Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 00:06

Bulletin d'Espalion
hebdomadaire d'information aveyronnais
Vendredi 11 mai 2007

BESSUEJOULS


MAURICE ROMIEU, enfant du pays, linguiste et universitaire

fait chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres




DSC-0040.jpg



C’est au Château d’Este, commune de Billères (Pyrénées Atlantiques), siège de l’Institut occitan que Maurice Romieu, a recu officiellement la médaille de chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres des mains de M. Javaloyès, écrivain d’expression occitane.
 
 

Nombreux étaient ses amis et ses anciens étudiants qui avaient tenu à être présents à cette cérémonie qui s’est déroulée en présence de Mme Lignières-Cassou, députée, de MM. Sarpoulet (représentant M. le Recteur d’acédémie), Ricarrère, vice-président de la région Aquitaine, Arraou, représentant le maire de Pau…

DSC-0053.JPG

M. Rey-Bethbéder, président de l’Institut et M. Javaloyès rappelèrent succinctement le travail accompli par l’impétrant pour la défense et la promotion de la langue et de la culture occitanes dans de nombreux domaines et laissèrent la parole à Maurice Romieu qui, avec humour et gravité, retraça son parcours…
Dans ce pays qui refuse le droit à l’existence des langues historiques de France au nom de je ne sais quelle unité du pays (sic) en danger et de la nécessaire sauvegarde du français (resic) face à l’anglais, il rappela que, bien que de langue maternelle occitane, il n’en fit pas moins une scolarité normale – école de Bessuejouls, lycée d’Espalion –, obtint le CAPES de lettres classiques (français, latin, grec) et, après deux ans de coopération à Abidjan (Côte d’Ivoire) et une année en Suède, fut nommé professeur à Vic-Fezencac. Des rencontres professionnelles le firent se tourner vers sa langue maternelle si décriée et il prépara une thèse qu’il soutint à Toulouse ce qui l’amena à un poste de maître de conférences à l’Université de Pau et des pays de l’Adour où il enseigna jusqu’à sa retraite l’occitan ancien et moderne.

DSC-0035.jpg
Mais sa curiosité intellectuelle et son engagement associatif ont fait de lui un inlassable promoteur de notre langue et de notre culture occitanes… Il s’est occupé notamment de l’escòla Gaston Febus qui édite « Reclams de Bearn et Gasconha » (fondée en 1897) et, tout au cours de ces années, il a mis sur pied notamment une exposition bilingue remarquable « Ua lenga, l’occitan » dans le cadre de l’Institut occitan ; conscient du manque d’outils pour apprendre la langue tant ancienne que moderne, il a publié à ce jour trois ouvrages – aux Presses universitaires de Bordeaux – qui se sont rapidement révélés indispensables : La lenga del Trobar, precís de gramatica d’occitan ancian – paru en 1999, 3e édition en 2005 –, Iniciacion a l’occitan ancian, dètz e nòu tèxtes de l’Edat Mejana comentats – paru en 2002, 1re réipression en 2005 – et une Gramatica de l’occitan gascon contemporanèu parue en 2005 ; cet ouvrage de plus cinq cents pages aborde tant les problèmes de morphologie que les problèmes de syntaxe, si souvent délaissés, et est le premier ouvrage, depuis la Gramatica occitana d’Alibert (1935), qui utilise l’occitan comme langue d’étude.

La retraite n’a ralenti ni son travail ni ses projets sur le domaine occitan et il est constamment sollicité pour apporter son aide et son savoir-faire à de nombreuses associations et à des écrivains d’expression occitane. Il a plusieurs ouvrages en chantier et travaille en ce moment à la rédaction d’un Dictionnaire des expressions métaphoriques occitanes dans lequel chaque expression – il y en aura environ 4000 – est analysée et expliquée dans la langue occitane, une manière de montrer à tous ceux qui en douteraient encore que notre langue a « tout d’une grande » pour parler comme la publicité. Ce livre devrait paraître au cours de 2008.

DSC-0030.jpg
Dans son discours, Maurice Romieu a tenu également à souligner la duplicité d’une République qui, par l’intermédiaire des élus, se fait le défenseur et le champion de la diversité culturelle à l’extérieur de ses frontières mais qui, a l’intérieur de l’hexagone, fait tout pour éradiquer les langues historiques de France en ne leur accordant aucun moyen ni aucun accès au médias pour leur permettre de vivre et de se développer.
Des applaudissements nourris et le Se canti, que canti entonné spontanément par l’assistance saluèrent les propos du récipiendaire et tout le monde fit honneur aux… petits fours qui avaient été préparés pour l’occasion.

Andriu de Gavaudan,
Editorialista de La Setmana

Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 11:38
Article d'André Bianchi
pareishut en La Setmana, n°607

Gramatica aranesa


Aquesta Gramatica aranesa qu’es un obratge descriptiu e normatiu de la lenga occitana parlada en la Val d’Aran qui, com tot lo monde ac sap, es ua varietat deu parlar gascon dab ua diferéncia importanta totun : l’aranés qu’es oficiau en la generalitat de Catalonha.
L’autor que nse ditz qu’es « era prumèra gramatica modèrna der aranés » e que nse permet de har melhor coneishença dab aqueth parlar. Qu’es ua gramatica tradicionau dab tèrmes gramaticaus coneishuts mas lo son interès pedagogic es present a cada pagina.
Après ua presentacion d’« er aranés, occitan dera Val d’Aran » e un estudi de las caracteristicas gasconas, generaus e locaus, l’autor que nse balha un vintenat de paginas consacradas a la grafia e a la fonetica avant d’estudiar la morfologia nominau e verbau dab un sarròt de nòtas tà melhor explicar quauques punt particulars.
Çò d’important deu men punt de vista es que l’autor a ua visada del’aranés en l’ensems pangascon e au-delà en l’ensems occitan, vision eminentament lingüistic que n’an pas tots los hargan obratges similars e que n’esitan pas a « gramatica occitana » o « gramatica gascona » çò que n’es pas sonque ua descripcion deu parlar d’un parçan. Qu’assumeish las soas causidas en díser çò que se deu díser e escríver e ço qu’es melhor de non pas emplegar quitament se s’entend per carrèra.
De remarcar tanben : l’obratge qu’es escriut en occitan de la val d’Aran e que segueish la tralha qu’avem causit jo e Maurici Romieu en la nòsta Gramatica de l’occitan gascon contemporanèu. Dinc adara, los autors d’obratges pedagogics ne gausavan pas se servir de l’occitan com metalenga ; sembla que la vergonha sia acabada e que soi segur que las gramaticas a vénguer qui espeliràn en país d’òc e seguriàn la medisha tralha.
Que regrèti personaument unas causidas graficas de l’aranés com la d’escríver auer/aver o los femenins pluraus en -es – dia > dies ; casa > cases, etc. – qui revèrtan la prononciacion mès esluenhan un chic de la panoccitanitat mès ne son pas sonque parpèlas d’agaça.
Qu’avem aquí un trabalh remirable e un libe plan presentat e airejat damb exemples nombrós e de la visada pedagogica totjorn presenta ; e que hèi men la frasa en pagina quatau de cubèrta : Un obratge istoric e de referéncia».

* Aitor Carrera, Gramatica aranesa (2007), Pagès editors, 288 p.
* Maurice Romieu, André Bianchi, Gramatica de l’occitan gascon contemporanèu, (2005),Presses universitaires de Bordeaux, 528 p.
Repost 0
Andriu de Gavaudan - dans Lenga
commenter cet article

Presentacion

  • : Le blog de Andriu de Gavaudan
  • Le blog de Andriu de Gavaudan
  • : Actualitat en lenga occitana Lenga e cultura occitanas (occitan ancian e modèrne)
  • Contact

Recèrca