Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 14:56

Maurici Romieu, ajudat d'Andrieu Bianchi e de Loís Gaubèrt, es per publicar un Diccionari d'expressions e de locucions occitanas. Ne i a gaireben sièis mila… una part pichona de nòstre patrimòni lingüistic…

Aquí es lo resultat d'una enquèsta menada fa d'annadas en Roergue per Maurici Romieu [en francés : Maurice ROMIEU] e los autors que son estats ensenhaires pensan que cal a nòstra lenga d'apleches pedagogics per permetre a totes los que vòlon far viure la lenga de se'n servir.

Coma tota lenga, l'occitan s'apren e s'apregondís per l'estudi e de lecturas, divèrsas e nombrosas, entre autras causas ;

Tròp sovent, los que fargan d'apleches pedagogics, quitament se son serioses, se contentan d'emplegar lo francés coma metalenga. Los autors d'aquel diccionari an decidit de se servir de la lenga per la far servir…

Vos vau balhar de temps en temps una o doas expressions per vos'n faire venir l'aiga a la boca

 

 

 

 

Quand compren pas quicòm, un Chinés ditz :

« Jiǎnzhí jiù shì tiānshū ! »

[Es un edicte imperial de segur !]

Dins una situacion parièra, disèm :  

« Es de chinés per ieu ! »

Qual a pas jamai pensat aquò quand ausissiá o legissiá d’unas expressions o locucions que ne coneissiá pas lo sens ?

Aqueste diccionari, que presenta apr’aquí sièis mila expressions e locucions, vos ajudarà de segur a dintrar dins aquela part un pauc secreta de la lenga.

 

 

A [a] n. f.

Primièra letra e primièra vocala de l’alfabet occitan.

[En occitan, los noms de las letras son femenins mas, dins la lenga parlada, son generalament masculins jos l’influéncia del francés.]

◊ Saupre pas ni a ni b « saupre pas legir ; èsser illetrat ».

Es pas anat gaire a l’escòla, qu’èra malautís quand èra pichon ; ça que la, los parents avián besonh d’el per gardar lo bestial. E ara, lo paure, sap pas ni a ni b.

dicc. tdf • A : saupre ni a ni b.

dof • A : sap pas ni a ni b.

lex. La forma saupre es una varianta de saber.

gram. Aquesta locucion s’emplega per una persona.

sem. Lo que coneis pas las doas primièras letras de l’alfabet coneis pas tanpauc las autras e donc sap pas legir. L’analfabetisme parcial o complet existissiá encara a la debuta del sègle xxen. Per alargament de sens, la locucion se pòt aplicar a qualqu’un qu’a pas de cultura generala.

………

………

 

AIGA n. f.

Element liquid incolòr, inodòr e sens gost ; liquid de secrecion del còrs (plors, saliva, susor, urina).

………

 

◊ Far venir l’aiga a la boca « donar enveja de manjar ».

Per passar a taula, caliá traversar la cosina : èra plena de l’odor de la carn que rostissiá sus l’aste ; aquò vos fasiá venir l’aiga a la boca.

Un jorn, lo curat èra invitat a cò d’un païsan de la parròquia. Sus la taula qualques plecs de salcissa que pas que de los veire vos fasián venir l’aiga a la boca.

G. Boulouis, A travèrs causses e raspas.

gram. Aquesta locucion s’emplega per una realitat concreta : quicòm que se manja o que se beu o quicòm qu’es en relacion amb la cosina. Es sovent acompanhada d’un pronom personal complement de la segonda persona, singular o plural.

sem. Per analogia de natura – la saliva es un liquid sens color, sens odor e sens sabor –, l’aiga designa la secrecion liquida de las glandas salivàrias. La locucion remanda a una realitat coneguda : la vista o l’odor de la mangilha fa salivar.

………

 

 

De seguir… benlèu

 

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 01:19

Simplament per vos dire d'anr sul siti Mescladís e còps de gula


http://taban.canalblog.com/archives/2010/07/14/18580866.html


aital poiretz legir e l'article escrich per el en responsa a l'Onfray que, adara qu'es conegut, deu aver un avís sus tot e, naturalament, la premsa "seriosa" esita pas a li dubrir sa colomnas.

Del moment que tusta sus las lengas istoricas de França… ò, excusatz ! las "lengas regionalas"

I a de monde que son aluserpits !

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 00:42

Je me permets de faire circuler une réaction de M. Sauzet à propos de ce que l'on peut bien appeler les « cris d'Onfraie » ou « l'écrit d'Onfray » (cf.Totjorn bon de saber…)


 

 

Est-ce la chaleur de l'été ou la stimulation de vacances corses, Michel Onfray se lance dans une diatribe contre la diversité linguistique en général et les langues de France en particulier ? On comprend bien sûr que Michel Onfray continue de régler ses comptes avec Dieu, qu'il n'a de cesse de vouloir persuader d'être fort mauvais en plus de ne pas exister. Babel est cette fois la matière du grief. Pour le coup M.O. maintient de cet épisode biblique la lecture traditionnelle qui voit dans le brouillage, dans la multiplicité des langues et de là dans la confusion qui en résulte une malédiction divine. Nul ne peut nier que la multiplicité des langues soit dans le texte de la Genèse l'effet de l'action divine ni qu'il en résulte un moment de confusion fatal à l'entreprise de construction de la tour. Mais dans ce même texte il apparaît bien (en particulier à un œil averti par la lecture de René Girard), que la transgression, l'acte d'hubris, est bien celui des constructeurs unilingues qui se lancent dans un projet démesuré, encouragés par leur nombre et leur homogénéité interchangeable. Babel est unilingue et les hommes aux multiples langues en quittent bien vite le chantier inabouti. Après l'intervention divine, la diversité linguistique fait renoncer les hommes à une folle conquête verticale mais se traduit par leur dissémination organisée à la surface de la terre. La diversité linguistique, comme toute différenciation, est source de civilisation et rend possible un ordre paisible. Evidemment c'est un ordre doublement relatif. D'une part il n'assure pas la paix totale et les groupes diversifiés linguistiquement peuvent s'affronter, mais ne le font jamais si bien que si quelque groupe plus gros entreprend de renouveler à son profit l'uniformité et l'ambition babélienne. D'autre part la diversité, l'assignement à la différence est un pis aller pour éviter le conflit mimétique dont la tour de Babel est le symbole évident (compétition généralisée autour du projet global devenir « l'égal de Dieu »).
Le dépassement de la diversité postbabelienne, ce n'est pas le retour à l'unité adamique, mais la Pentecôte : la diversité maintenue, mais devenue mutuellement intelligible et traductible. Le message évangélique (bien compris) permet en effet de renoncer à l'assignement à la différence comme seul remède à la violence. La réciprocité, l'identification au prochain est possible dans la charité, alors qu'elle conduit à la crise et à l'éclatement de la société si elle se développe dans la compétition et le conflit. L'émulation puis le «  brouillage » babélique sont la métaphore de ce processus autodestructeur.
S'il erre sur Babel, M.O. a raison de souligner un inconvénient du règne de l'anglais. Même si cet anglais était plus shakespearien qu'il n'est aéroportuaire, l'usage d'une langue unique incite à confondre général et universel, et par là à renforcer le risque aussi de confondre la langue avec la pensée. Certes on pense avec le langage mais on pense aussi sans cesse contre lui. Contre les erreurs figées qu'il contient (« le soleil se lève »), contre la réification récurrente qu'induit la nomination. La diversité des langues et la pratique de cette diversité est le meilleur moyen de ne pas prendre une langue générale, généralisée, avec une langue universelle (qui dirait d'emblée la pensée et la pensée vraie). C'est vrai de l'anglais aujourd'hui, du chinois demain ou localement (au Tibet ou au Xing Qiang), du français quand l'Académie de Berlin interrogeait le monde savant sur les raisons de son universalité. C'est vrai aussi de l'esperanto. Si la régularité de cette langue artificielle peut en faire un outil utile, il ne la fait pas échapper au particularisme. Sa structure et son lexique pour l'essentiel correspondent à une moyenne de langues (indo)européennes.
Il est sûr qu'une langue mondiale unique faciliterait la communication, mais
elle réduirait singulièrement la masse et l'intérêt de ce qu'il y aurait à communiquer. La force culturelle de l'Europe ne tient-elle pas à ce que comme le dit Umberto Eco, « sa langue [.] est la traduction » ? En plus d'être des systèmes d'expression et de communication, les langues prolongent les sédimentations textuelles de leurs littératures et de leurs cultures. Heureusement, il ne manque pas de talents et de voix pour qu'une production culturelle continuée en français prolonge dans un langage vivant Rabelais, Racine ou Claude Simon. Il est bon, n'en déplaise à M.O., que certains aient à cour de prolonger vivante dans une langue de chaque jour à la fois la culture populaire et les siècles de production littéraire occitane (j'aurais pu dire catalane ou bretonne, mais je parle de ce que je pratique). On lit différemment Guilhem IX, Godolin, Mistral, Joan Bodon ou Max Roqueta quand on les lit dans sa langue et quand au contraire on les déchiffre comme une écriture morte. Par ailleurs (bonne nouvelle pour M.O.) les langues s'apprennent. L'occitan comme les autres langues, régionales ou pas. Où M.O. a-t-il vu que ceux qui défendent, promeuvent, pratiquent ces langues voudraient les réserver aux indigènes ? Qu'il vienne dans un cours d'occitan, associatif, scolaire ou universitaire. Il pourra parler alors de ce qu'il en est réellement de l'ouverture ou de la fermeture culturelle que représente la pratique d'une langue dite « régionale », ce qu'il en est réellement de la gestion de la variation dialectale qui n'a rien d'insurmontable pourvu qu'on veuille bien ouvrir les oreilles. Bienvenue chez les ptérodactyles.
 
Patrick Sauzet
Université Toulouse 2 - Le Mirail
Département Lettres modernes et occitan

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 17:08


 

Ieu, aimi pas lo MIchel Onfray mas admeti que d'unes lo lausenjan, perque pas ? Cal de tot per far un mond. Personalament aimi pas son agressivitat e son mesprètz pels que son pas de son avís ; reconeissi çaquelà lo trabalh que complís a son Universitat populara de Caen…

Lo problèma es qu'amb sa notorietat pensa qu'es capable de parlar de tot, de o conéisser tot.

 

Es un bon pòrtaparaula de l'Acadèmia francesa mas doblida una causòta dins son rasonnament : lo francés ES una lenga regionala…

 

 

 

Article paregut dins Le Monde de dimenge 11 de julhet de 2010

 

 

Michel Onfray

 

Au commencement était Babel, chacun connaît l'histoire : les hommes parlent une seule et même langue, dite "adamique", celle du premier d'entre eux. Puis ils se proposent de construire une immense tour destinée à pénétrer les cieux. Pareille architecture suppose que les hommes habitant le même élément que Dieu en deviendraient de facto les égaux. Cette volonté prométhéenne agit comme une autre formule du péché originel car, goûter du fruit de l'arbre de la connaissance, c'est savoir tout sur chaque chose, autrement dit, une fois encore, égaler Dieu. Il y eut une sanction pour le geste d'Eve, personne n'a oublié... De même pour celui des constructeurs de Babel : la confusion des langues. Dieu qui est amour, rappelons-le pour qui aurait la fâcheuse tendance à l'oublier, descend sur Terre pour constater de visu l'arrogance de ces hommes. "Il dit : "Voilà qu'à eux tous ils sont un seul peuple et ont un seul langage ; s'ils ont fait cela pour leur début, rien désormais pour eux ne sera irréalisable de tout ce qu'ils décideront de faire. Allons ! Descendons et là, brouillons leur langage, de sorte qu'ils n'entendent plus le langage les uns des autres." Et Yahvé les dispersa, de là, à la surface de toute la Terre, et ils cessèrent de bâtir la ville" (Gen. 11, 6-7) - où comment semer la discorde...

Dès lors, il y eut des langues, certes, mais surtout l'incompréhension parmi les hommes. De sorte que la multiplicité des idiomes constitue moins une richesse qu'une pauvreté ontologique et politique. On se mit alors à parler local, ce que d'aucuns célèbrent aujourd'hui comme le fin du fin. Je songe aux "nationalistes", plus justement nommés "indépendantistes régionaux", qui font de la langue un instrument identitaire, un outil de fermeture sur soi, une machine de guerre anti-universelle, autrement dit un dispositif tribal.

Précisons que le politiquement correct passe souvent sous silence cette information qu'il n'existe pas une langue corse, une langue bretonne, mais des dialectes corses ou bretons, chacun correspondant à une étroite zone géographique déterminée par le pas d'un homme avant l'invention du moteur. Le mythe d'une langue corse ou d'un unique parler breton singe paradoxalement le jacobinisme honni, car lesdites langues régionales sont compartimentées en groupe de dialectes - j'eus des amis corses qui, le vin aidant, oubliaient un instant leur religion et leur catéchisme nationaliste pour avouer qu'un berger du cap corse ne parlait pas la même langue que son compagnon du cap Pertusato ! Babel, Babel...

La langue régionale exclut l'étranger, qui est pourtant sa parentèle républicaine. Elle fonctionne en cheval de Troie de la xénophobie, autrement dit, puisqu'il faut préciser les choses, de la haine de l'étranger, de celui qui n'est pas "né natif" comme on dit. Or, comme une espèce animale, une langue obéit à des besoins relatifs à une configuration temporelle et géographique ; quand ces besoins disparaissent, la langue meurt. Vouloir faire vivre une langue morte sans le biotope linguistique qui la justifie est une entreprise thanatophilique. Son équivalent en zoologie consisterait à vouloir réintroduire le dinosaure dans le quartier de la Défense et le ptérodactyle à Saint-Germain-des-Prés...

A l'autre bout de la langue de fermeture, locale, étroite, xénophobe, il existe une langue d'ouverture, globale, vaste, cosmopolite, universelle : l'espéranto. Elle est la création de Ludwik Zamenhof, un juif de Bialystok, une ville alors située en Russie (en Pologne aujourd'hui). Dans cette cité où la communauté juive côtoyait celle des Polonais, des Allemands et des Biélorusses, les occasions de ne pas se comprendre étaient nombreuses. En ces temps, déjà, Dieu pouvait jouir de son forfait. Fin 1870-début 1880, l'espéranto se propose donc le retour au Babel d'avant la colère divine.

A l'heure où le mythe d'une langue adamique semble prendre la forme d'un anglais d'aéroport parlé par des millions d'individus, on comprend que la langue de Shakespeare mutilée, amputée, défigurée, massacrée, dévitalisée, puisse triompher de la sorte puisqu'on lui demande d'être la langue du commerce à tous les sens du terme. Vérité de La Palice, elle est langue dominante parce que langue de la civilisation dominante. Parler l'anglais, même mal, c'est parler la langue de l'Empire. Le biotope de l'anglais a pour nom le dollar.

Mais cette langue agit aussi comme un régionalisme planétaire : elle est également fermeture et convention pour un même monde étroit, celui des affaires, du business, des flux marchands d'hommes, de choses et de biens. Voilà pour quelle raison l'espéranto est une utopie concrète à égalité avec le projet de paix perpétuelle de l'abbé de Saint-Pierre, autant d'idées de la raison dont le biotope n'est pas "l'avoir" mais "l'être" - plus particulièrement "l'être ensemble" sans perspective d'échanges autres que de biens immatériels.

L'espéranto propose d'habiter une langue universelle, cosmopolite, globale qui se construit sur l'ouverture, l'accueil, l'élargissement ; elle veut la fin de la malédiction de la confusion des langues et l'avènement d'un idiome susceptible de combler le fossé de l'incompréhension entre les peuples ; elle propose une géographie conceptuelle concrète comme antithèse à la religion du territoire ; elle parie sur l'être comme généalogie de son ontologie et non sur l'avoir ; elle est le voeu d'une nouvelle Grèce de Périclès pour l'humanité entière - car était grec quiconque parlait grec : on habitait la langue plus qu'un territoire - ; elle est la volonté prométhéenne athée non pas d'égaler les dieux, mais de faire sans eux, de quoi prouver que les hommes font l'histoire - et non l'inverse.

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 15:42
Coma sabi pas far de ligams, ai fach un copiat-pegat de l'article seguent.
I a de causas que pòdon interessar los que s'interessan a l'occitan.

Paregut dins Avui +, dijòus 25 de març de 2010
*******************

Entrevista: Albert Pla Nualart El lingüista defensa la revisió d'alguns punts de la normativa a 'Això del català'

« El català és més difícil del que caldria »
IGNASI ARAGAY
 

Albert Pla Nualart (Barcelona, 1959), cap d'edició de l'AVUI, publica Això del català (Columna), on aplega les exitoses terrassetes de la contraportada del diari. En una primera part, Pla defensa revisar els punts de la normativa que no han arrelat en l'ús, i són avui, segons ell, pur artifici que allunya de la normalitat. També es mostra crític amb l'IEC i el veu poc capaç de mantenir la norma al dia. Tot això deixant clar que, per ell, cap normalitat és possible en un bilingüisme que aboca a la lenta dissolució de la llengua. Al pròleg, Joan Solà anuncia que el llibre "provocarà polèmica".

Ara diran que defensa el català 'light'.

No em considero ni heavy ni light. La cosa és força més complexa i demana deixar de banda els apriorismes. No sóc light perquè veig crucial per al futur del català que mantingui la identitat respecte al castellà si no vol acabar com el gallec. Ara: defensar la identitat vol dir defensar el que som; no pas el que hauríem pogut ser, que és l'extrem en què cauen els heavy.

Un català més fàcil i alhora genuí? I com es fa això?

Si acceptem el que ens ve de l'evolució i rebutgem només la interferència, el català correcte ja s'assembla força més al que vostè i jo parlem de manera espontània. Si, a més, no basem la sintaxi en una barreja de dialectes sinó en un de sol, eliminem una altra part de l'actual artifici normatiu. Ni una cosa ni l'altra fan el català menys genuí.

Per què el parlant té la sensació que el català és massa difícil?

Perquè té tres fronts oberts. El de la anormalitat social: una llengua que no és necessària sempre és més difícil. El de la interferència, que afecta cada cop aspectes més estructurals i, per tant, difícils de corregir. I el d'una normativa que ja no partia del català real quan es va fer i arrossega, sobretot en sintaxi, un grau d'artifici que no ha arrelat en l'ús ni sembla que ho pugui fer.

Com ara l'article neutre lo.

I els pronoms febles i el canvi i caiguda de preposicions... Tot fa pensar que arribem al lo neutre per una evolució potser influïda -no pas interferida- pel castellà. Però la norma es va fixar en un clima cultural que recelava d'aquesta evolució, i ens va privar d'un lo sense el qual caminem coixos. I de tant que ens fa falta caiem en aberracions molt pitjors, com fer servir d'article allò o ho. Tants anys prohibint-lo fan que ara es percebi com un castellanisme més, però els nostres besavis, amb un català molt més genuí que el nostre, el deien amb tota la naturalitat. Amnistiar-lo no és fàcil, però no acceptant-lo també fem mal al català. Si la pressió del castellà no fos tan forta, potser l'hauríem d'acceptar.

Però la pressió del castellà, més que desaparèixer, s'intensifica.

Si no modifiquem el marc sociolingüístic, la millor normativa serà inútil. Si el català no té un territori on és llengua comuna i necessària, no hi ha res a fer.

Què opina del bilingüisme?

En aquest bilingüisme, en què tothom sap castellà i només uns quants català, la llengua s'anirà diluint. El català només tindrà futur si el castellà retrocedeix fins a tenir el pes que té l'anglès a Suècia o Holanda. No dic que l'hàgim de fer retrocedir. Potser el cost en termes de convivència és excessiu. El que dic és que aquesta és la condició per salvar el català. Crec que la societat ja és prou adulta per dir-li que això és així, i deixar-la decidir.

És molt crític amb l'IEC.

És molt difícil que l'IEC, tot sol i tal com està organitzat, faci una revisió de la normativa de l'abast que convindria. Fabra va trigar sis anys a fer el seu diccionari i l'IEC seixanta-tres, i encara el va acabar de pressa i malament. L'IEC aplega gent molt vàlida però és una estructura pesant i burocratitzada. A més, la por que no el reconeguin com a única autoritat a tot el domini lingüístic, que l'acusin de barcelonisme, l'obliga a optar per solucions d'estàndard composicional.

I quin problema té l'estàndard composicional?

Que és una llengua feta de retalls, artificial. El mou un ideal romàntic molt semblant a l'esperantista. Però el mateix model econòmic i social que fa de l'anglès la llengua mundial, també fa que els estàndards es basin en un dialecte i no en una barreja. No es pot fer anar la llengua per on no va la societat.

Els mitjans de comunicació han optat pel català central.

És normal. Mentre els filòlegs de l'IEC es barallen amb la història, els lingüistes dels mitjans es barallen amb la realitat: han de comunicar i han de sonar creïbles. L'estàndard és avui, més que mai, registres informals, col·loquialitat. La col·loquialitat, per ser creïble, necessita un referent real, i l'únic referent real que s'acaba percebent com a no dialectal és el dialecte amb més pes social, econòmic i demogràfic.

Notícia publicada al diari AVUI, pàgina 36. Dissabte, 20 de març del 2010
Paraules clau: Català, Iec, Llengua, Castellà, Albert, Normativa


Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 20:37
Suspresa…

« Un Auvernhat, va plan ; es quand son tròp nombroses que las emmèrdas començan ! »

Citacion liura del ministre Hortefeux (que parlava de Maugrebin d'Auvèrnhe)

Per una suspresa, es una suspresa !
Nòstre amic Charasse ven d'èsser nomenat al Conselh constitucional. Notatz qu'aquel brave òme aviá dich que demandava pas res mas que seriá urós de poder contunhar a servir la Republica. Nòstre brave president li aviá facha una promessa ; l'a tenguda ! e las lengas de sèrp dison que ten pas sas promessas…
Es totjorn presentat dins los mèdia coma socialista, a còps ex-socialista. L'amic de Tonton [ Mitterrand pels mai joves] foguèt un socialista de la mòda « rad-soc » e un representant – o es encara – d'aquela politica de clientelisme que Esquèrra e Drecha aiman tant ; clientelisme rendut possible gràcias a l'acumulacion de mandats … la man sus lo còr e las paraulas d'usatge dins la boca : « Se soi  deputat (senator, ministre, etc.) e conse (president de conselh general, de la comunitat de comunas, etc.) e se participi a mantuns autres oragamismes… es per melhor servir França e mos administrats. En mai d'aquò, d'aver una sol mandat m'empachariá de sentir la França pregonda… Rotlament de tambor…
Per nòstras lenga e cultura occitanas, es un aliat de pes. Vos sovenètz qu'a pas esitat a far la promocion de las lengas d'òc en anant encara mai luènh que çò que se fa d'abitud.
En seguint son rasonament, deu i aver autant de lengas coma de vilatges e vilatjòts…
Mai d'un Gascon o d'un Provençau (e d'autres) foguèron contents, eles que demandan l'autonomia pel parlar gascon (quin gascon ? Lo de la mar, lo de la montanha, lo de…), pel provençal (quin provençal ?… ) etc. sens saber – o voler saber – coma fonciona una lenga.
Tornarai pas aquí dessús que  n'ai mon confle…

Pausarián aquela question pel rus o pel chinés o quitament per l'anglés ?
O sabi que la lenga aparten « al pòble » e que la tenèm « del pòble ». Ne i a que se fan pas fauta de me o dire mas arriba un moment quand cal aver una vision lingüistica de las lengas, e mai aquela lenga foguèsse l'occitan.

Quand soi malaut, demandi conselh al mètge…
Quand la "letricitat" marcha pas fau venir l'especialista…

Alara ?

Cadun son mestièr e las vacas seràn melhor gardadas, se ditz en francés… Mas vertat es que l'occitan se pòt pas comparar al francés…
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 00:24
Aquí ua « colhonada » trobada en horragar dens lo men ordenador…



LO PAISAN AU GRAN TEATRE DE BORDEU

Un jorn, l’irèia me prengot de me pagar lo gran teatre de Bordèu. A la gara Sent-Jan, demandèi mon camin ende un gran collegièn  que hasèva los cent pas davant la pòrta.
« Prenez ce tram, me dishot eth, et descendez à la Comédie. »
Atau hasoi e que me trobèi mija òra pus tard davant lo Gran Teatre, un b’ròi monument, ma fòi, dab una rengada de gròs pilars de pèira.
I avè un tap de monde bien vestit qu'atendèva davant un cabanon dab un petit trauquet. Voloi m'aprochar mès una hemna me tirèt per la mancha:
« A votre tour, paysan ! »
E me tornèi trobar lo darrèir de la coa. Atendoi bèra pausa mès fenii egau pr'arribar au trauc. Aquí, una b’ròia fimèla bien pintrada me demandèt çò que volèvi.
« Paradis ou parterre ?
— O ! Madama, per tèrra qu’i soi pro soent. Balhatz-me un paradís. Dempuí lo temps que trimi pensi que l’èi bien  ganhat!
— C'est trois francs.
— Tres liuras, aqueth bocin de papèir! Poiretz pas me lo hèser a mens ?
— On ne marchande pas ici ! »
Lo collegièn  que guardèva l’entrada comencèt a m’espiar de travèrs e la hemna que me seguiva marmonegèva meishantament. Comprengoi que n’èren pas contents. Lavetz, te li balhi las tres liuras shens mèi discutar e gahi autan sec lo gran escalièr.
E monte que te monti, e monte que te monti. Cresoi que n’i arriberí pas jamèi au paradís. Mès l'escalièr s’arrestèt bien un còp. Una hemna vestida de negue, una veusa probable, me hit passar suu costat e daurit una pòrta. Manquèi me trobar mau telament èri haut, pus haut que suu gran casse on piti lo mèste apèut de ma caça.

Me cramponèi a la talanquèra e, au cap d'un moment, gitèi un còp d
ulh ad arron. Aquí monde mon òme, en haut, au mièi, pertot. Las pus b’ròias fimèlas, las pus bien  vestidas, las pus bien pintradas èran embarradas dens espècias de caujas pindoladas. Au paradís, n'i avè pas nada de tan b’ròias. Nòste curè m’ec avè bien dit que las b’ròias hemnas n'anèvan pas soent au paradís mès n'èi pas jamèi poscut li hèser díser perqué…

Davant tot aqueth monde que papotegèva, qu’èra pindangat un torchon roge bien pus gran que lo ridèu deu lèit de mamè. Au cap d'un moment, las lutz se tuèn, las gents se taisèn e avisèi lavetz, au pè deu torchon  roge, un gran trauc d’on partit tot d'un còp un pet de fesilh que me hit sautar deu fautulh.
« C'est l'ouverture ! », ce ditz ma vesia en ajustant son capèth a plumas.
Jo me pensèi :
« E ben, mon òme, preu purmèir còp de la campanha, n'an pas plorat la carga ! »
Mès nada pluma ne volèt e las gents que se trobèvan dens lo trauc se botèn a s'espampolejar coma pècs. N'i avè un qu'avè un tròç de bòi  a la man gaucha e una sèga a l'auta. E èra aquí  mon òme ; e sèga que te sèga, i e sèga que te sèga ; jamèi ne lo poscot segar. N'i avè un aut’ qu'avè un meishant òs a la boca ; e chuca que te chuca, i e chuca que te chuca ; avè  bèth boissar los traucs, jamèi ne poscot chucar la meussa. Darrèir i avè un grandàs que volèva traucar lo papèir d'un pòt de confitura dab un culhèir de  bòi a cada man: e truca que te truca, i e truca que te truca ; jamèi ne lo poscot traucar.
Mès lo mèi pèc de tots qu'èra pitat sus una caissa e que volèva que los autes se truquèssin. Lavetz los excitèva dab son ossina : vos truqueratz, vos truqueratz pas, vos truqueratz, vos truqueratz pas ; mès jamèi ne se truquèn. Lo segaire contunèt de segar, lo trucaire de trucar e lo chucaire de chucar. Au cap d'una pausa, quan n’estón harts, s’arrestèn.
Lavetz lo torchon  que se levèt e las gents que se botèn a trucar de las mans. E que te me vesi arribar ? La granda cantosa. Autan lèu se botèt a cantar. Mès malurós, com era cantèva bien. Au costat d'era nòsta Melania que ten l'armoniòm a la glèisa canta coma un èish de carreta mau greishat. Au cap d'un moment de cantar que te me vesi sortir de darrèir un broishòc ? Lo triste ! lo triste dab un cotelàs antau. Lo sang me borís d'un còp. Me lèvi e li cridi :

« Tira-te de ‘quí, mila dius, cantosa ! Lo triste sire que te va tuar ! »
Tot lo monde n'avot après jo. Quauqu'un cridèt :
« Asseyez-vous, paysan !
— Nani, me seiterèi pas ! Voi pas dishar tuar una tan bèra fimèla e que canta tan bien  per dessús lo marcat ! »
Los vesins me gahèn au colet mès podètz  créser que me dishèi pas har. I e tira, i e possa, i e tira, i e possa. Me sentii enlèrtat e, sèi pas com, passèi per dessús la talanquèra e las gents se botèn a cridar. Tombèi, urosament per jo, suu qui ‘sagèva de segar lo pus gròs tròç de bòi. Aquò amortit l'aterrissatge mès pr’un còp avè fenit a tot jamèi de lo segar son tròç de bòi. L'avèi completament esbrigalhat e lo praue malurós, las mans suu cap, se planhèva doçament:
« Mon violoncelle! mon violoncelle ! », ce disèva eth.
Eri enquèra tot estambornit, quan lo gran collegièn qu'èra arribat en corrent me gahèt per darrèir:
« Je vais vous apprendre la musique, moi ! » que me dit e de fèt que me fotot au violon !
E ben ! Podètz créser que ne soi pas prés de i tornar au gran teatre de Bordèu !
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 23:32
Fau pas que far seguir una reponsa governamentala enviada pel MIchèu Prat [micheu.prat@orange.fr] ; o legiguèri pendent l'Escòla occitana d'estiu mas vertat es que o cal far saber urbi et orbi…
Per un còp que la ministressa, Na Christine Albanel, a trobat un conselhièr capable de l'entre-senhar dins aquel domeni


   Suite à une question de Michel Vauzelle, président de la Région Provence, demandant que le Provençal soit reconnu « à part entière parmi les langues régionales » (question publiée au Journal officiel du 13/5/08 page 3919) , voici la réponse de Mme la Ministre de la Culture  et de la communication (Journal Officiel du 5/08/2008. Page 6760)
 
« .... La reconnaissance des langues régionales prendra forme d'une loi qui concernera l'enseignement, les medias, la culture et les services publics . Un projet de texte sera présenté aux assemblées en 2009.  
    Pour ce qui concerne  le domaine linguistique gallo-roman, les services de l'Etat n'entendent pas remettre en cause la nomenclature traditionnelle, en usage dans l'administration depuis la loi Deixonne  de 1951 : l'occitan est une langue avec différentes variétés dialectales, dont le provençal. Chaque variété est l'expression pleine et entière de la langue qui n'existe qu'à travers ses composantes. Sous appellation englobante de provençal, c'est cette vision unitaire de la langue, "des Alpes aux Pyrénées" que Mistral exprimait dans son "dictionnaire provençal-français embrassant tous les dialectes de la langue d'oc moderne ". Naturellement, la liberté d'expression s'applique ici comme ailleurs, et les locuteurs peuvent librement nommer leur langue comme ils le souhaitent. »

Solide que qualques Provençals seràn pas contents ! E qualques Gascons tanpòc !
Desempuish quauque temps, un movement que's dessenha – sus la tela – tà voler ua Gasconha grana (!) e escríver que lo gascon es ua lenga (parièra com lo provençau de segur) ; aqueth monde que vòlen ua gramatica e un diccionari normatiu gascons… basat sus l'aranés puish que es lo sol parlar a estar oficau ! Que cadré prumèr que segueishen las recomendacions de la Gramatica de l'occitan gascon contemporanèu (2005) de Romieu e Bianchi a las Presses universitaires de Bordeaux qui assaja, en tot prénguer totas les precaucions d'usatge, de balha TOTAS las claus tà un gascon de socializacion larga…
Tà har bona mesura totun, que n'i a que son tau biarnés – per dret de cap d'òbra, ce'm pensi ! – los autes parlars n'estant pas sonque deformacions d'aquesta « lenga » natre e blosa.
Los lingüistas deu cafè deu comèrci que son a l'òbra e que deven aver hèra de temps tà escríver e escríver tà ua gasconitat pura e dura au nom de la particularitat deu gascon desempuish las soas originas. Uns Provençaus que disen tot parièr au nom deu dret de cap d'òbra [F. Misstrau].

Com ditz la cançon : « Tant que farem atal, macarel, comprarem pas de bòrda… »
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 22:44
Quand se parlèt a l'Assemblée nationale de las lengas « regionalas  », la ministra de la Cultura, Na Albanel, foguèt pas capabla de citar corrèctament lo rapòrt Cerquiglini que mençona 75 lengas parladas en França.
M'estimi melhor de parlar de las lengas istoricas de França mas, dins aquel cas, naturalament, compti pas las lengas de l'Empèri francés (!) ni las lengas de l'immigracion…

Los que vòlon o legir tot pòdn anar veire sus la tela : 
link
Donc, segond lo rapòrt Cerquiglini, i a setanta cinc lengas parladas sul territòri de la republica :
 
França metropolitana
 
    (Lengas istoricas de França que son territorializadas)
  
- dialecte allemand d'Alsace et de Moselle
- basque
- breton
- catalan
- corse
- flamand occidental
- francoprovençal
- occitan (gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin, alpin-dauphinois)
- langues d'oïl : franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais,                    
                         bourguignon-morvandiau, lorrain. 

    (Lengas non-territorializadas)
  
- berbère                     Dans ses diverses variétés parlées en France.
- arabe dialectal          Dans ses diverses variétés parlées en France.
- yiddish
- romani chib              Langue des tsiganes, représentée en France par les dialectes sinti, vlax et calò.
- armé́nien occidental
 
Departements d'Oltra Mar
 
- cré́oles à base lexicale française :
            martiniquais, guadeloupé́en, guyanais, ré́unionnais.
- créoles bushinenge (à̀ base lexicale anglo-portugaise) de Guyane :
            saramaca, aluku, njuka, paramaca.
   
    Ces trois derniers créoles peuvent être considérés comme constituant une seule et même langue ; il n’existe cependant pas de terme générique pour désigner l’ensemble. On voit qu'il conviendrait d'encourager et de développer la recherche linguistique sur les langues de la France.
  
- langues amé́rindiennes de Guyane :
            galibi (ou kalina), wayana, palikur, arawak proprement dit (ou lokono), wayampi, émerillon.
- hmong.
 
Territoris d'Oltra Mar
 
Nouvelle Calédonie
 
- 28 langues kanak :
 
Grande Terre : 
            nyelâyu, kumak, caac, yuaga, jawe, nemi, fwâi, pije, pwaamei, pwapwâ,
dialectes de la région de Voh-Koné, cèmuhî, paicî, ajië, arhâ, arhö, ôrôwe, neku, sîchë, tîrî, xârâcùù, xâgùrè, drubéa, numèè.
 
Îles Loyauté :
            nengone, drehu, iaai, fagauvea.
  
Les langues paicî, ajië, drehu et nengone ont été introduites dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figurent comme options au baccalauréat.
 
 
Territòris franceses de Polinesia :

- tahitien
- marquisien
- langue des Tuamotu
- langue mangarévienne
- langue de Ruturu         (Îles Australes)
- langue de Ra'ivavae    (Îles Australes)
- langue de Rapa           (Îles Australes)
- walissien
- futunien
         
Le tahitien a été introduit dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figure comme option au baccalauréat.

Mayotte :

- shimaoré
- shibushi

Ara que lo president Chirac a sa fondacion, mancarà de trabalh estant que vòl contunhar (sic) son combat per las lengas e las culturas en dangièr…
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 00:40
Ací lo trabalh de Cerquilini :


Bernard Cerquiglini
Directeur de l'Institut national de la langue française (C.N.R.S.)

LES LANGUES DE LA FRANCE


Rapport au Ministre de l'Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie,
et
à la Ministre de la Culture et de la Communication.
Avril 1999
 
•    Une prudence affichée dans les principes
•    Une souplesse proposée dans la mise en oeuvre
•    Des contraintes dans la définition des langues régionales ou minoritaires
•    Le patrimoine linguistique de la France
La mission confiée au rapporteur, telle qu'il l'a comprise, concerne les savants, et non les militants. Elle revient à confronter ce que la linguistique sait des langues effectivement parlées sur le territoire de la République avec les principes, notions et critères énoncés par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Commençons par cette dernière afin d'éclairer le choix des langues à retenir.
Une prudence affichée dans les principes.
La Charte, ainsi que le Rapport explicatif (1), semblent procéder avec prudence. Rappelant à plusieurs reprises la légitimité, la nécessité et les vertus des langues officielles, ces textes se donnent un objectif d'ordre culturel, voire écologique : "protéger et promouvoir les langues régionales ou minoritaires en tant qu'aspect menacé du patrimoine culturel européen" (Rapport explicatif, p.5). Demandant aux locuteurs de "placer à l'arrière-plan les ressentiments du passé" (ibid., p.6), se refusant à "remettre en cause un ordre politique ou institutionnel" (ibid., p.10) les auteurs de ces textes attendent des États une action positive en faveur de langues victimes hier de l'histoire, aujourd'hui de la communication de masse, et marquées par un degré plus ou moins grand de précarité.
Ce désir de protéger les langues historiques de l'Europe, dont certaines "risquent, au fil du temps, de disparaître" (Préambule de la Charte, alinéa 3) a deux conséquences. D'une part, une telle politique donne des droits aux langues, et pas à leurs locuteurs : "la Charte ne crée pas de droits individuels ou collectifs pour les locuteurs de langues régionales ou minoritaires" (Rapport explicatif, p. 5) ; d'autre part, il s'agit de conforter un patrimoine, national et européen, dans sa diversité et sa richesse. Ce qui invite la République française à reconnaître les langues de la France, comme éléments du patrimoine culturel national. Insistant sur ce double aspect le professeur Carcassonne a estimé que la signature de la Charte n'était pas contraire à la Constitution, "étant entendu d'une part, que l'objet de la Charte est de protéger des langues et non, nécessairement, de conférer des droits imprescriptibles à leurs locuteurs, et d'autre part, que ces langues appartiennent au patrimoine culturel indivis de la France" (2).
Espérant obtenir une action au moins minimale d'un ensemble de pays dont les situations linguistique et juridique sont fort différentes, les auteurs de la Charte ont multiplié les expressions du type "dans la mesure du possible", "de manière souple", "faciliter" abondent. A cela s'ajoute une relative latitude pour la mise en oeuvre.
Une souplesse proposée dans la mise en oeuvre.
La signature est distincte de la ratification. Celle-là s'associe de la reconnaissance de neuf "objectifs et principes" généraux, et valables pour "l'ensemble des langues régionales ou minoritaires pratiquées sur le territoire" (Charte, article 2, alinéa 1) ; ces principes d'intention forment la partie II ; aucun d'entre eux, pour le professeur Carcassonne, "ne paraît heurter ceux de la Constitution" (ibid., p.54). Celle-ci, qui est distincte et qui peut être postérieure (3), concerne directement la liste des langues régionales ou minoritaires retenue :
Chaque État contractant doit spécifier dans son instrument de ratification, d'acceptation ou d'approbation chaque langue régionale ou minoritaire ... (Charte, article 3, alinéa 1).
Cette ratification est elle-même l'objet d'un "élément de souplesse supplémentaire" (Rapport explicatif, p.15), par le choix d'un jeu d'option.
La ratification concerne en effet la partie III, qui énumère des mesures en faveur de l'emploi des langues, sous forme d'une petite centaine de paragraphes et d'alinéas :
En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification, de l'acceptation ou de l'approbation, (...), chaque Partie s'engage à appliquer un minimum de trente-cinq paragraphes ou alinéas choisis parmi les dispositions de la partie III de la présente Charte, dont au moins trois choisis dans chacun des articles 8 (= Enseignement) et 12 (= Activités et équipements culturels) et un dans chacun des articles 9 (= Justice), 10 (= Autorités administratives et services publics), 11 (= Médias) et 13 (= Vie économique et sociale). (Charte, article 2, alinéa 2).
Cette partie III est à l'évidence plus contraignante ; notons cependant que les "trente-cinq mesures" sont déclarées langue par langue. L'article 3 de la Charte ("En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification...") est ainsi commenté dans le Rapport explicatif (p. 14) :
Les États peuvent indiquer librement les langues auxquelles ils consentent que la partie III de la Charte soit appliquée et, d'autre part, pour chacune des langues pour lesquelles ils reconnaîtront l'application de la Charte, ils peuvent définir quelles sont les dispositions de la partie III auxquelles ils souscrivent.
Chaque langue fait donc l'objet d'un ensemble de dispositions que l'on retient ; cet ensemble devrait être cohérent, doit correspondre aux particularités de la langue et aux intentions de l'État à son égard, et peut être spécifique. En d'autres termes, rien n'interdit un large choix "à la carte" : c'est ainsi qu'a procédé l'Allemagne, qui a opéré langue par langue, puis Land par Land (4).
Une autre latitude est perceptible, en légère contradiction avec le texte de la Charte. Celle-ci dispose en effet que (nous soulignons) :
En ce qui concerne toute langue indiquée au moment de la ratification, de l'acceptation ou de l'approbation (...) chaque Partie s'engage à appliquer un minimum de trente-cinq paragraphes ou alinéas... (article 2, alinéa 2).
Or le Rapport explicatif apporte le commentaire suivant, qu'il importe de citer intégralement :
Un État contractant peut sans méconnaître la lettre de la Charte, reconnaître qu'il existe sur son territoire une langue régionale ou minoritaire déterminée mais estimer préférable, pour des raisons qui relèvent de son appréciation, de ne pas faire bénéficier cette langue des dispositions de la partie III de la Charte. Il est clair toutefois que les motifs qui peuvent conduire un État à exclure entièrement une langue, reconnue comme langue régionale ou minoritaire, du bénéfice de la partie III doivent être des motifs compatibles avec l'esprit, les objectifs et les principes de la Charte. (Rapport explicatif, p. 14, § 41).
De fait, deux pays ont signé puis ratifié la Charte en utilisant cette possibilité de réserve (5) . S'il s'avère que le procédé est recevable, la République française pourrait trouver là une autre latitude, bienvenue sans doute étant donné les impressionnantes richesse et diversité de son patrimoine linguistique. Rappelons en effet qu'il s'agit de dispositions générales, que :
chaque Partie s'engage à appliquer (...) à l'ensemble des langues régionales ou minoritaires pratiquées sur son territoire, qui répondent aux définitions de l'article 1er. (Charte, article 2, alinéa 1).
Le rapporteur suggère donc d'appliquer les "objectifs et principes" généraux de la partie II aux langues qui constituent le patrimoine de la France, prises dans leur ensemble, et de faire relever de la partie III une partie seulement de ces langues.
Des contraintes dans la définition des langues régionales ou minoritaires.
Si la Charte se donne une mission essentiellement culturelle et s'accompagne de précautions, le concept de langue qu'elle utilise est en revanche assez contraignant, et procède par exclusion :

Article 1 - Définitions
Au sens de la présente Charte :
a) par l'expression "langues régionales ou minoritaires", on entend les langues :
i. pratiquées traditionnellement sur un territoire d'un État par les ressortissants de cet État qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de la population de l'État ; et
ii. différentes de la (les) langue(s) officielle(s) de cet État ;
elles n'incluent ni les dialectes de la (les) langue(s) officielle(s) de l'État ni les langues des migrants.
Plusieurs termes sont à commenter, que nous avons placés en italiques.
1. Ressortissants vs migrants
"La Charte ne traite pas la situation des nouvelles langues, souvent non européennes, qui ont pu apparaître dans les États signataires par suite des récents flux migratoires à motivation souvent économique" (Rapport explicatif, p. 6). Il s'agit donc de reconnaître les seules langues parlées par les ressortissants du pays, distinguées des idiomes de l'immigration. Cette distinction est toutefois délicate pour une République qui reconnaît, légitimement, le droit du sol : dès la seconde génération, les enfants nés de l'immigration sont citoyens français ; beaucoup conservent, à côté du français de l'intégration civique, la pratique linguistique de leur famille. On peut cependant suivre l'esprit de restriction de la Charte, en insistant sur le deuxième point :
2. Traditionnellement
Le texte concerne les langue régionales ou minoritaires pratiqués "traditionnellement" ; on dit aussi "historiques" (Préambule, § 2). Si cette notion invite à ne pas retenir les langues de l'immigration récente, elle incite au rebours à considérer, du point de vue linguistique, l'histoire de notre pays.
De nombreux citoyens des départements français d'Afrique du Nord parlaient l'arabe ou le berbère. Certains, pour des raisons sociales, économiques ou politiques (en particulier les harkis) se sont installés en France métropolitaine, sans cesser d'être des ressortissants français ; ils vivent encore, et parlent leurs langues, ou bien leurs descendants ont conservé une pratique bilingue. Cette situation semble correspondre exactement à celle des langues régionales ou minoritaires visées par la Charte. On rappellera que le berbère n'est protégé par aucun pays (il est même menacé) ; on notera que l'arabe parlé en France n'est pas l'arabe classique, langue officielle de plusieurs pays, mais un arabe dialectal, dont certains linguistes pensent qu'il est en passe de devenir une variété particulière, mixte des différents arabes dialectaux maghrébins.
Cette "tradition" peut être récente, sans pour autant renvoyer à une situation de migrance. C'est le cas des Hmong, originaires du Laos, installés en Guyane, à la suite d'un geste humanitaire de la France, en 1977 ; ils constituent une population d'environ 2000 personnes, implantés dans deux villages monoethniques ; ils sont citoyens français et, pour les plus jeunes, bilingues français-hmong. Tout conduit à retenir ce dernier parmi les langues régionales ou minoritaires de la France. Un argument du même ordre peut être développé en faveur des populations arméniennes installées dans notre pays après les massacres d'avril 1915 : l'arménien occidental est à ranger parmi les langues de la France (6) .
En revanche, des ressortissants français issus, parfois lointainement, de l'immigration parlent encore l'italien, le portugais, le polonais, le chinois, etc. par transmission familiale. Ces langues ne sont pas à retenir ici. Outre que rien ne les menace, elles sont enseignées, comme langues vivantes étrangères, dans le secondaire et le supérieur.
3. Territoire
"Les langues visées par la Charte sont essentiellement des langues territoriales" (Rapport explicatif, p. 11) :
b) par "territoire dans lequel une langue régionale ou minoritaire est pratiquée" on entend l'aire géographique dans laquelle cette langue est le mode d'expression d'un nombre de personnes ... (Charte, article 1, alinéa b)
Cette insistance sur la localisation géographique est fort explicite ; elle va de pair avec l'idée d'enracinement historique ; elle explique la difficulté avec laquelle la Charte manie la notion de "langue sans territoire" :
c) par "langues dépourvues de territoire", on entend les langues pratiquées par des ressortissants de l'État qui sont différentes de la
(les) langue(s) pratiquée(s) par le reste de la population de l'État, mais qui, bien que traditionnellement pratiquées sur le territoire de l'État, ne peuvent pas être rattachées à une aire géographique particulière de celui-ci. (Charte, article 1, alinéa c)
C'est, semble-t-il, à ces langues que s'applique en priorité l'adjectif "minoritaires", et qu'est principalement réservée la possibilité de s'en tenir à la partie II de la Charte.
Ce désir d'une assise géographique des langues régionales n'est pas sans contradiction avec l'intention culturelle que la Charte affiche. On peut faire valoir que la territorialisation systématique, issue du romantisme allemand qui inspira la linguistique du XIXe siècle, s'oppose en outre :
- aux principes républicains français, qui tiennent que la langue, élément culturel, appartient au patrimoine national ; le corse n'est pas propriété de la région de Corse, mais de la Nation.
- à la science, qui comprend mal l'expression "territoire d'une langue". Ceci ne peut désigner la zone dont la langue est issue : en remontant le cours de l'histoire, on constate que toutes les langues parlées en France ont une origine "étrangère", - y compris le français, qui fut d'abord un créole de latin parlé importé en Gaule. La seule justification scientifique est d'ordre statistique, et de peu d'intérêt : elle revient à distinguer la zone qui, à l'heure actuelle, connaît le plus de locuteurs d'un parler donné. En d'autres termes, le vrai territoire d'une langue est le cerveau de ceux qui la parlent.
- à la réalité sociolinguistique, qui rappelle que la mobilité sociale contemporaine est telle que l'on parle les différentes langues "régionales" un peu partout. Le créole est une réalité linguistique bien vivante de la région parisienne.
Signant puis ratifiant la Charte, la République française aurait donc intérêt, dans sa déclaration, à insister sur la vocation culturelle de la Charte, en minorant la tendance à la territorialisation. Elle pourrait également faire valoir qu'elle reconnaît cinq langues "dépourvues de territoire", effectivement parlées par ses ressortissants, et qui enrichissent son patrimoine : outre le berbère et l'arabe dialectal, le yiddish, le romani chib et l'arménien occidental (7). Elle pourrait rappeler enfin que seul le français, langue de la République, est la langue de tous et que toute autre langue parlée par un ressortissant français est, de fait, minoritaire.
4. Les dialectes de la langue officielle
Par définition, les variétés de la langue officielle ne sont pas du ressort d'un texte qui entend protéger les langues minoritaires, rendues précaires par l'extension, le rayonnement et l'officialisation de cette langue. Il convient donc de préciser la situation dialectale du français "national et standard".
Que l'on adopte, pour expliquer sa genèse, la thèse traditionnelle et contestable d'un dialecte d'oïl (le supposé francien) "qui aurait réussi" aux dépens des autres, ou que l'on y voie la constitution très ancienne d'une langue commune d'oïl transdialectale, d'abord écrite, puis diffusée (8), le français "national et standard" d'aujourd'hui possède une individualité forte, qu'a renforcée l'action des écrivains, de l'État, de l'école, des médias. Il en résulte que l'on tiendra pour seuls "dialectes" au sens de la Charte, et donc exclus, les "français régionaux", c'est-à-dire l'infini variété des façons de parler cette langue (prononciation, vocabulaire, etc.) en chaque point du territoire. Il en découle également que l'écart n'a cessé de se creuser entre le français et les variétés de la langue d'oïl, que l'on ne saurait considérer aujourd'hui comme des "dialectes du français" ; franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais, bourguignon-morvandiau, lorrain doivent être retenus parmi les langues régionales de la France ; on les qualifiera dès lors de "langues d'oïl", en les rangeant dans la liste.
Cette disjonction entre le français "langue nationale standard" et les franc-comtois, wallon, picard, etc. tenus à bon droit comme langues régionales, est à opposer à la situation que montre l'occitan. Celle-ci pourrait être qualifiée de conjonction, l'occitan étant la somme de ses variétés. L'unité linguistique est en effet fort nette, même si une diversité interne est perceptible. Cinq grands ensembles au moins sont repérables : gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin et alpin-dauphinois. Des subdivisions plus fines sont possibles (vivaro-alpin ? nissard ?) ; elles relèvent toutefois moins de la linguistique que de la géographie, voire de la politique
Le patrimoine linguistique de la France.
Cet examen des principes, notions et critères de sélection de la Charte nous permet maintenant de dresser la liste des langues pratiquées sur le territoire national, et distinctes de la langue officielle.
La consultation de spécialistes, doublée d'un balayage systématique du territoire de la République (métropole, départements et territoires d'outre mer) aboutit à la liste que l'on trouvera en annexe.
Cette liste est longue : 75 langues (9). Elle regroupe il est vrai des idiomes de statut sociolinguistique très divers. Entre les créoles, langues régionales sans doute les plus vivantes, essentiellement parlées, pratiquées maternellement par plus d'un million de locuteurs, et le bourguignon-morvandiau, langue essentiellement écrite et que n'utilisent plus que quelques personnes, sans transmission maternelle au nourrisson, les divers cas de figure prennent place. C'est sur une telle typologie que doivent se fonder, semble-t-il, les choix de l'État, en vue de la signature puis de la ratification : liste des langues qu'il entend inscrire dans son patrimoine, mesures retenues pour chacune des langues que concerne la partie III. On insistera sur la présence ou l'absence d'une forme écrite (norme linguistique, orthographe, littérature, etc.) pour chaque idiome considéré. L'enseignement scolaire, en effet, requiert d'une part l'existence d'une version écrite de la langue. Celle-ci doit être établie ; l'exemple du créole est éclairant : la description scientifique, certes bien avancée, précède néanmoins, sans doute de beaucoup, l'établissement d'une norme écrite commune. L'enseignement d'autre part est parfois conduit à opérer des disjonctions. Ainsi, de même que l'alsacien a pour forme écrite (et scolaire) l'allemand standard, on peut être amené à penser que l'arabe dialectal parlé en France a pour correspondant écrit l'arabe commun (celui de la presse, des radio et télévision), qui n'est la langue maternelle de personne.
Le rapporteur considère que ce vaste ensemble de langues, qui enrichit le patrimoine culturel la France et celui de l'Europe, constitue le domaine où s'applique naturellement la partie II de la Charte.
En ce qui concerne la partie III, il est clair qu'il appartient au gouvernement d'examiner, cas par cas, les alinéas et paragraphes qu'il retient, et d'établir la liste des langues qu'il souhaite en faire bénéficier.
En tant qu'ancien directeur de l'enseignement primaire, le rapporteur se permet de penser que, pour ce qui est de l'Education nationale, la loi Deixonne, et les possibilités offertes depuis (10), constituent un excellent cadre de travail. Il conviendrait sans doute de réactualiser le dispositif, dès lors que certaines langues (le berbère et l'arabe dialectal, notamment) posent des questions nouvelles à l'intégration, dont l'enjeu reste fondamental. Quant aux langues des Territoires d'Outre Mer, il est évident qu'elles doivent être examinées en liaison avec les Assemblées territoriales.
En tant que linguiste, le rapporteur ne peut s'empêcher de noter combien faible est notre connaissance de nombreuses langues que parlent des citoyens français. Il se permet de suggérer que la France se donne l'intention et les moyens d'une description scientifique de ses langues, aboutissant à une publication de synthèse. La dernière grande enquête sur le patrimoine linguistique de la République, menée il est vrai dans un esprit assez différent, est celle de l'abbé Grégoire (1790-1792).
Langues parlées par des ressortissants français sur le territoire de la République.
France métropolitaine
[01] - dialecte allemand d'Alsace et de Moselle
[02] - basque
|03] - breton
[04] - catalan
[05] - corse
[06] - flamand occidental
[07] - francoprovençal
[08] - occitan (gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin, alpin-dauphinois)
[09-16] - langues d'oïl : franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevinsaintongeais, bourguignon-morvandiau, lorrain.
[17] - berbère (11)
[18] - arabe dialectal (12)
[19] - yiddish
[20- romani chib (13)
[21] - arménien occidental
Départements d'Outre Mer
[22-35] - créoles à base lexicale française : martiniquais, guadeloupéen, guyanais, réunionnais.
[26-29] - créoles bushinenge (à base lexicale anglo-portugaise) de Guyane : saramaca, aluku, njuka, paramaca (14).
[30-35] - langues amérindiennes de Guyane : galibi (ou kalina), wayana, palikur, arawak proprement dit (ou lokono), wayampi, émerillon.
[36] - hmong
Territoires d'Outre Mer
Nouvelle Calédonie
[37-64] - 28 langues kanak (15):
Grande Terre : nyelâyu, kumak, caac, yuaga, jawe, nemi, fwâi, pije, pwaamei, pwapwâ, dialectes de la région de Voh-Koné, cèmuhî, paicî, ajië, arhâ, arhö, ôrôwe, neku, sîchë, tîrî, xârâcùù, xârâgùrè, drubéa, numèè.
Iles Loyauté : nengone, drehu, iaai, fagauvea.
Territoires français de Polynésie :
[65] - tahitien (16)
[66] - marquisien
[67] - langue des Tuamotu
[68] - langue mangarévienne
[69] - langue de Ruturu (Iles Australes)
[70] - langue de Ra'ivavae (Iles Australes)
[71] - langue de Rapa (Iles Australes)
[72] - walissien
[73] - futunien
Mayotte :
[74] - shimaoré
[75] - shibushi
N.B. A notre connaissance, il n'existe pas de langue spécifique à la Collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Spécialistes consultés.
M. Claude ALLIBERT, professeur à l'INALCO (langues de Mayotte).
M. Georges CALVET, maître de conférences à l'INALCO (tsigane).
M. Robert CHAUDENSON, professeur à l'Université d'Aix-Marseille (créoles).
M. Jean-Philippe DALBERA, directeur de recherche au C.N.R.S. (occitan).
M. Pierre ENCREVÉ, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en siences sociales (sociolinguistique).
M. Michel LAUNEY, professeur à l'Université Paris 7 (langues de Guyane).
M. Jean-Baptiste MARTIN, professeur à l'Université de Lyon 2 (franco-provençal).
Mme Claire MOYSE-FAURIE, chargée de recherche au C.N.R.S.-Lacito (langues polynésiennes).
M. Isidoro NIBORSKI, maître de conférences à l'INALCO (yiddish)
M. Jean-Claude RIVIERE, directeur de recherche au C.N.R.S.-Lacito (langues kanak)
M. Jean SALLE-LOUSTAU, inspecteur général de l'éducation nationale, chargé des langues régionales.
Mme Marie-Rose SIMONI, directrice de recherche au C.N.R.S.-Inalf, langues d'oïl.


Note:
1.Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Rapport explicatif. Les éditions du Conseil de l'Europe, 1992.
2.Guy Carcassonne, Rapport au Premier Ministre, p. 128.
3.A l'heure actuelle, l'Autriche, Chypre, le Danemark, le Luxembourg, Malte, le Roumanie, la Slovénie, l'Espagne, la Macédoine, l'Ukraine ont seulement signé. La Croatie, la Finlande, l'Allemagne, la Hongrie, le Liechtenstein, les Pays-Bas, la Norvège, la Suisse ont également ratifié, avec un délai allant de la simultanéité à six ans.
4.Ainsi, le danois, langue minoritaire, est reconnu dans le Schleswig-Holstein (37 paragraphes ou alinéas) ; le bas allemand, langue régionale, est retenu dans le Melkenburg-Poméranie occidentale (35 paragraphes ou alinéas), en Basse-Saxe (38), etc.
5.Allemagne : "langue rom des Sintis et des Rom sur tout le territoire de la République fédérale et le bas allemand dans trois Lands autres que ceux dans lesquels cette langue est retenue au titre de la partie III"
Pays-Bas : "langues retenues uniquement au titre de la partie II : langues basses-saxonnes, yiddish, romani".
6.Une communauté tamoule, sur laquelle le rapporteur manque malheureusement d'informations, est également implantée depuis longtemps dans l'île de la Réunion.
7.On peut rappeler à ce propos que les "signeurs" constituent une communauté linguistique traditionnelle (XVIIIe siècle), forte aujourd'hui de près de cent mille pratiquants. La langue des signes française (LSF) pourrait donc être rangée parmi les langues minoritaires sans territoire.
8.C'est la position du rapporteur. Cf. Bernard Cerquiglini, La naissance du français. Paris : Presses Universitaires de France, 1991.
9.Les pays européens qui ont retenu le plus grand nombre de langues régionales ou minoritaires sont l'Allemagne (sept : danois, haut sorabe, bas sorabe, frison septentrional, frison satera, bas allemand, rom) et la Croatie (sept : italien, serbe, hongrois, tchèque, slovaque, slovène, ukrainien).
10.L'Éducation nationale fournit la liste suivante des langues régionales actuellement enseignées dans le second degré : "basque, breton, catalan, corse, gallo, quatre langues mélanésiennes, langue mosellane, langue régionale d'Alsace, occitan, tahitien".
11.Dans ses diverses variétés parlées en France.
12.Dans ses diverses variétés parlées en France.
13.Langue des tsiganes, représentée en France par les dialectes sinti, vlax et calò.
14.Ces trois derniers créoles peuvent être considérés comme constituant une seule et même langue ; il n’existe cependant pas de terme générique pour désigner l’ensemble. On voit qu'il conviendrait d'encourager et de développer la recherche linguistique sur les langues de la France.
15. Les langues paicî, ajië, drehu et nengone ont été introduites dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figurent comme options au baccalauréat.
16.Le tahitien a été introduit dans l'enseignement secondaire du Territoire, et figure comme option au baccalauréat.


Es totjorn util de ne saber per èsser mens piòt !

Los que vòlon contactar Sèrgi Granier o pòdon far a :
granier.sergi@tele2.fr


Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca