire" (Rapport explicatif, p.15), par le choix d'un jeu d'option.
La ratification concerne en effet la partie III, qui énumère des mesures en faveur de l'emploi des langues, sous forme d'une petite centaine de paragraphes et d'alinéas :
En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification, de l'acceptation ou de l'approbation, (...), chaque Partie s'engage à appliquer un minimum de trente-cinq paragraphes ou alinéas choisis parmi les dispositions de la partie III de la présente Charte, dont au moins trois choisis dans chacun des articles 8 (= Enseignement) et 12 (= Activités et équipements culturels) et un dans chacun des articles 9 (= Justice), 10 (= Autorités administratives et services publics), 11 (= Médias) et 13 (= Vie économique et sociale). (Charte, article 2, alinéa 2).
Cette partie III est à l'évidence plus contraignante ; notons cependant que les "trente-cinq mesures" sont déclarées langue par langue. L'article 3 de la Charte ("En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification...") est ainsi commenté dans le Rapport explicatif (p. 14) :
Les États peuvent indiquer librement les langues auxquelles ils consentent que la partie III de la Charte soit appliquée et, d'autre part, pour chacune des langues pour lesquelles ils reconnaîtront l'application de la Charte, ils peuvent définir quelles sont les dispositions de la partie III auxquelles ils souscrivent.
Chaque langue fait donc l'objet d'un ensemble de dispositions que l'on retient ; cet ensemble devrait être cohérent, doit correspondre aux particularités de la langue et aux intentions de l'État à son égard, et peut être spécifique. En d'autres termes, rien n'interdit un large choix "à la carte" : c'est ainsi qu'a procédé l'Allemagne, qui a opéré langue par langue, puis Land par Land (4).
Une autre latitude est perceptible, en légère contradiction avec le texte de la Charte. Celle-ci dispose en effet que (nous soulignons) :
En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification, de l'acceptation ou de l'approbation (...) chaque Partie s'engage à appliquer un minimum de trente-cinq paragraphes ou alinéas... (article 2, alinéa 2).
Or le Rapport explicatif apporte le commentaire suivant, qu'il importe de citer intégralement :
Un État contractant peut sans méconnaître la lettre de la Charte, reconnaître qu'il existe sur son territoire une langue régionale ou minoritaire déterminée mais estimer préférable, pour des raisons qui relèvent de son appréciation, de ne pas faire bénéficier cette langue des dispositions de la partie III de la Charte. Il est clair toutefois que les motifs qui peuvent conduire un État à exclure entièrement une langue, reconnue comme langue régionale ou minoritaire, du bénéfice de la partie III doivent être des motifs compatibles avec l'esprit, les objectifs et les principes de la Charte. (Rapport explicatif, p. 14, § 41).
De fait, deux pays ont signé puis ratifié la Charte en utilisant cette possibilité de réserve (5) . S'il s'avère que le procédé est recevable, la République française pourrait trouver là une autre latitude, bienvenue sans doute étant donné les impressionnantes richesse et diversité de son patrimoine linguistique. Rappelons en effet qu'il s'agit de dispositions générales, que :
chaque Partie s'engage à appliquer (...) à l'ensemble des langues régionales ou minoritaires pratiquées sur son territoire, qui répondent aux définitions de l'article 1er. (Charte, article 2, alinéa 1).
Le rapporteur suggère donc d'appliquer les "objectifs et principes" généraux de la partie II aux langues qui constituent le patrimoine de la France, prises dans leur ensemble, et de faire relever de la partie III une partie seulement de ces langues.
Des contraintes dans la définition des langues régionales ou minoritaires.
Si la Charte se donne une mission essentiellement culturelle et s'accompagne de précautions, le concept de langue qu'elle utilise est en revanche assez contraignant, et procède par exclusion :

Article 1 - Définitions
Au sens de la présente Charte :
a) par l'expression "langues régionales ou minoritaires", on entend les langues :
i. pratiquées traditionnellement sur un territoire d'un État par les ressortissants de cet État qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de la population de l'État ; et
ii. différentes de la (les) langue(s) officielle(s) de cet État ;
elles n'incluent ni les dialectes de la (les) langue(s) officielle(s) de l'État ni les langues des migrants.
Plusieurs termes sont à commenter, que nous avons placés en italiques.
1. Ressortissants vs migrants
"La Charte ne traite pas la situation des nouvelles langues, souvent non européennes, qui ont pu apparaître dans les États signataires par suite des récents flux migratoires à motivation souvent économique" (Rapport explicatif, p. 6). Il s'agit donc de reconnaître les seules langues parlées par les ressortissants du pays, distinguées des idiomes de l'immigration. Cette distinction est toutefois délicate pour une République qui reconnaît, légitimement, le droit du sol : dès la seconde génération, les enfants nés de l'immigration sont citoyens français ; beaucoup conservent, à côté du français de l'intégration civique, la pratique linguistique de leur famille. On peut cependant suivre l'esprit de restriction de la Charte, en insistant sur le deuxième point :
2. Traditionnellement
Le texte concerne les langue régionales ou minoritaires pratiqués "traditionnellement" ; on dit aussi "historiques" (Préambule, § 2). Si cette notion invite à ne pas retenir les langues de l'immigration récente, elle incite au rebours à considérer, du point de vue linguistique, l'histoire de notre pays.
De nombreux citoyens des départements français d'Afrique du Nord parlaient l'arabe ou le berbère. Certains, pour des raisons sociales, économiques ou politiques (en particulier les harkis) se sont installés en France métropolitaine, sans cesser d'être des ressortissants français ; ils vivent encore, et parlent leurs langues, ou bien leurs descendants ont conservé une pratique bilingue. Cette situation semble correspondre exactement à celle des langues régionales ou minoritaires visées par la Charte. On rappellera que le berbère n'est protégé par aucun pays (il est même menacé) ; on notera que l'arabe parlé en France n'est pas l'arabe classique, langue officielle de plusieurs pays, mais un arabe dialectal, dont certains linguistes pensent qu'il est en passe de devenir une variété particulière, mixte des différents arabes dialectaux maghrébins.
Cette "tradition" peut être récente, sans pour autant renvoyer à une situation de migrance. C'est le cas des Hmong, originaires du Laos, installés en Guyane, à la suite d'un geste humanitaire de la France, en 1977 ; ils constituent une population d'environ 2000 personnes, implantés dans deux villages monoethniques ; ils sont citoyens français et, pour les plus jeunes, bilingues français-hmong. Tout conduit à retenir ce dernier parmi les langues régionales ou minoritaires de la France. Un argument du même ordre peut être développé en faveur des populations arméniennes installées dans notre pays après les massacres d'avril 1915 : l'arménien occidental est à ranger parmi les langues de la France (6) .
En revanche, des ressortissants français issus, parfois lointainement, de l'immigration parlent encore l'italien, le portugais, le polonais, le chinois, etc. par transmission familiale. Ces langues ne sont pas à retenir ici. Outre que rien ne les menace, elles sont enseignées, comme langues vivantes étrangères, dans le secondaire et le supérieur.
3. Territoire
"Les langues visées par la Charte sont essentiellement des langues territoriales" (Rapport explicatif, p. 11) :
b) par "territoire dans lequel une langue régionale ou minoritaire est pratiquée" on entend l'aire géographique dans laquelle cette langue est le mode d'expression d'un nombre de personnes ... (Charte, article 1, alinéa b)
Cette insistance sur la localisation géographique est fort explicite ; elle va de pair avec l'idée d'enracinement historique ; elle explique la difficulté avec laquelle la Charte manie la notion de "langue sans territoire" :
c) par "langues dépourvues de territoire", on entend les langues pratiquées par des ressortissants de l'État qui sont différentes de la
(les) langue(s) pratiquée(s) par le reste de la population de l'État, mais qui, bien que traditionnellement pratiquées sur le territoire de l'État, ne peuvent pas être rattachées à une aire géographique particulière de celui-ci. (Charte, article 1, alinéa c)
C'est, semble-t-il, à ces langues que s'applique en priorité l'adjectif "minoritaires", et qu'est principalement réservée la possibilité de s'en tenir à la partie II de la Charte.
Ce désir d'une assise géographique des langues régionales n'est pas sans contradiction avec l'intention culturelle que la Charte affiche. On peut faire valoir que la territorialisation systématique, issue du romantisme allemand qui inspira la linguistique du XIXe siècle, s'oppose en outre :
- aux principes républicains français, qui tiennent que la langue, élément culturel, appartient au patrimoine national ; le corse n'est pas propriété de la région de Corse, mais de la Nation.
- à la science, qui comprend mal l'expression "territoire d'une langue". Ceci ne peut désigner la zone dont la langue est issue : en remontant le cours de l'histoire, on constate que toutes les langues parlées en France ont une origine "étrangère", - y compris le français, qui fut d'abord un créole de latin parlé importé en Gaule. La seule justification scientifique est d'ordre statistique, et de peu d'intérêt : elle revient à distinguer la zone qui, à l'heure actuelle, connaît le plus de locuteurs d'un parler donné. En d'autres termes, le vrai territoire d'une langue est le cerveau de ceux qui la parlent.
- à la réalité sociolinguistique, qui rappelle que la mobilité sociale contemporaine est telle que l'on parle les différentes langues "régionales" un peu partout. Le créole est une réalité linguistique bien vivante de la région parisienne.
Signant puis ratifiant la Charte, la République française aurait donc intérêt, dans sa déclaration, à insister sur la vocation culturelle de la Charte, en minorant la tendance à la territorialisation. Elle pourrait également faire valoir qu'elle reconnaît cinq langues "dépourvues de territoire", effectivement parlées par ses ressortissants, et qui enrichissent son patrimoine : outre le berbère et l'arabe dialectal, le yiddish, le romani chib et l'arménien occidental (7). Elle pourrait rappeler enfin que seul le français, langue de la République, est la langue de tous et que toute autre langue parlée par un ressortissant français est, de fait, minoritaire.
4. Les dialectes de la langue officielle
Par définition, les variétés de la langue officielle ne sont pas du ressort d'un texte qui entend protéger les langues minoritaires, rendues précaires par l'extension, le rayonnement et l'officialisation de cette langue. Il convient donc de préciser la situation dialectale du français "national et standard".
Que l'on adopte, pour expliquer sa genèse, la thèse traditionnelle et contestable d'un dialecte d'oïl (le supposé francien) "qui aurait réussi" aux dépens des autres, ou que l'on y voie la constitution très ancienne d'une langue commune d'oïl transdialectale, d'abord écrite, puis diffusée (8), le français "national et standard" d'aujourd'hui possède une individualité forte, qu'a renforcée l'action des écrivains, de l'État, de l'école, des médias. Il en résulte que l'on tiendra pour seuls "dialectes" au sens de la Charte, et donc exclus, les "français régionaux", c'est-à-dire l'infini variété des façons de parler cette langue (prononciation, vocabulaire, etc.) en chaque point du territoire. Il en découle également que l'écart n'a cessé de se creuser entre le français et les variétés de la langue d'oïl, que l'on ne saurait considérer aujourd'hui comme des "dialectes du français" ; franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais, bourguignon-morvandiau, lorrain doivent être retenus parmi les langues régionales de la France ; on les qualifiera dès lors de "langues d'oïl", en les rangeant dans la liste.
Cette disjonction entre le français "langue nationale standard" et les franc-comtois, wallon, picard, etc. tenus à bon droit comme langues régionales, est à opposer à la situation que montre l'occitan. Celle-ci pourrait être qualifiée de conjonction, l'occitan étant la somme de ses variétés. L'unité linguistique est en effet fort nette, même si une diversité interne est perceptible. Cinq grands ensembles au moins sont repérables : gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin et alpin-dauphinois. Des subdivisions plus fines sont possibles (vivaro-alpin ? nissard ?) ; elles relèvent toutefois moins de la linguistique que de la géographie, voire de la politique
Le patrimoine linguistique de la France.
Cet examen des principes, notions et critères de sélection de la Charte nous permet maintenant de dresser la liste des langues pratiquées sur le territoire national, et distinctes de la langue officielle.
La consultation de spécialistes, doublée d'un balayage systématique du territoire de la République (métropole, départements et territoires d'outre mer) aboutit à la liste que l'on trouvera en annexe.
Cette liste est longue : 75 langues (9). Elle regroupe il est vrai des idiomes de statut sociolinguistique très divers. Entre les créoles, langues régionales sans doute les plus vivantes, essentiellement parlées, pratiquées maternellement par plus d'un million de locuteurs, et le bourguignon-morvandiau, langue essentiellement écrite et que n'utilisent plus que quelques personnes, sans transmission maternelle au nourrisson, les divers cas de figure prennent place. C'est sur une telle typologie que doivent se fonder, semble-t-il, les choix de l'État, en vue de la signature puis de la ratification : liste des langues qu'il entend inscrire dans son patrimoine, mesures retenues pour chacune des langues que concerne la partie III. On insistera sur la présence ou l'absence d'une forme écrite (norme linguistique, orthographe, littérature, etc.) pour chaque idiome considéré. L'enseignement scolaire, en effet, requiert d'une part l'existence d'une version écrite de la langue. Celle-ci doit être établie ; l'exemple du créole est éclairant : la description scientifique, certes bien avancée, précède néanmoins, sans doute de beaucoup, l'établissement d'une norme écrite commune. L'enseignement d'autre part est parfois conduit à opérer des disjonctions. Ainsi, de même que l'alsacien a pour forme écrite (et scolaire) l'allemand standard, on peut être amené à penser que l'arabe dialectal parlé en France a pour correspondant écrit l'arabe commun (celui de la presse, des radio et télévision), qui n'est la langue maternelle de personne.
Le rapporteur considère que ce vaste ensemble de langues, qui enrichit le patrimoine culturel la France et celui de l'Europe, constitue le domaine où s'applique naturellement la partie II de la Charte.
En ce qui concerne la partie III, il est clair qu'il appartient au gouvernement d'examiner, cas par cas, les alinéas et paragraphes qu'il retient, et d'établir la liste des langues qu'il souhaite en faire bénéficier.
En tant qu'ancien directeur de l'enseignement primaire, le rapporteur se permet de penser que, pour ce qui est de l'Education nationale, la loi Deixonne, et les possibilités offertes depuis (10), constituent un excellent cadre de travail. Il conviendrait sans doute de réactualiser le dispositif, dès lors que certaines langues (le berbère et l'arabe dialectal, notamment) posent des questions nouvelles à l'intégration, dont l'enjeu reste fondamental. Quant aux langues des Territoires d'Outre Mer, il est évident qu'elles doivent être examinées en liaison avec les Assemblées territoriales.
En tant que linguiste, le rapporteur ne peut s'empêcher de noter combien faible est notre connaissance de nombreuses langues que parlent des citoyens français. Il se permet de suggérer que la France se donne l'intention et les moyens d'une description scientifique de ses langues, aboutissant à une publication de synthèse. La dernière grande enquête sur le patrimoine linguistique de la République, menée il est vrai dans un esprit assez différent, est celle de l'abbé Grégoire (1790-1792).
Langues parlées par des ressortissants français sur le territoire de la République.
France métropolitaine
[01] - dialecte allemand d'Alsace et de Moselle
[02] - basque
|03] - breton
[04] - catalan
[05] - corse
[06] - flamand occidental
[07] - francoprovençal
[08] - occitan (gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin, alpin-dauphinois)
[09-16] - langues d'oïl : franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevinsaintongeais, bourguignon-morvandiau, lorrain.
[17] - berbère (11)
[18] - arabe dialectal (12)
[19] - yiddish
[20- romani chib (13)
[21] - arménien occidental
Départements d'Outre Mer
[22-35] - créoles à base lexicale française : martiniquais, guadeloupéen, guyanais, réunionnais.
[26-29] - créoles bushinenge (à base lexicale anglo-portugaise) de Guyane : saramaca, aluku, njuka, paramaca (14).
[30-35] - langues amérindiennes de Guyane : galibi (ou kalina), wayana, palikur, arawak proprement dit (ou lokono), wayampi, émerillon.
[36] - hmong
Territoires d'Outre Mer
Nouvelle Calédonie
[37-64] - 28 langues kanak (15):
Grande Terre : nyelâyu, kumak, caac, yuaga, jawe, nemi, fwâi, pije, pwaamei, pwapwâ, dialectes de la région de Voh-Koné, cèmuhî, paicî, ajië, arhâ, arhö, ôrôwe, neku, sîchë, tîrî, xârâcùù, xârâgùrè, drubéa, numèè.
Iles Loyauté : nengone, drehu, iaai, fagauvea.
Territoires français de Polynésie :
[65] - tahitien (16)
[66] - marquisien
[67] - langue des Tuamotu
[68] - langue mangarévienne
[69] - langue de Ruturu (Iles Australes)
[70] - langue de Ra'ivavae (Iles Australes)
[71] - langue de Rapa (Iles Australes)
[72] - walissien
[73] - futunien
Mayotte :
[74] - shimaoré
[75] - shibushi
N.B. A notre connaissance, il n'existe pas de langue spécifique à la Collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Spécialistes consultés.
M. Claude ALLIBERT, professeur à l'INALCO (langues de Mayotte).
M. Georges CALVET, maître de conférences à l'INALCO (tsigane).
M. Robert CHAUDENSON, professeur à l'Université d'Aix-Marseille (créoles).
M. Jean-Philippe DALBERA, directeur de recherche au C.N.R.S. (occitan).
M. Pierre ENCREVÉ, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en siences sociales (sociolinguistique).
M. Michel LAUNEY, professeur à l'Université Paris 7 (langues de Guyane).
M. Jean-Baptiste MARTIN, professeur à l'Université de Lyon 2 (franco-provençal).
Mme Claire MOYSE-FAURIE, chargée de recherche au C.N.R.S.-Lacito (langues polynésiennes).
M. Isidoro NIBORSKI, maître de conférences à l'INALCO (yiddish)
M. Jean-Claude RIVIERE, directeur de recherche au C.N.R.S.-Lacito (langues kanak)
M. Jean SALLE-LOUSTAU, inspecteur général de l'éducation nationale, chargé des langues régionales.
Mme Marie-Rose SIMONI, directrice de recherche au C.N.R.S.-Inalf, langues d'oïl.


Note:
1.Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Rapport explicatif. Les éditions du Conseil de l'Europe, 1992.
2.Guy Carcassonne, Rapport au Premier Ministre, p. 128.
3.A l'heure actuelle, l'Autriche, Chypre, le Danemark, le Luxembourg, Malte, le Roumanie, la Slovénie, l'Espagne, la Macédoine, l'Ukraine ont seulement signé. La Croatie, la Finlande, l'Allemagne, la Hongrie, le Liechtenstein, les Pays-Bas, la Norvège, la Suisse ont également ratifié, avec un délai allant de la simultanéité à six ans.
4.Ainsi, le danois, langue minoritaire, est reconnu dans le Schleswig-Holstein (37 paragraphes ou alinéas) ; le bas allemand, langue régionale, est retenu dans le Melkenburg-Poméranie occidentale (35 paragraphes ou alinéas), en Basse-Saxe (38), etc.
5.Allemagne : "langue rom des Sintis et des Rom sur tout le territoire de la République fédérale et le bas allemand dans trois Lands autres que ceux dans lesquels cette langue est retenue au titre de la partie III"
Pays-Bas : "langues retenues uniquement au titre de la partie II : langues basses-saxonnes, yiddish, romani".
6.Une communauté tamoule, sur laquelle le rapporteur manque malheureusement d'informations, est également implantée depuis longtemps dans l'île de la Réunion.
7.On peut rappeler à ce propos que les "signeurs" constituent une communauté linguistique traditionnelle (XVIIIe siècle), forte aujourd'hui de près de cent mille pratiquants. La langue des signes française (LSF) pourrait donc être rangée parmi les langues minoritaires sans territoire.
8.C'est la position du rapporteur. Cf. Bernard Cerquiglini, La naissance du français. Paris : Presses Universitaires de France, 1991.
9.Les pays européens qui ont retenu le plus grand nombre de langues régionales ou minoritaires sont l'Allemagne (sept : danois, haut sorabe, bas sorabe, frison septentrional, frison satera, bas allemand, rom) et la Croatie (sept : italien, serbe, hongrois, tchèque, slovaque, slovène, ukrainien).
10.L'Éducation nationale fournit la liste suivante des langues régionales actuellement enseignées dans le second degré : "basque, breton, catalan, corse, gallo, quatre langues mélanésiennes, langue mosellane, langue régionale d'Alsace, occitan, tahitien".
11.Dans ses diverses variétés parlées en France.
12.Dans ses diverses variétés parlées en France.
13.Langue des tsiganes, représentée en France par les dialectes sinti, vlax et calò.
14.Ces trois derniers créoles peuvent être considérés comme constituant une seule et même langue ; il n’existe cependant pas de terme générique pour désigner l’ensemble. On voit qu'il conviendrait d'encourager et de développer la recherche linguistique sur les langues de la France.
15. Les langues paicî, ajië, drehu et nengone ont été introduites dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figurent comme options au baccalauréat.
16.Le tahitien a été introduit dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figure comme option au baccalauréat.


Es totjorn util de ne saber per èsser mens piòt !

Los que vòlon contactar Sèrgi Granier o pòdon far a :
granier.sergi@tele2.fr


Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 00:21
Mon editorial de La Setmana èra sus aquel emendament per las lengas « regionalas » ; veni de reçaupre – coma un fum d'autras personas – un corièl/corric/e-mail/mel de Sèrgi Granier ont parla dels articles de Le Figaro e Respublica, journal de la Gauche républicaine, laïque, écologique et sociale e on fa responsa als articles de jornals.
Los boti tanben sus mon blòg per far circular l'informacion, coma se ditz…

En primièr son article :

LES  LANGUES  RÉGIONALES  ET  LA  RÉPUBLIQUE

1) Le fondement de la République est la liberté. Elle implique la diversité.
La laïcité des pouvoirs publics (leur neutralité) n’implique pas une contrainte d’uniformisation mais est au contraire la garantie de la liberté, c.àd. de la diversité – aussi bien dans le domaine religieux que dans le domaine de l’esprit en général (agnosticisme et athéisme compris : il ne peut pas y avoir de « religion civile » à la mode U.S.), même dans le domaine culturel. Seules s’imposent à tous les valeurs universelles fondatrices de la République, qui ne sont rien d’autre que les Droits de l’Homme. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen).
Prêcher l’ethnocentrisme français comme « religion d’État » est contraire à la laïcité. La liberté des individus implique leur égalité, non leur uniformité.
2) Langues « régionales » est une appellation purement administrative. Du point de vue linguistique, c’est un nonsens. Il n’y a aucune différence de nature entre les langues. M. Pontillon parle de Molière. Il tombe mal : il est traduit en occitan. La langue des troubadours, de Mistral ou de Max Rouquette n’est en rien inférieure à celle de Molière. L’allemand, langue « régionale » d’Alsace, non plus.
La valeur d’une langue ne se mesure d’ailleurs pas au développement de sa littérature écrite, pas plus qu’à ses rôles officiel, administratif, utilitaire ou international. Ces rôles ne dépendent pas des qualités linguistiques de la langue mais de conditions politiques, économiques et sociales  aléatoires.
La langue n’est pas une donnée statique. Les qualités d’une langue n’existent pas « en soi ». Elles s’élaborent lentement en permanence par les pratiques des usagers. La langue est d’abord une activité mentale. Les usages populaires et oraux l’enrichissent autant ou davantage que les usages savants et écrit, malgré les idées reçues et les préjugés sociaux.
Opposer l’état présent de langues prétendues « déchues » à leur état ancien ou à l’état du français ne veut rien dire. On ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable : des formes parlées de langues privées d’autres usages à des formes écrites enseignées et officialisées. La diversité d’une langue n’est pas la conséquence d’une déchéance historique ou d’une infériorisation sociale. (Le français, dans sa réalité parlée, était aussi diversifié que les autres langues de France avant les conséquences des pratiques linguistiques de l’ère industrielle – enseignement, développement de l’usage de l’écrit, etc.).
N’importe quelle langue est apte à la littérature, à la philosophie, à la science, à l’administration… (C’est une simple question d’usage). Le catalan, l’occitan et les autres langues de France se développent à présent aussi dans ces domaines. (La mise à jour du lexique est chose naturelle, le français y recourt le premier). La démocratisation des progrès techniques (informatique, Internet, communication, déplacements) y contribue puissamment et font que de nos jours personne ne peut l’empêcher.
Le mépris des langues populaires est un préjugé social, tout comme le mépris des langues il n’y a pas si longtemps officiellement appelées indigènes est un préjugé raciste.
Il y a en France (hors DOM-TOM) huit langues historiques dites « régionales ». La plupart s’étendent sur plusieurs États. Plusieurs ont davantage de locuteurs et une zone linguistique plus importante que bien des langues officielles de par le monde. (Voir le rapport Cerquiglini, dont le nombre de 75 langues est souvent utilisé à contresens par mauvaise foi ou incompétence, car il comprend les langues issues d’immigrations et les très nombreuses langues d’Outre Mer). Cela dit, l’intérêt d’une langue ne se réduit pas à son importance matérielle et les droits de ses usagers n’en sont pas moins légitimes.
3) Le français sert de langue officielle et, actuellement, de langue commune dans l'État français. Il n‘est pas la caractéristique ethnique de la France. La coïncidence des noms « France » et « français » est conventionnelle et ne doit pas nous abuser. D’une part le français est aussi naturellement la langue de gens qui n’ont rien à voir avec la France (Suisses, Belges, Québécois…). D’autre part la France n’a jamais coïncidé avec les limites linguistiques de la langue française.
Le français officiel ne provient même pas de la langue du peuple d’Île de France. Il provient de la forme de langue élaborée de façon largement artificielle comme langue de la cour et de l’aristocratie d’Ancien Régime, récupérée par la bourgeoisie à l’époque industrielle.
La France, née de conquêtes, repose aujourd’hui sur le contrat républicain, reconnaissance commune des valeurs fondatrices de la République, et en aucune façon sur une appartenance ethnique. (L’obligation faite aux immigrés de connaître un minimum de français ne peut s’appuyer que sur des considérations utilitaires, nullement sur une obligation d’assimilation ethnique, qui serait contraire au principe républicain).
4) Les gouvernants ont trahi la République en violant ses fondements de liberté et d’égalité par la colonisation et le Code de l’Indigénat (maintenu pratiquement jusqu’à la décolonisation), alors qu’ils avaient la responsabilité et le devoir de les maintenir et qu’ils disposaient de l’autorité et des pouvoirs de l’État pour le faire.
De la même façon, ils ont trahi les valeurs fondamentales de la République par la proscription des langues de France et la persécution linguistique à l’École. (Aujourd’hui, ces pratiques mettraient la France au ban des pays démocratiques modernes).
Il était et il reste parfaitement possible d’enseigner la langue officielle et d’en assurer les rôles communs tout en soutenant l’emploi des langues et cultures de France et en organisant mieux leur développement.
Si la France est un seul pays, la pérennité et le développement de ses langues et de ses cultures est une richesse pour l’ensemble de ses citoyens, et pas seulement pour ceux qui les ont en héritage direct. L’État a une lourde dette envers le pays tout entier. (Les principes républicains tiennent que la langue, élément culturel, appartient au patrimoine national ; le corse n'est pas propriété de la région de Corse, mais de la Nation : rapport sur les langues de France de Bernard Cerquiglini, directeur de l’Institut National de la Langue Française, 1999).
5) Il est faux que l’enseignement immersif fasse obstacle à la connaissance du français. Je défie M. Pontillon de trouver dans toutes les écoles de langues « régionales » en immersion un seul élève qui ne sache pas le français. Leurs élèves le savent au contraire généralement mieux que les français monolingues. (Ces derniers comprennent par ex. de moins en moins la différence de sens entre le passé simple et le passé composé, si essentielle dans toutes les langues latines, y compris dans le français de Molière cher à M. Pontillon).
6) La centralisation et l’uniformisation de la France n’ont rien à voir avec les valeurs de la République. C’est une idée reçue de la mythologie nationaliste. Centralisation et uniformisation prétendues « républicaines » n’ont été que la continuation de la politique d’Ancien Régime et son intensification grâce aux moyens de l’ère industrielle.
Le grand vent de liberté issu des Lumières a inspiré le début de la Révolution, qui, par ex., a d’abord conçu les départements comme moyens de décentralisation avec des organes de direction élus sur place. (C’est plus tard que le nationalisme centralisateur a institué les préfets nommés par le gouvernement).
7) L’idée que les langues prétendues « régionales » sont un « repliement » est fausse. Leurs usagers ne sont nullement coupés du français et sont davantage ouverts aux autres langues, en dehors de l’asservissement utilitaire. La plupart des langues « régionales » s’étendent d’ailleurs sur plusieurs États. Les langues de France suscitent l’intérêt du public cultivé international. Le véritable communautarisme sectaire et liberticide, c’est le nationalisme ethnocentriste autrefois promu religion d’État en remplacement du catholicisme d’Ancien Régime.
Le nationalisme français ne s’appuie plus sur le prestige de la richesse industrielle, de la puissance coloniale et de frontières barbelées. D’autre part, l’ouverture d’esprit, le niveau culturel des populations et leur rapport avec le monde sont sans commune mesure avec ceux d’autrefois. C’est manquer de lucidité et rendre un mauvais service à la France que de se cramponner à des positions archaïques contraires à la réalité des faits. Mode de vie et de travail et progrès techniques font que les immigrés ne sont plus coupés de leurs sources linguistiques et culturelles. L’avenir est, déjà, plurilingue et multiculturel. Il le sera de plus en plus. Autant le comprendre et renoncer au nationalisme de la « belle époque » des colonies pour revenir aux fondamentaux de liberté de la République des Droits de l’Homme.
8) Respecter la liberté effective dans le domaine des langues et cultures n’est pas contraire à l’égalité des citoyens. L’égalité demande au contraire qu’ils disposent des mêmes libertés et moyens quelle que soit la langue de France qu’ils emploient. Il convient également que ceux qui n’ont pas hérité de langues ou cultures dites « régionales » puissent  avoir un minimum de lumière sur elles, et, s’ils le désirent, qu’ils aient des facilités pour s’y initier et les pratiquer. La République n’est condamnée ni à une « pureté ethnique », ni à une juxtaposition de citoyens indifférents les uns aux autres et unis seulement par la logique comptable de l’administration et de l’économie.
9) Plus que la méconnaissance de la nature des choses, l’hostilité aux langues dites « régionales » est souvent la manifestation du nationalisme ethnocentriste et du corporatisme, c.àd. finalement d’intérêts matériels particuliers. Beaucoup de défenseurs des langues « régionales » ont été et sont des personnes éprises de liberté et de culture, et, souvent, des membres de l’Éducation nationale. Les syndicats enseignants qui adoptent des positions hostiles aus langues de France dictées en réalité par le nationalisme et le corporatisme sectaire d’un autre âge sont indignes de leur rôle de syndicats d’enseignants de la République.
Laïque ne signifie pas « d’État ». La laïcité est neutralité pour le respect de la liberté des individus. Des écoles non confessionnelles, même associatives, qui respectent la diversité linguistique et culturelle des individus et en appliquent les conséquences éducatives assurent mieux la laïcité que celles qui la nient.
10) Certains objectent à la reconnaissance des langues dites « régionales » les conflits linguistiques dans d’autres pays. Mais il s’agit justement de pays où il y eu des discriminations linguistiques graves, et dans lesquels d’ailleurs les conflits linguistiques recouvrent des conflits d’autre nature.
Le nationalisme d’orgueil et de conquête de la 3ème république est devenu un nationalisme de défense et de peur. C’est un signe des temps. Mais il n’y a jamais de solution hors de la lucidité et du courage. La liberté et la démocratie sont à inventer tous les jours. La France connaît une crise d’identité évidente. Elle n’en sortira à son avantage qu’en laissant  aux poubelles de l’histoire la mythologie nationaliste d’une « belle époque » qui ne reviendra pas. Il faut réinventer la République de la liberté.

Sèrgi Granièr


Fau seguir lo ligam per anar legir Le Figaro :

http://www.lefigaro.fr/politique/2008/05/23/01002-20080523QCMWWW00553
-approuvez-vous-linscription-des-langues-regionales-dans-la-constitution-.php

Ara l'article de Respublica :

No 590 de Respublica, journal de la Gauche Républicaine, laïque, écologique et sociale.

Amendement surprise sur les langues régionales dans la Constitution

Par Thierry Pontillon
Vendredi 23 mai 2008

L’Assemblée nationale a adopté jeudi, à la quasi-unanimité, un amendement surprise au projet de loi sur la réforme des institutions visant à inscrire la reconnaissance des langues régionales dans la Constitution. « Les langues régionales appartiennent au patrimoine » de la Nation, prévoit l’amendement présenté par le président UMP de la commission des Lois et qui complètera l’article 1 de la Constitution.
En quoi les langues régionales seraient elles brimées en France pour qu’il faille en catimini modifier l’article 1er de la Constitution, sans débat préalable ?
La diversité linguistique existe même si, bien souvent, elle relève plus du folklore que d’une réelle diversité culturelle. Vous imaginez MOLIERE ou VOLTAIRE traduits dans certains patois dont la conjugaison se limite à 3 personnes au lieu des 6 de la langue française ? Inscrite comme principe constitutionnel, elle introduit la division et contredit l’article 2 de la Constitution du 4 octobre 1958: « La langue de la République est le français ». Cette nouvelle disposition : « Les langues régionales appartiennent au patrimoine » située à l’article 1er hiérarchise ces principes fondamentaux. Ceci constitue une concession essentielle au communautarisme. Elle sera très vite instrumentalisée par les groupes de pressions qui ont réussi là un bon coup constitutionnel.
Ainsi, dans les écoles bretonnantes DIWAN (fondées en 1942 par le collaborateur notoire « JAN » puis finalement agréées quelques décennies plus tard par un certain « Djack Lang »), le Français deviendra la « seconde langue » pour toute la scolarité des élèves concernés.
C’est le principe même de citoyenneté qui est remis en cause et ainsi « différencialisé » selon les ethnies locales. Des droits différenciés constitutionnalisés au nom d’une langue régionale. Les rapports sociaux se construiraient alors dans des logiques communautaires à prééminence linguistique contre le principe de la citoyenneté, selon des droits différenciés et communautaires. Le lien communautaire s’opposera au contrat social, au contrat national. Toutes les revendications alimentées par des foyers identitaires valident ces tentations d’un communautarisme politique. Elles condamnent la laïcité et le « vivre ensemble » inhérent à la notion même de Res Publica. Le groupe deviendrait attributaire de droit et non plus le citoyen.
Le Conseil Constitutionnel dans sa décision 99-412 du 15 juin 1999, au sujet de la charte européenne dans langues régionales, confirme nos craintes lorsqu’il énonçait : « ''La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ; que le principe d’unicité du peuple français, dont aucune section ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté nationale, a également valeur constitutionnelle ;
Considérant que ces principes fondamentaux s’opposent à ce que soient reconnus des droits collectifs à quelque groupe que ce soit, définis par une communauté d’origine, de culture, de langue ou de croyance'' ».
Auparavant, dans une décision 96-373 du 9 avril 1996 portant statut d’autonomie de la Polynésie française : « Le Conseil a tenu à préciser, aussi, que la reconnaissance de la possibilité d’utiliser les langues tahitienne et polynésienne ne saurait aller contre le principe inscrit dans la Constitution que le français « est la langue de la République'' ».
Rappelons dans le cadre de l’affaire Diwan d’intégration des écoles communautaires linguistiques par immersion, donc avec l’usage exclusif de la langue bretonne comme langue d’enseignement, le Conseil d’Etat a fait droit à deux recours du CNAL et de l’UNSA Education en s’appuyant sur nos principes constitutionnels. Introduire aujourd’hui cette disposition dans la Constitution remet en question ces décisions. L’enseignement par immersion fait du français une langue seconde. Certes, on peut considérer que c’est du ressort de l’Etat d’offrir aux élèves qui en font la demande la possibilité de compléter le socle commun de connaissances requis par des matières optionnelles (des langues régionales, certains sports peu pratiqués, etc.). Est-ce bien au moment où l’Etat supprime 12500 postes d’enseignants et diminue drastiquement le nombre des heures/classe accordés aux EPLE pour l’enseignement des matières ESSENTIELLES qu’il faut accorder – avec la force d’un texte constitutionnel de surcroît - à quelques minorités locales des moyens supplémentaires… qui vont cruellement manquer pour l’enseignement du Français ou des Sciences Humaines ?
Décidément, le Sarkozysme est de plus en plus synonyme de remise en cause systématique des fondements de notre République et de retour en force à l’Ancien Régime… celui des « parlements » locaux réunis sous la seule autorité du Monarque !

par Thierry Pontillon

Directeur d’école primaire - syndicaliste
13 articles de la rubrique "communautarisme"

Ara lo de nòstre amic (!) Mélenchon :

Lanques régionales: Mon intervention à la tribune du Sénat
Par Jean-Luc Mélenchon
Lundi 26 mai 2008
Voir cet article sur son site d'origine : Http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=592

"Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, en montant à cette tribune, je suis persuadé que, quels que soient les points de vue que vous exprimez sur ce sujet, tous ici vous vous sentez aussi patriotes que moi-même, aussi attachés à l’unité et à l’indivisibilité de la République française que je le suis et dignes continuateurs du progrès constitué par l’ordonnance de Villers-Cotterêts : ce texte a établi le français comme langue du royaume, permettant à chacun de se défendre, de témoigner, d’attaquer en justice et d’être compris par les autres.
Mais l’homme qui s’exprime en cet instant, fier d’être jacobin, ne parlant que la langue française pour s’adresser à vous ou bien l’espagnol, langue de ses grands-parents, et qui, s’il devait apprendre une autre langue, choisirait l’arabe, langue minoritaire la plus parlée dans la région d’Île-de-France dont il est l’élu, ne vient pas devant vous pour discuter de la question de savoir si l’on est pour ou contre les langues régionales – ce qui est absurde – ou, pire encore, si l’on est pour ou contre la diversité culturelle : il s’agit de savoir si le cadre légal existant est adapté, car il en existe déjà un, ou si la France a besoin de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires pour faire progresser la diffusion de celles-ci.
Pour ma part, je n’accepte pas la caricature qui voudrait faire croire que la République française réprime ou méprise les langues régionales. Ce n’est pas vrai ! La France s’est dotée dès les années cinquante d’un cadre législatif très favorable aux langues régionales ; elle était même en avance sur beaucoup de pays d’Europe à cet égard.
La loi du 11 janvier 1951 relative à l’enseignement des langues et dialectes locaux, qui porte le nom du socialiste Maurice Deixonne, a officiellement autorisé et favorisé l’apprentissage des langues régionales de France dans l’enseignement public : le basque, le breton, le catalan et l’occitan, auxquels se sont ajoutés ensuite le corse en 1974, le tahitien en 1981, et quatre langues mélanésiennes en 1992. De sorte qu’aujourd’hui, et depuis 1970, tous les élèves qui le souhaitent voient ces enseignements pris en compte pour l’obtention du baccalauréat.
La loi Toubon de 1994 a confirmé ce cadre légal favorable et Lionel Jospin, par la loi du 22 janvier 2002, a mis des moyens particulièrement importants à la disposition de l’enseignement de la langue corse, si bien que quiconque le veut peut suivre un enseignement en corse à l’école, au collège et au lycée, à raison de trois heures par semaine.
L’État a aussi contribué, en lien avec les collectivités locales qui le demandaient, à rendre possibles les signalisations routières bilingues, ce qui permet, dans certains départements, de pouvoir enfin lire les indications rédigées en français, qui étaient jusque-là surchargées de graffitis. Par ailleurs, de nombreuses régions font preuve d’innovation pour favoriser le développement des cultures et des langues régionales.
Par conséquent, rien dans le cadre légal et réglementaire actuel, ni dans la pratique effective, n’est de nature à brider la pratique et la transmission des langues régionales. Et il n’existe pas une voix en France – pas même la mienne ! – qui s’oppose à ce que soient pratiquées les cultures ou les langues régionales. Si le nombre de locuteurs diminue et si leur âge moyen s’élève, il faut en chercher la cause ailleurs que du côté de la République et de la loi !
La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires n’est pas un remède acceptable. Elle est loin de faire l’unanimité en Europe. Contrairement à ce que l’on entend souvent, trop souvent, la France n’est pas l’un des « rares » pays européens à ne pas avoir ratifié cette charte. Quatorze pays membres du Conseil de l’Europe ne l’ont pas signée, dont la Belgique, le Portugal, la Grèce ou l’Irlande, qui ne sont pas des États réputés liberticides. Je pense que personne ici n’a l’intention de comparer le comportement de la République française, quels que soient ses gouvernements, à ceux des gouvernements des pays baltes qui, eux, procèdent à une revanche linguistique à l’égard des russophones.
Parmi ceux qui ont signé cette charte, comme la France, dix États ne l’ont pas ratifiée, dont l’Italie. Au total, vingt-quatre pays membres du Conseil de l’Europe se refusent donc à rendre applicable cette charte sur leur territoire. Cela peut être attribué non pas exclusivement à leur mépris pour les langues régionales minoritaires, mais probablement à d’autres causes ; j’évoquerai l’une d’entre elles tout à l’heure. La France est donc loin de constituer un cas particulier.
La France applique déjà beaucoup d’articles de la charte sans avoir besoin de la ratifier. Vous savez qu’il existe deux types de dispositions : les préconisations impératives et celles qui sont optionnelles. Un grand nombre de préconisations impératives sont déjà appliquées ; je n’évoquerai, pour l’exemple – je vous en épargnerai la lecture –, que les articles 7-1-f, 7-1-g et 7-2. Parmi les préconisations optionnelles que la France respecte, on peut citer les articles 8-1-b, 8-1-c, 10-2-g.
Il n’est donc pas vrai que nous ayons besoin de ratifier la charte pour en appliquer les dispositions qui ne sont pas contraires à notre Constitution, et c’est de celles-ci qu’il faut parler !
J’ajoute, ayant été ministre délégué à l’enseignement professionnel et ayant eu à connaître de cette question, que la définition des langues minoritaires donnée par la charte est extrêmement discutable et confuse.
J’observe qu’elle exclut de son champ d’application toutes les langues des migrants – je pense à l’arabe, à la langue berbère et à bien d’autres – comme si les citoyens qui les parlent du fait de leurs liens familiaux, alors qu’ils sont Français, devaient considérer ces langues comme des langues étrangères, comme si l’on demandait aux Algériens, aux Sénégalais, aux Maliens et à combien d’autres de considérer la langue française comme une langue étrangère à leur culture ! (Mme Alima Boumediene-Thiery s’exclame.) Pourtant, c’est ce que fait cette charte !
Cette définition extrêmement confuse aboutit à ce que certaines langues soient reconnues comme minoritaires dans un pays et ne le soient pas dans l’autre, alors qu’elles sont parlées dans les deux pays dans les mêmes conditions. C’est le cas du yiddish, reconnu comme langue minoritaire aux Pays-Bas, mais pas en Allemagne ou dans certains pays de l’Est où il est tout autant parlé.
Cette définition très floue peut être, finalement, discriminatoire et elle aboutit à des reconstructions de l’histoire. Je veux bien, chers collègues, que l’on parle de la langue bretonne, mais encore doit-on préciser qu’elle résulte du dictionnaire dit « unifié » de 1942 et qu’elle se substitue aux cinq langues qui existent réellement dans la culture bretonne.
M. Gérard Le Cam. C’est vrai !
M. Jean-Luc Mélenchon. À cet instant, je ne ferai mention ni du fait que l’auteur dudit dictionnaire est un collaborateur des nazis, qui a été condamné à l’indignité nationale, s’est enfui et n’est jamais revenu dans notre pays, ni des conditions dans lesquelles ce dictionnaire a été rédigé et financé à l’époque.
La définition retenue par la charte aboutirait, par exemple, à des absurdités concernant le créole, et bien injustement. Je me souviens d’avoir demandé, en tant que ministre délégué à l’enseignement professionnel, quel créole on devait enseigner ; j’y étais prêt, car cela facilitait l’apprentissage des élèves. Eh bien, trois ans après, je n’avais toujours pas de réponse, parce qu’il n’y a pas un créole, mais des créoles ! Par conséquent, on est amené à choisir, trier, exclure, discriminer de nouveau au moment où l’on croit intégrer. Ce n’est pas pour rien que nos institutions écartent ce type de charte !
Enfin, j’aborde ce qui constitue pour moi le cœur du problème. Il ne s’agit pas de dire que la sauvegarde des langues et cultures régionales nous pousse sur la pente qui conduit automatiquement à la sécession, au particularisme et au communautarisme. Telle n’est pas mon intention ! Mais j’ai bien l’intention de dire que le risque existe. Il ne saurait être question, sous prétexte de respect de la diversité culturelle, d’admettre un point en contradiction absolue avec la pensée républicaine : il n’y a pas lieu de créer des droits particuliers pour une catégorie spécifique de citoyens en raison d’une situation qui leur est propre.
Le fait de parler une langue différente ne suffit pas à instituer des droits particuliers en faveur de ses locuteurs ! Or c’est ce que prévoit explicitement la charte : il s’agit d’encourager la pratique de ces langues « dans la vie publique et la vie privée ».
S’agissant de la vie privée, je rappelle que le caractère laïque de notre République interdit que les institutions gouvernementales et étatiques fassent quelque recommandation que ce soit concernant la vie privée des personnes.
Quant à la vie publique, il est précisé que les États doivent « prendre en considération les besoins et les vœux exprimés par les groupes pratiquant ces langues ».
À l’évidence, ce texte a été écrit à l’intention de pays où des secteurs entiers de la population parlent une autre langue que la langue nationale et seulement celle-là, comme c’est le cas des minorités hongroises ou autres, qui existent dans divers pays de l’Union européenne. Mais en aucun cas il n’a été écrit pour la France, car dans quelles conditions peut-on désigner les représentants de ces groupes ? Va-t-on maintenant élire des représentants des locuteurs de telle ou telle langue ? Non ! C’est en totale contradiction avec l’idée d’égalité républicaine !
Il ne peut être question de faire bénéficier de procédures en langues régionales devant les autorités judiciaires, comme le prévoit l’article 9 de la charte, ou devant les services publics, comme le décide l’article 10. Témoigner, poursuivre en justice, signer des contrats dans une autre langue que la langue française constituerait un recul par rapport à l’ordonnance de Villers-Cotterêts. Pourtant, c’est ce que prévoit cette Charte européenne des langues régionales ou minoritaires !
Le Conseil constitutionnel a donc eu raison de dire, en 1999, qu’en conférant « des droits spécifiques à des “ groupes ‿ de locuteurs de langues régionales ou minoritaires, à l’intérieur de “ territoires ‿ dans lesquels ces langues sont pratiquées, cette Charte porte atteinte aux principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français. »
Après l’exposé de ces raisons juridiques, philosophiques et républicaines, je voudrais enfin souligner, d’une façon plus personnelle, qu’il ne saurait être question de ne pas tenir compte de l’origine de la charte, à l’heure où beaucoup prétendent, à la suite de Samuel Huntington et de sa théorie du choc des civilisations qui est aujourd’hui la doctrine officielle d’un certain nombre de stratèges de la première puissance mondiale et de quelques autres pays, que, dorénavant, « dans le monde nouveau, la politique locale est “ethnique‿, et la politique globale “civilisationnelle‿ ».
Cette origine, sans doute nombre de mes collègues l’ignorent-ils ; c’est pourquoi je veux la leur apprendre.
La charte, adoptée en 1992 par le Conseil de l’Europe, a été préparée, débattue et rédigée par plusieurs groupes de travail de cette instance qui étaient animés par des parlementaires autrichiens, flamands et allemands tyroliens. Leur point commun était d’être tous issus de partis nationalistes ou d’extrême droite et d’être membres de l’Union fédéraliste des communautés ethniques européennes, la FUEV selon l’abréviation allemande. Cette organisation est aujourd’hui dotée d’un statut consultatif au Conseil de l’Europe, et elle se présente elle-même comme la continuatrice du Congrès des nationalités, instrument géopolitique du pouvoir allemand dans les années trente ! Un des principaux laboratoires de l’élaboration de la charte fut ainsi le groupe de travail officiel du Conseil de l’Europe sur la protection des groupes ethniques, dont la création a été obtenue par la FUEV et qui est également connu pour ses travaux sur le « droit à l’identité », le Volkstum.
Pour toutes ces raisons, la République française n’a donc rien à gagner à modifier sa Constitution pour ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Elle ne pourrait que se renier en le faisant. Elle doit, tout au contraire, continuer sa politique bienveillante et intégratrice, qui donne aux cultures et aux langues régionales toute leur place dès lors que la République est première chez elle ! (Applaudissements sur certaines travées du groupe socialiste et de l’UC-UDF). "

Los que vòlon contactar Sèrgi Granier o pòdon far a :
granier.sergi@tele2.fr




Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 18:35
Un tèxte de Marcel Durey (1854-1936)

Aquí qu'atz un tèxte de Marcel Durey qui èra lo capiscòl de l'Escolo gascouno de  Nerac (Òut e Garona). qu'escrivó pèças de teatre en francés e en occitan ; a Nerac, qu'aperavan lo « patuès », lo beròi parlar (lou beroï parla). Au mens tres pèças en occitan gascon – Marieto, La noço de Bidaouclet, Cadicho bo pas se marida – que son estadas publicadas en 1937 en un volum Teatre gascoun ; son seguidas de quatre monològues : Lou baylet dou Papou, Lou pelhot de la Regento, La baco de Lamoulio e Lo gat de Marineto.


Lo pelhòt de la regenta

Descoletada, braç nus,
A pena vestida
D’un cort pelhòt
De lan o de coton
Que’u caperava pas
Lo quart deu corpiton,
La regenta, gojata bien bastida,
Hasèva au vilatge
L’escòla aux dròlles de tot atge.
E, acarada de caps au tablèu,
Traçava la leçon.
Tot d’un còp, un joen polisson
S’escapa l’arríser.
« Qu’est-ce que tu as ? »
Ça ditz la regenta en colèra.
« Mamisèla, responot lo drollet,
Que vs’èi vist çò qu’apèran la jaretela. »
Cau vos díser que lo drollat
Espiava mens dessús que devath.
« Petit impertinent ! digot la demaisèla,
Sors de suite de la classe.
Pour huit jours je te chasse. »

E lo drollat se’n va.
Tran lí, tran là,
Peus caminòts sans se copar lo cap.
La regenta se’n ven reprénguer sa leçon.
Tot d’un còp,
Qu’enten un brut au miei de la classa
E vei lo dròlle deu Gentiròt
Badar coma un esclòp.
« Ah ! qu’est-ce qu’il y a pour rire encor ?
Digot la regenta, qui veut aller dehors ? »
E lo joen mormerós
Qui n’es fotra pas laganhós,
Li respon :
« Excusatz-me, mès, sans intencion
Ei vist vòsta cuèisha devath lo cotilhon.
— Ah ! c’est ainsi que l’on suit ma leçon !
Cette fois, tu entends, elle est forte ;
A toi, pour quinze jours, je te mets à la porte.
Voilà qui t’apprendra 
».
E lo drollet se’n va
Tot en bramar.
Puis, tot en tirar lo cordon
De son cotilhon,
La regenta torna a sa leçon.
Au cap d’un pauc, qu’enten au prumèr banc
Un brut. Se revira, un dròlle de dotze ans
Hasèva son paquet damb un tròç de ficèla.
« Et où vas-tu ? » digot. — « Ò ! Mamisèla,
Respon, lo cap baishat, lo dròlle qui s’arritz ;
Atz caçat quinze jorns Pierròt per çò qu’a vist.
Jo qu’èi avut bien mei de chança ;
E cresi que, per çò qu’èi vist,
Pòdi prénguer las gran’ vacanças. »


Marcel DUREY

Aquí lo tèxte originau ; que vse pòt perméter de véder com escríver un tèxte en grafia classica.

Lou pelhot de la regento

Descouletado, bras nus,
A peno vestido
D'un court pelhot
De lan ou de coutoun,
Qu'ou caperaouo pas
Lo cart dou courpiton,
La regento, gouyato bien bastido,
Azeouo aou bilatje
L'escolo aous droles de tout atje
Et, acarado de cats aou tablèou,
Traçaouo la leçoun.Tout d'un cot, un jouen poulissoun
S'escapo l'arrise.
« Qu'est-ce que tu as ? »
S'aditz la regento en coulèro,
« Mamizèlo, respounout lou droulet,
Qu'ets'ey bist ço qu'apèron la jaretelo. »
Caou bous dise que lou droulat
Espiaouo mens dessus que debat.
« Petit impertinent ! digout la demaysèlo,
« Sors de suite de la classe.
Pour huit jours je te chasse. »

Et lou droulat s'en ba.
Tran-li, tran-là,
Pous caminots sans sse coupa lo cat.
La regento s'en ben reprenguè sa leçoun.
Tout d'un cot,
Qu'enten un brut aou miey de la classo
E bey lou drole dou Gentirot
Bada coma un esclot.
« Ah ! qu'est-ce qu'il y a pour rire encor ?
Digout la regento, qui veut aller dehors ? »
E lou jouen mourmerous
Qui n'es foutro pas lagagnous,
L'y respoun :
« Excusats me, mè, sans intençioun
« Ey bist bosto couecho debat lou coutilloun. »
« Ah ! c'est ainsi que l'on suit ma leçon !
« Cette fois, tu entends, elle est forte,
« A toi pour quinze jours je te mets à la porte.
« Voilà qui t'apprendra. »

E lou droulet s'en va
Tout en brama.
Puis, tout en tira lou courdoun
De soun coutilloun,
La Régento tourno à sa leçoun.
Aou cat d'un paou qu'enten aou prumè ban
Un brut. Se rebiro, un drole de 12 ans
Azèouo soun paquet dan un tros de ficelo.
« Et ou vas-tu ? digout. — Oh, Mamizèlo,
Respoun lou cat bachat lou drole qui s'arritz,
Ats cassat quinze jours Pierrot per ço qu'a bist.
Jou qu'ey aouu bien mey de chanço
E crezi que per ço qu'ey bis
Podi prengue la[s] gran bacanços.

Marcel Durey.

Qu'ac sabi ! N'es benlèu pas de la « grana » literatura mès, totun, que's pòt legir e… arríser !
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 23:33
E coneishetz a Pirrus…

Qu’am ganhat ! Qu’am ganhat ! Diu vivant ! N’èm pas un ser d’eleccions e totun… Los messatges sus la tela que son nombrós après l’adopcion, per l’Assemblée nationale, a la quasi-unanimitat – Ò suspresa divenca ! –, d’un emendament suspresa au projècte de lei sus la reforma de las institucions tà inscríver la reconeishença de las lengas regionaus dens la Constitucion. La coëréncia governamentau qu’estó demostrada un còp de mei : Na Rachida Dati que’s declarè favorabla a aqueth emendament mentre que Na Christine Albanel qu’avèva declarat que n’èra pas question de modificar l’article 2. Per un còp, los mèdia que ne’n parlèn e Le Figaro, per exemple, qu’organizè de tira un sondatge que i participèn 10936 personas e  qui balhè 52,73% per aquesta reconeishença e 47,26% contra ; mantuas personas que deishèn tanben comentaris plan instructius. Sens tombar dens lo melodrama qu’an affeccionat uns deputats, la causa positiva d’aqueth vòte es qu’un tabó es estat levat e que, d’ara enlà, ne serà pas mei possible de ne n’enténer pas sonque las asoadas deus uns sens escotar au mens los arguments deus autes, en esperar que los mèdias ne'n rendan compte. Sens voler jogar lo trebola-hèsta, qu’èi com l’impression qu’aquesta « victòria » ne serà pas sonque ua victòria a la Pirrus e que los vents contaris e’s van descadenar… al nom de l’unicitat de la Nacion, deu víver-ensemble e de l’especificitat de la Nacion e, naturaument, de la defensa de la nòste lenga e de la nòsta cultura francesas, miaçadas que son per l’anglo-estatsunidenc de tots los dangèrs ! Mes qu’aurem tòrt totun de díser que n’an pas nada dubèrtura d’esperit : acceptan que lo representant de França au concors Eurovision de la cançon e cante en anglés !
 
Editoriau de La Setmana, n°665
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 15:37
Las edicions de l'I.E.O. venon de publicar la tièra 2008 :
 
Peissamessa (Pèire), Viatge al fons de la mitologia, 184 p., n° 180 ;
Ros (Joan), Ciutats, 200 p., n° 181 ;
Regord (Anna), Nomadas, 134 p., n° 182 ;
Landièr (Jaume!, Als baugs, 102 p., n° 183.

Aimariái vos dire dos mots sus Nomadas qu'es – çò ditz la 4na de cobèrta – la primièra publicacion d'Anna Regord, « nascuda en Avairon » e que « trabalha e viu a Rodés » – que se deu prononciar "rodèsss" en francés e "roudésss" en occitan e que se tròba en Avairon coma cadun o sap pas !.

Vau començar per la forma – o la presentacion – del libre se volètz. Levat l'espaci entre cada paragraf e los alineas que son aital per defaut – òsca lo tractament de tèxte-usina de gas de la firma de Redmond, Washington, Usa –, vaquí un libre gaireben sens cap de decas que n'ai notadas sonque doas o tres ; l'autora seguís la grafia classica e se crei pas obligada d'ortografiar a l'asard Baltasar e d'emplegar Lo mot conegut d'ela soleta per çò qu'aquò fa mai « classa » ! Cal donc se rendre a l'evidéncia : nòstra autora a tornat legir son tèxte menimosament e, probable, l'a fach legir per qualqu'un mai qu'a fach lo trabalh autan menimosament coma ela.
« Elementari, my dear Watson ! » coma auriá dich Herlòck Shòlmes ! Non, de mon punt de vista, sembla pas èsser una causa elementària dins l'edicion en occitan e dins l'edicion en francés tanpauc. La diferéncia màger es que, per çò que nos concernís, los escrivans – e las edicions – an lo dever de presentar lor trabalh d'un biais pedagogic se vòlon atirar lo legeire dins lors rets. Naturalament, una presentacion bona sufís pas mas ajuda bravament !
Pensatz benlèu que m'estaqui a de parpèlas d'agaça e que çò que compta mai es lo fons… Me permetretz d'èsser pas d'acòrdi e de pensar que fons e forma van ensemble. Una ortografia corrècta, una pontuacion quand cal e ont cal, una presentacion agradiva, tot aquò permet al legeire que dobrís un libre d'aver un plaser sens retenguda subretot quand aqueste libre es bon…
E aquel d'aquí es bon…

Alara, aquel libre, de qué conta ? En un mot, coma d'autres libres, a còps, parlan d'aur (sic), aquel libre parla d'èrm, de desèrt s'aquò vos agrada mai ! Es tot ? Es tot.
E nos parla d'èrm pendent un centenat de paginas ? Nos parla d'èrm pendent un centenat de paginas, òc ; mas pas unicament, que non pas !
L'autora respon al telefòn ; es un amic, Èdi, que la sona per delà de la mar [Mediterranèa]. Se son pas vistes desempuèi dos ans e Èdi li demanda quand torna per anar viure qualque temps amb « los nomadas del grand èrm » coma n'aviá exprimida l'enveja ; li respon que pren lo primièr avion e… o fa : « Los nomadas del grand èrm. Res qu'aquò… Aital veniái de m'escampar a la sabla. E aital lo prenguèri, l'envol pel grand èrm. »
E aital los seguissèm, Èdi e ela amb un camèl per cadun ; per Èdi, « òme de l'èrm, filh de nomadas sedentarizats… » aquel viatge serà un « grand classic » è per ela, femna d'un autre monde, un « viatge iniciatic ».
Immersion dins un monde desconegut – quitament se aquela se fa amb un amic de l'endrech – e aprendissatge de las costumas e del biais de viure dins  lo desèrt ; rescontres fruchoses, escambis… Tot au long del recit, las notacions son netas e precisas ; e pensi  a las qualques regas suls toristas que « fan lo desèrt » en 4x4 e  que s'arrestan pas que lo temps de prendre unas fòtos sens doblidar de balhar d'estilos-bilha als drollets – que sabon pas escriure e que, de tota faiçon, sabon pas legir – que se son aprochats avant de tornar partir a brutle !
L'estile d'Anna Regord me fa pensar, a còps, a l'estile d'un Joan Bodon ; frasas cortas e simplas mas d'una efficacitat granda. Cal pas anar cercar de frasòtas polidas  amb subjècte-vèrbe-complement ; n'i a naturalament mas, soventes còps, lo vèrbe defauta per permetre a l'autora d'anar mai segurament al mai prigond de las causas.
En mai d'aquò, aquel libre m'apareis mai coma un poèma en pròsa que non pas coma un recit talament tant las frasas son ritmadas e se poirián escriure en exasillabas lo mai sovent… Aquel tèxte se prestariá aisidament a una mesa en scèna per eèsser dich sus l'empont.
Un còp començat, lo daissatz pas fins al funt final.
Un oire de bona lenga… de beure e tornar beure !
Bona lectura !






Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Libes
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 23:29
D’una catastròfa l’autra…

Se parla pas mai del trebolèri causat a Londres e a París per la flama olimpica… Empacha pas que China demòra dins l'actualitat amb lo tèrratrem dins la província montanhosa de Sichuan – centre-oèst de China – un detzenat de jorns a ; e lo bilanç provisòri es a la dimension del país : mai de setanta mila mòrts, desapareguts o sepelits, mai de dos cents mila nafrats e a l’entorn de cinc milions de personas sens abric. Aquela catastròfa a pas fach desaparéisser de l’actualitat pr’aquò la devastacion provacada pel ciclòne Nargis en Myanmar (Birmania) susvengut i a un pauc mai de quinze jorns e qu’auriá fach mai de cent trenta mila victimas… Dama Natura fa pas de politica e, que siá una democracia modèla, populara o sacamanda, quand truca truca ! Daissa als òmes lo suènh de reparar los degalhs. China, pel primièr còp, crenta pas d’acceptar l’ajuda de païses estrangièrs e, doblidant – pel moment ! – l’afront fach al pòble chinés a prepaus dels Jòcs olimpics, accepta la de França tanben. Myanmar, au contrari, a refusat fins ara tota ajuda d’importància per los dos milions de rescapats. Lo cap de la junta militara se desplacèt aqueste diuns per constatar çò que n’èra de la situacion mai de quinze jorns après lo ciclòne e lo ministre dels Afars estrangièrs birman demandèt una amassada de l’Asean (païses asiatics) per veire cossí organizar l’ajuda ! Mentretant, lo Mistral, amb sa cargason umanitària, espèra una ipotetica autorizacion als limits de las aigas territorialas. E, pel moment, lo drech d’ingeréncia formulat – un còp èra – per B. Kouchner se resumís a l’acusacion de « crimis contra l’umanitat » de la junta birmana de la part de nòstre ministre dels Afars estrangièrs.
En cò nòstre, los líders ego-socialistas tornan jogar al mai córrer ! A cadun sa catastròfa !

Editorial de La Setmana n°664

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Anar del mond
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 21:50
Aqueth tèxte qu'es tirat de Dens las sègas – Déns las sègos – publicat en 1900. De quan en quan, que vse prepausarèi un o dus tèxtes atau…
N'es pas de literatura « pregona » mès, totun, qu'es ua observacion beròja de la vita vitanta… naturaument a ua epòca leugèrament diferenta de la nòsta !
L'illustracion qu'estó realizada a l'epòca – quan tornèi publicar aqueste autor en 1978 – per Yves Chaland (1957-1990).

EN GRAOLHAR

Un dimeche tantòst, au gran fòrt de l’estiu,
Avejat sens sàber que har,
Estaqui un amç au cap d’un hiu
E me vaquí partit ende anar graolhar.
Que soi totjorn estat un petit segassèr
E que sabèi dejà, pròche deu Colomèr,
Un gran pesquèr
Bien trebosat per las graolhas.
Prengui un petit camin batut per las aolhas ;
Sauti un varat ;
E soi d’abòrd au cap deu prat.
Prepari mon lancet e, tot doçamenòt,
Marchavi coa lis. – Tot d’un còp,
Enteni un petit brut deu costat deu pesquèr.
M’avanci un petit pauc mès prèp,
E que vau véser, en espiar
Dens la sèga, au pè d’un aubar,
Dus amorós petapruar.
Un pauc curiós de ma natura,
E’us voloi véser la figura
Car çò que’n muishavan suu prat,
Viet d’ase hòu ! n’èra pas un cap.
Lavetz, m’avanci ende escotar
Mos arpalhans a devisar ;
Juste trabuqui en un bròc blanc.
L’òme qu’a paur, que’s fot lo camp
E la dròlla, tota troblada,
En se levar glitsa deu pè, 
Tomba a genolhs sur sa glitsada
E’s fot d’un plen dens lo pesquèr.
Aquí-me bien campat. – Qu’auretz hèit a ma plaça ?
Podèvi pas deishar negar la petitassa !
Que’m pensèi : “Qu’ès vengut aquí per graolhar ;
Sans graolhas te’n cau pas anar.”
Perdi pas temps, – damb un barròt,
Corri viste suu bòrd deu clòt
E, coma qui tira un perrac,
Que tirèi la hemna suu prat.
Mès tot fenís pas aquí. – Un còp s’estot boishada,
La dròlla que’m volot pagar de ma pescada.
Tirèt argent – ne’n voloi pas.
Lavetz, era, ende’m decidar,
Que’m digot : « Mossur, se voletz,
Damb jo, dens la sèga, venguetz ;
Qu’amasseram petaprüets. »
“Ma foè, que’m pensèi tot bas,
Que la vas fachar se te’n vas.”
E per pas la ’scandalisar
Dens la sèga au pè de l’aubar
Qu’angoi tanben petaprüar.

Damb aquò, n’estoi pas bredolha
Quan m’entornèi ;
Car, se me’n vengoi sens graolha,
Que sabi bien çò qu’atrapèi.
 
Moralitat
 
Que lo qui n’a pas jamès pescat atau,
E’m gite lo prumèr calhau.

Que vse la balhi dens la grafia – meilèu cacografia ! – de l'autor tà los qui serén interessats de véder com un tèxte – ací dessús – e's pòt escríver en grafia occitana e non pas « francesa ».
Lo dessenh qu'acompanhava
lo tèxte publicat a l'epòca…

EN GRAOUILLA

Un dimeche tantos, aou gran fort de l’estiou,
Aouejat sans sabé que ha,
Estaqui un hans aou cat d’un hiou
Et me vaqui partit end’ana graouilla.
Que souy toutjour estat un petit segassè,
Et que sabey deja proche dou Couloumè
Un gran pesquè
Bien trebouzat per las graouillos.
Prengui un petit camin batut per las aouillos,
Saouti un barat
E souy d’abor aou cat dou prat.
Prepari moun lancet e tout douçomenot
Marchaouï couolis. — Tout d’un cot
Enteni un petit brut dou coustat dou pesquè.
M’aouanci un petit paou mè prè
E que baou beze, en espia
Dens la sègo, aou pè d’un aouba,
Dus amourous peto-prua.
Un paou curious de ma naturo
Ous boulouy beze la figuro
Car so qu’en muchaouon sou prat,
Bietdazé hoou, n’èra pas un cat.
Labetz m’aouanci end’escouta
Mous arpaillans a debisa, 
Juste trabuqui en un brot blanc.
L’home qu’a poou, ques fout lo cam,
Et la drolo touto troublado,
En se leoua glitsso dou pè 
Toumbo a genouils sur sa glitssado,
Es fout d’un plen dens lou pesquè.
Aquime bien campat, — Qu’aouretz hey a ma plaço ?
Poudèoui pas decha nega la petitasso !
Qu’en pensey : Quès bengut aci per graouilla
Sans graouillos t’en caou pas ana.
Perdi pas tems, — dans un barrot
Courri bisté sou bord dou clot,
Et coumo qui tiro un perrat
Que tirey la henno sou prat.
Mais tout fenis pas aqui. — Un cot s’estout bouchado,
La drolo qu’en boulout paga de ma pescado.
Tirèt argen — n’en boulouy pas.
Labetz ero end’en decida
Qu’en digout : Moussu se boulètz,
Dans jo dens la sègo benguètz
Qu’amasseran peto-pruèts.
Ma fouè jou qu’en pensey tout bas :
Que la bas facha se t’en bas,
E per pas la scandalisa
Dens la sèga aou pè de l’aouba
Qu’angouy taben peto-prua.

Dans aco n’estouy pas bredouillo
Quan m’entourney,
Car se m’en bengouy sans graouilo
Que sabi bièn so qu’attrapey.
 
Moralitat
 
Que lou qui n’a jamè pescat ataou
En jite lou prumè caillaou.


E vs'agrada ?
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Literatura
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 14:47
On se va escóner la literatura – faussa ?

Vengui de tombar sus un blòg (http://occitanne.over-blog.com) que la soa blogaira a copiat un poèma – faus de segur – de George Sand à Alfred de Musset ; que seré un poèma qui ne rimaré pas çò que seré curiós tad aquera epòca…

Se tròba dens Lettres en folie, petite fabrique de littérature 2 ; ed. Magnard.



01-  Je suis très émue de vous dire que j'ai
02-  bien compris l'autre soir que vous aviez
03-  toujours une envie folle de me faire
04-  danser. Je garde le souvenir de votre
05-  baiser et je voudrais bien que ce soit
06-  là une preuve que je puisse être aimée
07-  par vous. Je suis prête à vous montrer mon
08-  affection toute désintéressée et sans cal-
09-  cul, et si vous voulez me voir aussi
10-  vous dévoiler sans artifice mon âme
11-  toute nue, venez me faire une visite.
12-  Nous causerons en amis, franchement
13-  Je vous prouverai que je suis la femme
14-  sincère, capable de vous offrir l'affection
15-  la plus profonde comme la plus étroite
16-  en amitié, en un mot la meilleure preuve
17-  que vous puissiez rêver, puisque votre
18-  âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-
19-  bite est bien longue, bien dure et souvent
20-  difficile. Ainsi en y songeant j'ai l'âme
21-  grosse. Accourez donc vite et venez me la
22-  faire oublier par l'amour où je veux me
23-  mettre.

Jo qu'ac coneishèvi dab aquera varianta cap a la fin :

18- …Pensez que ma solitude su- 
19- bite est longue et bien dure et souvent
20- pénible, aussi en pensant à vous j’ai l’âme é-
21- branlée.

e que balhan la fin de l'escambi enter los dus :


        Réponse d'Alfred De Musset:

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,
Voulez-vous qu'un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d'un coeur
Que pour vous adorer forma le créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n'ose dire.
Avec soin de mes vers lisez les premiers mots,
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

Alfred de Musset

        Réponse de George


Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

George Sand


Ne's cau pas jamei hizar a las aparéncias !
Los qui son aluserpits que troberàn lèu lèu ; taus autes, que seré ua bona causa que hasossen coma a la rotleta : impar e passa, impar e passa, etc.

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Curiosa
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca